Rejoignez-nous

Économie

L'ex-patron de FTX Sam Bankman-Fried plaide non coupable

Publié

,

le

Sam Bankman-Fried avait été libéré sous caution le mois dernier après son extradition des Bahamas. (© KEYSTONE/EPA/Peter Foley)

Le co-fondateur et ancien patron de la plateforme d'échanges de cryptomonnaies FTX, Sam Bankman-Fried, a plaidé non coupable mardi des chefs d'accusation de fraude devant un tribunal de New York.

Inculpé notamment pour fraude et association de malfaiteurs, "SBF", son surnom, avait été extradé fin décembre des Bahamas, où se trouvait le siège de FTX, puis remis en liberté à son arrivée à New York, moyennant une caution de 250 millions de dollars (234 millions de francs).

A l'audience, le trader et entrepreneur, en costume et cravate sombres, ne s'est pas exprimé et a laissé son avocat Mark Cohen parler en son nom.

La stratégie de Sam Bankman-Fried diffère de celle d'un ancien cadre dirigeant de FTX, Gary Wang, qui a plaidé coupable le mois dernier et collabore avec les autorités, tout comme Caroline Ellison, ancienne responsable d'Alameda Research, la plateforme soeur de FTX.

Spéculation et donations politiques

Sam Bankman-Fried est soupçonné d'avoir utilisé, avec des collaborateurs, des fonds déposés par des clients sur la plateforme de FTX pour réaliser des opérations financières spéculatives par le biais d'Alameda Research.

Outre les transactions à risque via Alameda, il est également soupçonné d'avoir investi une partie de cet argent dans de l'immobilier aux Bahamas et d'avoir effectué des donations à des personnalités politiques démocrates - toujours avec des fonds de clients de FTX - dont Joe Biden lors de sa campagne présidentielle.

Le juge fédéral Lewis Kaplan a fixé au 2 octobre la date de début du procès de celui qui fut un temps crédité d'une fortune estimée à 26 milliards, mais à tout perdu dans la faillite de FTX et Alameda.

La représentante du bureau du procureur fédéral de Manhattan, Danielle Sassoon, a estimé à quatre semaines la durée nécessaire au procès, quand les avocats du prévenu ont eux évoqué deux à trois semaines. Le juge Kaplan n'a pas tranché sur ce point.

Cinq des huit chefs d'accusation retenus contre Sam Bankman-Fried prévoient, chacun, une peine maximum de vingt ans de prison. Actuellement assigné à résidence chez ses parents, en Californie, il est donc susceptible de passer le restant de ses jours en prison.

"SBF"

Depuis la faillite de FTX, le 11 novembre, Sam Bankman-Fried a plusieurs fois fait valoir publiquement qu'il n'était plus aux manettes d'Alameda Research depuis de nombreux mois, incriminant indirectement Caroline Ellison.

Une argumentation contestée par le ministère public, qui affirme que "SBF" est resté le principal décideur au sein d'Alameda jusqu'au dépôt de bilan de FTX.

Mme Sassoon a indiqué que le bureau du procureur fédéral de Manhattan, Damian Williams, prévoyait de produire dans les deux semaines à venir "des centaines de milliers de documents" à l'appui de ses accusations.

Le régulateur des produits financiers dérivés aux Etats-Unis, la CFTC, évalue à 8 milliards de dollars le total des fonds détournés de comptes de clients de FTX.

Danielle Sassoon a indiqué, toujours mardi, que le nombre de victimes des agissements supposés de Sam Bankman-Fried pourrait se situer "au-delà du million".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Économie

Droit de préemption: les élus peinent à fixer toutes les modalités

Publié

le

L'Etat de Vaud disposera d'un fonds cantonal de 20 millions de francs pour pouvoir exercer son droit de préemption (photo symbolique). (© Keystone/CHRISTIAN BRUN)

Les modalités du droit de préemption de l'Etat de Vaud pour des biens immobiliers, lorsque celui-ci est cédé par une commune, ont de la peine à accoucher. Après deux débats, le Grand Conseil n'a pas réussi mardi à fixer toutes les règles de ce droit subsidiaire. Un fonds cantonal de 20 millions de francs, et non de 40 millions comme le voulait la gauche, sera toutefois créé.

Après un vote à une voix près lors du premier débat, celui du deuxième débat a été un poil moins serré. La version du Conseil d'Etat à 20 millions de francs, soutenue par le PLR et l'UDC, l'a emporté cette fois-ci de quatre voix (70 contre 66). Une autre proposition de la gauche radicale, à 65 millions, avait été écartée lors du débat précédent.

Depuis 2020, les communes vaudoises ont le droit d'acquérir en priorité un bien-fonds (bâti ou non bâti) afin de créer des logements d'utilité publique (LUP), soit à loyers abordables. Elles ont aussi la possibilité de transmettre ce droit au canton si, par exemple, elles ne disposent pas de l'argent nécessaire.

Pas d'accord sur le nombre de LUP

Le canton aura alors 20 jours pour agir (délai de 40 jours refusé au plénum). Mais pour cela, il doit disposer d'un fonds pour payer le vendeur et indemniser l'acquéreur évincé. D'où la création du fonds cantonal, qui, s'il est utilisé, sera reconstitué par la vente ultérieure des biens-fonds acquis dans le cadre de l'exercice du droit de préemption cantonal.

Les parlementaires devaient aussi définir d'autres modalités. Ils se sont prononcés en faveur d'une institution d'une commission de sept personnes, chargée d'examiner la pertinence de l'achat d'un bien immobilier.

Ils n'ont pas réussi, en revanche, à se mettre d'accord sur un seuil minimal LUP au-dessous duquel l'Etat ne devrait pas préempter. Quatre, huit, douze ou quinze? La balance penchait plutôt pour quatre ou huit. Un troisième débat sera nécessaire la semaine prochaine pour trancher.

Assainissement énergétique

D'autres règles ont été déterminées dans le décret, comme le fait que la Commission des finances, sur saisine du Conseil d’Etat, se prononce sur l'approbation de l'acquisition d'immeuble effectuée. Les députés ont aussi décidé de permettre à des investisseurs privés de pouvoir réaliser des LUP si l'Etat ne les réalise pas lui-même (par voie d'appel d'offres public).

Enfin, les biens-fonds préemptés et acquis par l'Etat devront être obligatoirement assainis énergétiquement dans un délai de dix ans dès la date de l'achat.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

HSBC (Suisse) a enfreint les règles sur le blanchiment (Finma)

Publié

le

La filiale helvétique du groupe bancaire britannique a manqué à ses obligations en matière de prévention du blanchiment d'argent concernant deux personnes politiquement exposées (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

HSBC Private Bank (Suisse) est accusée d'avoir enfreint les règles en matière de blanchiment d'argent. L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) a ordonné des mesures.

La filiale helvétique du groupe bancaire britannique a manqué à ses obligations en matière de prévention du blanchiment d'argent concernant deux personnes politiquement exposées, écrit la Finma mardi dans un communiqué. Par conséquent, le gendarme financier a ordonné des mesures à l'encontre du gestionnaire de fortune, lui interdisant notamment d'ouvrir de nouvelles relations d'affaires avec ce type de clients à risque.

Cette décision fait suite à une procédure "d'enforcement" ouverte en décembre 2021, au cours de laquelle la banque a coopéré, indique la Finma.

HSBC Private Bank (Suisse) a entretenu deux relations d'affaires comportant des risques accrus pour lesquelles elle n'a pas suffisamment vérifié l'origine des valeurs patrimoniales ainsi que leur but et leur arrière-plan économique, est-il ressorti de l'enquête.

De nombreuses transactions considérées comme étant à risque n'ont par ailleurs pas été suffisamment clarifiées et documentées. Effectuées entre 2002 et 2015, ces opérations représentent un montant cumulé de 300 millions de dollars. Les avoirs, provenant d'une institution étatique, étaient transférés du Liban vers la Suisse avant d'être une nouvelle fois transférés peu de temps après sur d'autres comptes au Liban.

La banque n'a à aucun moment clarifié les raisons pour lesquelles un compte de passage détenu auprès d'elle avait été utilisé pour ces transactions, écrit la Finma. Elle n'a pas non plus identifié que les virements mentionnés présentaient des indices de blanchiment. Et même lorsque les risques l'ont conduite à résilier en 2016 ces relations d'affaires, elle n'en a pas informé Bureau de communication en matière de blanchiment d'argent.

Evoquant une "violation grave" des lois régissant les marchés financiers, la Finma a ordonné à la banque de passer en revue toutes ses relations d'affaires actuelles à risques accrus et avec des personnes politiquement exposées. L'établissement devra en outre contrôler la conformité de la catégorisation du risque de ses autres clients.

Un chargé d'audit a été désigné pour surveiller la mise en oeuvre de ces mesures. Dans l'intervalle, la banque ne pourra pas ouvrir de nouvelles relations d'affaires avec des personnes politiquement exposées.

HSBC Private Bank (Suisse) devra aussi remettre à la Finma une liste avec une déclaration exhaustive des responsabilités au sein de son conseil d'administration et de sa direction.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Le nombre de nuitées hôtelières devrait avoir progressé en mai

Publié

le

Le nombre de nuitées passées dans les établissements helvétiques par des hôtes étrangers devrait avoir grimpé de 7,8% au mois de mai. (archive) (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le nombre de nuitées hôtelières devrait avoir crû de 4,9% en mai en comparaison annuelle. Une nouvelle fois, la croissance est à mettre sur le compte de la venue de touristes étrangers.

Le nombre de nuitées passées dans les établissements helvétiques par des hôtes étrangers devrait avoir grimpé de 7,8% au mois de mai, selon les chiffres préliminaires publiés lundi par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Dans une moindre mesure, les Suisses devraient aussi avoir davantage fréquenté les hôtels du pays (+1,7%) par rapport à mai 2023.

L'hôtellerie suisse a profité du rebond de la demande étrangère lors de la saison d'hiver écoulée. Entre novembre et avril, le nombre de nuitées des hôtes venus de l'étranger a bondi de 6,0% à 8,7 millions, retrouvant quasiment leur niveau d'avant la crise Covid. La fréquentation des Suisses s'est stabilisée à un peu plus de 9 millions de nuitées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Décharge de Gamsenried (VS): construction d'une paroi étanche

Publié

le

Le traitement des sites pollués liés au passé industriel du Valais se poursuit dans le Haut-Valais. Ici l'un des secteurs de la décharge de Gamsenried (archives). (© Keystone/ANDREA SOLTERMANN)

L'ancienne décharge de Gamsenried (VS), située entre Viège et Brigue-Glis, devrait être entièrement assainie dans une à deux générations. Pour y parvenir, une première étape a été annoncée lundi avec la construction d'une paroi étanche sur le site d'ici 2027.

Cette paroi doit permettre "de protéger à long terme la nappe phréatique en aval de la décharge", a expliqué la cheffe du service de l'environnement, Christine Genolet-Leubin, en conférence de presse. Elle permettra de réduire encore - à presque 100% - l'écoulement d'eaux souterraines polluées en dehors de la décharge.

Il s'agit d'une étape "déterminante, car en améliorant cette sécurisation, on pourra entamer la phase d'assainissement de la zone la plus polluée du site sans risque", ajoute Anton Aeby, directeur du secteur environnement du site Lonza SA à Viège.

La paroi, en forme de "L", sera construite entre l'autoroute et les rails de chemins de fer sur une longueur de 1,3 kilomètre, en appui à la barrière hydraulique existante. Elle sera large de 80 centimètres et d'une profondeur de 30 à 32 mètres.

Pour mémoire, l'entreprise Lonza a déposé des déchets issus de la production chimique dans la décharge de Gamsenried entre 1918 et 1978. Inscrite au cadastre cantonal des sites pollués, l’ancienne décharge a été classée en 2011 comme site contaminé à assainir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

En pleine élaboration de projets, il est important d'agir avec discernement lors de vos interactions avec vos collègues en tenant compte de leurs opinions.

Les Sujets à la Une

X