Rejoignez-nous

International

L'ONU déclare un "état d'urgence des océans"

Publié

,

le

Les mers, qui recouvrent plus des deux tiers de la surface de la planète, génèrent la moitié de l'oxygène que nous respirons (image symbolique). (© KEYSTONE/AP/CALEB JONES)

Des milliers de responsables politiques, d'experts et défenseurs de l'environnement sont rassemblés à partir de lundi à Lisbonne à l'appel de l'ONU. Ils doivent oeuvrer à la préservation de la santé fragile des océans et éviter des "effets en cascade".

"Malheureusement, nous avons pris l'océan pour acquis. Nous sommes actuellement confrontés à ce que j'appellerais un état d'urgence des océans", a déclaré le secrétaire général des Nations unies, le Portugais Antonio Guterres.

"Notre échec à préserver l'océan aura des effets en cascade", a-t-il souligné dans son discours d'ouverture de cette conférence de cinq jours, plusieurs fois reportée pour cause de pandémie alors qu'elle devait d'abord se tenir en avril 2020.

Les mers, qui recouvrent plus des deux tiers de la surface de la planète, génèrent la moitié de l'oxygène que nous respirons et représentent une source vitale de protéines pour le quotidien de milliards de personnes.

Mer plus acide

L'océan joue par ailleurs un rôle clé pour la vie sur Terre en mitigeant les impacts du changement climatique. Mais le coût en est considérable.

En absorbant environ un quart de la pollution au CO2, alors même que les émissions ont augmenté de 50% au cours des 60 dernières années, la mer est devenue plus acide, déstabilisant les chaînes alimentaires aquatiques et réduisant sa capacité à capter toujours plus de gaz carbonique.

Et, en résorbant plus de 90% de l'excès de chaleur provoqué par le réchauffement climatique, l'océan subit de puissantes vagues de chaleur marine qui détruisent de précieux récifs coralliens et les zones mortes privées d'oxygène se répandent.

"Dévastation"

"Nous n'avons encore qu'une petite idée de l'ampleur de la dévastation provoquée par le changement climatique sur la santé des océans", a affirmé à l'AFP Charlotte de Fontaubert, principale experte de l'économie bleue à la Banque mondiale.

Au rythme actuel, la pollution plastique va tripler d'ici 2060, à un milliard de tonnes par an, selon un rapport récent de l'OCDE. Déjà, les micro-plastiques provoquent chaque année la mort d'un million d'oiseaux et plus de 100'000 mammifères marins.

Les participants à la réunion de Lisbonne discuteront des propositions pour y remédier, qui vont du recyclage à l'interdiction totale des sacs en plastique.

Le problème de la surpêche est également au programme de la conférence de cinq jours, organisée conjointement par le Portugal et le Kenya. "Au moins un tiers des stocks de poissons sauvages sont trop pêchés et moins de 10% de l'océan est protégé", commente à l'AFP Kathryn Mathews, directrice scientifique de l'ONG américaine Oceana.

"Des navires de pêche illégaux font des ravages en toute impunité, en eaux côtières comme en haute mer", souligne-t-elle.

Zones de protection

Les débats porteront également sur un éventuel moratoire visant à protéger les fonds marins de l'exploitation minière à la recherche de métaux rares nécessaires à la fabrication de batteries pour la filière florissante des véhicules électriques.

Une coalition rassemblant près d'une centaine de pays préconise par ailleurs une mesure phare visant à déclarer des zones de protection couvrant 30% des océans et de la terre de la planète. Autre sujet central, "l'alimentation bleue" censée faire des océans un moyen de subsistance à la fois durable et socialement responsable.

De nombreux ministres et quelques chefs d'Etat dont le président français Emmanuel Macron, attendu jeudi, participeront à cette réunion qui, pourtant, n'a pas vocation à devenir une séance de négociations formelles.

Certains participants en profiteront néanmoins pour défendre une politique ambitieuse pour les océans en vue des deux sommets cruciaux qui se tiendront en fin d'année: la conférence de l'ONU sur le climat COP27 aura lieu en novembre en Egypte, suivie en décembre par la très attendue conférence des Nations unies sur la biodiversité COP15, qui se déroulera au Canada sous présidence chinoise.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Tyson Fury annonce sa retraite

Publié

le

Tyson Fury se retire en étant invaincu (© KEYSTONE/EPA/NEIL HALL)

Le boxeur britannique Tyson Fury, champion du monde WBC poids lourds, a annoncé sa retraite le jour de ses 34 ans. Cette décision arrive après plusieurs volte-face quant à son avenir.

"Après de longues tergiversations, j'ai finalement décidé de me retirer le jour de mes 34 ans. Je vous souhaite "Bon voyage"", a publié Fury sur son compte Twitter.

Le "Gipsy King" avait récemment déclaré dans une vidéo publiée sur son compte Twitter vouloir remonter sur le ring pour défier son compatriote Dereck Chisora (33 victoires - 12 défaites), qu'il a déjà vaincu à deux reprises. "Je peux être le premier champion poids lourds à avoir deux trilogies à son actif (une série de trois combats face au même adversaire, ndlr). L'une contre Deontay Wilder (qu'il a remportée, ndlr) et l'autre contre Dereck Chisora", avait-il expliqué.

Plus rien à prouver

Des annonces qui s'inscrivaient en faux avec ses propos tenus au printemps en amont de sa victoire par KO à Wembley au championnat du monde WBC contre l'Américain Dillian Whyte. Fury avait notamment déclaré en mars avant son combat pour la ceinture WBC vouloir prendre sa retraite, car il a "150 millions d'euros en banque et n'a plus rien à prouver".

En 33 combats professionnels, le Britannique n'a jamais perdu. Il a concédé un seul match nul contre l'Américain Deontay Wilder en 2018.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

L'Allemagne va baisser le chauffage dans ses bâtiments à 19 degrés

Publié

le

Les bâtiments et monuments historiques ne devront plus être éclairés la nuit, a aussi dit Robert Habeck, une mesure que certaines villes d'Allemagne comme Berlin ont déjà adoptée. (© KEYSTONE/EPA/FILIP SINGER)

L'Allemagne, qui redoute une pénurie de gaz, va baisser le chauffage cet hiver dans tous les bâtiments publics. Le thermostat ne pourra pas dépasser les 19 degrés, a annoncé vendredi le ministre de l'Économie.

L'écologiste Robert Habeck, également ministre de la Protection du climat, avait déjà présenté en juillet des mesures pour faire des économies d'énergie.

"En plus (de ces mesures), il ne faudra plus chauffer au-dessus de 19 degrés dans les bâtiments publics, à l'exception bien sûr des hôpitaux et institutions sociales", a-t-il affirmé dans un entretien au quotidien Süddeutsche Zeitung. "Nous allons prendre des décrets" en ce sens, a-t-il ajouté, selon un extrait de cet entretien à paraître samedi.

Bâtiments plus éclairés la nuit

En outre les bâtiments et monuments historiques ne devront plus être éclairés la nuit, une mesure que certaines villes d'Allemagne comme Berlin ont déjà adoptée.

Depuis plusieurs semaines, le gouvernement du chancelier Olaf Scholz a appelé à la mobilisation nationale pour réaliser des économies d'énergie, dont les prix ont explosé et alors que l'approvisionnement pourrait se dégrader cet hiver en raison de la guerre en Ukraine.

Une campagne a été lancée, destinée aux professionnels comme aux particuliers, pour promouvoir certaines pratiques, comme baisser la climatisation des bâtiments, privilégier les transports en commun ou encore acheter un pommeau de douche moins dispendieux en eau.

Les villes s'activent aussi

De nombreuses villes ont déjà diminué la température de l'eau des piscines ou l'éclairage urbain. La municipalité d'Augsbourg, en Bavière, envisage même d'arrêter certains feux de circulation.

L'Allemagne dépendait début juin à 35% du gaz russe pour ses importations, contre 55% avant la guerre en Ukraine. Le chauffage des foyers est toujours assuré à plus de 50% avec du gaz.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

International

Été record en France pour les émissions de carbone liées aux incendies

Publié

le

Lorsqu'un arbre brûle, la combustion libère du dioxyde de carbone. Depuis le début de l'année, plus d'un million de tonnes de carbone ont ainsi été libérées dans l'atmosphère par les incendies français, très largement au-dessus de la moyenne. (© KEYSTONE/AP)

La France a enregistré cet été les émissions de carbone issues de feux de forêt les plus élevées depuis le début des relevés en 2003. C'est ce qu'a annoncé vendredi le programme européen sur le changement climatique Copernicus.

Les dernières données satellitaires du service de surveillance de l'atmosphère de Copernicus (CAMS), datant de jeudi, montrent que les émissions estimées en France provenant de feux de forêt pour les mois de juin, juillet et août sont les plus élevées depuis 2003, alors que l'Europe connaît une saison dramatique pour les incendies, notamment en Espagne et au Portugal.

Lorsqu'un arbre brûle, la combustion libère du dioxyde de carbone. Depuis le début de l'année, plus d'un million de tonnes de carbone ont ainsi été libérées dans l'atmosphère par les incendies français, très largement au-dessus de la moyenne (un peu plus de 0,5 million de tonnes).

À ce rythme, le record sur l'ensemble de l'année 2003 à près d'1,3 million de tonnes pourrait être battu et faire de l'année 2022 la pire depuis le début des relevés.

Feux aggravés par la canicule

La canicule dans la péninsule ibérique et le sud-ouest de la France "ont aggravé les incendies", explique Mark Parrington, scientifique de Copernicus.

La haute saison des feux n'étant pas encore terminée, les émissions pour toute l'année 2022 restent pour le moment inférieures à celles observées en 2003, l'année record selon les données du Global Fire Assimilation System (GFAS), qui se base sur des observations par satellites des incendies actifs et de la puissance radiative du feu.

Selon les statistiques consultées vendredi du système européen d'information sur les feux de forêt EFFIS, 60'558 hectares ont brûlé en France depuis janvier, 245'293 hectares en Espagne, et 76'423 hectares au Portugal.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

International

Quatre bateaux suisses en finale

Publié

le

Frédérique Rol et Patricia Merz sont en finale à Munich (© KEYSTONE/PHILIPP SCHMIDLI)

Quatre bateaux suisses se sont qualifiés pour les finales A des Championnats d'Europe d'aviron à Munich. Le quatre sans barreur nouvellement formé autour de Roman Röösli a maîtrisé son sujet.

Roman Röösli, 2e aux championnats du monde en deux de couple il y a quatre ans, a réintégré l'équipe suisse d'aviron il y a quelques semaines seulement. Et le dernier projet de "Swiss Rowing" promet déjà beaucoup. Joel Schürch, Tim Roth, Röösli et Andrin Gulich rivalisent déjà avec les meilleurs à Munich, même s'ils n'ont effectué que quelques kilomètres ensemble à l'entraînement. Lors de la course de rattrapage, les quatre Suisses n'ont perdu que 2''5 sur les expérimentés Roumains et se sont qualifiés de manière convaincante pour la finale A. Le quatre sans barreur devrait faire partie des bateaux suisses à suivre jusqu'aux JO de 2024 à Paris.

Le deux de couple poids légers avec Jan Schäuble et Raphael Ahumada, qui a déjà remporté une course de Coupe du monde cette saison à Belgrade et le classement général de la Coupe du monde, s'est également qualifié pour la finale A. Le quatre de couple féminin avec Célia Dupré, Salome Ulrich, Lisa Lötscher et Pascal Walker a pour sa part remporté sa manche de rattrapage. Patricia Merz et Frédérique Rol se sont qualifiées pour la finale A en terminant deuxièmes du rattrapage (à seulement trois centièmes de l'Irlande).

Déception en revanche pour le quatre de couple masculin qui ne s'est pas qualifié pour la finale A avec une 10e place.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Une bonne partie de l'Angleterre déclarée en état de sécheresse

Publié

le

Les incendies de végétation se multiplient, et dans les parcs londoniens comme dans une bonne partie du pays, le vert habituel des pelouses a cédé la place à un jaune paille et un sol poussiéreux. (© KEYSTONE/AP/Frank Augstein)

L'état de sécheresse a été déclaré vendredi dans une bonne partie de l'Angleterre. Ce pays a connu son début d'année le plus sec depuis près d'un demi-siècle, a annoncé le gouvernement britannique.

Cette décision, qui implique au niveau local des mesures pouvant aller jusqu'à des restrictions de l'usage de l'eau, est déclarée pour la première fois depuis 2018.

Elle intervient en pleine vague de chaleur au Royaume-Uni, la deuxième de l'été, dans un pays peu habitué aux températures élevées. Selon les scientifiques, ces épisodes vont se multiplier, s'allonger et s'intensifier sous l'effet du réchauffement climatique.

Jusqu'à 36 degrés ce week-end

Une alerte orange "chaleur extrême" est en cours depuis jeudi et jusqu'à vendredi sur la quasi-totalité du sud de l'Angleterre et une partie du Pays de Galles, selon le prévisionniste britannique Met Office. Si le record absolu de 40,3°C atteint le 20 juillet ne sera pas atteint, des températures allant jusqu'à 35°C sont attendues vendredi, et même 36°C pendant le week-end.

"Les approvisionnements en eau sont sûrs", ont affirmé le ministère et l'agence pour l'Environnement dans un communiqué, précisant que les autorités appellent les compagnies des eaux à "poursuivre leur planification préventive afin de protéger les approvisionnements essentiels en cas d'automne sec".

"Nous appelons chacun à gérer la quantité d'eau qu'il utilise en cette période exceptionnellement sèche", a déclaré le directeur exécutif de l'Agence pour l'environnement, Harvey Bradshaw.

Mesures supplémentaires pas exclues

"Nous sommes mieux préparés que jamais face aux périodes de temps chaud, mais nous continuerons à surveiller étroitement la situation, notamment l'impact sur les agriculteurs et l'environnement, et prendrons si nécessaire des mesures supplémentaires", a quant à lui déclaré le secrétaire d'État chargé de l'Eau, Steve Double.

Le Royaume-Uni a connu le mois de juillet le plus sec jamais enregistré dans certaines régions et le premier semestre le plus sec jamais enregistré depuis 1976.

La situation est telle que la source de la Tamise est à sec et le fleuve qui traverse Londres ne commence à couler qu'environ huit kilomètres plus en aval, une situation inédite.

Les incendies de végétation se multiplient, et dans les parcs londoniens comme dans une bonne partie du pays, le vert habituel des pelouses a cédé la place à un jaune paille et un sol poussiéreux.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

Evitez de vous mettre dans des situations qui exigent des décisions rapides. Le Ciel vous recommande de vous appuyer sur le temps !

Les Sujets à la Une

X