Rejoignez-nous

International

L'Ukraine rejette l'ultimatum russe, Biden vendredi en Pologne

Publié

,

le

Dans un entretien diffusé par CNN, le président ukrainien Volodymyr Zelenksy s'est dit "prêt à des négociations" avec le président russe. "Je suis prêt depuis les deux dernières années et je pense que sans négociations, on n'arrêtera pas la guerre", a-t-il déclaré. (© KEYSTONE/AP)

L'Ukraine a rejeté dans la nuit de dimanche à lundi l'ultimatum de la Russie exigeant la capitulation de la ville assiégée de Marioupol. Joe Biden a annoncé une visite en Pologne pour vendredi.

"Il n'est pas question de parler de reddition ou de déposer les armes. Nous en avons déjà informé la partie russe", a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk au journal Ukrayinskaya Pravda. "C'est une manipulation délibérée et une véritable prise d'otages", a-t-elle ajouté à propos de la demande.

Le ministère de la Défense russe avait appelé l'Ukraine à "déposer ses armes" et exigé une "réponse écrite" à son ultimatum avant lundi 05h00, au nom de la sauvegarde des habitants et des infrastructures de la ville de Marioupol.

Corridors humanitaires

"Nous demandons aux autorités officielles de Kiev d'être raisonnables et d'annuler les instructions données précédemment, qui obligeaient les militants à se sacrifier et à devenir des 'martyrs de Marioupol'", avait lancé Mikhail Mizintsev, directeur du Centre national russe de gestion de la défense, dans un message diffusé par le ministère de la Défense de la Russie.

Selon M. Mizintsev, la Russie et l'Ukraine ont convenu d'un itinéraire permettant aux habitants de Marioupol de se rendre sur le territoire contrôlé par Kiev le 21 mars. "A partir de 10 heures, heure de Moscou (...) la Russie ouvre des corridors humanitaires depuis Marioupol vers l'Est, et en accord avec la partie ukrainienne, vers l'Ouest", a détaillé M. Mizintsev.

"Les occupants continuent à se comporter comme des terroristes", a répliqué Iryna Verechtchouk sur Telegram. "Ils disent qu'ils sont d'accord (pour instaurer un) corridor humanitaire et le matin, ils bombardent le lieu d'évacuation. Le gouvernement fait tout ce qui est possible. La chose la plus importante pour nous est de sauver la vie et la santé de nos citoyens".

La vice-Première ministre a demandé que la priorité soit donnée à un corridor humanitaire, permettant à environ 350'000 personnes encore bloquées à Marioupol de partir.

Biden en Pologne

Peu après, la Maison Blanche a annoncé que le président américain Joe Biden se rendra vendredi à Varsovie pour y rencontrer son homologue polonais et discuter de l'invasion russe.

"Le président discutera de la manière dont les Etats-Unis, aux côtés de nos alliés et partenaires, répondent à la crise humanitaire et des droits de l'homme que la guerre injustifiée et non provoquée de la Russie contre l'Ukraine a créée", a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué, ajoutant que le voyage de M. Biden interviendrait après sa visite en Belgique pour rencontrer des dirigeants de l'Otan, du G7 et de l'Union européenne.

La ville portuaire de Marioupol, dans le sud du pays, est une cible centrale dans la guerre menée par Vladimir Poutine en Ukraine. Elle constitue un pont terrestre entre les forces russes en Crimée, au sud-ouest, et le territoire contrôlé par la Russie, au nord et à l'est.

"Ville fantôme"

La ville, majoritairement russophone, subit de lourds bombardements des forces russes depuis le début de l'invasion le 24 février. Le consul général de Grèce à Marioupol, qui a organisé plusieurs évacuations de ressortissants grecs, a comparé cette ville à Guernica ou encore Alep, à son arrivée dimanche à Athènes.

Selon l'administration militaire de la région de Donetsk, Marioupol est devenue "une ville fantôme". "Actuellement, plus de 80% des infrastructures de la ville sont endommagées ou détruites. Sur ces 80%, environ 40% ne sont pas récupérables", a détaillé Pavlo Kirelenko, un responsable.

Les Nations unies ont qualifié la situation humanitaire dans la ville d'"extrêmement grave", les "habitants étant confrontés à une pénurie critique et potentiellement mortelle de nourriture, d'eau et de médicaments".

Dans un entretien diffusé par CNN, le président ukrainien s'est dit "prêt à des négociations" avec le président russe. "Je suis prêt depuis les deux dernières années et je pense que sans négociations, on n'arrêtera pas la guerre", a-t-il déclaré.

Il avait auparavant dénoncé le bombardement de l'école d'art de Marioupol, détruite par des frappes russes alors que 400 personnes - femmes, enfants et personnes âgées - y étaient réfugiées selon les autorités locales.

Zelensky espère Jérusalem

Dans la nuit de dimanche à lundi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a estimé que Jérusalem "serait le bon endroit pour trouver la paix".

"Le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, essaie de trouver un chemin pour la négociation avec la Russie et nous lui en sommes reconnaissants. Pour tous ses efforts, afin que tôt ou tard, nous puissions commencer la discussion avec la Russie. Peut-être à Jérusalem. C'est le bon endroit pour trouver la paix. Si c'est possible", a dit le chef d'Etat dans une vidéo publiée sur Telegram.

A Kiev, les frappes russes ont fait au moins un mort dimanche soir. Une énorme déflagration a secoué la ville lors de l'attaque et des feux étaient visibles dans les décombres du centre commercial Retroville, selon des journalistes de l'AFP.

"Des tirs ennemis" ont provoqué un incendie sur plusieurs étages du centre commercial situé dans le district de Podilsky, dans le nord-ouest de la ville, et mis le feu à plusieurs véhicules, ont de leur côté précisé les services de secours sur Facebook.

Les Nations unies ont estimé qu'environ 10 millions d'Ukrainiens ont fui leur foyer, dont un tiers environ est parti à l'étranger, principalement en Pologne.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

La FFF a porté réclamation contre le score de Tunisie-France

Publié

le

Antoine Griezmann avait bien cru avoir égalisé pour la France à la 98e minute contre la Tunisie. (© KEYSTONE/AP/Christophe Ena)

La Fédération française de football (FFF) a officiellement déposé jeudi une réclamation auprès de la FIFA pour faire changer le score de Tunisie-France (1-0) au Mondial, a-t-elle confirmée à l'AFP.

Le but égalisateur d'Antoine Griezmann avait été annulé après le coup de sifflet final.

L'équipe de France, battue mercredi par les Tunisiens au stade Education City de Doha, avait émis des doutes quant à l'utilisation de l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) pour annuler un but de Griezmann à la 98e minute.

Dans sa réclamation à la FIFA, la France relève que la VAR a été utilisée "après la reprise du jeu et après la fin du match", ce qui est contraire au protocole d'utilisation de cette technologie, selon l'explication d'une source fédérale.

Sollicitée par l'AFP mercredi soir et jeudi, la FIFA n'a pas réagi à cette situation rocambolesque. Une hypothétique modification du résultat final ne changerait rien au classement du groupe D: la Tunisie est éliminée dans les deux cas de figure et la France affronterait dans tous les cas la Pologne dimanche (16h00) en huitièmes de finale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La sljivovica, eau de vie à base de prune entre à l'Unesco

Publié

le

La sljivovica est étroitement liée à la vie et aux coutumes des Serbes. (archives) (© KEYSTONE/AP/Darko Vojinovic)

La sljivovica, eau de vie à base de prune produite en Serbie, a été inscrite jeudi au patrimoine immatériel de l'humanité par l'Unesco.

"Les pratiques sociales et le savoir faire dans la préparation de l'eau de vie traditionnelle à base de prune", ont été inscrits au patrimoine de l'Unesco, a annonce l'organisation sur son compte Twitter, ajoutant: "Félicitations à la Serbie".

Toute inscription d'un élément du patrimoine culturel immatériel décidée par les Etats membres du Comité de l'Unesco du patrimoine immatériel fait référence au lieu où celui-ci existe aujourd'hui, indépendamment de son origine. Elle n'implique ni l'exclusivité ni la propriété de cet élément, a expliqué à l'AFP une porte-parole de l'Unesco.

La prune (sljiva en serbe, ndrl) est un symbole national en Serbie. La rakija (eau de vie, ndrl) qui est fabriquée à base de prune, appelée sljivovica, est étroitement liée à la vie et aux coutumes des Serbes.

Obligatoirement présente

Les eaux de vie à base de fruits sont produites dans toute la région des Balkans, mais en Serbie, la sljivovica est obligatoirement présente sur les tables à l'occasion des naissances, des baptêmes, des mariages, des fêtes familiales et des fêtes dans leur ensemble et lors des décès.

La sljivovica se consomme fraiche, mais aussi comme boisson chaude, surtout l'hiver. En Serbie on l'appelle le thé de la Sumadija, faisant référence à une région de ce pays où les prunes sont abondantes.

La sljivovica et également utilisée comme un "médicament" dans le quotidien. Une serviette trempée de sljivovica sera placée autour du cou pour soigner une gorge douloureuse. Les plantes de pieds sont massées avec de la sljivovica pour endiguer des fièvres élevées.

Plus de 60% des prunes en Serbie sont destinées à la production de la sljivovica. En 2022, plus de 470'000 tonnes de prunes ont été cueillies.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'édition 2024 du Tour finira à Nice avec un contre-la-montre

Publié

le

Le 23 juillet 1989, Laurent Fignon perdait un Tour de France pour 8 secondes au profit de Greg LeMond à l'issue d'un contre-la-montre légendaire sur les Champs-Elysées. (© KEYSTONE/EPA/BOUTROUX)

Le Tour de France arrivera à Nice en 2024, désertant Paris pour la première fois depuis 1905 en raison des Jeux olympiques, ont indiqué la ville de Nice et les organisateurs de la Grande Boucle.

Autre annonce: la dernière étape, traditionnellement un sprint sur les Champs-Elysées, sera cette fois un contre-la-montre individuel. Ce sera la première fois que le Tour se termine sur un chrono depuis le dénouement légendaire de 1989 où le Français Laurent Fignon avait perdu le maillot jaune pour huit secondes, plus faible écart de l'histoire, face à l'Américain Greg Lemond.

Comme c'est généralement le cas dans une année olympique, le départ de cette 111e édition, qui devrait s'élancer pour la première fois depuis l'Italie et la ville de Florence, sera avancé d'une semaine. La course partira donc le 29 juin et arrivera le 21 juillet, cinq jours avant le début des Jeux olympiques.

"C'est à 37 reprises que Nice a accueilli le Tour avec deux départs en 1981 et 2020", ce dernier "dans un contexte sanitaire très difficile" avec la pandémie de Covid-19, s'est félicité le maire de Nice, Christian Estrosi.

Que le Tour de France arrive à Nice était acté depuis un moment, alors que les Jeux de Paris (26 juillet-11 août) vont chambouler le programme sportif estival cette année-là.

Ce n'en est pas moins une petite révolution puisque la plus célèbre course du monde s'est, à l'exception des deux premières éditions en 1903 et 1904 arrivées à Ville d'Avray (Hauts-de-Seine), jusque-là toujours terminée à Paris. D'abord au Parc des Princes (de 1906 à 1967), puis au vélodrome de la Cipale (1968 à 1975) et depuis 1975 sur les Champs-Elysées.

"Nice est une ville qui rayonne, connue mondialement. Il y a la beauté du cadre et la montagne à côté. La ville offre un décor exceptionnel et un terrain d'expression formidable pour les champions qu'on va utiliser", explique le directeur du Tour, Christian Prudhomme, à l'AFP.

Pour ce Tour pas comme les autres, les organisateurs prévoient ainsi un "week-end final en feu d'artifice" avec d'abord, le samedi, une étape "orientée montagne" au départ de Nice. Puis, le lendemain, en guise d'ultime juge de paix, un contre-la-montre individuel, 35 ans après celui entre Versailles et les Champs Elysées en 1989, une édition restée dans toutes les mémoires.

En 2025, le retour à la normale est déjà programmé, d'autant qu'on aura quelque chose à fêter. "On sera ravis de retrouver Paris et les Champs-Élysées pour les 50 ans de la première arrivée sur les Champs en 2025", souligne Christian Prudhomme.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La Chine en deuil après le décès de l'ex-président Jiang Zemin

Publié

le

Les drapeaux ont été mis en berne à Pékin après le décès de Jiang Zemin. (© KEYSTONE/AP/Ng Han Guan)

La dépouille de l'ex-président chinois Jiang Zemin est arrivée jeudi soir à Pékin, au lendemain de son décès. Les habitants lui rendaient hommage un peu partout en Chine, notamment dans sa ville natale Yangzhou.

Un avion affrété spécialement a transporté le corps depuis Shanghai, où l'ancien dirigeant, au pouvoir de 1989 à 2003, est décédé mercredi à 96 ans d'une leucémie et d'une défaillance de plusieurs organes, selon les médias d'Etat. L'actuel président Xi Jinping était présent à son arrivée, selon l'agence Chine Nouvelle.

Une cérémonie commémorative sera organisée mardi prochain au palais du Peuple à Pékin, a annoncé la télévision d'Etat CCTV. "Elle sera retransmise en direct et les régions et départements doivent faire en sorte que la majorité des membres et cadres du parti, ainsi que de la population, écoutent et regardent", a-t-elle précisé.

Trois minutes de silence seront observées ce jour-là dans l'ensemble du pays, les drapeaux seront en berne et les activités récréatives suspendues.

"Bon voyage, vieux camarade"

A Shanghaï, une foule de baudauds se sont rassemblés près de l'hôpital où Jiang Zemin serait décédé. Des photos envoyées à l'AFP par un riverain ont montré un groupe de personnes alignées sur le trottoir et portant des chrysanthèmes. L'une d'elles portait une banderole disant "Fais un bon voyage, vieux camarade de classe".

Dans la ville natale de Jiang Zemin, Yanghzou (est), des centaines de personnes se sont rassemblées dans la soirée pour rendre hommage à l'une des figures les plus célèbres de la cité. Beaucoup faisaient la queue pour déposer des bouquets de chrysanthèmes blancs devant son ancien domicile, certains s'agenouillant ou prononçant de courtes prières, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"C'était un très bon dirigeant. Il a grandement contribué à améliorer la vie des gens à Yangzhou", a déclaré un habitant. Li Yaling, une femme d'une soixantaine d'années, a salué un "grand dirigeant, patriote et positif" qui a apporté "le développement économique (...) Nous l'admirions beaucoup et nous ressentons une grande perte et de la nostalgie maintenant qu'il est parti".

Une fleuriste à proximité a confié qu'elle avait "arrêté de compter" le nombre de bouquets de chrysanthèmes vendus jeudi. Des agents de sécurité, poliment mais fermement, faisaient signe aux groupes de personnes en deuil de s'éloigner de l'édifice, semblant vouloir éviter tout rassemblement après les manifestations survenues le week-end dernier contre les restrictions sanitaires.

Un héritage qui divise

Les Chinois restent partagés quant à l'héritage laissé par Jiang Zemin. Si nombre d'entre eux se souviennent d'un dirigeant jovial et plein d'humour, ayant apporté un vent d'air frais à une direction communiste souvent étriquée, d'autres n'oublient pas que, sous son mandat, la corruption, les inégalités et la répression des militants politiques ont nettement augmenté.

Une fois à la retraite, il a toutefois été vu avec tendresse par ses fans chinois des générations Y (nés entre le début des années 1980 et la fin des années 1990) et Z (fin des années 1990 à 2010). Ceux qui s'appelaient eux-mêmes les "fidèles du crapaud" étaient fascinés par sa contenance rappelant le batracien et ses manies excentriques.

A Hong Kong aussi, des centaines de personnes ont fait la queue jeudi soir devant le Bureau de Liaison entre l'île et la Chine continentale, pour déposer des chrysanthèmes et se recueillir à la mémoire de l'ancien président chinois. "Il avait fait en sorte que l'économie de marché fasse partie du courant dominant en Chine (...) Sans cela, il n'y aurait aucun espoir pour la démocratie", a dit Edward, un jeune Chinois de 26 ans.

"Grand-père Jiang"

En l'espace d'une heure mercredi, plus d'un demi-million de personnes avaient commenté une publication de CCTV annonçant le décès sur la plateforme Weibo, l'équivalent chinois de Twitter. Beaucoup désignaient l'ancien leader comme "grand-père Jiang".

Les médias d'Etat et entreprises publiques avaient eux basculé leurs sites internet en noir et blanc, de même que certaines applications comme Alipay, Taobao ou encore McDonald's.

Hommages à l'étranger

Le président russe Vladimir Poutine a été l'un des premiers dirigeants étrangers à rendre hommage à Jiang Zemin, un "ami sincère" de la Russie et "un homme d'Etat exceptionnel". Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a lui qualifié M. Jiang de "défenseur inébranlable de l'engagement international" de son pays, et a loué sa "chaleur humaine" et son "ouverture d'esprit".

Dans les colonnes de 24 Heures et de la Tribune de Genève, l'ancien conseiller fédéral Adolf Ogi s'est souvenu d'un dirigeant au "tempérament d'animal politique". "Tout ce qu'il a fait pour la Chine est extraordinaire. Grâce à lui, le pays est devenu le numéro deux de l'économie mondiale", a-t-il souligné.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Allemagne, Belgique et Croatie, trois grands d'Europe en danger

Publié

le

L'Allemagne de Hansi Flick (à gauche) est en danger avant la dernière journée du groupe E (© KEYSTONE/AP/Matthias Schrader)

Trois grands d'Europe, l'Allemagne, la Belgique et la Croatie, sont en danger jeudi lors de la 3e et dernière journée des poules E et F au Mondial 2022.

A tout seigneur tout honneur. L'Allemagne (1 point) sait ce qu'elle a à faire jeudi soir contre le Costa Rica (3 points): gagner à tout prix, si possible avec plus de deux buts d'écart, histoire de dépasser le Japon à la différence de buts si les Nippons arrivent à arracher un match nul à l'Espagne, un cas de figure qui mettrait la Roja hors d'atteinte, avec 5 points.

Une victoire de l'Espagne éliminerait automatiquement le Japon, quel que soit le résultat d'Allemagne-Costa Rica. Et favoriserait la Mannschaft, à condition que cell-cie vienne à bout de Keylor Navas et ses partenaires, totalement relancés par leur victoire dimanche sur le Japon (1-0).

Le pire scénario

Une victoire du Japon serait le pire scénario pour les Allemands, car elle mettrait les Nippons à 6 points, avec l'Espagne à 4 points et une différence de buts très favorable grâce au carton contre le Costa Rica (7-0). Mais en cas de victoire du Japon, les Espagnols seraient éliminés d'office si le Costa Rica bat l'Allemagne...

Trois équipes sur quatre peuvent encore gagner cette poule E, d'abord l'Espagne et le Japon, bien sûr, mais aussi le Costa Rica s'il bat l'Allemagne et que dans le même temps les Espagnols et les Japonais font match nul. Tout est possible.

La Belgique dos au mur

La situation dans le groupe F est aussi très indécise avec trois équipes toujours en lice pour deux places. Le Canada est déjà éliminé, après deux défaites, et ne devrait pas peser lourd face à un Maroc pétri de talent, toujours invaincu et gonflé à bloc par sa victoire sur la Belgique.

Dans ce cas de figure le plus probable, la deuxième place se jouera entre la Croatie et la Belgique dans un 16e de finale à suspense entre un finaliste du Mondial 2018, qui a de beaux restes comme Luka Modric, et une demi-finaliste, la Belgique, qui semble en perte de vitesse.

Petit détail important, les Croates ont un point d'avance sur les Belges et pourront se contenter d'un match nul pour assurer leur qualification. Mais ils devront gagner pour avoir une chance de finir en tête du groupe si les Marocains battent les Canadiens.

A la différence de buts?

La première place est l'autre enjeu: l'équipe qui l'obtiendra pourrait bien affronter l'Allemagne en 8es de finale. Entre Maroc et Croatie, ça se jouera probablement à la différence de buts ou aux buts marqués, si les deux équipes gagnent. Et si la Belgique se réveille, elle peut même finir en tête, à condition que le Maroc ne batte pas le Canada. Les paris sont ouverts.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X