Rejoignez-nous

International

L'embargo indien sur les exportations fait bondir le prix du blé

Publié

,

le

Deuxième producteur de blé au monde, l'Inde a annoncé samedi interdire les exportations de cette denrée, sauf autorisation spéciale du gouvernement, face à la baisse de sa production due notamment à des vagues extrêmes de chaleur. (KEYSTONE/Dominic Favre) (© KEYSTONE/DOMINIC FAVRE)

Le cours du blé, au plus haut depuis la guerre en Ukraine, a battu un nouveau record lundi à l'ouverture sur le marché européen, à 435 euros la tonne, soit environ 455 francs, après l'annonce de l'Inde d'un embargo sur ses exportations de la céréale.

"On a marqué un record à l'ouverture pour les blés de la nouvelle récolte. C'est un plus haut toutes échéances confondues sur Euronext, en réaction à l'annonce de l'Inde", a déclaré à l'AFP Gautier Le Molgat, analyste au cabinet Agritel.

Deuxième producteur de blé au monde, l'Inde a annoncé samedi interdire les exportations de cette denrée, sauf autorisation spéciale du gouvernement, face à la baisse de sa production due notamment à des vagues extrêmes de chaleur.

New Delhi, qui s'était auparavant engagé à fournir du blé aux pays fragiles autrefois dépendants des exportations d'Ukraine, a expliqué vouloir assurer la "sécurité alimentaire" des 1,4 milliard d'habitants de l'Inde. Une décision qui va "aggraver la crise" d'approvisionnement en céréales au niveau mondial, s'est alarmé samedi le G7.

Le précédent record remonte au 13 mai, avec un cours du blé à 422 euros la tonne à l'ouverture, dans la foulée des nouvelles prévisions mondiales américaines qui sabraient d'un tiers la production ukrainienne de blé pour 2022-23.

Le blé caracole depuis des mois à des niveaux inédits sur les marchés mondiaux. Son prix a augmenté de 40% en trois mois et le marché est très tendu du fait des risques de sécheresse dans le sud des États-Unis et en Europe de l'Ouest.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Afghanes: l'ONU cible des droits au plus bas "depuis des décennies"

Publié

le

La Haute commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Michelle Bachelet demande aux talibans une "date ferme" pour l'accès à l'éducation de toutes les Afghanes dans leur pays (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Afghanes font face "au recul le plus significatif et rapide" de leurs droits "depuis des décennies", selon l'ONU. La Haute-commissaire aux droits de l'homme a appelé vendredi à Genève les talibans à établir une "date ferme" pour l'accès des filles à l'éducation.

"La responsabilité nous revient à tous" pour obtenir des changements rapides, a affirmé Michelle Bachelet au début d'un débat urgent sur les droits des femmes afghanes au Conseil des droits de l'homme. Tout dialogue avec les talibans doit mettre ces droits au centre, notamment pour l'accès à l'assistance humanitaire et pour les travailleuses humanitaires, dit-elle.

La Chilienne a à nouveau déploré que les islamistes n'aient pas honoré leurs engagements auprès d'elle en mars dernier, en violation de leurs obligations internationales. "Nous voyons progressivement une exclusion des femmes et des filles" de la société, ajoute-t-elle, appelant à s'appuyer sur les ouvertures garanties par certains dirigeants dans les régions du pays.

La réunion de vendredi avait été demandée par des Etats européens qui condamnent "la détérioration significative" des droits des femmes depuis le retour au pouvoir des talibans en août dernier. Le Conseil doit se prononcer sur un projet de résolution la semaine prochaine.

Appel à un dialogue

Devant les Etats, la Haute-commissaire a à nouveau ciblé vendredi une "oppression systématique institutionnalisée". Malgré leurs promesses, notamment auprès de la Suisse, les talibans n'ont toujours pas garanti un accès à l'éducation à toutes les jeunes filles. Ils doivent établir "une date ferme", ajoute également Mme Bachelet.

Les femmes se sont encore vu imposer le port du voile intégral et ne peuvent se déplacer ou travailler que de manière restreinte. L'insécurité alimentaire affecte plus de 90% des ménages qu'elles dirigent.

Selon Mme Bachelet, l'ONU mène des efforts pour établir un dialogue direct entre les talibans et les femmes. La Haute-commissaire demande aux islamistes d'accepter ce format. Les mécanismes indépendants pour recevoir des plaintes sur les violences sexistes doivent être rétablis pour poursuivre les responsables, selon elle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Japon: un rockeur canadien retrouve sa guitare volée il y a 46 ans

Publié

le

Randy Bachman avait acheté sa guitare à 19 ans grâce à l'argent récolté en tondant des pelouses et en lavant des voitures (archives) (© KEYSTONE/AP CP/ADRIAN WYLD)

On n'oublie pas son premier amour, dit le dicton, et ce n'est pas le rockeur canadien Randy Bachman, réuni vendredi au Japon avec la guitare fétiche qui lui avait été volée il y a 46 ans, qui dira le contraire.

L'auteur avec son groupe The Guess Who du tube "American Woman" (1970) avait fait le déplacement jusqu'à Tokyo pour des retrouvailles émouvantes avec sa chère Gretsch, qui lui avait été dérobée dans un hôtel de Toronto en 1976.

"J'étais anéanti", a déclaré à l'AFP le musicien de 78 ans. "J'ai écrit plusieurs chansons qui se sont vendues par millions avec cette guitare (...) C'était comme ma guitare magique. Et quand elle disparaît soudainement, la magie s'en va".

La star avait acheté ce modèle 6120 Chet Atkins de couleur orange à l'âge de 19 ans, pour 400 dollars, une somme récoltée à la sueur de son front en tondant des pelouses et en lavant des voitures. L'artiste avait longtemps convoité cette guitare, passant des heures à l'admirer dans la vitrine d'un magasin de Winnipeg au début des années 1960, en compagnie de son ami le musicien Neil Young.

L'instrument, qu'il enchaînait par précaution aux toilettes des hôtels où il séjournait pendant les tournées de son groupe, lui avait été dérobé alors qu'il l'avait brièvement confié à un roadie.

Vidéo sur Youtube

C'est grâce à un fan que M. Bachman a retrouvé sa Gretsch: son compatriote William Long a passé en revue des centaines d'images sur internet jusqu'à identifier en 2020 l'instrument, grâce à l'emplacement particulier d'un noeud dans le bois.

Le détective amateur a remonté la piste de la guitare, du site web d'un magasin de musique à Tokyo jusqu'à un musicien japonais nommé Takeshi, aperçu en train d'en jouer sur une vidéo postée sur YouTube en 2019.

Il a fallu attendre que la situation sanitaire s'améliore pour permettre à Randy Bachman de venir en personne au Japon offrir une guitare identique à Takeshi, et retrouver son amour de jeunesse. "Celui qui l'avait a dû l'aimer autant que moi, car il n'y a pas de modifications, pas de réparations", a commenté M. Bachman. "Elle est magnifique".

Les deux musiciens ont célébré l'instant sur une scène de l'ambassade canadienne à Tokyo en jouant notamment la chanson "American Woman", connue aussi via sa reprise par Lenny Kravitz en 1999.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Siemens: dépreciation de 2,8 milliards d'euros sur Siemens Energy

Publié

le

Introduit à la Bourse de Francfort fin 2020, Siemens Energy traîne comme un boulet sa filiale espagnole Gamesa, spécialiste de la construction d'éoliennes. (archives) (© KEYSTONE/DPA-Zentralbild/PATRICK PLEUL)

Le géant industriel allemand Siemens inscrira 2,8 milliards d'euros (2,78 milliards de francs) de dépréciation dans ses résultats du troisième trimestre. Celle-ci est liée à la lourde chute des titres de l'ex-filiale en difficultés Siemens Energy.

"La valeur de marché de (...) Siemens Energy", détenue à 35% par Siemens, est "significativement sous sa valeur comptable" a déclaré le groupe dans un communiqué jeudi soir. Se basant sur un cours de clôture jeudi de "13,99 euros", le munichois a estimé nécessaire de passer "une dépréciation (...) de 2,8 milliards d'euros" sur ses comptes du troisième trimestre de son exercice décalé et qui seront dévoilés le 11 août prochain, a ajouté l'entreprise, qui s'attend à afficher une perte nette sur la période.

Siemens détient encore 35% des actions de Siemens Energy, que le groupe a introduit sur l'indice MDax des valeurs moyennes de la Bourse de Francfort fin 2020. Or, cette entité traîne comme un boulet sa filiale espagnole Siemens Gamesa, spécialiste de la construction d'éoliennes, en proie à de mauvaises performances financières.

Des projets repoussés et hausses des coûts ont conduit cette dernière à multiplier les avertissements sur résultats depuis 2020. Face à cette situation, Siemens Energy a décidé en mai de dépenser quatre milliards d'euros pour détenir la totalité de Siemens Gamesa, dont il détient déjà 67,1% du capital, afin de la retirer de la bourse.

Siemens Energy pourra ainsi simplifier sa communication financière et espérer davantage de synergies en interne dans des projets liés à l'éolien. À la Bourse de Francfort, le titre Siemens perdait 0,28% vendredi dans un Dax en hausse de 0,38%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Économie

Zone euro: l'inflation pulvérise un nouveau record en juin à 8,6%

Publié

le

Considérée l'an dernier comme un phénomène temporaire, la hausse des prix à la consommation dans la zone euro a atteint chaque mois des niveaux record depuis novembre. (archives) (© KEYSTONE/AP/MANU FERNANDEZ)

Le taux d'inflation dans la zone euro a battu un nouveau record en juin. Le renchérissement s'est ainsi hissé à 8,6% sur un an, a annoncé Eurostat vendredi, alors que la guerre en Ukraine attise une flambée des prix de l'énergie et de l'alimentation.

L'inflation avait atteint 7,4% en avril et 8,1% en mai pour les 19 pays ayant adopté la monnaie unique. Ces chiffres sont les plus élevés enregistrés par l'office européen des statistiques depuis le début de la publication de l'indicateur en janvier 1997.

La hausse des prix à la consommation a atteint chaque mois des niveaux record depuis novembre, alors même qu'elle était considérée l'an dernier comme un phénomène temporaire lié à la force de la reprise économique après le choc de la pandémie et aux perturbation des chaînes logistiques.

L'invasion de l'Ukraine par l'armée russe fin février ainsi que les sanctions économiques occidentales contre Moscou renforcent la flambée des prix et font craindre une chute brutale de la croissance du produit intérieur brut (PIB). L'inflation de la zone euro est très au-dessus de l'objectif d'un niveau proche de 2% fixé par la Banque centrale européenne (BCE).

L'institution de Francfort se prépare donc en juillet à remonter ses taux d'intérêt pour la première fois depuis onze ans. Cette perspective a fait resurgir le risque d'une crise de la dette en zone euro, avec des écarts croissants entre les taux d'intérêts demandés aux États du Nord et à ceux du Sud de l'Europe pour emprunter et financer leurs déficits.

La BCE ira "aussi loin que nécessaire" pour lutter contre l'inflation "excessivement élevée" et qui devrait le rester "pendant un certain temps encore" en zone euro, a prévenu mardi la présidente de l'institution, Christine Lagarde. Le renforcement de l'inflation touche en premier lieu le secteur de l'énergie (électricité, pétrole, gaz...). Cette composante de l'indice des prix bondit de 41,9% sur un an en juin, après 39,1% en mai.

Mais la progression des tarifs de l'alimentation (y compris alcool et tabac) s'accélère aussi à 8,9%, contre 7,5% en mai. La hausse des tarifs des biens industriels (+4,3%, après +4,2%), comme celle des services (+3,4%, comparé à +3,5% le mois précédent) s'est globalement maintenue.

La France est relativement moins touchée que ses voisins européens, avec 6,5% d'inflation en juin, soit le deuxième taux le plus faible de la zone euro derrière Malte (6,1%), selon l'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) calculé par Eurostat.

L'inflation a atteint 8,2% en Allemagne. Les taux les plus élevés sont enregistrés dans les pays baltes : 22% en Estonie, 20,5% en Lituanie et 19% en Lettonie, des pays frontaliers de la Russie et particulièrement exposés à la rupture des liens commerciaux avec ce pays.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Football

Le "hors-jeu semi-automatique" sera utilisé au Mondial 2022

Publié

le

Kylian Mbappé avait inscrit un but controversé contre l'Espagne en finale de la Ligue des nations en octobre dernier. (© KEYSTONE/EPA ANSA/MATTEO BAZZI)

La FIFA a validé vendredi l'utilisation lors du Mondial 2022 du "hors-jeu semi-automatique", un outil destiné à accélérer et fiabiliser les décisions arbitrales.

L'assistance vidéo (VAR) avait été introduite lors du Mondial 2018 en Russie.

Cette étape supplémentaire, testée lors de la Coupe arabe fin 2021 puis pendant le Mondial des clubs, permet d'établir à tout moment la position des joueurs et du ballon, facilitant la détection des hors-jeu sans toutefois remplacer l'appréciation des arbitres.

Lors du tournoi qatari (21 novembre au 18 décembre), la "technologie semi-automatisée du hors-jeu" (SAOT) utilisera douze caméras placées sous le toit du stade, et contrôlera "jusqu'à 29 points de données" par joueur "50 fois par seconde", explique la Fifa dans un communiqué.

Intelligence artificielle

Placé au centre du ballon, un capteur enverra lui des données à la salle de visionnage "500 fois par seconde", permettant de déterminer le moment où le ballon est joué bien plus précisément que ne pourrait le faire un oeil humain.

"En combinant (ces) données, et à l'aide d'une intelligence artificielle", une alerte sera transmise aux arbitres vidéo "à chaque fois que le ballon est reçu par un attaquant qui se trouvait en position de hors-jeu" au moment de la passe, détaille l'instance du football.

En "quelques secondes", il leur reviendra alors de vérifier manuellement le moment de la passe ainsi que la ligne de hors-jeu, avant d'en informer l'arbitre principal, auquel reviendra la décision finale.

La validation du but controversé de Kylian Mbappé en octobre 2021, lors de la victoire de la France face à l'Espagne en finale de Ligue des nations (2-1), avait ainsi illustré l'impossibilité d'automatiser totalement les hors-jeux: une fois la position des joueurs prise en compte, il reste à apprécier si un adversaire a pu remettre intentionnellement la balle en jeu.

Afin de permettre au public de mieux comprendre les décisions arbitrales, des animations 3D seraient ensuite diffusées sur les écrans du stade, précise par ailleurs la Fifa.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Vous aimez l’ambiance dans laquelle vous travaillez. Les échanges continuent d’être productifs et vous appréciez grandement

Les Sujets à la Une

X