Rejoignez-nous

International

Cerné par les manoeuvres, Taïwan fustige un "voisin malveillant"

Publié

,

le

Pékin a tiré jeudi des missiles balistiques et déployé son aviation et sa marine de guerre dans six zones maritimes autour de Taïwan, s'approchant jusqu'à 20 km des côtes et perturbant des routes commerciales parmi les plus fréquentées du monde. (© KEYSTONE/AP)

Taïwan a fustigé vendredi son "voisin malveillant" au deuxième jour des plus grands exercices militaires jamais organisés autour de l'île par la Chine. Cette dernière reste insensible aux protestations outrées des Etats-Unis et de leurs alliés.

Pékin a tiré jeudi des missiles balistiques et déployé son aviation et sa marine de guerre dans six zones maritimes autour de Taïwan, s'approchant jusqu'à 20 km des côtes et perturbant des routes commerciales parmi les plus fréquentées du monde.

Des exercices lancés par Pékin afin d'exprimer sa colère après la visite à Taipei de la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi. La Chine a également dit mettre fin à la coopération avec les États-Unis sur de multiples dossiers.

Provocation majeure

La Chine continentale, qui considère que Taïwan fait partie de son territoire, a perçu cette visite comme une provocation majeure.

Mme Pelosi s'est "gravement ingérée dans les affaires intérieures de la Chine et a porté atteinte à sa souveraineté et à son intégrité territoriale", a dénoncé le ministère des Affaires étrangères, qui a annoncé "imposer des sanctions" contre elle et sa "famille proche", sans donner de détails.

Nombreux "avions et navires de guerre"

Les exercices doivent se poursuivre jusqu'à dimanche midi. Vendredi, Taipei a affirmé que de nombreux "avions et navires de guerre" avaient franchi en fin de matinée la "ligne médiane" du détroit de Taipei, qui sépare l'île du continent.

A Pingtan, une île chinoise située non loin des manoeuvres en cours, des journalistes de l'AFP ont aperçu vendredi à la mi-journée un avion de chasse dans le ciel.

"On n'a peur de personne"

Portant des parapluies pour se protéger d'un soleil de plomb, des touristes tentaient de prendre en photo l'appareil tandis qu'au loin, dans le détroit de Taïwan, on apercevait un navire militaire chinois.

"On espère qu'on pourra se réunifier avec Taïwan bientôt. On n'a peur de personne, notre pays est puissant", a confié l'un d'eux, M. Liu, 40 ans, venu de la province du Zhejiang (est).

Non loin de lui, Mme Wang, vêtue de jaune, était du même avis: "J'espère que la Chine pourra bientôt réintégrer Taïwan, mais je ne veux pas de guerre. J'espère que ce problème pourra être réglé pacifiquement, car nous les Chinois, nous sommes amicaux".

"Il faut que la Chine montre sa force maintenant", estimait un autre touriste, M. Zhou, 40 ans. Même si "nous aimons la paix".

"Plus de 100 avions de guerre"

Selon l'agence officielle Chine nouvelle, l'Armée populaire de libération a "fait voler plus de 100 avions de guerre, y compris des chasseurs et des bombardiers", de même que "plus de 10 destroyers et frégates" jeudi. La chaîne publique CCTV a affirmé que des missiles chinois avaient même survolé Taïwan pour la première fois.

Le gouvernement taïwanais a lui indiqué que l'armée chinoise avait lancé 11 missiles balistiques de classe Dongfeng. Le Japon en a dénombré neuf, dont quatre "auraient survolé l'île principale de Taïwan".

Pékin "surréagit"

"Nous ne nous attendions pas à ce que notre voisin malveillant fasse étalage de sa puissance à notre porte, et mette arbitrairement en péril les voies navigables les plus fréquentées du monde par ses exercices militaires", a déclaré à la presse le Premier ministre taïwanais, Su Tseng-chang.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a fustigé vendredi les manoeuvres chinoises, "des provocations" qui représentent "une escalade importante" des tensions aux yeux des Etats-Unis, qui accusent Pékin d'avoir "choisi de surréagir" à la visite de Nancy Pelosi.

Washington a prévenu que son porte-avions USS Reagan continuerait à "surveiller" les environs de l'île mais a reporté un test de missile intercontinental pour éviter d'aggraver la crise.

La Chine "a utilisé la visite de la présidente de la Chambre des représentants comme prétexte afin d'accroître ses opérations militaires provocatrices dans et autour du détroit de Taïwan", a estimé le porte-parole de la Maison Blanche pour les questions stratégiques, John Kirby. Les tensions "peuvent baisser très facilement si les Chinois arrêtent ces exercices militaires très agressifs", a-t-il ajouté.

Tokyo proteste

Le Japon a exprimé une protestation diplomatique formelle contre Pékin, estimant que cinq des missiles chinois étaient tombés à l'intérieur de sa zone économique exclusive (ZEE). "Nous appelons à l'arrêt immédiat des exercices militaires", a déclaré le Premier ministre nippon Fumio Kishida.

A Tokyo, dernière étape de sa tournée asiatique mouvementée, Mme Pelosi a affirmé que les Etats-Unis "ne permettront pas" à la Chine d'isoler Taïwan, assurant que ce déplacement "ne visait pas à changer le statu quo ici en Asie, à changer le statu quo à Taïwan".

"Précédent fâcheux"

Mais le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a déclaré à Phnom Penh, en marge d'un sommet régional jeudi, que la "provocation flagrante" des États-Unis avait créé un "précédent fâcheux".

"Si (cette provocation) n'est pas corrigée et contrée, le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures existera-t-il toujours? Le droit international sera-t-il toujours respecté?" a-t-il déclaré, selon Chine nouvelle.

Les manoeuvres empiètent sur certaines des routes maritimes les plus fréquentées de la planète, par lesquelles des équipements électroniques essentiels provenant des usines d'Asie de l'Est sont acheminés vers les marchés mondiaux.

Le Bureau maritime et portuaire de Taïwan a mis en garde les navires passant dans cette zone et plusieurs compagnies aériennes internationales ont indiqué à l'AFP dérouter leurs vols pour éviter l'espace aérien autour de l'île.

Les analystes s'accordent à dire que, malgré ces exercices militaires, Pékin ne souhaite pas pour l'instant une confrontation armée. "La dernière chose que Xi souhaite est le déclenchement d'une guerre accidentelle", commente à l'AFP Titus Chen, professeur associé de sciences politiques à l'Université nationale Sun Yat-Sen de Taïwa

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

GP des Amériques: podium 100% espagnol dans le sprint

Publié

le

Maverick Vinales sans rival lors du sprint à Austin (© KEYSTONE/EPA/ADAM DAVIS)

L'Espagnol Maverick Vinales (Aprilia) a remporté le sprint du GP des Amériques MotoGP à Austin. Il a devancé ses compatriotes Marc Marquez (Ducati-Gresini) et Jorge Martin (Ducati-Pramac).

Auteur de la pole position, Vinales - qui avait déjà gagné le sprint au Portugal - a pris la tête dès le départ et n'a pas été inquiété durant les 10 tours de la course. Il s'est imposé avec 2''294 d'avance sur Marc Marquez, toujours à l'aise à Austin.

Les Espagnols ont même signé un quintuplé. Le rookie Pedro Acosta (Gas Gas) a en effet fini 4e devant Aleix Espargaro (Aprilia).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

L'Iran a lancé une attaque de drones contre Israël, selon Tsahal

Publié

le

L'Iran du président Ebrahim Raisi a lancé une attaque de drones contre Israël (Photo prétexte). (© KEYSTONE/AP/VAHID SALEMI)

L'Iran a lancé samedi "depuis son territoire" une attaque de drones contre Israël, a déclaré le porte-parole de l'armée israélienne dans une allocution télévisée peu après 23h00 (22h00 suisses).

"Nous surveillons la menace dans l'espace aérien. C'est une menace qui prendra plusieurs heures pour atteindre le territoire de l'Etat d'Israël", a ajouté le contre-amiral Daniel Hagari.

"Nous travaillons en étroite collaboration avec les Etats-Unis et nos partenaires dans la région afin d'agir contre les lancements (de drones) et de les intercepter", a-t-il encore annoncé.

Pour sa part l'Irak vient d'annoncer avoir fermé son espace aérien, tout comme la Jordanie un peu plus tôt.

Fait inhabituel, le président américain est retourné à la Maison Blanche cet après-midi pour consulter son équipe de sécurité nationale sur les événements au Moyen-Orient, a annoncé son équipe dans un message diffusé à la presse, sans donner plus de précisions.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Hockey

La Suisse bat l'Allemagne et reste dans le groupe A

Publié

le

Colin Muller et ses joueuses ont conservé leur place dans le groupe A (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

L'équipe de Suisse dames a conclu le championnat du monde d'Utica sur une note positive, mais dans la douleur.

Les protégées du coach Colin Muller ont battu l'Allemagne 3-2 après prolongation dans le match pour la 5e place et figureront donc toujours dans le groupe A lors du Mondial 2025.

Battues dans leurs cinq premiers matches disputés dans l'Etat de New York, les Suissesses ont donc relevé la tête au meilleur moment samedi. Elles se conteront d'avoir assuré leur place parmi les cinq meilleures nations du monde, même si elles rêvaient de médaille dans ces joutes.

Samedi, la star de l'équipe Alina Müller a su prendre ses responsabilités face à des Allemandes résilientes. L'attaquante de Boston dans la nouvelle Professionnal Women's Hockey League a inscrit le premier but du match à la 18e, avant d'offrir la victoire à son équipe à 57'' de la fin de la prolongation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

La surprise Shakira au festival Coachella en Californie

Publié

le

Le Festival Coachella vit son premier week-end. (© KEYSTONE/AP/Amy Harris)

Shakira a fait une apparition surprise vendredi soir dans l'ambiance déchaînée du célèbre festival Coachella, dans le désert californien, clou d'une première journée où les artistes latinos étaient au diapason.

Autre temps fort, la tête d'affiche Lana Del Rey a fait son entrée sur scène escortée de motos puissantes pour la soirée d'ouverture du gigantesque événement musical, coup d'envoi des festivals d'été aux Etats-Unis.

Certains espéraient une apparition surprise de son amie et méga vedette Taylor Swift, que la rumeur dit en week-end romantique à Coachella avec son compagnon et joueur de football américain Travis Kelce.

Il n'en a rien été, mais les "Swifties" peuvent encore espérer qu'elle se joigne aux concerts des Bleachers, le groupe de son producteur Jack Antonoff, ou de la rappeuse du Bronx, Ice Spice, avec laquelle elle collabore aussi.

"Arriba Coachella"

En matière de surprise, c'est Shakira qui a déboulé sur la scène du désert californien pour électriser un peu plus le set de son acolyte, le producteur et DJ argentin Bizarrap.

Vêtue d'une courte robe aux couleurs du feu, elle a offert une performance puissante et dansante, notamment sur le tube commun du duo où elle se venge de son ex, l'ancien footballeur Gerard Piqué.

"Arriba Coachella", a crié Bizarrap, sous les acclamations explosives de la foule, tandis que la chanteuse en a profité pour annoncer une tournée mondiale.

Le duo surprise a parachevé une première journée très latino, signant la domination de plus en plus forte des artistes hispaniques sur les plateformes de streaming.

L'année dernière, le Porto-Ricain Bad Bunny avait écrit l'histoire en devenant le premier chanteur de langue espagnole à se hisser en tête d'affiche du grand rendez-vous musical.

Entre virtuel et nostalgie

Cette année, c'est Peso Pluma - 5e artiste le plus écouté dans le monde sur Spotify en 2023 - qui a attiré une immense foule avec son style unique, fusion des musiques régionales mexicaines traditionnelles, de rap latino et de reggaeton.

Pendant que flottaient dans la foule de nombreux drapeaux mexicains, le chanteur de 24 ans avait fait projeter les gros titres d'articles de presse faisant allusion aux controverses autour de son genre musical, le "narcocorrido", accusé de glorifier les cartels de drogue. Peso Pluma revendique parler de la réalité.

Et ce n'était pas fini au pied des montagnes San Jacinto. La Porto-Ricaine Young Miko a lâché un set endiablé sur la scène principale, avec son trap latino qui rappelle le rap de la côte ouest américaine des années 1990, tandis que Cimafunk est devenu le premier artiste né à Cuba à se produire à Coachella, avec son funk afro-cubain teinté de cuivres inspirés de la Nouvelle-Orléans.

Les fans se sont aussi régalés de la célèbre chanteuse virtuelle japonaise Hatsune Miku, un logiciel de synthèse vocale personnifié par l'hologramme de l'adolescente aux nattes turquoise. Sur scène, l'artiste virtuelle était accompagnée d'un groupe de musiciens en chair et en os.

Samedi, c'est Tyler, the Creator qui tient la tête de l'affiche, tandis que le premier week-end se terminera dimanche avec Doja Cat.

Le festival offre une bonne dose de nostalgie aussi, avec les No Doubt de Gwen Stefani qui se reforment pour l'occasion, Vampire Weekend, qui vient de sortir son nouvel album, les légendaires rockers de Blur ou le groupe de reggae rock des années 1990 Sublime.

Le festival se déroule sur deux week-ends, jusqu'au 21 avril.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Quelques Planètes s’ingénient à vous jouer de mauvais tours... Les vents de l'amour ne soufflent pas en votre faveur en ce moment !

Les Sujets à la Une

X