Rejoignez-nous

International

La Grèce empêche plus de mille migrants de débarquer sur ses îles

Publié

,

le

Selon une source du ministère grec des Migrations, le nombre de migrants venant de Turquie pour les quatre premiers mois de l'année était près de 30% plus élevé que pour la même période de l'an dernier. Ici le corps d'un homme non identifié sur une plage de Lesbos. (© KEYSTONE/AP/PANAGIOTIS BALASKAS)

La Grèce a accusé lundi la Turquie voisine d'avoir tenté d'envoyer durant les trois derniers jours sur les îles grecques en mer Egée près de 1130 migrants au total dont les bateaux "ont été repérés et repoussés à temps par les autorités portuaires grecques".

"Des passeurs turcs ont tenté de débarquer sur les îles grecques environ 1130 réfugiés les trois derniers jours", a déclaré Yannis Plakiotakis, ministre grec de la Marine marchande et de la Politique insulaire.

Les garde-côtes grecs ont "localisé et repoussé les bateaux passeurs au cours de 24 incidents distincts", a précisé le ministre lors d'un entretien à Real FM, radio privée grecque.

Les bateaux des passeurs ont tenté d'entrer dans les eaux grecques et plus particulièrement de s'approcher des îles grecques de Lesbos, Chios, Samos, Kos et Rhodes, ont précisé dans un communiqué les garde-côtes grecs.

Seize des 24 bateaux transportant des migrants ont tenté de se diriger vers le sud de l'île de Lesbos, principale porte d'entrée des migrants et réfugiés venant de Turquie vers l'Europe, ajoutent les garde-côtes.

Selon eux, "aucun de ces bateaux n'a réussi à entrer dans les eaux grecques et tous les étrangers ont été secourus par les autorités maritimes turques".

Alors que des ONG et des médias ont accusé Athènes de "refoulements illégaux" ces dernières années, les garde-côtes grecs réitèrent qu'ils agissent conformément "aux mesures nationales pour parer la pression migratoire".

Ils assurent prendre "toute mesure adéquate pour la protection efficace des frontières maritimes de la Grèce et de l'Union européenne" dans le "respect du droit international et en ayant comme priorité la protection de la vie humaine en mer".

En mai, les autorités grecques avaient déclaré avoir empêché en une journée environ 600 migrants de traverser la mer Egée vers la Grèce depuis la Turquie.

Selon une source du ministère des Migrations, le nombre de migrants venant de Turquie pour les quatre premiers mois de l'année était en hausse de 30% par rapport à la même période de l'an dernier.

"Etat pirate"

"La Turquie continue de se comporter comme un Etat pirate violant le droit international et mettant en danger la vie des gens malheureux", a estimé lundi Yannis Plakiotakis accusant à nouveau Ankara de favoriser les réseaux de passeurs.

Voisins et alliés au sein de l'Otan, Athènes et Ankara maintiennent toutefois une relation traditionnellement conflictuelle qui s'est envenimée ces dernières années, sur fond de question migratoire mais aussi en raison de tentatives turques de forages en Méditerranée orientale.

Il y a deux ans, en mars 2020, Ankara avait ouvert ses portes vers l'Europe et tenté de faire passer par la frontière terrestre greco-turque des milliers de migrants, repoussés par Athènes avec l'aide de l'Agence européenne de contrôle des frontières, Frontex.

Sur le front des revendications territoriales, Athènes a appelé le mois dernier "solennellement la Turquie à arrêter de remettre en question sa souveraineté sur les îles de la mer Égée", dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a récemment annoncé qu'il ne participerait désormais plus aux rencontres bilatérales avec les dirigeants grecs qui se tenaient régulièrement depuis un accord de 2010 entre les deux pays.

Les autorités turques ont également accusé la Grèce de positionner des troupes sur les îles de la mer Égée qui sépare les deux pays, en violation des traités de paix signés après les première et deuxième guerres mondiales.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

"Je veux prendre tout ce que je peux encore prendre"

Publié

le

Mujinga Kambundji: un titre pour toujours. (© KEYSTONE/AP/Matthias Schrader)

Mujinga Kambundji ne pouvait cacher un certain soulagement après son succès en finale du 200 m des Championnats d'Europe de Munich. Comme si on lui avait ôté une épine du pied.

"Un titre a une tout autre valeur qu'une médaille, explique-t-elle. Il est à vous pour toujours." La Bernoise ne voulait toutefois pas parler de consécration. "Il y aura de nouveaux objectifs qui vont se dessiner. Je veux prendre tout ce que je peux encore prendre, dit-elle. C'est ce qui me pousse. Il y a encore quelques années, je n'aurais jamais pensé devenir championne du monde en salle ou championne d'Europe."

Pour Mujinga Kambundji, sa deuxième place en finale du 100 m pour cinq malheureux millièmes fut la mère de toutes les défaites. Même si elle avait su savourer comme elle le devait sa médaille d'argent lors de la cérémonie protocolaire, elle avait la "rage". Elle s'en est nourrie pour fermer la porte à la Britannique Dina Asher-Smith qui abordait cette finale avec les faveurs du pronostic.

A 30 ans, Mujinga Kambundji aura donc réussi une saison de rêve avec le titre mondial en salle du 60 m, le titre européen du 200 m et les records de Suisse du 100 m (10''89) et du 200 m (22''05). Elle veut croire que le meilleur est encore à venir. "A 30 ans, on a encore du temps devant soi, lance-t-elle. Le meilleur exemple est bien celui de Shelly-Ann Fraser-Price." Championne du monde du 100 m le mois dernier à Eugene, la Jamaïcaine fêtera ses 36 ans le 27 décembre prochain.

A Munich, Mujinga Kambundji a effacé le traumatisme de Berlin 2018. Il y a quatre ans, elle avait été vraiment "maudite" avec ses quatrièmes places sur le 100 m, le 200 m et le 4 x 100 m. Le titre remporté vendredi soir sonne pour la Bernoise comme la plus douce et cinglante des revanches.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Kambundji: "J'étais bien stressée, mais pas trop"

Publié

le

Mujinga Kambundji a eu de la peine à réaliser qu'elle avait gagné (© KEYSTONE/AP/Matthias Schrader)

Championne d'Europe du 200 m, Mujinga Kambundji s'est prêtée avec bonheur au jeu des interviews. C'est avec un sourire XXL que la Bernoise s'est présentée au micro de la RTS.

"Je suis tellement contente! Je savais que je devais faire une bonne course parce qu'il y avait de très bonnes concurrentes. Mais je crois que j'ai fait une bonne course et ça a suffi pour l'or. J'avais un bon esprit. J'étais bien stressée, mais pas trop. Je voulais montrer ce que j'avais dans les jambes et surtout ne pas me crisper à la fin. J'ai senti que Dina n'était pas loin, mais j'ai pu bien finir et gagner la course."

La Bernoise a également succinctement analysé sa course victorieuse: "Le départ était très bon, j'ai pu rapidement remonter la Néerlandaise. Après en sortie du virage, j'ai senti que j'avais passé Dina. Et à ce moment-là, je voulais juste rester devant. Je me suis battue jusqu'à la ligne. Quand j'ai passé la ligne j'ai pensé que c'était bon, mais je n'étais pas sûre à 100% alors je voulais attendre le résultat."

Ce sacre, c'est aussi un rêve qui devient réalité: "J'ai vu sur le petit écran championne d'Europe. Je suis tellement contente. Il y a dix ans, je n'aurais jamais pensé pouvoir devenir championne d'Europe. Je me suis améliorée chaque année."

Comme beaucoup d'athlètes arrivés au sommet, Mujinga Kambundji ne veut pas s'arrêter là. Elle cherche continuellement à repousser ses limites: "A la fin de chaque saison, je me dis que je peux améliorer des choses. Et ça va aller comme ça pendant un petit moment encore."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Le jour de gloire de Mujinga Kambundji, sacrée sur 200 m

Publié

le

Mujinga Kambundji championne d'Europe du 200 m (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Mujinga Kambundji est la nouvelle championne d'Europe du 200 m. A Munich, la Bernoise s'est imposée en 22''32 en battant Dina Asher-Smith (22''43). La Danoise Ida Karstoft s'est parée de bronze.

Enfin! Après l'argent du 100 m et une certaine frustration d'avoir manqué l'or, Mujinga Kambundji n'a pas raté sa deuxième opportunité. A 30 ans, la Bernoise imite Léa Sprunger en montant sur le toit de l'Europe. 2022 sera une année inoubliable pour elle après être devenue championne du monde en salle sur le 60 m.

Sur le demi-tour de piste en Bavière et sous les yeux de la conseillère fédérale Viola Amherd, Kambundji est très bien partie. Elle est parvenue à remporter sa bataille avec Dina Asher-Smith qui était sa principale adversaire. Mais la Britannique n'a pas réussi à aller chercher la Bernoise, car celle-ci a parfaitement géré sa fin de course. Alors que sur la ligne droite, elle avait craqué dans les derniers mètres, Kambundji a cette fois semblé bien plus relâchée. Elle a d'ailleurs donné l'impression de ne pas réaliser avoir gagné le titre.

Kambundji a assuré à Swiss Athletics sa cinquième médaille lors de ces joutes continentales. La délégation suisse a ainsi égalé le record établi en 2016 à Amsterdam. Et il reste deux jours de compétition. Il s'agit de la quatrième médaille aux championnats en plein air pour la Bernoise. Seul le lanceur de poids Werner Günthör a remporté plus de métal avec cinq breloques.

Warholm et Bol impériaux

Pour sa première finale européenne, Julien Bonvin a pris la 7e place du 400 m haies. Le Valaisan a réussi un bon départ, mais a clairement manqué de gaz sur la fin. Il a fini en 50''24 alors qu'il peut courir sous les 50 secondes.

La victoire est le plus logiquement du monde revenue au champion olympique Karsten Warholm. Blessé en début de saison, le Norvégien a remis les pendules à l'heure en écrasant la course de sa classe. Warholm l'a emporté en 47''12. Il a devancé le Français Wilfried Happio (48''56) et le Turc Yasmani Copello (48''78).

Dans la course féminine, là aussi il n'y a pas eu de surprise. Immense favorite, Femke Bol a réussi son pari de remporter à la fois le 400 m plat et le 400 m haies, sa discipline de prédilection. La recordwoman d'Europe (52''03) s'est imposée en 52''67 avec une marge très importante sur ses adversaires. La 2e, l'Ukrainienne Viktoriya Tkachuk, a coupé la ligne en 54''30. L'Ukraine a encore ajouté le bronze grâce à Anna Ryzhykova.

SUr le 200 m masculin, les Britanniques ont réussi le doublé avec Zharnel Hughes devant Nethaneel Mitchell-Blake. L'Italien Filippo Turtu a empêché le triplé pour le Royaume-Uni en finissant devant Charles Dobson.

Victoire au disque de Mykolas Alekna, fils de Virgilijus, et de Laura Muir sur le 1500 m.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Le bilan s'alourdit après une fusillade dans un centre commercial

Publié

le

Une personne a été tuée et une autre blessée dans une fusillade dans un centre commercial à Malmö, en Suède. La police a arrêté un adolescent. (© KEYSTONE/EPA/Johan Nilsson)

Une des deux personnes blessées dans une fusillade dans un centre commercial à Malmö dans le sud de la Suède est décédée, a annoncé la police vendredi soir. Un homme et une femme avaient été blessés dans l'attaque.

"L'homme a succombé à ses blessures", a annoncé la police sur son site, ajoutant que la femme était quant à elle toujours "soignée à l'hôpital".

Plus tôt dans la soirée, les autorités régionales de santé avaient précisé que cette dernière était dans un état grave.

La police a par ailleurs précisé avoir arrêté un adolescent, soupçonné d'être l'auteur de la fusillade. Elle a indiqué considérer l'attaque comme un "incident isolé en lien avec les milieux criminels" et exclure la motivation terroriste.

Selon les témoignages recueillis par les médias locaux, une personne aurait ouvert le feu aléatoirement sur les personnes présentes dans le centre commercial, une information que la police n'a pas confirmée.

En juillet, la ville de Copenhague au Danemark et située à une trentaine de kilomètres de Malmö, avait également été le théâtre d'une fusillade dans un centre commercial, qui avait fait trois morts.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

A New York, le monde littéraire rend hommage à Salman Rushdie

Publié

le

Des figures du monde littéraire américain se sont rassemblées à New York vendredi pour une lecture publique de l'oeuvre de Salman Rushdie, en soutien à l'auteur britannique poignardé la semaine dernière. (© KEYSTONE/EPA/SARAH YENESEL)

Des figures du monde littéraire américain, comme les écrivains Paul Auster et Gay Talese, se sont rassemblées vendredi pour une lecture de l'oeuvre de Salman Rushdie, en soutien à l'auteur gravement blessé dans une attaque au couteau la semaine dernière.

Une dizaine d'écrivains reconnus, dont des proches de M. Rushdie, se sont exprimés sur les marches de la majestueuse bibliothèque publique de Manhattan. L'auteur a été invité à suivre l'événement en ligne, depuis sa chambre d'hôpital.

Le 12 août, Salman Rushdie, qui a écrit "Les Versets sataniques", s'apprêtait à s'exprimer lors d'une conférence dans le nord de l'Etat de New York quand un homme a fait irruption sur scène et l'a poignardé à plusieurs reprises, au cou et à l'abdomen.

Evacué en hélicoptère vers un hôpital, il avait dû être brièvement placé sous respirateur avant que son état ne s'améliore.

L'écrivain et journaliste Gay Talese, coiffé de son chapeau fedora fétiche, a lu un extrait du roman "La Maison Golden", tandis que l'auteur irlandais Colum McCann a récité un passage de l'essai "Out of Kansas", publié par Salman Rushdie dans la revue New Yorker en 1992.

M. Rushdie "s'est toujours montré à la hauteur du moment", a déclaré M. McCann. "Je pense qu'il aura quelque chose de profond à dire", une fois rétabli, a-t-il poursuivi.

"Anti-création"

L'Américaine A.M. Homes - dont certains des livres, comme "La fin d'Alice", ont créé la controverse - a lu des extraits du texte "On Censorship" ("Sur la Censure").

"Aucun écrivain ne veut vraiment parler de la censure", a-t-elle déclamé. "Les écrivains veulent parler de création, et la censure est anti-création."

Salman Rushdie avait embrasé une partie du monde islamique avec la publication des "Versets sataniques" en 1988, conduisant l'ayatollah iranien Khomeiny à émettre une fatwa réclamant son assassinat.

L'auteur avait été contraint de vivre dans la clandestinité et sous protection policière, allant de cachette en cachette.

Hari Kunzru, romancier et journaliste britannique, a récité le début de ce livre qui a radicalement transformé la vie de Salman Rushdie.

"Salman a écrit un jour que le rôle d'un écrivain est de nommer l'innommable, de montrer les imposteurs, de prendre parti, de lancer des débats, de façonner le monde et de l'empêcher de s'endormir", a-t-il dit. "Voilà pourquoi nous sommes ici."

"Héros"

Arrêté immédiatement après les faits, l'agresseur de M. Rushdie, Hadi Matar, Américain d'origine libanaise de 24 ans, a plaidé jeudi non coupable de tentative de meurtre et d'agression lors d'une première comparution après son inculpation par un grand jury.

"Pas même une lame à travers la gorge ne pourrait faire taire la voix de Salman Rushdie", a affirmé vendredi Suzanne Nossel, présidente de l'association de défense des écrivains dans le monde, PEN America, à l'origine du rassemblement.

Avant de lire un texte à son tour, l'auteure britannique Tina Brown s'est adressée directement à Salman Rushdie: "tu n'as jamais demandé à tenir le rôle d'un héros", a-t-elle dit.

"Tu voulais simplement écrire", a poursuivi Mme Brown. "Mais la ténacité avec laquelle tu as défendu la liberté d'expression fait de toi un héros, et tu as payé un lourd tribut."

Pour l'écrivaine et historienne Amanda Foreman, la mobilisation de vendredi "montre que les gens n'ont pas peur".

"Nous sommes tous prêts à défendre ce en quoi nous croyons", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Salman Rushdie, né en 1947 en Inde dans une famille d'intellectuels musulmans non pratiquants, vivait à New York depuis vingt ans et était devenu citoyen américain en 2016.

En dépit de la menace, il était apparu de plus en plus fréquemment en public, souvent sans protection visible, tout en continuant de défendre dans ses livres la satire et l'irrévérence.

Lors d'un entretien donné au magazine allemand Stern quelques jours avant l'attaque de vendredi, il s'était dit "optimiste" et avait confié: "Depuis que je vis aux Etats-Unis, je n'ai plus de problèmes (...) Ma vie est de nouveau normale."

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X