Rejoignez-nous

International

Le "massacre de Shakahola" dans une forêt s'alourdit à 179 morts

Publié

,

le

De fortes pluies ont interrompu les opérations de recherche et d'exhumation la semaine dernière, qui n'ont repris que mardi (archives). (© KEYSTONE/AP)

Les enquêteurs kényans ont découvert 29 corps supplémentaires vendredi, portant à 179 morts le bilan du "massacre de Shakahola" dans une forêt du sud-est du Kenya. Une secte, dont le chef prônait le jeûne pour "rencontrer Jésus", se réunissait à cet endroit.

La police estime que la plupart des corps découverts près de la ville côtière de Malindi sont ceux d'adeptes de la secte de Paul Nthenge Mackenzie, un ancien chauffeur de taxi, autoproclamé "pasteur" de l'Eglise Internationale de Bonne Nouvelle (Good News International Church) qu'il a créée.

La préfète de la région, qui a annoncé le dernier bilan, a ajouté que personne n'avait été secouru vendredi dans cette région boisée. De fortes pluies avaient interrompu les opérations de recherche et d'exhumation la semaine dernière, qui n'ont repris que mardi.

Gourou maintenu en détention

Au total, 25 personnes, dont M. Mackenzie et des hommes de main chargés de vérifier qu'aucun adepte ne rompait le jeûne ou ne s'échappait de la forêt, ont été arrêtées. Un tribunal a ordonné mercredi le maintien en détention de Paul Nthenge Mackenzie.

Il ressort des autopsies pratiquées sur les premiers corps que la plupart des victimes sont mortes de faim, vraisemblablement après avoir suivi les prêches de Paul Nthenge Mackenzie. Certaines victimes, dont des enfants, ont toutefois été étranglées, battues ou étouffées.

Les autopsies ont également révélé qu'il y avait "des organes manquants sur certains des corps", selon le directoire des enquêtes criminelles, qui évoque "un trafic d'organes humains bien coordonné impliquant plusieurs acteurs". Le ministre de l'intérieur Kithure Kindiki a toutefois appelé à la prudence à ce sujet, affirmant qu'il s'agissait d'"une théorie sur laquelle nous enquêtons".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Feux dans l'ouest canadien: la ville de Jasper en partie détruite

Publié

le

La ville touristique de Jasper a été en partie détruite par les flammes. La population présente avait auparavant été évacuée en direction de Calgary. (© KEYSTONE/AP/Jeff McIntosh)

Un violent feu de forêt a détruit une partie de la ville touristique de Jasper située dans l'ouest du Canada, au coeur d'un parc national très prisé. Jeudi, les pompiers faisaient toujours face à des murs de flammes.

L'armée doit être déployée dans la zone pour aider les secours qui espèrent aussi pouvoir compter sur l'arrivée de la pluie, prévue jeudi.

Le feu a atteint la ville déserte mercredi soir après avoir très rapidement progressé en fin de journée. Les 25'000 habitants et touristes qui se trouvaient dans le parc ont été évacués dans la nuit de lundi à mardi. Le feu n'a fait aucune victime.

Mais "comme le montrent les images en ligne, des pertes importantes ont eu lieu", a indiqué le parc national dans une publication diffusée sur les réseaux sociaux. Dans la ville de Jasper, les pompiers sont à pied d'oeuvre "pour sauver le plus grand nombre possible de structures et protéger les infrastructures critiques", est-il précisé.

Le maire de Jasper, Richard Ireland, a expliqué sur la chaine publique CBC que sa ville vivait "tout simplement son pire cauchemar".

Le parc national de Jasper, le plus grand du Canada, connu pour ses montagnes, glaciers, lacs et cascades, attire 2,5 millions de visiteurs tous les ans.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Bombardier augmente ses revenus au deuxième trimestre

Publié

le

Bombardier a livré 39 appareils au cours du trimestre, soit dix de plus que l'année précédente. (archive) (© KEYSTONE/AP The Canadian Press/CHRISTOPHER KATSAROV)

Le constructeur aéronautique canadien Bombardier a annoncé jeudi des revenus en croissance de 32% au deuxième trimestre par rapport à la même période l'an dernier, grâce à l'augmentation des livraisons d'avions et des revenus tirés des activités de service.

Trente-neuf appareils ont été livrés au cours du trimestre, soit dix de plus que l'année précédente, et l'entreprise a affiché des revenus de 2,2 milliards de dollars américains.

Le PDG Eric Martel a indiqué dans un communiqué que "le marché de l'aviation d'affaires demeurait solide à l'échelle mondiale" et estime que la diversification du portefeuille de Bombardier leur a permis de "saisir de nouvelles occasions".

Les résultats du deuxième trimestre de Bombardier reflète "la gestion la plus solide de l'industrie de la chaîne d'approvisionnement", a-t-il poursuivi.

Au 30 juin cette année, le carnet de commandes totalisait 14,9 milliards de dollars, "alimenté par une solide activité de prise de commandes". La compagnie basée à Montréal indique être en bonne voie d'atteindre ses prévisions pour l'année et prévoit livrer entre 150 et 155 avions au total.

Les activités de service ont contribué de 507 millions de dollars aux revenus, une augmentation "notable" de 18% par rapport à l'année dernière.

Bombardier a utilisé 68 millions de dollars au sein de ses flux de trésorerie, ce qu'elle estime être "conforme aux attentes".

Bombardier est devenu exclusivement un constructeur de jets d'affaires après avoir finalisé début 2021 la cession de sa division "transport" (fabrication de matériel roulant ferroviaire) à Alstom, transaction qui lui a permis de réduire son endettement.

Les liquidités disponibles s'établissaient à 1,4 milliard de dollars.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Jan Christen s'impose au Pays basque

Publié

le

Jan Christen, ici sur le Tour de Suisse, a signé un joli succès jeudi au Pays basque. (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Ordizia est décidément un lieu apprécié par les coureurs suisses. Après la victoire de Marc Hirschi l'année dernière sur cette classique du Pays basque, c'est Jan Christen qui s'est imposé jeudi.

L'Argovien de 20 ans s'est détaché à 10 km de l'arrivée de cette course vallonnée (165 km) et a conservé une avance de 22 secondes jusqu'à la ligne d'arrivée. L'Italien Vincenzo Albanese et l'Espagnol Pau Miquel se sont classés deuxième et troisième.

Il s'agit de la troisième victoire de la saison pour le coureur de l'équipe UAE. Il y a à peine deux semaines, Christen avait remporté le Tour des Apennins, où il avait également succédé au vainqueur de l'année précédente, Marc Hirschi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Ahumada: "Une médaille n'est pas un objectif utopique"

Publié

le

Raphaël Ahumada (à droite) et Jan Schäuble pourraient bien participer à la moisson suisse de médailles aux Jeux olympiques de Paris (archives). (© KEYSTONE/PHILIPP SCHMIDLI)

L'aviron devrait sauf surprise(s) participer à la moisson suisse aux JO de Paris. "Une médaille n'est pas un objectif utopique", concède Raphaël Ahumada, membre du deux de couple poids léger.

Le Vaudois et son compère nidwaldien Jan Schäuble font partie du cercle très restreint des candidats aux médailles, qui seront attribuées le vendredi 2 août dans cette catégorie sur le plan d'eau de Vaires-sur-Marne. Vice-champions du monde en 2023, ils ont conquis les deux derniers titres européens mis en jeu, en 2023 puis fin avril dernier à Szeged en Hongrie.

"Il y a trois ans, j'aurais dit que la quête d'une médaille olympique était un rêve. J'aurais plutôt pensé que j'allais reprendre mes études", glisse-t-il. "Mais vu nos résultats et notre constance, une médaille n'est pas un objectif utopique", lâche-t-il.

"Je ne serais toutefois pas déçu si on n'en obtient pas, après avoir tout donné et tout tenté. Tant pis si cela ne suffit pas, même si je serais un peu triste. Je suis déjà fier d'être ici", poursuit Raphaël Ahumada, qui souligne que "le chemin parcouru est la chose la plus importante."

Un nouveau défi

Ces Jeux marquent en effet la fin d'un cycle pour le Vaudois (23 ans) et son coéquipier nidwaldien (24 ans), les poids légers étant appelés à disparaître du programme olympique. "Notre objectif final est de livrer une dernière course dont nous serons fiers", lâche-t-il, conscient que "des surprises sont toujours possibles".

"C'est dommage que les poids légers disparaissent. J'ai deux choix qui s'offrent à moi: reprendre mes études ou passer en poids lourds. J'aurais continué en poids légers si cela avait été possible. Mais j'aime le challenge que constitue un passe en catégorie +open+. La vitesse n'est pas si différente que cela de la nôtre", lâche-t-il.

Mais avant de songer à l'avenir, Raphaël Ahumada se concentre forcément sur ces JO, les premiers pour lui comme pour Jan Schäuble. Leur entrée en lice est prévue dimanche à midi à l'occasion des séries. "Je suis super excité. Je me réjouis de pouvoir enfin concourir, d'y aller à fond", lâche-t-il.

"Moins de pression extérieure"

Le membre du Forward Rowing Club de Morges se dit "serein" avant de se lancer dans le grand bain. "On peut avoir des attentes envers notre bateau vu nos performances des dernières années", concède-t-il. "Mais je ne le prends pas comme une source de pression, je vois le côté positif", assure-t-il.

"C'est bon pour la confiance de savoir qu'on peut être tout devant. On va prendre du plaisir, faire ce qu'on aime, y aller à fond pour essayer de gagner. C'est une chance pour nous que l'aviron soit peu médiatisé: peu de gens nous connaissent, et on ressent beaucoup moins de pression extérieure", conclut-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Un imprévu va devenir un succès personnel majeur, vous poussant vers de nouvelles directions avec enthousiasme ; il mérite une attention particulière.

Les Sujets à la Une

X