Rejoignez-nous

International

Pluie de condamnations après un bombardement meurtrier sur Rafah

Publié

,

le

Des Palestiniens pleurent leurs proches tués dans les bombardements israéliens. (© KEYSTONE/AP/Abdel Kareem Hana)

Israël fait face lundi à une vague de condamnations internationales après un bombardement nocturne sur Rafah qui a fait 45 morts, selon le ministère de la santé à Gaza. L'attaque a mis le feu à des tentes occupées par des Palestiniens dans un camp de déplacés.

L'armée israélienne a assuré lundi enquêter sur la mort de victimes civiles, le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou parlant d'"accident tragique". La veille, elle avait affirmé avoir ciblé à l'aide de "munitions précises" deux hauts responsables du Hamas, "des cibles légitimes au regard du droit international" selon elle.

Le gouvernement a indiqué de son côté examiner les faits concernant ce bombardement qu'il a qualifié de "grave", assurant qu'Israël cherchait à "limiter les pertes civiles".

ONU: "ces horreurs doivent cesser"

Le secrétaire général de l'ONU António Guterres a condamné l'attaque, soulignant que "ces horreurs doivent cesser".

L'ONU a demandé une enquête "complète et transparente" après l'attaque dans la ville surpeuplée de Rafah, où Israël a lancé des opérations au sol le 7 mai en dépit des mises en garde de la communauté internationale sur le sort des civils.

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira en urgence mardi après-midi pour discuter de la situation à Rafah après la frappe meurtrière qui a mis le feu à des tentes occupées par des Palestiniens dans un camp de déplacés, a-t-on appris lundi de sources diplomatiques. La réunion, à huis clos, a été demandée par l'Algérie.

Le haut-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Volker Türk, s'est dit "horrifié", évoquant des "images horribles". "Bouleversé", Washington a appelé son allié israélien à "prendre toutes les précautions pour protéger les civils".

Le bombardement meurtrier a été dénoncé notamment par l'Union européenne (UE), l'Union africaine (UA), la France, ainsi que par l'Egypte et le Qatar, deux pays médiateurs dans les efforts diplomatiques pour parvenir à un cessez-le-feu dans la guerre dévastatrice déclenchée il y a bientôt huit mois.

Corps carbonisés, démembrés

La défense civile palestinienne a fait état de nombreux corps "carbonisés" dans l'incendie qui a ravagé le camp de déplacés de Barkasat, géré par l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), dans le nord-ouest de Rafah.

Mohammed al-Mughayyir, un responsable de la défense civile dans la bande de Gaza, décrit un "massacre": "nous avons vu des corps carbonisés, démembrés [...] des cas d'amputations, des enfants blessés, des femmes et des personnes âgées".

Lieu désigné "zone humanitaire"

Des images du Croissant-Rouge palestinien, selon lequel le lieu visé par la frappe avait été désigné par Israël "comme une zone humanitaire", ont montré des scènes de chaos, des ambulances toutes sirènes hurlantes et des secouristes en pleine nuit sur un site en feu, évacuant les blessés parmi lesquels des enfants.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a dit recevoir dans un de ses hôpitaux de campagne un "afflux de blessés ayant subi des brûlures".

"Du feu tout autour"

"Le massacre à Rafah hier a fait 45 morts", selon un bilan fourni lundi par le ministère de la santé de l'administration du Hamas dans la bande de Gaza, qui fait aussi état de "249 blessés".

"Nous venions de terminer les prières du soir. Nos enfants dormaient [...] Soudain, nous avons entendu un grand bruit et il y avait du feu tout autour de nous. Les enfants criaient. Le bruit était terrifiant. On aurait dit des éclats d'obus traversant les pièces", raconte une Palestinienne refusant d'être identifiée.

Employés de l'UNRWA portés disparus

"Les images de la nuit dernière témoignent de la transformation de Rafah en enfer sur terre", a déclaré Philippe Lazzarini, chef de l'UNRWA, affirmant que certains employés de l'agence étaient portés disparus.

La frappe est intervenue quelques heures après des tirs de roquettes sur Tel-Aviv depuis Rafah, revendiqués par le Hamas.

Décisions de la CIJ ignorées

Le Hamas a dénoncé un "massacre horrible". En Cisjordanie occupée par Israël depuis 1967 en violation du droit international, l'autorité palestinienne a accusé Israël d'avoir "délibérément visé" le camp de Rafah.

De son côté, le président français, Emmanuel Macron, s'est dit "indigné". Son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, a promis que son pays ferait "tout son possible pour que les autorités israéliennes "barbares rendent des comptes".

Le chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell s'est dit "horrifié", tout comme la ministre canadienne des affaires étrangères Mélanie Joly, tandis que la Jordanie a fermement condamné les "crimes de guerre en cours", ajoutant que la frappe israélienne à Rafah "défie les décisions de la Cour internationale de justice (CIJ).

L'Union africaine a dénoncé de son côté un "mépris" pour l'arrêt de la CIJ, la plus haute juridiction de l'ONU, qui avait ordonné vendredi à Israël de suspendre ses opérations à Rafah. Ces dernières ont poussé en près de trois semaines selon l'ONU quelque 800'000 personnes à la fuite.

"Empêcher un génocide"

Médiateur clé avec le Qatar et les Etats-Unis, l'Egypte a condamné un "bombardement délibéré des forces israéliennes sur des tentes de déplacés" à Rafah, appelant Israël à "mettre en oeuvre les mesures édictées par la CIJ".

Le Qatar a prévenu que les bombardements israéliens sur Rafah pourraient "compliquer les efforts de médiation", appelant "à agir de toute urgence pour empêcher un génocide et protéger les civils". L'Arabie saoudite a également condamné "la poursuite des massacres" et le Koweït a dénoncé des "crimes de guerre flagrants".

Barre des 36'000 morts franchie

La guerre a été déclenchée par une attaque menée le 7 octobre sur le sol israélien par des commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza.

Les représailles d'Israël, qui dit vouloir anéantir le Hamas, ont fait au moins 36'050 morts dans la bande de Gaza, essentiellement des civils, selon le ministère de la santé de l'administration Hamas dans le territoire palestinien.

Hôpitaux hors-service

Lundi, le directeur par intérim de l'Hôpital koweïtien à Rafah, Suhaib al-Hams, a indiqué que l'établissement était désormais hors-service et en cours d'évacuation après que des tirs d'artillerie israéliens ont touché l'entrée de l'hôpital et "tué deux soignants".

Après près de huit mois de guerre, la pression monte sur Israël et l'ONU prévient d'une famine imminente dans la bande de Gaza assiégée, où la plupart des centres de soins ne fonctionnent plus.

Mardi, l'Espagne, la Norvège et l'Irlande vont reconnaître l'Etat de Palestine, une annonce faite la semaine dernière et qui avait suscité la colère d'Israël.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Climat

Les Etats-Unis se préparent à une vague de chaleur écrasante

Publié

le

Il pourrait faire jusqu'à 38 degrés celsius dans le nord-est des Etats-Unis (archives). (© KEYSTONE/AP/David Santiago)

Des régions du centre et de l'est des Etats-Unis d'Amérique se préparent à subir une vague de chaleur étouffante la semaine prochaine. Les températures, qui devraient être anormalement élevées pour un mois de juin, pourraient monter jusqu'à 38 degrés par endroits.

"Les températures vont s'envoler la semaine prochaine du Midwest vers le nord-est" du pays, a prévenu vendredi sur le réseau social X (ex-Twitter) le service météorologique national (NWS). Il s'attend à "plusieurs dizaines de records" de chaleur journaliers.

Cette vague doit commencer dimanche dans le centre puis se propager à travers le Midwest et le nord-est avant mardi. Elle durera presque toute la semaine, selon le NWS. "La chaleur est la principale cause de décès liés aux conditions météorologiques la plupart des années. Prenez-la au sérieux", a mis en garde le service.

Réchauffement climatique

La capitale Washington a d'ores et déjà activé son alerte à "l'urgence chaleur" pour ce vendredi, a indiqué la maire Muriel Bowser. "Des températures extrêmes sont prévues pour la semaine prochaine".

Le mercure pourrait ainsi monter jusqu'à 38 degrés celsius le 23 juin. Plusieurs autres grandes villes seront concernées, de Chicago à New York.

Selon les scientifiques, les canicules à répétition sont un marqueur sans équivoque du réchauffement de la planète et ces vagues de chaleur sont appelées à encore se multiplier, s'allonger et s'intensifier.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Yuliya Efimova autorisée sous statut neutre

Publié

le

Yulia Efimova (ici en 2016 à Rio) est autorisée à participer aux JO de Paris (© KEYSTONE/AP/MARTIN MEISSNER)

Yuliya Efimova est devenue la première nageuse russe à bénéficier du statut d'athlète individuel neutre (AIN) pour les JO de Paris. L'intéressée estime néanmoins qu'elle aura du mal à se qualifier.

La brasseuse, sextuple champion du monde et triple médaillée olympique à Londres 2012 (200 m, bronze) et Rio 2016 (100 et 200 m, argent), a reçu le statut de nageuse neutre pour Paris vendredi de la part de l'instance dirigeante de la natation, World Aquatics.

Le CIO autorise à titre individuel les sportifs russes et bélarusses à participer sous bannière neutre aux Jeux, aux conditions de ne pas avoir ouvertement soutenu l'offensive lancée en Ukraine par la Russie en février 2022 et de ne pas être membre d'un club lié aux forces de sécurité.

Efimova, 32 ans, a toutefois déclaré à la chaîne russe Match TV.Ru qu'elle aurait du mal à respecter la date limite de qualification pour les Jeux olympiques, fixée au 23 juin. N'ayant pas de visa pour l'Europe, elle ne peut pas participer à des épreuves où elle aurait pu se qualifier.

"Ils m'ont donné (le statut neutre) aujourd'hui mais c'est un gros problème de ne pas avoir assez de temps pour les qualifications internationales. Les compétitions se terminent toutes le 23 juin - soit elles ont eu lieu, soit elles auront lieu la semaine prochaine", a-t-elle souligné.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Doublé de Messi avec l'Argentine

Publié

le

Messi a signé un doublé face au Guatemala (© KEYSTONE/EPA/SHAWN THEW)

Lionel Messi a inscrit un doublé lors du succès 4-1 de l'Argentine face au Guatemala vendredi dans le Maryland. Il s'agissait du dernier match de préparation de l'Albiceleste avant la Copa America.

Après l'ouverture du score surprise du Guatemala avec un but contre son camp de Lisandro Martinez (4e), Messi a rapidement égalisé (12e) en profitant d'une erreur du gardien adverse, avant de clore la marque à la 77e minute. Entretemps, Lautaro Martinez avait donné l'avantage aux champions du monde 2022 (39e sur penalty, puis 66e).

L'Argentine entamera la défense de son titre de champion de la Copa America jeudi prochain contre le Canada à Atlanta. Cette édition disputée aux Etats-Unis a été élargie à l'Amérique du nord, à l'Amérique centrale et aux Caraïbes (Concacaf).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Aberg en tête après le 2e tour, Woods manque le cut

Publié

le

Ludvig Aberg pointe en tête de l'US Open après 2 tours (© KEYSTONE/AP/George Walker IV)

Ludvig Aberg pointe seul en tête de l'US Open à l'issue du 2e tour. La légende Tiger Woods n'a pour sa part pas franchi le cut vendredi à Pinehurst en Caroline du Nord.

Ludvig Aberg confirme son arrivée tonitruante dans le monde professionnel à 24 ans, après sa 2e place au Masters. Une carte de 69 (1 sous le par) lui a permis de capitaliser sur son excellente première journée jeudi (66) pour se retrouver seul à -5 sous le par.

"J'ai très bien tapé la balle. C'était évidemment un parcours très difficile. Mais j'ai l'impression d'avoir su rester discipliné, très patient, en essayant de viser les zones que je ciblais", a déclaré le jeune Suédois.

McIlroy en embuscade

Un coup derrière Aberg, les Américains Bryson DeChambeau et Patrick Cantlay, ainsi que le Belge Thomas Detry partagent la 2e place. Le Nord-Irlandais Rory McIlroy, no 3 mondial vainqueur du tournoi en 2011 et co-leader jeudi soir, reste en embuscade à deux coups, à égalité avec le Français Matthieu Pavon et l'Américain Tony Finau.

Bien plus loin au classement, Tiger Woods (carte de 73, +7 total) a de nouveau échoué à passer le cut d'un Majeur, après le PGA Championship en mai et une 60e place au Masters en avril. L'homme aux 15 titres majeurs est revenu en janvier après une opération à une cheville en avril 2023, sans parvenir à retrouver un bon niveau.

"Une corvée"

Le no 1 mondial Scottie Scheffler, vainqueur du Masters et quasi invincible cette saison, a lui étalé sa frustration lors d'une journée achevée avec une carte de 74, pour un score total de +5 à 10 coups de la tête qui lui permet tout juste de franchir le cut avant les deux derniers tours ce week-end.

"Ca a été une corvée. Je suis fier de la façon dont je me suis battu. Je n'arrivais juste pas à faire tomber les putts", a lâché Scheffler, auteur d'une carte sans birdie rarissime pour lui, dans une journée où il a lancé plusieurs fois ses clubs de rage.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Capricorne

Un incident va chambouler un emploi du temps déjà chargé, mais vous pourrez honorer toutes vos obligations grâce à un bien-être qui multiplie votre vitalité.

Les Sujets à la Une

X