Rejoignez-nous

International

Furieux contre Pelosi, Pékin lance des missiles

Publié

,

le

Les manoeuvres militaires chinoises autour de Taïwan constituent une réponse musclée à la visite de la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi sur l'île. (© KEYSTONE/EPA/Kim Min-Hee POOL)

La Chine a tiré des missiles qui auraient survolé Taïwan et seraient tombés pour la première fois dans la zone économique exclusive japonaise, lors d'exercices militaires. Il s'agit d'une réponse à la visite de la cheffe des députés américains Nancy Pelosi à Taipei.

Le ministre japonais des Affaires étrangères Yoshimasa Hayashi a appelé jeudi à "l'arrêt immédiat" des manoeuvres chinoises.

"Les actions de la Chine ont cette fois un impact grave sur la paix et la stabilité de la région. Je demande "l'arrêt immédiat de ces manoeuvres militaires", a-t-il déclaré à des journalistes à Phnom Penh, où il participait à une réunion de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean).

Malgré les fermes avertissements de Pékin, qui considère Taïwan comme une de ses provinces, Mme Pelosi, une des plus hautes responsables américaines, avait séjourné mardi et mercredi sur l'île, avant d'entamer jeudi une visite au Japon, dernière étape de sa tournée asiatique.

"Provocation"

L'initiative de Mme Pelosi est considérée par la Chine comme une provocation, un soutien aux partisans de l'indépendance de Taïwan et un reniement de la promesse des Etats-Unis de ne pas avoir de relations officielles avec l'île.

En réponse, l'armée chinoise a lancé une série de missiles qui ont survolé Taïwan avant de tomber pour la première fois dans la zone économique exclusive (ZEE) du Japon sous couvert d'exercices militaires dans six zones maritimes autour de Taïwan, au niveau de routes commerciales très fréquentées et parfois à seulement 20 kilomètres des côtes taïwanaises.

Quatre des cinq missiles balistiques chinois qui sont tombés dans la ZEE du Japon "auraient survolé l'île de Taïwan", a annoncé jeudi le ministère japonais de la Défense.

Protestation

Qualifiant l'incident de "problème grave qui affecte notre sécurité nationale et celle de nos citoyens", le ministre de la Défense nippon, Nobuo Kishi, a précisé que "le Japon avait déposé une protestation auprès de la Chine par la voie diplomatique".

De son côté, le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, a souligné que Washington avait pris contact avec Pékin "à tous les niveaux du gouvernement" ces derniers jours pour l'appeler au calme.

"J'espère vraiment que Pékin ne provoquera pas une crise et ne cherchera pas un prétexte pour accroître ses opérations militaires agressives", a-t-il dit à ses collègues dans le cadre du sommet de l'ASEAN à Phnom Penh.

Vingt-deux avions de combat chinois sont brièvement entrés jeudi dans la zone de défense aérienne taïwanaise, a annoncé le ministre de la défense taïwanais lors d'un briefing consacré aux manoeuvres militaires chinoises.

Les systèmes de défense anti-aériens ont traqué activement les avions chinois, a-t-il ajouté sur son site internet.

Cibles atteintes

Les manoeuvres, qui ont débuté jeudi à midi (02h00 en Suisse), incluaient "des tirs de missiles conventionnels" vers les eaux au large de la côte est de Taïwan, avait indiqué Shi Yi, un porte-parole des forces militaires chinoises.

"Tous les missiles ont atteint leur cible avec précision, testant les capacités de frappe de précision et de déni d'accès" à la zone, a-t-il souligné dans un communiqué.

Condamnant des "actions irrationnelles qui minent la paix régionale", le ministère taïwanais de la Défense a confirmé que l'armée chinoise avait tiré "11 missiles" balistiques de type Dongfeng "entre 13H56 et 16H00 dans les eaux au nord, au sud et à l'est de Taïwan".

Tir et détonation

A Pingtan, une île chinoise située non loin des manoeuvres en cours, des journalistes de l'AFP ont assisté jeudi après-midi au tir de plusieurs projectiles, qui se sont envolés dans le ciel après des détonations, laissant derrière eux des panaches de fumée blanche.

A cet endroit de Chine continentale qui est le plus proche de Taïwan, les reporters ont également aperçu cinq hélicoptères militaires volant à basse altitude près d'un site touristique en bord de mer.

Les exercices militaires chinois doivent s'achever dimanche à midi.

Selon le journal chinois Global Times, qui cite des analystes militaires, ces manoeuvres sont d'une ampleur "sans précédent".

"Si les forces taïwanaises viennent volontairement au contact de (l'armée chinoise) et viennent à tirer accidentellement un coup de feu, (l'armée chinoise) répliquera avec vigueur et ce sera à la partie taïwanaise d'en assumer toutes les conséquences", a indiqué à l'AFP une source militaire anonyme au sein de l'armée chinoise.

Pour Pékin, ces manoeuvres sont "une mesure nécessaire et légitime" après la visite de Mme Pelosi.

"Face à des provocations malveillantes qui enfreignent de manière aussi flagrante la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine, nos contre-mesures sont justifiées", a déclaré jeudi Hua Chunying, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Les exercices visent à simuler un "blocus" de l'île et incluent "l'assaut de cibles en mer, la frappe de cibles au sol et le contrôle de l'espace aérien", selon l'agence officielle Chine nouvelle.

Tensions récurrentes

Si l'hypothèse d'une invasion de Taïwan, peuplée de 23 millions d'habitants, reste peu probable, elle s'est amplifiée depuis l'élection en 2016 de l'actuelle présidente Tsai Ing-wen.

Issue d'un parti indépendantiste, Mme Tsai refuse, contrairement au gouvernement précédent, de reconnaître que l'île et le continent font partie "d'une même Chine".

Les visites de responsables et parlementaires étrangers se sont également multipliées ces dernières années, provoquant l'ire de Pékin.

La Chine n'a toutefois aucune envie que la situation actuelle dégénère, déclarent des experts à l'AFP.

"Une guerre accidentelle" provoquée par un incident "est la dernière chose que souhaite Xi Jinping" avant le congrès du PCC, estime Titus Chen, professeur de sciences politiques à l'université nationale Sun Yat-Sen à Taïwan.

Amanda Hsiao, analyste Chine au cabinet de réflexion International Crisis Group, note toutefois que ces exercices "représentent une nette escalade par rapport à la norme des activités militaires chinoises autour de Taïwan et à la dernière crise du détroit de Taïwan en 1995-1996".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Stan Wawrinka: "Si c'est la meilleure solution..."

Publié

le

Severin Lüthi (à droite) parti pour aligner Stan Wawrinka en double samedi. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Par la force des choses, Stan Wawrinka tient le même discours depuis le début de l'année. Il ne lui manque, assure-t-il, qu'un petit rien pour faire tourner les choses dans le bon sens.

"La déception est bien présente après une telle défaite, lâche-t-il après s'être incliné 6-4 6-1 devant Alexander Zverev. Je n'ai pas retrouvé la confiance qui me conduit à prendre les bonnes décisions dans les bons moments. Ce soir, le momentum du premier set peut changer sur deux ou trois points. J'ai sans doute trop hésité sur ces instants-là."

Comme tous les observateurs, Stan Wawrinka mesure pleinement l'importance du double qui ouvrira les feux samedi. Un double qu'il devrait disputer aux côtés de Marc-Andrea Hüsler. "Si le capitaine estime que ma présence pour le double est la meilleure solution, je suis prêt à le jouer. A enchaîner aussi avec un simple deux heures plus tard, dit-il. Je ne l'ai jamais fait, mais je ne vois aucun problème. Je me répète encore, mais je me sens très bien sur le plan physique."

Ce samedi qui ne s'annonce pas comme les autres peut, pourquoi pas, agir comme un véritable déclic. Celui que Stan Wawrinka recherche depuis un mois.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Froid polaire historique outre-Atlantique

Publié

le

Froid polaire historique au nord-est des Etats-Unis. (archives, à New York). (© KEYSTONE/FR171797 AP/BRITTAINY NEWMAN)

"Epique" et du jamais-vu depuis des "générations": les services météos des Etats-Unis et du Canada ont redoublé vendredi d'avertissements catastrophistes face aux températures polaires risquant d'atteindre -50 degrés dans le nord-est américain et l'est canadien.

Sous l'effet aussi d'un vent glacial, l'Etat septentrional du Maine en particulier pourrait voir vendredi et samedi la température chuter à -51 degrés Celsius, selon un bulletin du National Weather Service (NWS) pour la région de Caribou, non loin de la frontière avec le Canada.

"C'est un coup (de froid) arctique épique", du jamais-vu à l'échelle d'une "génération", en particulier "quelque chose que le nord et l'est du Maine n'ont pas connu depuis 1982 et 1988", note le NWS.

Invraisemblable

En certains endroits du nord-est américain, et de cette région de la Nouvelle-Angleterre, les températures sous un vent glacial "pourraient atteindre leur plus bas niveau depuis des décennies voire un niveau jamais encore enregistré", selon le NWS.

De l'autre côté de la frontière, des alertes de froid polaire ont été émises pour l'est du Canada, selon le ministère de l'Environnement, qui a prévenu du risque d'engelures en quelques minutes.

La température ressentie était de -41° à Montréal vendredi après-midi. Le mercure pourrait descendre jusqu'à -50° dans les régions plus au nord du Québec. Une fumée blanche, appelée "fumée de mer arctique", s'élevait au-dessus du fleuve Saint-Laurent en raison du froid extrême passant au-dessus de l'eau non gelée.

De fortes bourrasques de vent frappaient les rares passants croisés dans le centre-ville de Montréal lors d'un vendredi ensoleillé, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Phénomènes extrêmes

La compagnie d'électricité Hydro-Québec se préparait à ce qu'un seuil de consommation historique survienne vendredi et samedi et a appelé ses clients à faire des économies d'énergie.

Le pire du froid aux Etats-Unis devrait frapper dans la nuit de vendredi à samedi, notamment à Boston et à New York, plus au sud, où il pourrait faire -15°.

Avant que les températures ne remontent dimanche.

Pluie, neige, tempêtes, froid polaire et chaleur humide: le nord-est des Etats-Unis est tout au long de l'année soumis à des phénomènes météo extrêmes qui s'accompagnent de pertes en vies humaines et en dégâts matériels.

Dernier en date, durant le week-end de Noël 2022, un blizzard et une tempête de neige ont frappé la ville de Buffalo, dans le nord-ouest de l'Etat de New York, faisant des dizaines de morts.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La Suisse n'a pas fait le break

Publié

le

Stan Wawrinka: la barre était trop haute pour lui face à Alexander Zverev. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La Suisse n'a pas fait le break à Trèves. Champion olympique en titre, Alexander Zverev (ATP 14) a remis l'Allemagne à la hauteur de la Suisse dans les "Qualifiers" de la Coupe Davis.

Alexander Zverev a apporté le point du 1-1 à la faveur de son succès 6-4 6-1 devant Stan Wawrinka (ATP 135). Avec une telle parité, tout indique que le double qui ouvrira la journée de samedi à 13.00 s'annonce crucial.

Ce score de 6-4 6-1 est bien sévère pour Stan Wawrinka. Face à un Alexander Zverev vraiment percutant, le Vaudois a fait le match dans le premier set. Il le perd sur un break malheureux concédé à 5-4 alors qu'il avait mené 40-15 avant de perdre un point en raison d'une corde cassée et raté un penalty en coup droit sur une balle de jeu.

Parfaitement lancé après le gain de cette première manche, Alexander Zverev a survolé le second set pour signer son cinquième succès en cinq rencontres devant le Vaudois. Il cueille sa première victoire de prestige depuis son retour aux affaires après sa terrible blessure à la cheville contractée l'an dernier en demi-finale de Roland-Garros face à Rafael Nadal.

A Severin Lüthi de jouer désormais. Le capitaine doit composer la meilleure équipe de double possible face à la paire annoncée redoutable composée d'Andres Mies et de Tim Pütz, Severin Lüthi a nommé jeudi Dominic Stricker et Leandro Riedi pour ce double. Il semble acquis que ce choix initial sera modifié.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

La fusion entre Dufry et Autogrill finalisée

Publié

le

Dufry et Autogrill forment un nouveau géant du service aux voyageurs. (© KEYSTONE/PATRICK STRAUB)

La fusion entre l'opérateur bâlois de boutiques hors taxes Dufry et le spécialiste italien de la restauration Autogrill a été finalisée vendredi pour créer un géant des services aux voyageurs, a annoncé Dufry dans un communiqué.

Le nouveau Dufry -dont la holding Edizione contrôlée par la famille Benetton devient le principal actionnaire avec 27,5% - va servir "2,3 milliards de passagers dans plus de 75 pays" et pèsera "environ 14 milliards de francs sur la base des chiffres de 2019", avant la pandémie de Covid 19, souligne le communiqué.

La finalisation de l'opération était attendue. Tous les feux verts nécessaires des autorités de concurrence avaient été obtenus, sans conditions.

L'entreprise combinée sera dirigée par le patron de Dufry, Xavier Rossinyol. Elle réalisera un chiffre d'affaires de 13,6 milliards de francs avec 5500 points de vente, en particulier dans 350 aéroports. Elle emploiera près de 60'000 collaborateurs.

Conformément à la législation italienne, Dufry doit maintenant lancer une offre d'échange publique pour les actions d'Autogrill encore en circulation.

Le groupe bâlois estime que "la transaction, y compris l'offre d'échange obligatoire, sera achevée d'ici la fin du 2e trimestre 2023.

"Dufry commencera à consolider entièrement Autogrill à partir du 1er février 2023 et le processus d'intégration est sur le point d'être lancé", précise le communiqué.

L'intégration comprendra également la définition d'une identité d'entreprise et d'un nom de société pour le groupe combiné, "représentant le portefeuille amélioré, les offres complémentaires et l'expertise précieuse des deux sociétés", précise encore Dufry.

Juan Carlos Torres reste président du conseil d'administration.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Malgré sa grave blessure, Neuer veut continuer avec la sélection

Publié

le

Manuel Neuer entend revenir no 1 au Bayern et en sélection allemande. (© KEYSTONE/AP/Matthias Schrader)

Le capitaine de la sélection allemande Manuel Neuer veut continuer avec la Mannschaft, malgré sa grave blessure à la jambe droite qui va l'éloigner des terrains de très longs mois.

Il l'a expliqué dans un entretien accordé vendredi au site spécialisé The Athletic.

"Nous sommes en contact avec Hansi Flick (le sélectionneur de l'Allemagne, NDLR). Hansi part certainement du principe que je reviendrai et je ferai tout pour. Je suis sûr que j'en suis capable", a déclaré le gardien du Bayern Munich, pour sa première prise de parole depuis sa blessure.

Éliminé avec l'Allemagne dès le 1er tour de la Coupe du monde 2022 au Qatar, Manuel Neuer s'est gravement blessé lors d'une sortie à skis dans les Alpes bavaroises le 9 décembre, victime d'une fracture de la partie inférieure de la jambe droite, sur une chute à "10 ou 12 km/h".

Skieur "depuis plus de trente ans", il affirme ne jamais avoir pensé que sa carrière était terminée.

"Dès que l'on a su que l'on pouvait opérer, j'étais confiant, tout irait bien. Je connais un peu la médecine désormais. Je n'avance pas à tâtons. Ma jambe, le processus de guérison, la rééducation, le retour: je sais comment ça va fonctionner", a insisté Neuer.

Au printemps 2017, une fracture au pied gauche l'avait éloigné pendant près d'une saison des buts du Bayern, mais il était revenu à temps pour la Coupe du monde 2018, éliminé dès le 1er tour.

Pas écouter Schumacher

L'ancien gardien de but de l'Allemagne Harald "Toni" Schumacher a suggéré à Neuer d'arrêter la sélection et de se concentrer sur sa carrière en club.

"Chacun peut faire des recommandations. Le temps venu, je me regarderai dans un miroir et je me dirai la vérité en face, comme toujours. Si je ne suis pas performant, je libèrerai ma place. Mais ne vous attendez pas à ce que cela arrive", a lancé Neuer, 117 sélections avec l'Allemagne.

Le champion du monde 2014 et double vainqueur de la Ligue des champions (2013, 2020) espère revenir à l'été 2023 pour la préparation estivale de la saison 2023/24 du Bayern, et veut disputer l'Euro 2024 à domicile dans un peu moins d'un an et demi.

Il va toutefois se retrouver, à 37 ans, en concurrence tant en club face à Yann Sommer recruté au mercato hivernal, qu'en sélection face à Marc-André ter Stegen et Kevin Trapp.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poissons

Certains rapports assez tendus vont s'améliorer dès maintenant par davantage de compréhension mutuelle. C’est parfait !

Les Sujets à la Une

X