Rejoignez-nous

International

Des superproductions pour relever l'industrie du cinéma indien

Publié

,

le

Le film hindi "Sooryavanshi" (Le clan des guerriers"), avec les stars nationales Akshay Kumar et Ranveer Singh, est la première production bollywoodienne à sortir sur grand écran en 18 mois (archives). (© KEYSTONE/EPA/DIVYAKANT SOLANKI)

Les cinémas indiens comptent sur une série de superproductions sortant pour les fêtes de fin d'année, comme le film d'action "Sooryavanshi" en salle cette semaine, pour relancer leur activité.

Le film hindi "Sooryavanshi" (Le clan des guerriers"), avec les stars nationales Akshay Kumar et Ranveer Singh, est la première production bollywoodienne à sortir sur grand écran en 18 mois. Les cinémas ont été fermés en mars 2020, dans le cadre d'un confinement strict imposé partout sur le vaste territoire pour lutter quand la pandémie de coronavirus a commencé à faire rage.

Ils avaient bénéficié d'une brève accalmie de l'épidémie avant de devoir à nouveau fermer leurs salles au printemps dernier quand le pays a été confronté à une nouvelle vague de contaminations d'une extrême férocité.

Les revenus en baisse de 25%

Selon le cabinet comptable EY, les revenus de l'industrie indienne des médias et du divertissement ont chuté de 25% à 18,7 milliards de dollars (17,06 milliards de francs) l'an dernier, et la plupart des chaînes multiplexes essuient d'importantes pertes.

Mais le secteur compte sur un rebond avec la réouverture des salles de cinéma dans tout le pays, notamment à Bombay, capitale de Bollywood.

Les performances au box-office du film "Sooryavanshi", dans lequel Akshay Kumar incarne un chef de la lutte antiterroriste s'efforçant d'empêcher un attentat à Bombay, joueront un important rôle d'indicateur pour le marché cinématographique le plus prolifique du monde.

"Ce film est crucial pour l'industrie cinématographique", a déclaré à l'AFP Rajender Singh Jyala, responsable de la programmation du deuxième réseau de cinémas du pays, Inox, "le buzz est également très bon".

Diwali, la plus grande fête hindoue du pays, bat actuellement son plein en Inde. C'est "une période très lucrative" pour le secteur, déclare à l'AFP Akshaye Rathi, distributeur de films. "Traditionnellement, c'est le moment où les plus grands films sortent", poursuit-il.

Parmi les films à l'affiche cette semaine, figurent "Eternals", dernier volet de la franchise Marvel d'Hollywood, et le drame "Annaatthe" ("Grand frère") avec le comédien Rajinikanth, superstar tamoule, révéré comme une divinité dans l'État du Tamil Nadu (sud). Jeudi, à Madurai, ses fans ont aspergé de lait de vache,, en guise de respect, les affiches du film où apparaît son visage.

Alors que l'industrie se remet sur pied, PVR, le plus grand exploitant de multiplexes en Inde, ouvre vendredi à Bombay un cinéma drive-in en plein air sur un toit, une première mondiale.

"Enorme arriéré"

Selon Komal Nahta, analyste de l'industrie, le secteur est confronté à un "énorme arriéré" de films dont les coûts de production sont estimés à 50 milliards de roupies (668 millions de dollars). "Au moins un film important sortira chaque semaine", indique-t-il.

La veille de Noël, Reliance Entertainment lancera "83", un film retraçant la première victoire de l'Inde en Coupe du monde de cricket, le sport roi du pays, dont la sortie a été retardée de plus d'un an.

"En 2019-20, nous avons estimé les chiffres du box-office (à 40 millions de dollars), pour la période pré-Covid", a déclaré Shibasish Sarkar, ancien patron de Reliance Entertainment et actuel président du groupe Imac. "Pour les sorties à venir, nous espérons (et) souhaitons le meilleur" ajoute-t-il.

Dans un pays où le cinéma occupe une place centrale dans la vie culturelle, la longue fermeture des salles obscures à cause de la pandémie a favorisé la hausse des abonnements aux plateformes de streaming.

Les géants américains Netflix, Amazon's Prime Video et Disney's Hotstar ont majoritairement profité de la croissance de l'audience en ligne grâce à la popularité grandissante des smartphones.

M. Jyala d'Inox se dit confiant assurant que les propriétaires de cinémas ne s'émeuvent pas de la concurrence: "les gens reviennent dans les cinémas (...) d'autant qu'il y a encore de grands films dans les tuyaux" .

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Ons Jabeur au rendez-vous des demi-finales

Publié

le

Ons Jabeur en demi-finale (© KEYSTONE/AP/Alastair Grant)

Ons Jabeur (WTA 2) s'est qualifiée pour les demi-finales de Wimbledon. La Tunisienne a dominé Marie Bouzkova (WTA 66) 3-6 6-1 6-1.

Quart de finaliste l'an dernier, Jabeur a mis du temps à se mettre dans le bain. Elle a perdu deux fois son service durant le premier set. Ce fut plus simple par la suite avec trois breaks réussis au cours du deuxième set.

La Tunisienne aurait pu conclure plus rapidement, mais elle a tout de même laissé filer un jeu sur son service. La partie a été bouclée en 1h49.

Jabeur affrontera pour une place en finale la surprenante Allemande Tatjana Maria qui a battu sa compatriote Julie Niemeier. Il est évident que la no 2 mondiale partira avec les faveurs du pronostic.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Norrie défiera Djokovic

Publié

le

Cameron Norrie exulte (© KEYSTONE/AP/Kirsty Wigglesworth)

Cameron Norrie (ATP 12) aura le privilège de défier Novak Djokovic en demi-finale à Wimbledon. Le Britannique a battu David Goffin (ATP 58) 3-6 7-5 2-6 6-3 7-5.

A 26 ans, Norrie s'est qualifié pour sa première demie en Grand Chelem. Il est le premier Britannique à entrer dans le dernier carré du Majeur londonien depuis Andy Murray en 2016, lorsqu'il avait remporté le tournoi pour la deuxième fois.

Mené deux sets à un, Norrie n'a jamais paniqué. Lors de la quatrième manche, il a volé le service du Belge à 4-3 pour ensuite conclure sur sa mise en jeu.

Rebelote dans la cinquième manche avec un break blanc réussi à 5-5. Le Britannique a ensuite dû recourir à deux balles de match pour composter son ticket dans le dernier carré.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Démission de deux ministres: Johnson plus que jamais sous pression

Publié

le

Le ministre britannique de la Santé Sajid Javid démissionne: il dit n'avoir plus confiance en Boris Johnson. (archives) (© KEYSTONE/AP POOL REUTERS/TOBY MELVILLE)

Lassés des scandales à répétition, deux ministres britanniques de premier plan ont claqué la porte mardi soir à quelques minutes d'intervalle, un coup dur pour le Premier ministre Boris Johnson, de plus en plus fragilisé.

Le ministre de la Santé Sajid Javid a présenté sa démission en expliquant dans une lettre diffusée sur Twitter que le chef du gouvernement avait "perdu sa confiance". Il a été suivi quelques minutes plus tard par le ministre des Finances, Rishi Sunak.

Les deux démissions sont intervenues alors que Boris Johnson venait de publiquement présenter ses excuses, reconnaissant avoir fait une "erreur" en nommant en février dans son gouvernement Chris Pincher, qui a démissionné la semaine dernière après avoir été accusé d'attouchements sur deux hommes.

Downing Street avait dans un premier temps nié avoir été mis au courant d'accusations plus anciennes ayant visé ce "whip" en chef adjoint, chargé de la discipline parlementaire des députés conservateurs.

Une version discréditée par un ancien haut-fonctionnaire des Affaires étrangères, poussant Downing Street à reconnaître mardi que le Premier ministre avait bien été informé en 2019 d'accusations à l'encontre de M. Pincher, mais qu'il les avait "oubliées" en le nommant.

"Je pense que c'était une erreur (de le nommer au gouvernement) et je m'en excuse", a déclaré M. Johnson à des journalistes après avoir été, une fois encore, accusé de mensonges.

Scandales en série

L'affaire Pincher aura été la goutte de trop pour MM. Javid et Sunak, lassés par les scandales qui secouent le gouvernement et l'entourage du Premier ministre depuis des mois.

Boris Johnson était déjà considérablement affaibli par le scandale des fêtes organisées à Downing Street malgré les restrictions face au Covid pendant la pandémie. L'affaire lui a valu une amende - une première pour un chef du gouvernement britannique en exercice - et un vote de défiance de son propre camp, auquel il a survécu de peu le mois dernier.

Se sont ajoutées plusieurs affaires à caractère sexuel au Parlement: un député soupçonné de viol, non nommé, a été arrêté puis libéré sous caution mi-mai, un autre a démissionné en avril pour avoir regardé de la pornographie à la Chambre sur son téléphone portable en avril et un ancien député a été condamné en mai à 18 mois de prison pour l'agression sexuelle d'un adolescent de 15 ans.

Le départ de ces deux députés a provoqué des législatives partielles et de lourdes défaites pour les conservateurs, suivies du départ du président du parti, Oliver Dowden. Et ce alors que le parti avait déjà essuyé un très mauvais résultat aux élections locales de mai.

Ces scandales interviennent dans un climat social tendu, avec une inflation au plus haut depuis 40 ans, à l'origine notamment d'une grève massive des cheminots.

La démission de Rishi Sunak, 42 ans, intervient en pleine crise du coût de la vie. "Le public attend légitimement que le gouvernement soit conduit de manière compétente et sérieuse" et "c'est pourquoi je démissionne", a écrit M. Sunak dans sa lettre à M. Johnson.

Cerise sur le gâteau

De son côté, M. Javid, 52 ans, qui avait précédé M. Sunak au ministère des Finances, a jugé que les Britanniques étaient en droit d'attendre "de l'intégrité de la part de leur gouvernement".

Le vote de défiance qui a visé M. Johnson le mois dernier aurait pu être l'occasion de faire preuve d'"humilité" et de montrer "nouvelle direction", a-t-il écrit. "J'ai le regret de dire toutefois qu"'il est clair pour moi que ce ne sera pas le cas sous votre leadership - et vous avez donc perdu ma confiance".

L'affaire Pincher aura été "la cerise sur le gâteau" pour les deux ministres, a estimé sur Sky News le député conservateur Andrew Bridgen.

"Il est temps que Boris s'en aille. Il peut laisser traîner ça quelques heures s'il le veut. Mais moi et une grande partie du parti sommes maintenant déterminés à ce qu'il soit parti avant les vacances d'été: le plus tôt sera le mieux', a-t-il ajouté.

Il est "clair que ce gouvernement est en train de s'effondrer", a réagi le chef de l'opposition travailliste Keir Starmer. "Seul un vrai changement de gouvernement peut donner au Royaume-Uni le nouveau départ dont il a besoin."

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Une 43e demi-finale majeure pour Djokovic

Publié

le

Djokovic disputera vendredi sa 43e demi-finale de Grand Chelem (© KEYSTONE/EPA/TOLGA AKMEN)

Novak Djokovic (no 1) disputera vendredi sa 43e demi-finale de Grand Chelem, la 11e à Wimbledon.

Vainqueur 5-7 2-6 6-3 6-2 6-2 de Jannik Sinner (no 10) en 3h35' mardi en quart de finale, le Serbe se frottera à Cameron Norrie (no 9) ou à David Goffin (ATP 58) pour une place en finale sur le gazon de Church Road.

Le triple tenant du titre et sextuple lauréat du tournoi n'est ainsi plus qu'à trois longueurs du record de Roger Federer, qui a disputé sa 46e demi-finale majeure début 2020 à Melbourne où il s'était incliné devant... Novak Djokovic. Celui-ci vise une 32e participation à une finale de Grand Chelem, qui lui permettrait de devenir seul détenteur d'un record qu'il partage avec le Bâlois.

Mais, après son exclusion du territoire australien en janvier et un Roland-Garros manqué (défaite en quart de finale face à Rafael Nadal), Novak Djokovic n'a qu'un seul objectif cette semaine: conquérir un 21e trophée majeur pour revenir à une longueur du record le plus marquant, celui du nombre de titres du Grand Chelem détenu par le champion d'Australie et de Roland-Garros Rafael Nadal.

Un autre match à l'entame du 3e set

Dix mois après avoir échoué à une marche du Grand Chelem calendaire avec ce lourd échec en finale de l'US Open face à Daniil Medvedev, le Serbe de 35 ans retrouve donc un dernier carré majeur dans la peau du grand favori. Mais il a souffert sur le Centre Court pour barrer la route à Jannik Sinner (20 ans) et cueillir son 26e succès consécutif à Wimbledon - et sur herbe d'ailleurs.

Novak Djokovic s'est ainsi retrouvé en toute logique mené deux manches à zéro. Malmené par la force de frappe d'un joueur qui a gagné son premier match dans un tableau final sur gazon au 1er tour face à Stan Wawrinka, le Serbe a su attendre son heure. Il a élevé son niveau de jeu dès l'entame du troisième set, se montrant plus régulier à l'échange tout en mettant plus d'intensité dans ses coups.

Jannik Sinner a, dans le même temps, vu son taux de réussite baisser drastiquement sur ses coups d'attaque. Novak Djokovic n'a laissé aucune chance à l'Italien dans les trois dernières manches, où il n'a pas concédé le moindre break. Il est ainsi parvenu à remonter un handicap de deux sets à zéro pour la sixième fois de sa carrière, la troisième à Wimbledon.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Van Aert s'impose "enfin" et consolide son maillot jaune

Publié

le

Wout van Aert a remporté la 4e étape du Tour de France mardi à Calais (© KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT)

Wout van Aert (Jumbo-Visma) tient son premier succès sur le Tour de France 2022.

Deuxième des trois premières étapes au Danemark, le Belge a remporté en solitaire la 3e, courue entre Dunkerque et Calais sur 172 km, pour conforter sa 1re place au classement général.

Porteur du maillot jaune depuis le départ de la 3e étape, l'ancien champion du monde de cyclocross a attaqué dans la dernière côte du parcours, la côte du Cap Blanc-Nez. Il s'est isolé malgré la résistance du Britannique Adam Yates, le dernier à garder le contact.

Sur la ligne, van Aert a devancé de 8'' le premier groupe de poursuivants réglé par le Belge Jasper Philipsen, qui a levé les bras sur la ligne en croyant avoir gagné. Présent dans ce premier peloton, le Thurgovien Stefan Küng a conservé la 9e place du général.

Âgé de 27 ans, Wout van Aert a remporté son septième succès d'étape dans le Tour depuis sa première participation en 2019. Au classement général, il compte désormais 25'' d'avance sur le Belge Yves Lampaert et 32'' sur le vainqueur sortant, le Slovène Tadej Pogacar, à la veille de l'étape des pavés menant à Arenberg.

Un duo d'échappés

Dans cette étape ensoleillée de 171,5 kilomètres, deux coureurs partis à l'avant dès le départ de Dunkerque, le Danois Magnus Cort Nielsen et le Français Anthony Perez, ont ouvert la route pour cette première journée de course sur le territoire français après l'exergue danois.

Le duo a compté jusqu'à sept minutes et demie d'avance avant la mi-course. Puis les équipiers des sprinters ont réduit l'écart à moins d'une minute et demie, au seuil des 50 derniers kilomètres, quelques instants avant que Perez poursuive seul l'aventure.

Le Français a été débordé dans la dernière côte par l'avant-garde du peloton, qui a éclaté sous l'effet de la violente accélération des équipiers de van Aert. Il restait au Belge à sortir sur le haut de la côte et foncer vers l'arrivée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Plus vous mijoterez vos projets professionnels, plus vous aurez de chances d’atteindre la bonne cuisson… Détendez-vous, tout ira bien !

Les Sujets à la Une

X