Rejoignez-nous

International

La communauté internationale veut des élections crédibles en Libye

Publié

,

le

Le président français Emmanuel Macron a accueilli la vice-présidente des Etats-Unis Kamala Harris à la conférence. (© KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT)

Les dirigeants réunis vendredi à Paris dans le cadre de la conférence sur la Libye ont appelé à la tenue d'élections "inclusives"et "crédibles" dans ce pays en décembre. Ils ont menacé de sanctions tous ceux qui y feraient obstacle.

"Il est important que toutes les parties prenantes libyennes se mobilisent résolument en faveur de l'organisation d'élections présidentielles et législatives libres, régulières, inclusives et crédibles le 24 décembre 2021", ont souligné les dirigeants et ministres d'une trentaine de pays, protagonistes ou médiateurs dans la crise libyenne.

"Les personnes ou entités à l'intérieur ou à l'extérieur de la Libye qui tenteraient d'entraver, de remettre en cause, de manipuler ou de falsifier le processus électoral et la transition politique devront rendre des comptes et pourront être inscrits sur la liste du Comité des sanctions de l'ONU", ont-ils ajouté dans la déclaration finale.

Le secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, a également exhorté tous les camps rivaux libyens à contribuer au "processus électoral" et à "respecter" le résultat des élections afin de parachever la transition dans ce pays après dix ans de chaos.

Elections incertaines

Les élections, les premières de l'histoire du pays, restent très incertaines sur fond de regain de tensions entre camps rivaux, entre ouest et est du pays, à l'approche de l'échéance.

La présidentielle et les législatives, aboutissement d'un processus politique laborieux parrainé par l'ONU, sont censées tourner la page d'une décennie de chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 et mettre fin aux divisions et aux luttes fratricides.

"Sans ces élections, il n'y aura pas de gouvernement en état de marche l'an prochain en Libye", a averti un haut responsable américain.

Les pays présents à la conférence sont impliqués au côté des belligérants - l'Egypte, les Emirats arabes unis ou la Russie auprès de l'homme fort de l'Est libyen, la Turquie auprès du camp de Tripoli - ou dans le règlement de la crise (Allemagne, Italie, France).

Ignazio Cassis présent

La vice-présidente des Etats-Unis Kamala Harris, dont le pays a été moins actif ces dernières années sur le dossier, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et des chefs d'Etat de pays voisins (Niger, Tchad..) étaient présents.

L'Allemande Angela Merkel, l'Italien Mario Draghi et les Libyens Mohamed Al-Manfi, président du Conseil présidentiel, et Abdelhamid Dbeibah, Premier ministre ont coprésidé la conférence, au côté d'Emmanuel Macron.

La Suisse était représentée par le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis. "Il est primordial que les élections se tiennent dans un environnement qui permette aux Libyens d'exercer leur droit de vote en sécurité. Dans les semaines cruciales à venir, la Libye aura plus que jamais besoin de notre unité pour l'accompagner sur ce chemin difficile", a déclaré le conseiller fédéral dans son discours.

Absence d'Erdogan et Poutine

La Russie était représentée par son chef de la diplomatie, Sergueï Lavrov. La Turquie n'a délégué qu'un vice-ministre des Affaires étrangères, Sedat Önal.

"L'absence des présidents algérien Tebboune, turc Erdogan et russe Poutine et l'impasse actuelle en Libye" risquent "d'entacher cette séquence libyenne", relève Hasni Abidi, directeur du Centre d'études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen à Genève.

Emmanuel Macron, qui a déjà organisé deux conférences sur la Libye en 2017 et 2018, s'est vu aussi reprocher d'avoir favorisé l'homme fort de l'Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, au détriment du camp de l'Ouest même si Paris affiche désormais une plus grande neutralité.

La conférence a aussi endossé "le plan libyen de départ des forces et mercenaires étrangers". Plusieurs milliers de mercenaires russes - du groupe privé Wagner -, syriens pro-turcs, tchadiens et soudanais sont encore présents en Libye, selon l'Elysée.

Mais la Turquie se montre peu pressée d'engager un retrait de ses forces. Le Kremlin dément, lui, tout envoi de militaires ou mercenaires en Libye ainsi que tout lien avec le groupe Wagner.

Le dépôt de candidatures pour l'élection du chef d'Etat --premier scrutin au suffrage universel en Libye - s'est ouvert lundi. Les spéculations vont bon train sur les intentions de Seif al-Islam Kadhafi, fils de l'ancien "Guide", et du maréchal Khalifa Haftar.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Le roi Harald va rester hospitalisé toute la semaine

Publié

le

Le roi Harald est le plus ancien roi régnant en Europe. (© KEYSTONE/AP/Cornelius Poppe)

Le roi Harald de Norvège, âgé de 87 ans et rapatrié de Malaisie dimanche après avoir une infection, va rester hospitalisé toute la semaine au minimum, a annoncé lundi le Palais royal.

Le roi souffre toujours d'"un rythme cardiaque faible", ce qui va requérir la pose d'un stimulateur cardiaque permanent une fois son infection totalement soignée, a-t-il ajouté.

"Cela pourrait prendre plusieurs jours et le roi devrait donc rester à l'hôpital Rikshospitalet (hôpital national à Oslo, ndlr) jusqu'à la fin du week-end", selon le communiqué du Palais royal.

L'infection "a récemment été mieux maîtrisée" et "l'état de santé du souverain est stable et s'améliore", précise-t-il.

Doyen des souverains en exercice en Europe, le roi Harald a été victime d'une infection au cours d'un séjour privé sur l'île de Langkawi en Malaisie et a dû être hospitalisé sur place pendant plusieurs jours avant son rapatriement dimanche à Oslo.

33 ans sur le trône

Samedi, le monarque s'est fait poser un stimulateur cardiaque provisoire avant son vol retour.

Le roi Harald, qui se déplace avec des béquilles, est de santé fragile: il a notamment subi une opération du coeur et a souffert, ces dernières années, de divers troubles respiratoires et d'infections.

Fin janvier, il a cependant exclu d'abandonner ses fonctions après l'abdication surprise à 83 ans au Danemark de sa cousine éloignée, la reine Margrethe II, en faveur de son fils aîné Frederik.

Sur le trône depuis 33 ans, le roi Harald a fêté ses 87 ans le 21 février.

Le Palais royal a prévenu dimanche matin que le monarque resterait en arrêt maladie pendant deux semaines.

En son absence, le prince héritier Haakon, 50 ans, assure la régence.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'Albanie inaugure une base aérienne de l'Otan

Publié

le

Un hélicoptère militaire atterrit près d'un Eurofighter italien sur une base aérienne lors d'une cérémonie à Kocuve. L'Albanie, membre de l'OTAN, a inauguré lundi une base aérienne tactique internationale, la première de l'Alliance dans la région des Balkans occidentaux. (© KEYSTONE/AP/Armando Babani)

L'Albanie a inauguré lundi une base aérienne rénovée et modernisée avec des fonds de l'Otan, qui marque ainsi son empreinte dans une région secouée par l'invasion russe de l'Ukraine il y a deux ans.

Cette installation qui servira de "base aérienne tactique de l'Otan", a été bâtie sur l'emplacement d'une ancienne base construite dans les années 1950 avec le soutien de l'Union soviétique, près de "la ville de Staline", qui a retrouvé son ancien nom, Kuçova, 33 ans après la chute du régime communiste.

Présent à la cérémonie inaugurale, le premier ministre albanais, Edi Rama, a souligné l'importance de cette base qui "dépasse les frontières de l'Albanie", dans l'actuel moment géopolitique.

Elle "constitue un élément supplémentaire de sécurité pour notre région des Balkans occidentaux, qui n'est pas loin, nous le savons, de la menace et des ambitions néo-impérialistes de la Fédération russe", a déclaré le chef du gouvernement albanais.

La construction de cette base, située à 80 km au sud de Tirana, est considérée comme le dernier symbole du virage à l'ouest de l'Albanie, qui a adhéré en 2009 à l'Otan.

Mais les Balkans n'ont pas tous la même position sur l'Alliance: la Serbie et la Bosnie n'ont pas adhéré à l'Otan, ni le Kosovo, où la KFOR, la force de l'OTAN, est très présente.

Quatre avions de chasse de l'Alliance, qui ont décollé de la base d'Aviano, en Italie, ont survolé la nouvelle installation au moment de la cérémonie, avant d'atterrir sur sa nouvelle piste, longue de 2 kilomètres.

Cimetière de vieux Mig

Deux hélicoptères Black Hawk de l'armée albanaise et un drone Bayraktar TB2, nouvelle acquisition albanaise, ont également survolé la zone, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le ministre italien de la Défense Guido Crosetto, des représentants de l'Otan, ainsi que des diplomates turcs, américaines et italiens ont assisté à la cérémonie.

"L'inauguration de la base aérienne de Kuçova démontre que l'Alliance (...) est fortement engagée dans cette région", a déclaré le représentant de l'Otan, le général Juan Pablo Sanchez de Lara.

La reconstruction de la base avait commencé début 2022, peu avant l'invasion russe de l'Ukraine.

Ce site de 350 hectares était alors le cimetière de dizaines de vieux Mig, Antonov et Yak-18 soviétiques, les derniers ayant été mis au rebut en 2005 pour cause de vétusté.

Quelque MiG-19 ont été maintenus sur le site, rappelant le passé et d'autres alliances du pays.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Asie du Sud-Est: une espèce de poisson sur 5 du Mékong menacée d'extinction

Publié

le

Quelque 74 espèces de poissons du Mékong sont menacées d'extinction selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), dont 18 qui sont considérées comme en danger critique. Mais le chiffre réel pourrait être bien supérieur, d'après les auteurs. (© KEYSTONE/EPA/KITH SEREY)

Une espèce de poisson sur cinq dans le fleuve Mékong est menacée d'extinction en raison des barrages hydroélectriques ou du minage de sable. C'est ce qu'indique un rapport de plusieurs organisations de défense de la nature chapeauté par le WWF diffusé lundi.

"Malheureusement, les poissons du Mékong se trouvent en grave danger. Près d'un cinquième est menacé d'extinction", a déclaré Lan Mercado, directrice Asie-Pacifique pour WWF, citée dans l'avant-propos. Il s'agit d'un "signal de réveil urgent" à destination des populations et des organisations d'Asie du Sud, a-t-elle poursuivi.

La baisse de la population de poissons pourrait affecter la vie de millions de personnes dépendant des ressources du fleuve, qui s'étire sur plus de 4000 kilomètres de la Chine au Vietnam.

Quelque 74 espèces menacées

La construction de barrages hydroélectriques, la mauvaise gestion des pêches, le minage de sable, la pollution et la disparition d'habitats ont contribué au phénomène, exacerbé par le changement climatique, a noté le rapport.

Quelque 74 espèces de poissons sont menacées d'extinction selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), dont 18 qui sont considérées comme en danger critique. Mais le chiffre réel pourrait être bien supérieur, d'après les auteurs.

Réservoir de biodiversité

Le Mékong est un réservoir de biodiversité qui abrite 1148 différentes espèces de poissons, dont la raie géante d'eau douce, considérée comme le plus gros poisson d'eau douce au monde.

La population de poissons dans le Tonlé Sap, le plus grand réservoir d'eau douce d'Asie du Sud-Est, situé au Cambodge, a chuté de 88% entre 2003 et 2019, selon une étude citée par le texte. Entre 2015 et 2020, les pêches au Mékong ont perdu un tiers de leur valeur économique, d'après d'autres chercheurs.

Pas encore trop tard pour agir

Le rapport recommande d'améliorer la qualité de l'eau ou de restaurer les habitats et les espèces en état critique.

"La bonne nouvelle, c'est qu'il n'est pas trop tard pour restaurer le Mékong et mettre ses poissons à l'abri de la catastrophe", a déclaré Zeb Hogan, de l'ONG Wonders of the Mekong qui a contribué au financement du rapport.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Etape et maillot de leader pour Juan Ayuso

Publié

le

Juan Ayuso a fait coup double. L'Espagnol a gagné l'étape et pris le maillot de leader. (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Juan Ayuso (UAE Team Emirates) a remporté d'un cheveu la première étape de Tirreno-Adriatico. Le jeune Espagnol (21 ans) a remporté le contre-la-montre de Lido di Camaiore avec 1 seconde d'avance sur le champion du monde italien Filippo Ganna et 12'' de marge sur son compatriote Jonathan Milan.

Au terme des 10 kilomètres d'un parcours totalement plat, le vainqueur du contre-la-montre du Tour de Romandie 2023 à Châtel-Saint-Denis a relégué le double vainqueur sortant du Tour de France, le Danois Jonas Vingegaard, à 22 secondes (9e).

Le meilleur Suisse de cette 1re étape a été Marc Hirschi, 85e à 52''- Le Vaudois de chez Tudor Robin Froidevaux s'est hissé au 119e rang à 1'04''.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

Bon climat astral pour toute démarche professionnelle ou commerciale. Le Ciel vous assiste et assure vos arrières. Vous pouvez évoluer avec confiance

Les Sujets à la Une

X