Rejoignez-nous

Climat

Cyclone Gabrielle: 4 morts, 300 personnes secourues sur les toits

Publié

,

le

L'état d'urgence a été déclaré dans le pays en raison du cyclone. (© KEYSTONE/AP/Warren Buckland)

Environ 300 personnes ayant trouvé refuge sur des toits d'habitations ont été évacuées par l'armée en Nouvelle-Zélande après le passage du cyclone Gabrielle qui a fait quatre morts, ont indiqué mercredi les autorités. Quelque 10'500 personnes ont été déplacées.

Le corps d'une quatrième victime, un enfant vraisemblablement "pris par la montée des eaux", a été retrouvé dans le village rural d'Eksdale, sur la côte est du pays, selon la police.

Trois autres personnes avaient auparavant été retrouvées mortes dans des zones touchées par le cyclone: une à l'endroit où un pompier avait été porté disparu lors de l'effondrement d'une maison pendant les intempéries à West Auckland et deux autres dans la région de Hawke's Bay, dans l'Ile du Nord, a dit le ministre de la Gestion des urgences, Kieran McAnulty.

L'armée néo-zélandaise a déployé trois hélicoptères NH90 dans la région de Hawke's Bay, durement touchée. Ils y ont sauvé des travailleurs, des familles ou des animaux domestiques perchés sur des toits détrempés pour échapper à la montée des eaux.

L'eau jusqu'au deuxième étage

"Dans certains cas, les eaux de crue atteignaient le deuxième étage des maisons" où les opérations de sauvetage étaient en cours, a détaillé un porte-parole militaire. Dans un centre d'évacuation de la ville septentrionale de Whangarei, Margaret, 66 ans, raconte comment elle a pris la fuite alors que les eaux de crue engloutissaient sa maison, faisant par la même occasion sauter l'électricité.

Sa fille, qui vit à 600 kilomètres de là, à Napier, sur la côte est, a également été contrainte de quitter sa maison quand un glissement de terrain a frappé la zone. "Elle m'avait appelée plus tôt, pour vérifier que j'allais bien, et voilà que ça lui arrive; c'est incroyable, vraiment", relate-t-elle à l'AFP.

"Elle est jeune, donc c'est un gros revers pour elle et son mari. Moi, je vais m'en sortir, j'ai des gens ici chez qui je peux rester et les choses vont finir par s'arranger", veut-elle croire.

Travail "phénoménal"

M. McAnulty a salué le travail "phénoménal" des secouristes et de l'armée qui ont évacué "près de 300 personnes" réfugiées sur des toits dans la région de Hawke's Bay, difficilement accessible. Un groupe de 60 personnes a notamment été secouru d'un grand immeuble inondé.

"Il y a eu quatre décès confirmés et le chagrin doit être inimaginable", a déclaré en conférence de presse le Premier ministre néo-zélandais Chris Hipkins. Des vents violents et des pluies diluviennes ont affecté dans la nuit de lundi à mardi l'Ile du Nord où vivent plus des trois quarts des cinq millions d'habitants du pays, provoquant inondations et glissements de terrain.

Les autorités commencent à mesurer l'ampleur des dégâts dans les villes isolées où les eaux de crue ont emporté les routes et coupé les communications. Quelque 10'500 personnes ont été déplacées, a fait savoir le ministre de la Gestion des urgences et 160'000 sont privées d'électricité, même si le courant est progressivement rétabli.

La police a par ailleurs reçu plus de 1400 rapports de personnes étant "injoignables" du fait de l'interruption du réseau de téléphonie mobile.

Paysage méconnaissable

La région, aux paysages autrefois bucoliques, est méconnaissable, entre torrents impétueux, routes détruites et importants éboulements. Le cyclone s'affaiblit depuis en poursuivant sa course vers le Pacifique Sud après avoir soulevé des vagues de 11 mètres et fait souffler des vents allant jusqu'à 140 km/h.

Chris Hipkins a qualifié Gabrielle d'"événement météorologique le plus important survenu en Nouvelle-Zélande durant ce siècle" et l'état d'urgence national a été décrété pour une semaine. "Ceci est une catastrophe significative", a abondé M. McAnulty, soulignant qu'il faudra de "nombreuses semaines" aux zones touchées pour s'en remettre. "Le chemin est long", a-t-il conclu.

Le cyclone Gabrielle s'est formé le 8 février au large de la côte nord-est de l'Australie, dans la mer de Corail, avant de traverser le Pacifique Sud. Selon les scientifiques, il s'est nourri de mers exceptionnellement chaudes, sous l'effet conjugué du changement climatique et du phénomène La Nina, une anomalie météorologique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Climat

Trois randonneurs décédés aux Etats-Unis en pleine vague de chaleur

Publié

le

Une vague de chaleur extrême s'est abattue la semaine dernière dans l'Ouest américain (archives/image prétexte). (© KEYSTONE/AP The Salt Lake Tribune/RICK EGAN)

Trois randonneurs sont morts ces derniers jours dans des parcs de l'Ouest américain, en Utah. Leur décès est survenu en pleine vague de chaleur aux Etats-Unis.

Un Américain de 52 ans et sa fille de 23 ans sont décédés vendredi dans le parc national de Canyonlands, ont indiqué les autorités locales dans un communiqué.

Les deux randonneurs "s'étaient perdus et n'avaient plus d'eau", alors que la température était "supérieure" à 37,8°C, ont-elles expliqué. Lorsque les secours sont arrivés sur place, "les deux personnes étaient déjà décédées".

Samedi, une femme de 30 ans a également été retrouvée morte dans le parc de Snow Canyon, a annoncé la police locale, en insistant sur les risques de déshydratation. Ces morts surviennent au moment où les Etats-Unis subissent une vague de chaleur extrême, qui a largement handicapé l'Ouest du pays la semaine dernière et se déplace maintenant vers l'Est.

Vagues de chaleur à répétition

Lundi, les alertes canicule concernaient encore plus de 150 millions de personnes dans le pays. Plusieurs décès probablement liés à la chaleur ont déjà été identifiés, notamment celui d'un motard le 6 juillet dans la Vallée de la mort en Californie.

Depuis le début du mois, des dizaines de villes dans le pays ont enregistré des records de températures, absolus ou saisonniers. Au Nevada, le mercure à Las Vegas a notamment atteint 48,9°C le 7 juillet, sa température la plus chaude jamais enregistrée.

Les vagues de chaleur à répétition sont un marqueur du réchauffement de la planète lié au changement climatique causé par la dépendance de l'humanité aux énergies fossiles, selon les scientifiques. La chaleur suffocante qui écrase actuellement les Etats-Unis fait suite au mois de juin le plus chaud jamais enregistré dans le monde, selon l'observatoire européen Copernicus.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Rösti s'oppose aux relocalisations des habitants des vallées

Publié

le

Pour Albert Rösti, les mesures de protection sont une meilleure solution que les évacuations des habitants des vallées alpines (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le ministre suisse de l'environnement Albert Rösti s'oppose à la relocalisation des habitants de vallées alpines à cause des intempéries. Cela reviendrait à les priver de leur environnement habituel sans savoir quand et où se produira la prochaine catastrophe, dit-il.

Dans un pays densément peuplé comme la Suisse, les mesures de protection sont une meilleure solution "que de pousser tous les gens vers les villes ou les agglomérations", déclare Albert Rösti dans un entretien diffusé dimanche par la NZZ am Sonntag. La stratégie de la Suisse ne peut pas être d'abandonner des vallées ou des villages entiers, lâche-t-il.

Le conseiller fédéral UDC remarque qu'il y aura à l'avenir plus de décès dus à la chaleur. "Malgré cela, on ne vous demande pas de quitter la ville maintenant", ajoute-t-il. Et le quartier de la Matte, à Berne, a déjà été inondé à plusieurs reprises sans que personne n'ait été renvoyé, constate-t-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

La tempête Béryl fait un mort sur la côte atlantique canadienne

Publié

le

Après avoir traversé les Caraïbes en tant qu'ouragan, Béryl a fait huit morts aux Etats-Unis et provoqué des inondations, notamment dans le Vermont (cliché). (© KEYSTONE/AP/Charles Krupa)

Un jeune a été retrouvé mort après avoir été emporté par les eaux en Nouvelle-Écosse, province canadienne balayée ces dernières heures par les restes de la tempête Béryl, a annoncé la police vendredi. Les infrastructures ont subi "d'énormes dégâts".

La victime jouait avec ses amis jeudi dans un parc de Wolfville, petite ville de 5000 habitants lorsqu'une inondation soudaine s'est produite, l'entraînant "dans un fossé rempli d'eau", ont expliqué les autorités.

"Les pluies ont été très abondantes pendant un laps de temps très court", a précisé un membre de la gendarmerie royale du Canada. Le corps du jeune a été retrouvé quelques heures plus tard, en fin de soirée, le niveau élevé de l'eau et l'obscurité ayant compliqué le travail des équipes de sauvetage.

Maisons submergées

Il s'agit d'"un jour dévastateur pour notre province", a réagi Tim Houston, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse. "Les infrastructures ont subi d'énormes dégâts et nous les reconstruirons. Mais cela ne remplacera pas la perte d'une jeune vie", a-t-il ajouté.

Les pompiers ont dû par ailleurs intervenir à plusieurs autres endroits de la province pour sortir des personnes dont les maisons ont été submergées par les eaux et au moins un pont routier a été emporté par les crues. Vendredi, plusieurs routes étaient toujours coupées à la circulation.

Selon Environnement Canada, plus de 100 mm de pluie sont tombés en quelques heures. Après avoir traversé les Caraïbes en tant qu'ouragan, Béryl a fait huit morts aux Etats-Unis.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Des vents à plus de 100 km/h dans le sud du Tessin

Publié

le

Les intempéries ont notamment provoqué des dégâts à Riva San Vitale, au bord du lac de Lugano. (© KEYSTONE/TI-PRESS/Francesca Agosta)

Les orages continuent à se succéder. Un violent orage s'est abattu vendredi tôt au Tessin, faisant chuter des arbres, avant que des éclairs ne fendent à nouveau le ciel en soirée. Contrairement au dernier week-end de juin, les dégâts sont toutefois limités.

Des rafales à plus de 100 km/h ont été mesurées dans le sud du Tessin vendredi matin, indique MétéoSuisse sur X. Les environs de Lugano ainsi que le Mendrisiotto ont été particulièrement touchés. A Magadino (TI), il est tombé 37,1 millimètres de pluie en 10 minutes, soit la troisième valeur la plus élevée en Suisse depuis le début des mesures, a ajouté l'Office fédéral de météorologie et de climatologie sur le réseau social pendant la nuit de vendredi à samedi.

A plusieurs endroits, les violentes rafales ont fait chuter des arbres sur les routes, a expliqué un porte-parole de la police cantonale tessinoise à Keystone-ATS. Et d'ajouter que pour l'instant il n'y a pas eu d'incidents graves et personne n'a été blessé.

Un arbre a notamment bloqué la bande d'arrêt d'urgence sur l'A2 entre Coldrerio et Mendrisio, a fait savoir le Touring Club Suisse (TCS) sur X. A Riva San Vitale, au bord du lac de Lugano, des embarcadères ont été détruits, selon le média Ticino online. Des bateaux ont également été endommagés près de Lugano.

Evacuations levées

Selon la police, le village de Caneggio, dans le district de Mendrisio, était privé d'électricité depuis 06h00 et le village d'Arzo, sur la commune de Riva San Vitale, était aussi touché. A Meride et Sagno en revanche, la coupure de courant n'a duré qu'une quinzaine de minutes. Peu après 11h00, la radio télévision italophone (RSI) a annoncé que le courant avait été rétabli partout.

Les autorités ont levé l'ordre d'évacuation dans les zones dangereuses du Val Maggia dès samedi matin 06h00. Aucun nouvel événement ne justifie le maintien de cette mesure, a fait savoir vendredi soir l'état-major du commandement tessinois.

Des fermetures de route restent toutefois encore possibles dans la nuit de vendredi à samedi en fonction des conditions météo ou d'éventuelles crues. Le pont de Visletto à Cevio (TI) pourrait également être fermé en cas d'urgence.

De nouveaux orages en soirée

MétéoSuisse a mis en garde depuis jeudi contre de nouveaux orages violents. L'alerte vaut jusque dans la nuit de samedi à dimanche. Les risques de dommages sont les plus élevés au Tessin et dans la région de Bergell (GR).

Vendredi en fin d'après-midi, les orages ont repris de plus belle à partir de l'ouest, selon le service météorologique Meteonews. Plus de 18'800 éclairs ont fendu le ciel suisse jusqu'à vendredi soir. Le Tessin, Saint-Gall, Zurich, Lucerne et Argovie sont les cantons ayant enregistré le plus grand nombre d'éclairs.

Dans le canton de Lucerne, la route principale entre Mauensee et Sursee a été fermée vendredi soir. Et le TCS a signalé des perturbations dues aux inondations sur l'A2 près de Bellinzone.

Ailleurs aussi, il a fortement plu. Des médias en ligne ont publié vidéos de lecteurs montrant des pluies torrentielles ainsi que des routes inondées ou jonchées de grêlons.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Lion

Que les étudiants, qui suivent un programme estival de formation, sachent que le face-à-face entre Mercure et Saturne, leur est positif à 100% !

Les Sujets à la Une

X