Rejoignez-nous

International

Le virus pèse sur les récoltes en Europe, faute de saisonniers

Publié

,

le

(Photo prétexte). (KEYSTONE/AP/SETH PERLMAN)
Qu'elles soient servies avec du beurre fondu et du jambon, noyées dans de la sauce hollandaise ou coiffées d'un oeuf au plat, les asperges arrivant dans les assiettes allemandes et européennes annoncent d'ordinaire le printemps.

Mais cette année, le légume risque de se faire plus rare sur les tables en raison d'une pénurie de travailleurs saisonniers pour venir assurer la récolte en raison des restrictions de circulation liées à l'épidémie de coronavirus.

Beaucoup viennent traditionnellement d'Europe de l'Est.

"En ce moment, nous n'avons que dix travailleurs saisonniers. Or nous aurions besoin de soixante personnes à temps plein pour tout ramasser", déplore Thomas Syring, exploitant agricole de Beelitz, une localité située près de Berlin et connue pour ses asperges.

Champs déserts

"La situation est très tendue pour nous autres, agriculteurs, en ce moment", raconte celui dont les champs sont pratiquement vides depuis plusieurs jours.

Seuls quelques saisonniers arpentent ça et là son exploitation de 900 hectares, s'attelant à préparer la récolte des asperges, les recouvrant de bâches blanches, avant leur sortie de terre, prévue dans les prochains jours.

Ces saisonniers, en majorité roumains, sont dans l'impossibilité d'atteindre l'Allemagne par voie terrestre, bloqués par la fermeture des frontières autrichiennes et hongroises décidée ces dernières semaines pour contenir l'épidémie de coronavirus.

Cette situation est loin d'être isolée: seule la moitié des 5.000 travailleurs saisonniers habituellement embauchés dans la région à cette période de l'année sont sur place, selon les organisations locales de producteurs.

L'Allemagne accueille chaque année près de 300.000 travailleurs saisonniers étrangers pour son secteur agricole, la plupart venant de Roumanie et de Pologne, selon Udo Hemerling, secrétaire général de la DBV, principale organisation agricole du pays.

Les paysans doivent assurer les récoltes de plusieurs cultures maraîchères et fruitières essentielles dans les prochaines semaines, dont les fraises et les asperges.

Suisse et Autriche

Le problème se retrouve dans de nombreux pays européens avec l'arrivée du printemps et concerne toutes sortes de récoltes.

En Suisse, où les travailleurs saisonniers doivent désormais disposer d'un permis de séjour pour être recrutés, les organisations agricoles se sont récemment inquiétées. Quelque 33.000 étrangers travaillent chaque année dans les champs du pays.

En Autriche, une plateforme de recrutement pour les intérimaires ayant perdu leur travail à cause du coronavirus a été lancée par le gouvernement pour recruter des saisonniers en urgence.

En Allemagne, pour contourner ces difficultés, certains exploitants ont décidé de réserver des billets d'avions à leurs travailleurs saisonniers.

"Mais certains ne sont pas acceptés sur le territoire, malgré des permis de travail valides", déplore Jürgen Jakob, président de l'organisation des producteurs d'asperges de Beelitz.

Les exploitants n'hésitent plus à augmenter les salaires pour attirer les saisonniers.

"Pour les asperges surtout nos partenaires assurent un salaire double par rapport à la normale, de très bonnes conditions d'hébergement et de la restauration pour que les travailleurs ne sortent plus", explique Emese Molnar, responsable d'une société roumaine envoyant des saisonniers notamment en Allemagne et aux Pays-Bas.

"Les besoins de main d'oeuvre sont très grands en ce moment, nos partenaires ont besoin de centaines de personnes", dit-elle, tandis qu'en Roumanie "les gens ont besoin d'un emploi".

Face à la situation, la ministre allemande de l'Agriculture Julia Klöckner a émis l'idée de faciliter l'emploi des personnels de la restauration, des chômeurs mais également des demandeurs d'asile pour prêter main forte aux agriculteurs.

Le secteur agricole a besoin de "30.000 saisonniers" immédiatement et "85.000 en mai", selon elle.

Mais les agriculteurs redoutent que l'apprentissage du métier ne prenne trop de temps.

"Si pour un Roumain ou un Polonais entraîné depuis des années je dois embaucher cinq Allemands, ce n'est pas la peine", déplore Thomas Syring.

En France, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a lancé mardi un appel "à l'armée des hommes et des femmes" qui "n'ont plus d'activité" en raison de la crise du coronavirus, "à rejoindre la grande armée de l'agriculture française", elle aussi en quête de main-d'oeuvre.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

L'humanité à l'aube de retombées climatiques cataclysmiques

Publié

le

Le rapport souligne le danger des effets en cascade. Certaines régions (est du Brésil, Asie du Sud-Est, Chine centrale) et presque toutes les zones côtières pourraient être frappées par trois ou quatre catastrophes météo simultanées, voire plus. (Image d'illustration - ©KEYSTONE/AP/Ashim Paul)

La vie sur Terre telle que nous la connaissons sera inéluctablement transformée par le dérèglement climatique quand les enfants nés en 2021 auront 30 ans, voire plus tôt. C'est l'alerte donnée par des experts climat de l'ONU dans un projet de rapport obtenu par l'AFP.

Quel que soit le rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre, les impacts dévastateurs du réchauffement sur la nature et l'humanité qui en dépend vont s'accélérer, assure le Giec, et devenir douloureusement palpables bien avant 2050.

"La vie sur Terre peut se remettre d'un changement climatique majeur en évoluant vers de nouvelles espèces et en créant de nouveaux écosystèmes", note le résumé technique de 137 pages. "L'humanité ne le peut pas".

Le projet de rapport rédigé par des centaines de scientifiques rattachés au Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), qui fait autorité en la matière, oscille entre un ton apocalyptique et l'espoir offert aux hommes de changer leur destin par des mesures immédiates et drastiques.

Seuil de réchauffement acceptable

Le rapport d'évaluation complet de 4000 pages, bien plus alarmiste que le précédent de 2014, a pour vocation d'éclairer les décisions politiques. Même si ses principales conclusions ne changeront pas, il ne sera officiellement publié qu'en février 2022, après son approbation par consensus par les 195 Etats membres.

Trop tard cependant pour les cruciales réunions internationales sur le climat et la biodiversité prévues fin 2021, notent certains scientifiques.

Parmi ses conclusions les plus importantes, figure un abaissement du seuil au-delà duquel le réchauffement peut être considéré comme acceptable. En signant l'accord de Paris en 2015, le monde s'est engagé à limiter le réchauffement à +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, si possible +1,5°C.

Désormais, le Giec estime que dépasser +1,5°C pourrait déjà entraîner "progressivement, des conséquences graves, pendant des siècles, et parfois irréversibles". Et selon l'Organisation météorologique mondiale, la probabilité que ce seuil de +1,5°C sur une année soit dépassé dès 2025 est déjà de 40%.

"Nos enfants et petits-enfants"

"Le pire est à venir, avec des implications sur la vie de nos enfants et nos petits-enfants bien plus que sur la nôtre", martèle le Giec, alors que la prise de conscience sur la crise climatique n'a jamais été aussi étendue.

Le climat a déjà changé. Alors que la hausse des températures moyennes depuis le milieu du XIXe siècle atteint 1,1°C, les effets sont déjà graves et seront de plus en plus violents, même si les émissions de CO2 sont freinées.

Et les êtres vivants - humains ou non - les moins à blâmer pour ces émissions sont, ironiquement, ceux qui en souffriront le plus. Pour certains animaux et variétés de plantes, il est peut-être même déjà trop tard: "Même à +1,5°C, les conditions de vie vont changer au-delà de la capacité de certains organismes à s'adapter", souligne le rapport, citant les récifs coralliens dont un demi-milliard de personnes dépendent.

Parmi les espèces en sursis figurent les animaux de l'Arctique, territoire qui se réchauffe trois fois plus vite que la moyenne. Sur place, des modes de vie ancestraux, de peuples vivant en lien étroit avec la glace pourraient aussi disparaître.

Pas prêts

Agriculture, élevage, pêche, aquaculture.... "Dans tous les systèmes de production alimentaire, les pertes soudaines s'accroissent", observe aussi le rapport, pointant les aléas climatiques comme "principal moteur".

Or l'humanité n'est à ce stade pas armée pour faire face à la dégradation certaine de la situation. "Les niveaux actuels d'adaptation seront insuffisants pour répondre aux futurs risques climatiques", prévient le Giec.

Même en limitant la hausse à 2°C, jusqu'à 80 millions de personnes supplémentaires auront faim d'ici à 2050 et 130 millions pourraient tomber dans la pauvreté extrême d'ici dix ans.

En 2050, des centaines de millions d'habitants de villes côtières seront menacés par des vagues-submersion plus fréquentes, provoquées par hausse du niveau de la mer, qui entrainera à son tour des migrations importantes.

Catastrophes météo simultanées

A +1,5°C, dans les villes, 350 millions d'habitants supplémentaires seront exposés aux pénuries d'eau, 400 millions à + 2°C. Et avec ce demi-degré supplémentaire, 420 millions de personnes de plus seront menacées par des canicules extrêmes.

"Les coûts d'adaptation pour l'Afrique devraient augmenter de dizaines de milliards de dollars par an au-delà de +2°C", prédit le rapport. Encore faut-il trouver cet argent.

Le texte souligne d'autre part le danger des effets en cascade. Certaines régions (est du Brésil, Asie du Sud-Est, Chine centrale) et presque toutes les zones côtières pourraient être frappées par trois ou quatre catastrophes météo simultanées, voire plus: canicule, sécheresse, cyclone, incendies, inondation, maladies transportées par les moustiques...

Et il faut de surcroît prendre en compte les effets amplificateurs d'autres activités humaines néfastes pour la planète, note le rapport: destruction des habitats, surexploitation des ressources, pollution, propagation des maladies...

Des choix radicaux

Sans oublier les incertitudes autour des "points de bascule", éléments-clés dont la modification substantielle pourrait entraîner le système climatique vers un changement violent et irrémédiable.

Au-delà de +2°C, la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique de l'Ouest (qui contiennent assez d'eau pour provoquer une hausse du niveau de la mer de 13 mètres) pourraient par exemple entraîner un point de non-retour, selon de récents travaux. C'est pour cela que "chaque fraction d'un degré compte", insiste le Giec, alors qu'un autre point de rupture pourrait voir l'Amazonie - un des poumons de la planète avec les océans - transformée en savane.

Face à ces problèmes systémiques, aucun remède miracle unique. En revanche, une seule action peut avoir des effets positifs en cascade. Par exemple, la conservation et la restauration des mangroves et des forêts sous-marines de kelp, qualifiées de puits de "carbone bleu", accroissent le stockage du carbone, mais protègent aussi contre les submersions, tout en fournissant un habitat à de nombreuses espèces et de la nourriture aux populations côtières.

En dépit de ses conclusions alarmantes, le rapport offre ainsi une note d'espoir. L'humanité peut encore orienter sa destinée vers un avenir meilleur en prenant aujourd'hui des mesures fortes pour freiner l'emballement de la deuxième moitié du siècle.

"Nous avons besoin d'une transformation radicale des processus et des comportements à tous les niveaux: individus, communautés, entreprises, institutions et gouvernement", plaide le rapport. "Nous devons redéfinir notre mode de vie et de consommation".

Continuer la lecture

International

Pékin à nouveau visée à l'ONU à Genève

Publié

le

La Suisse et des dizaines d'Etats ont dénoncé à l'ONU la situation au Xinjiang et demandent un accès international à la région de la Chine du président Xi Jinoing (Archives © KEYSTONE/AP/SAM MCNEIL)

La Chine a à nouveau été visée au Conseil des droits de l'homme pour la situation au Xinjiang. Plus de 40 pays, dont la Suisse, se sont dits mardi "gravement inquiets" par l'internement présumé de plus d'un million d'Ouïghours, de la torture ou du travail forcé.

Des restrictions ciblent "de manière disproportionnée" cette minorité musulmane, a affirmé devant l'instance onusienne la représentante du Canada au nom de ces Etats. Et de dénoncer la séparation forcée de proches.

Les Etats demandent un accès "immédiat" et "sans entrave" d'observateurs internationaux au Xinjiang. Lundi, la Haute commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Michelle Bachelet avait affirmé vouloir se rendre dans cette province cette année. Outre le Xinjiang, la situation à Hong Kong, un an après la loi sécuritaire controversée, et au Tibet a aussi été condamnée dans la déclaration des dizaines d'Etats.

En représailles, la Chine, au nom d'un groupe de pays, s'en est elle-même prise au Canada. Elle a dénoncé la situation des populations autochtones, des discriminations et de la xénophobie. Ottawa a ensuite dit qu'elle s'engageait à soutenir les autochtones, notamment après l'identification récente de fosses communes avec pus de 250 enfants abusés par l'Eglise catholique.

La Chine avait tenté de désamorcer par avance l'impact de la déclaration commune contre elle devant l'instance onusienne. S'exprimant au nom d'un groupe de pays, elle s'est dite "gravement inquiète" des "accusations sans fondement" lancées par certains Etats, ciblant des interférences dans les affaires d'autres pays. Ces gouvernements utilisent les droits humains comme "excuse" pour ne pas s'occuper de leurs propres difficultés, a ajouté Pékin, sans les nommer.

Un avis partagé par le Bélarus qui a soutenu la Chine, notamment sur le Xinjiang ou Hong Kong. En juillet dernier, la Chine avait visé la Suisse après ses critiques et celles de 26 autres pays contre la loi sécuritaire à Hong Kong. Pékin avait accusé Berne d'interférer, en demandant de ne pas appliquer cette législation, dans ses affaires intérieures.

Continuer la lecture

International

Thomas Pesquet de retour après sa sortie dans l'espace

Publié

le

"C’est tellement long de se préparer pour sortir de la Station qu’on essaye de faire le maximum de travail une fois dehors !", écrit Thomas Pesquet sur sa page Facebook. (©NASA/Facebook/Thomas Pesquet)

L'astronaute français Thomas Pesquet a regagné sans encombre dimanche l'intérieur de la Station spatiale internationale (ISS) après une nouvelle sortie dans l'espace de plus de six heures, consacrée à l'installation de nouveaux panneaux solaires sur l'ISS.

C'est la quatrième sortie de Thomas Pesquet dans l'espace, et la seconde lors de cette mission, menée avec son co-équipier américain Shane Kimbrough.

A 11H42 GMT, les deux hommes, arrivés à bord de la Station fin avril, ont mis en route la batterie interne de leur combinaison, puis ont ouvert l'écoutille du sas de décompression de l'ISS.

Thomas Pesquet, est sorti dans le vide en premier, suivi de son coéquipier.

Durant 6h28, les astronautes ont fini de positionner, fixer, brancher et déployer un premier panneau solaire nouvelle génération, long de 19 mètres, et commencé à en installer un second.

Appelés iROSA, ces panneaux solaires sont censés augmenter les capacités de production d'énergie de l'ISS et ont été livrés par un cargo de SpaceX.

"La sortie dans l'espace effectuée aujourd'hui par Shane Kimbrough et Thomas Pesquet s'est officiellement terminée à 14H10" (18H10 GMT), a fait savoir la Nasa.

Contretemps mercredi

Les deux "mécanos" avaient entamé l'installation du premier panneau solaire mercredi. Mais la mission avait été troublée par plusieurs contretemps, notamment à cause de soucis concernant la combinaison de Shane Kimbrough.

"On va retourner dans le vide de l'espace pour finir le travail de la 1e sortie (déploiement du 1er panneau solaire) et pour installer le 2nd", avait détaillé Thomas Pesquet sur les réseaux sociaux dimanche matin, se réjouissant de la perspective d'une "incroyable journée".

La Nasa prévoit une nouvelle sortie dans l'espace le 25 juin pour que le duo termine l'installation du deuxième panneau solaire.

Thomas Pesquet comptabilise désormais 26 heures et 15 minutes passées en sortie spatiale.

C'est la quatrième fois que les deux astronautes flottent ensemble en apesanteur, accrochés à la Station spatiale filant à 400 kilomètres au-dessus de la Terre, après avoir déjà effectué deux sorties dans l'espace côte à côte en 2017, et une mercredi.

Il s'agit de la 240e sortie spatiale de l'histoire de l'ISS.

Continuer la lecture

International

Régionales: l'abstention explose, les sortants bien placés

Publié

le

Quelque 48 millions de Français sont appelés aux urnes dimanche pour le premier tour des élections régionales, à moins d'un an de la présidentielle. Si l'abstention risque de battre un record, le Rassemblement national espère gagner la première région de son histoire. (©KEYSTONE/AP/Bob Edme)

Jamais les Français n'ont autant boudé les urnes: moins d'un tiers d'entre eux ont voté dimanche au 1er tour des régionales, un scrutin marqué par les bons résultats des présidents de région sortants et un résultat moins bon que prévu pour le Rassemblement national.

A la fermeture des derniers bureaux, à 20H00, l'abstention atteindrait entre 66,1% et 68,6%, selon les estimations des instituts de sondage, soit un record d'abstention tous scrutins confondus en France hors référendum.

L'abstention la plus élevée pour un premier tour des régionales datait de 2010 avec 53,67%. "Le niveau de l'abstention est particulièrement préoccupant", a jugé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

"On peut parler d'un effondrement de la participation électorale", résume le politologue Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof, en l'expliquant par "un effet Covid très important" mais aussi par "l'absence presque totale de campagne sur les enjeux de la régionalisation". C'est "une gifle à l'ensemble de la classe politique", renchérit Philippe Moreau-Chevrolet.

Au bout d'une campagne anesthésiée par la crise sanitaire, prime a été donnée aux sortants à gauche et surtout à droite, déjouant la plupart des sondages qui prédisaient une forte poussée du RN, finalement assez contenue. La majorité présidentielle, elle, reste à un étiage bas et devra batailler dans la plupart des régions pour peser au second tour.

Cela fait notamment les affaires de la droite qui détient sept régions, à commencer par Xavier Bertrand (ex-LR), en très bonne posture pour conserver les Hauts-de-France et qui compte faire de ce succès une rampe de lancement pour l'élection présidentielle de 2022. Selon les estimations, M. Bertrand réunirait entre 39% et 46,9% des voix, très loin devant son concurrent du RN Sébastien Chenu (22,5% à 24,4%).

Même scénario pour le président d'Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez (LR), donné à plus de 45%, avec plus de 30 points d'avance sur la candidate des Verts Fabienne Grébert ou le prétendant du RN Andrea Kotarac.

Coude à coude en Paca

En Provence-Alpes-Côte-d'Azur (Paca), le sortant LR Renaud Muselier résiste lui mieux que prévu face à Thierry Mariani, candidat soutenu par le RN. Selon différents sondages, les deux sont donnés au coude-à-coude, entre 30 et 35%.

La région avait été le théâtre d'un psychodrame politique après l'alliance passée entre M. Muselier et La République en marche, qui avait finalement semblé profiter à M. Mariani. Reste à savoir quelle sera la position du troisième homme Jean-Laurent Felizia (EELV/PS/PCF), positionné entre 14 et 18%: le candidat de la gauche choisira-t-il l'effacement comme en 2015 afin de faire barrage au RN?

En attendant le résultat de Valérie Pécresse (ex-LR), grande favorite en Ile-de-France, la droite peut aussi se réjouir de voir Jean Rottner sortir en tête dans le Grand Est avec environ 30% des voix, loin devant Laurent Jacobelli (RN). Même situation dans les Pays-de-la-Loire avec Christelle Morançais et en Normandie avec Hervé Morin.

A gauche, les sortants prennent également une option, comme Carole Delga (PS/PCF) en Occitanie, donnée autour de 40%, ou Alain Rousset (PS) en Nouvelle-Aquitaine, autour de 30%.

En Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay parvient à devancer d'une courte tête le RN Julien Odoul (26% contre 24%) mais devra nouer des alliances à gauche pour espérer asseoir sa majorité.

Dans le Centre-Val-de-Loire, le jeu est très ouvert. Le socialiste François Bonneau sortirait en tête autour de 25% mais devra négocier serré avec le candidat EELV/LFI Charles Fournier pour conserver sa région. Quant au ministre Marc Fesneau, qui apparaissait comme la meilleure chance de la majorité, il ne sortirait qu'en 4e position autour de 15%, notamment devancé par son concurrent LR Nicolas Forissier (autour de 18%).

Quelle réponse de Macron?

Après avoir voté à la mi-journée au Touquet (Pas-de-Calais), le président de la République Emmanuel Macron suivait la soirée électorale avec ses conseillers à l'Elysée. Le Premier ministre Jean Castex, qui ne devrait pas parler dans la soirée, a réuni à Matignon plusieurs ministres et responsables de la majorité.

Si la grosse claque se confirmait au second tour pour la majorité, la question d'un remaniement gouvernemental risque de se poser, alors qu'Emmanuel Macron doit exposer début juillet la feuille de route pour la dernière année de son quinquennat qu'il souhaite "utile".

L'intérêt pour ce scrutin, qui aurait dû se tenir en mars, n'a jamais décollé alors que les Français semblent surtout vouloir retrouver un semblant de normalité.

Les compétences dévolues aux régions (transports, lycées, formation professionnelle...) et départements (collèges, RSA, aides sociales...) touchent pourtant au plus près à la vie quotidienne des Français.

Pour ne rien arranger, plusieurs bureaux de vote n'ont pas ouvert dans la matinée à Marseille faute d'assesseurs, une "honte" selon Jean-Luc Mélenchon (LFI).

Et de nombreux élus ont regretté les dysfonctionnements constatés dans la distribution de la propagande électorale sur tout le territoire.

Continuer la lecture

International

Iran: Raïssi remporte la présidentielle avec plus de 62% des voix

Publié

le

L'ultraconservateur Ebrahim Raïssi succédera à Hassan Rohani comme nouveau président iranien. (©KEYSTONE/AP/EBRAHIM NOROOZ).

L'ultraconservateur Ebrahim Raïssi a remporté la présidentielle iranienne de vendredi au premier tour avec plus de 62% des voix, selon des résultats officiels partiels publiés samedi en fin de matinée.

Sur 28,6 millions de bulletins dépouillés, M. Raïssi a obtenu "plus de 17'800'000" voix, a déclaré Jamal Orf, président de la Commission nationale électorale lors d'une conférence de presse à Téhéran. Le corps électoral compte cette année plus de 59,3 millions d'Iraniens, âgés de 18 ans et plus.

Les Iraniens ont élu un nouveau président au premier tour, avait déclaré plus tôt samedi le président sortant Hassan Rohani, avant l'annonce des résultats officiels.

"Je félicite le peuple pour son choix", a déclaré M. Rohani dans un discours télévisé.

"Mes félicitations officielles viendront plus tard, mais on sait qui a eu suffisamment de voix lors de cette élection et qui est élu aujourd'hui par le peuple", avait ajouté le chef du gouvernement, sans citer le nom du vainqueur.

Dans des messages sur Instragram, sur Twitter ou relayés par les médias iraniens, le député Amirhossein Ghazizadeh-Hachémi, l'ex-commandant en chef des Gardiens de la Révolution Mohsen Rézaï et l'ancien président de la Banque centrale Abdolnasser Hemmati, concurrents de M. Raïssi, ont reconnu à leur manière sa victoire.

Selon les médias d'Etat, le dépouillement est encore en cours en début de matinée. Les chiffres de la participation et les résultats définitifs sont attendus avant midi (09h30 heure suisse).

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Canaliser votre énergie vous demande des efforts. L’entrain du début de journée cèdera le pas à une humeur irritable en soirée.

Publicité

Les Sujets à la Une

X