Rejoignez-nous

International

Cerné par les manoeuvres, Taïwan fustige un "voisin malveillant"

Publié

,

le

Pékin a tiré jeudi des missiles balistiques et déployé son aviation et sa marine de guerre dans six zones maritimes autour de Taïwan, s'approchant jusqu'à 20 km des côtes et perturbant des routes commerciales parmi les plus fréquentées du monde. (© KEYSTONE/AP)

Taïwan a fustigé vendredi son "voisin malveillant" au deuxième jour des plus grands exercices militaires jamais organisés autour de l'île par la Chine. Cette dernière reste insensible aux protestations outrées des Etats-Unis et de leurs alliés.

Pékin a tiré jeudi des missiles balistiques et déployé son aviation et sa marine de guerre dans six zones maritimes autour de Taïwan, s'approchant jusqu'à 20 km des côtes et perturbant des routes commerciales parmi les plus fréquentées du monde.

Des exercices lancés par Pékin afin d'exprimer sa colère après la visite à Taipei de la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi. La Chine a également dit mettre fin à la coopération avec les États-Unis sur de multiples dossiers.

Provocation majeure

La Chine continentale, qui considère que Taïwan fait partie de son territoire, a perçu cette visite comme une provocation majeure.

Mme Pelosi s'est "gravement ingérée dans les affaires intérieures de la Chine et a porté atteinte à sa souveraineté et à son intégrité territoriale", a dénoncé le ministère des Affaires étrangères, qui a annoncé "imposer des sanctions" contre elle et sa "famille proche", sans donner de détails.

Nombreux "avions et navires de guerre"

Les exercices doivent se poursuivre jusqu'à dimanche midi. Vendredi, Taipei a affirmé que de nombreux "avions et navires de guerre" avaient franchi en fin de matinée la "ligne médiane" du détroit de Taipei, qui sépare l'île du continent.

A Pingtan, une île chinoise située non loin des manoeuvres en cours, des journalistes de l'AFP ont aperçu vendredi à la mi-journée un avion de chasse dans le ciel.

"On n'a peur de personne"

Portant des parapluies pour se protéger d'un soleil de plomb, des touristes tentaient de prendre en photo l'appareil tandis qu'au loin, dans le détroit de Taïwan, on apercevait un navire militaire chinois.

"On espère qu'on pourra se réunifier avec Taïwan bientôt. On n'a peur de personne, notre pays est puissant", a confié l'un d'eux, M. Liu, 40 ans, venu de la province du Zhejiang (est).

Non loin de lui, Mme Wang, vêtue de jaune, était du même avis: "J'espère que la Chine pourra bientôt réintégrer Taïwan, mais je ne veux pas de guerre. J'espère que ce problème pourra être réglé pacifiquement, car nous les Chinois, nous sommes amicaux".

"Il faut que la Chine montre sa force maintenant", estimait un autre touriste, M. Zhou, 40 ans. Même si "nous aimons la paix".

"Plus de 100 avions de guerre"

Selon l'agence officielle Chine nouvelle, l'Armée populaire de libération a "fait voler plus de 100 avions de guerre, y compris des chasseurs et des bombardiers", de même que "plus de 10 destroyers et frégates" jeudi. La chaîne publique CCTV a affirmé que des missiles chinois avaient même survolé Taïwan pour la première fois.

Le gouvernement taïwanais a lui indiqué que l'armée chinoise avait lancé 11 missiles balistiques de classe Dongfeng. Le Japon en a dénombré neuf, dont quatre "auraient survolé l'île principale de Taïwan".

Pékin "surréagit"

"Nous ne nous attendions pas à ce que notre voisin malveillant fasse étalage de sa puissance à notre porte, et mette arbitrairement en péril les voies navigables les plus fréquentées du monde par ses exercices militaires", a déclaré à la presse le Premier ministre taïwanais, Su Tseng-chang.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a fustigé vendredi les manoeuvres chinoises, "des provocations" qui représentent "une escalade importante" des tensions aux yeux des Etats-Unis, qui accusent Pékin d'avoir "choisi de surréagir" à la visite de Nancy Pelosi.

Washington a prévenu que son porte-avions USS Reagan continuerait à "surveiller" les environs de l'île mais a reporté un test de missile intercontinental pour éviter d'aggraver la crise.

La Chine "a utilisé la visite de la présidente de la Chambre des représentants comme prétexte afin d'accroître ses opérations militaires provocatrices dans et autour du détroit de Taïwan", a estimé le porte-parole de la Maison Blanche pour les questions stratégiques, John Kirby. Les tensions "peuvent baisser très facilement si les Chinois arrêtent ces exercices militaires très agressifs", a-t-il ajouté.

Tokyo proteste

Le Japon a exprimé une protestation diplomatique formelle contre Pékin, estimant que cinq des missiles chinois étaient tombés à l'intérieur de sa zone économique exclusive (ZEE). "Nous appelons à l'arrêt immédiat des exercices militaires", a déclaré le Premier ministre nippon Fumio Kishida.

A Tokyo, dernière étape de sa tournée asiatique mouvementée, Mme Pelosi a affirmé que les Etats-Unis "ne permettront pas" à la Chine d'isoler Taïwan, assurant que ce déplacement "ne visait pas à changer le statu quo ici en Asie, à changer le statu quo à Taïwan".

"Précédent fâcheux"

Mais le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a déclaré à Phnom Penh, en marge d'un sommet régional jeudi, que la "provocation flagrante" des États-Unis avait créé un "précédent fâcheux".

"Si (cette provocation) n'est pas corrigée et contrée, le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures existera-t-il toujours? Le droit international sera-t-il toujours respecté?" a-t-il déclaré, selon Chine nouvelle.

Les manoeuvres empiètent sur certaines des routes maritimes les plus fréquentées de la planète, par lesquelles des équipements électroniques essentiels provenant des usines d'Asie de l'Est sont acheminés vers les marchés mondiaux.

Le Bureau maritime et portuaire de Taïwan a mis en garde les navires passant dans cette zone et plusieurs compagnies aériennes internationales ont indiqué à l'AFP dérouter leurs vols pour éviter l'espace aérien autour de l'île.

Les analystes s'accordent à dire que, malgré ces exercices militaires, Pékin ne souhaite pas pour l'instant une confrontation armée. "La dernière chose que Xi souhaite est le déclenchement d'une guerre accidentelle", commente à l'AFP Titus Chen, professeur associé de sciences politiques à l'Université nationale Sun Yat-Sen de Taïwa

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Un général américain alerte sur le risque d'une guerre avec Pékin

Publié

le

En août dernier, la Chine avait procédé à de très importants exercices militaires autour de Taïwan (archives). (© KEYSTONE/AP Xinhua/WU DENGFENG)

Un général américain a mis en garde contre le risque élevé d'une guerre avec la Chine en 2025, très probablement autour de Taïwan. Il a exhorté ses officiers à être prêts au combat dès cette année.

"J'espère me tromper. Mon instinct me dit que nous combattrons en 2025", écrit Michael Minihan, général de l'armée de l'air, dans une note interne, dont l'authenticité a été confirmée vendredi par le Pentagone à l'AFP.

Le président chinois Xi Jinping "dispose à la fois d'une équipe, d'un motif et d'une opportunité pour 2025", estime le militaire, assurant que les élections taïwanaises de 2024 donneront au dirigeant chinois une "raison" pour agir.

Démonstration de force chinoise

La course pour la Maison-Blanche, prévue la même année, offrira une "Amérique distraite" à la Chine, juge-t-il encore. Cette note appelle ses troupes à s'entraîner au combat en se rendant entre autres sur des stands pour tirer sur des cibles. Le général invite à "viser les têtes".

En août dernier, la Chine avait procédé à de très importants exercices militaires autour de Taïwan, une démonstration de force sans précédent, en représailles à une visite sur l'île Nancy Pelosi, alors présidente de la chambre américaine des représentants.

La Chine estime que l'île, peuplée de 24 millions d'habitants, est l'une de ses provinces qu'elle n'a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949.

Elle voit avec mécontentement le rapprochement à l'oeuvre ces dernières années entre les autorités taïwanaises et les Etats-Unis, qui fournissent à l'île un soutien militaire face à Pékin depuis plusieurs décennies.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Recherches en Australie pour retrouver une capsule radioactive

Publié

le

La capsule en argent contient une substance radioactive, le césium 137 (cliché symbolique/Keystone archives). (© KEYSTONE/EPA/CHRISTIAN BRUNA)

Des recherches étaient en cours samedi en Australie-Occidentale pour retrouver une capsule radioactive disparue lors de son transport depuis une mine. La capsule d'argent de 8 mm sur 6 mm, utilisée lors d'opérations minières, est introuvable depuis la mi-janvier.

Elle contient une substance radioactive, le césium 137, a indiqué le ministère de la santé d'Australie-Occidentale. La capsule serait tombée d'un camion alors qu'elle était transportée vers un lieu de stockage.

Les autorités sanitaires ont mis en garde contre toute manipulation de cet objet susceptible d'entraîner des brûlures ou des maladies. Les services de secours ont précisé qu'elle a été perdue entre la ville reculée de Newman et les banlieues du nord de Perth, soit une distance d'environ 1400 kilomètres.

Inquiétude

"L'inquiétude est que quelqu'un la ramasse sans savoir à quoi il a affaire", a déclaré le Dr Andrew Robertson, responsable des services médicaux du plus vaste Etat d'Australie.

Un porte-parole des pompiers a déclaré que la capsule est recherchée en priorité dans les zones habitées, mais que cela pourrait prendre des semaines.

Les autorités ont été alertées mercredi de cette disparition, après que l'entreprise responsable de la capsule a réalisé sa disparition, a-t-il ajouté.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Un membre de l'armée britannique accusé d'activités terroristes

Publié

le

Le soldat de 21 ans est accusé d'avoir tenté d'obtenir des informations susceptibles d'être utiles à une personne commettant ou préparant un acte de terrorisme (cliché symbolique/Keystone archives). (© KEYSTONE/EPA/DANIEL DEME)

Un membre de l'armée britannique a été poursuivi vendredi pour activités liées au terrorisme, a annoncé la police. Il a été placé en détention et doit comparaître samedi devant un tribunal.

L'homme de 21 ans est accusé d'avoir tenté "d'obtenir des informations susceptibles d'être utiles à une personne commettant ou préparant un acte de terrorisme" en août 2021, précise la police métropolitaine dans un communiqué.

Il est également poursuivi pour avoir "placé un objet avec l'intention de faire croire à une autre personne que ledit objet était susceptible d'exploser", le 2 janvier dernier.

Les deux infractions pour lesquelles il est poursuivi ont été commises à Beaconside, Stafford, dans le centre de l'Angleterre.

Ce "membre en exercice de l'armée britannique" a été placé en détention et doit comparaître devant un tribunal de Westminster samedi.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Les Etats-Unis sous le choc après l'arrestation de Tyre Nichols

Publié

le

Tyre Nichols est décédé trois jours après son interpellation à Memphis. (© KEYSTONE/AP)

Un long passage à tabac nocturne, à coups de poing, de pied, de matraque: les Américains ont découvert vendredi avec effroi la vidéo choquante de l'arrestation de Tyre Nichols, un Noir de 29 ans mort trois jours plus tard. Le président Biden s'est dit "scandalisé".

Les images montrent les violences infligées durant de longs instants par les cinq policiers noirs, dans le sillage d'un banal contrôle routier à Memphis, dans l'Etat du Tennessee, le 7 janvier. Tyre Nichols, aspergé de gaz lacrymogène et visé par un pistolet Taser à décharges électrique, tente de s'enfuir mais est rattrapé ensuite par les agents, qui se déchaînent, apparemment insensibles aux supplications de l'automobiliste.

Réagissant quelque trente minutes après que la vidéo explosive a été rendue publique, le président américain Joe Biden s'est dit "scandalisé" et "profondément meurtri". "Maman! Maman! Maman!", crie Tyre Nichols dans un des extraits. Dans un autre, on le voit au sol, battu durant de longues secondes.

Appel au calme

Des premières manifestations ont débuté vendredi dans diverses villes du pays, notamment Washington, New York et Memphis. igne que l'affaire est potentiellement explosive, M. Biden a exhorté à ce que les rassemblements soient "pacifiques". Il s'est entretenu au téléphone dans l'après-midi avec la mère et le beau-père de Tyre Nichols.

Sa mort rappelle celle de l'Afro-Américain George Floyd, tué par un policier en mai 2020. Des manifestations contre le racisme et les violences policières avaient alors embrasé le pays, fédérées autour du slogan "Black Lives Matter" (Les vies noires comptent).

"Quand mon mari et moi sommes arrivés à l'hôpital et que j'ai vu mon fils, il était déjà mort. Ils l'avaient réduit en bouillie. Il avait des bleus partout, sa tête était enflée comme une pastèque", a raconté en larmes la mère de Tyre Nichols, dans une interview diffusée par la chaîne CNN.

La cheffe de la police de Memphis, Cerelyn Davis, avait prévenu que la vidéo montrant l'interpellation de cet homme pour une simple infraction au code de la route était "comparable, voire pire" à celle montrant l'arrestation policière violente de Rodney King en 1991. L'acquittement, un an plus tard, des quatre policiers impliqués, déclencha des émeutes sans précédent à Los Angeles.

"Dites son nom"

La famille de Tyre Nichols a demandé des rassemblements pacifiques. "S'il vous plaît, manifestez, mais manifestez en toute sécurité", a dit son beau-père de la victime.

A Memphis, les manifestants se sont mis en marche au moment de la publication de la vidéo, scandant: "Dites son nom. Tyre Nichols". "Vous n'avez pas voulu nous écouter", clamait le cortège dans cette ville où Martin Luther King a été assassiné en 1968.

A Washington, des manifestants avaient commencé à se rassembler avant même la publication de la vidéo. "Pas de justice, pas de paix", entonnaient-ils, tandis qu'une vidéo de Tyre Nichols était projetée sur la façade d'un bâtiment voisin.

Ailleurs dans le pays, les forces de l'ordre se préparaient à d'éventuels débordements. Deux conseillères de Joe Biden se sont entretenues avec les maires de seize villes américaines à propos des manifestations

Policiers inculpés

Tyre Nichols, hospitalisé, est décédé trois jours après son interpellation. Les cinq policiers afro-américains, depuis lors licenciés, ont été inculpés pour meurtre et écroués. Quatre d'entre eux ont ensuite été libérés sous caution.

Le directeur du FBI, Christopher Wray, s'est dit "horrifié" et le ministre de la justice Merrick Garland a indiqué qu'une enquête fédérale avait été ouverte.

Tout en disant leur horreur, les avocats de la famille ainsi que les parents du jeune homme ont tenu à saluer la "rapidité" des mesures prises à l'encontre des policiers.

Le révérend Al Sharpton, célèbre figure de la lutte pour les droits civiques qui prononcera l'oraison funèbre de Tyre Nichols, a affirmé que le fait que les policiers soient noirs rendait "l'événement encore plus choquant".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

3,7 millions de dollars pour un maillot de LeBron James

Publié

le

LeBron James avait porté le maillot lors d'une finale de NBA en 2013 (archives). (© KEYSTONE/AP/Bebeto Matthews)

Un maillot de LeBron James porté lors d'une finale de NBA, durant laquelle il enchaîna les prouesses avec les Miami Heat en 2013, a été vendu pour 3,7 millions de dollars aux enchères vendredi chez Sotheby's à New York. Il s'agit d'un record pour un maillot du joueur.

Avec 37 points et 12 rebonds, LeBron James avait été décisif au soir du 20 juin 2013, lors du septième et dernier match de finale de NBA, permettant aux Miami Heat de s'imposer sur les San Antonio Spurs, pour un deuxième titre d'affilée.

La vente intervient alors que LeBron James, qui évolue maintenant chez les Lakers, est en passe de devenir le meilleur marqueur de l'histoire de la NBA, devant Kareem Abduj-Jabbar (38'387 points). L'acheteur est "un collectionneur privé", a indiqué Sotheby's, sans autre détail.

Robe de Diana

Le marché des objets de collection de sport a le vent en poupe depuis quelques années. Cette nouvelle vente montre que la demande "n'a jamais été aussi forte", s'est félicité Brahm Wachter, qui dirige le département streetwear et objets de collections modernes chez Sotheby's.

Lors de la même séance vendredi à New York, une robe de bal aubergine qui fut portée par la princesse Diana, et créée par le designer Victor Edelstein, a été vendue 604'800 dollars, "après des tours d'enchères féroces", a indiqué Sotheby's sur twitter.

Estimée entre 80'000 et 120'000 dollars par Sotheby's, la robe était "notamment connue pour avoir fait partie d'une vente aux enchères de 80 robes" de la collection personnelle de la princesse pour des oeuvres caritatives en 1997, a expliqué la société.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X