Rejoignez-nous

International

Lula et Bolsonaro se rendent coup pour coup au 1er débat

Publié

,

le

Les Brésiliens devraient connaître le nom de leur prochain président dans deux semaines, à l'issue du second tour de la présidentielle. (© KEYSTONE/AP/Marcelo Chello)

"Petit dictateur", "honte nationale": les attaques ont fusé entre Lula et Jair Bolsonaro dimanche, lors du premier débat télévisé mettant face à face les deux adversaires du second tour de la présidentielle brésilienne, dans deux semaines.

Ce débat, qui a duré moins de deux heures sur la chaîne Bandeirantes, a été houleux par moments, mais le ton a été cependant moins agressif que lors de ceux qui avaient eu lieu avant le premier tour, en présence d'autres candidats.

L'ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010) s'est montré plus à son avantage au début, avec notamment de dures accusations de "négligence" de M. Bolsonaro durant la pandémie de Covid-19. Mais le chef de l'Etat actuel d'extrême droite s'est repris vers la fin, avec des piques sur le thème de la corruption, notamment le vaste scandale autour de la compagnie pétrolière publique Petrobras.

"Les deux candidats ont eu des hauts et des bas, mais globalement, le président Bolsonaro s'en est mieux sorti la plupart du temps", face à un Lula "nerveux", a estimé auprès de l'AFP le politologue Christopher Mendonça. "Lula, tu devrais rentrer chez toi, profiter de la vie, plutôt que de revenir sur la scène du crime. Tu es une honte nationale!", a lancé Jair Bolsonaro, fustigeant la "corruption en abondance au Brésil" durant les deux mandats de son adversaire.

"Petit dictateur"

Lula, pour sa part, n'a pas hésité à traiter le président sortant de "petit dictateur", l'accusant notamment de vouloir augmenter le nombre de juges de la Cour suprême pour affaiblir le pouvoir judiciaire. Mais ses attaques les plus virulentes ont porté sur la gestion de la crise sanitaire.

"A cause de votre négligence, plus de 680'000 personnes sont mortes de Covid au Brésil, tandis que plus de la moitié auraient pu être sauvées", a lancé l'ex-président de gauche, évoquant notamment les retards dans l'achat de vaccins.

"Fayot"

"Lula, arrêtez de mentir, un homme de votre âge!", a par la suite lâché Jair Bolsonaro, 67 ans. "C'est vous le roi des fausses informations, le roi de la stupidité", a rétorqué Lula, 76 ans.

Jair Bolsonaro a par ailleurs accusé l'ancien métallo de "ne pas avoir la moindre préoccupation envers les plus pauvres", se félicitant d'avoir fait approuver des dépenses exceptionnelles élevant à 600 réais (environ 112 francs) mensuels les allocations versées aux familles les plus humbles.

Mais le débat, avec un nouveau format qui permettait aux deux candidats de circuler librement dans le studio, a également été marqué par des moments d'humour. Après un silence gênant, Jair Bolsonaro, souriant, a posé brièvement sa main sur l'épaule de Lula.

Dans la foulée, ce dernier a affirmé que son adversaire était son "fayot" avant de devenir son ennemi juré: "on m'a montré plein de discours de vous parlant de moi en bien quand vous étiez député et moi président". Lula a obtenu 48,3% des voix au premier tour, contre 43,2% pour le président d'extrême droite.

La campagne électorale a été marquée par des attaques virulentes entre les candidats et leurs entourages, qui n'ont pas hésité à se lancer des accusations de cannibalisme, pédophilie ou liens avec le crime organisé.

Subtile provocation

Jair Bolsonaro a été fustigé samedi par l'opposition de gauche pour avoir raconté qu'une "atmosphère s'était crée" quand il avait rencontré dans la rue de jeunes Vénézuéliennes mineures dans un quartier pauvre de Brasilia, laissant entendre qu'elles étaient des prostituées.

Face au déluge de critiques suscitées par ces déclarations, le président brésilien a assuré avoir "toujours combattu la pédophilie". Lula, lui, a joué la provocation en portant sur sa veste de costume une broche avec le logo d'une campagne contre les abus sexuels d'enfants et d'adolescents.

Le président du Tribunal supérieur électoral, Alexandre de Moraes, a ordonné dimanche que les vidéos associant Jair Bolsonaro à la pédophilie soient retirées des principales plateformes de réseaux sociaux, les propos du président étant, selon lui, "sortis de leur contexte".

Lula remporterait le second tour de la présidentielle, qui aura lieu le 30 octobre, avec 53% des votes exprimés contre 47% pour Jair Bolsonaro, selon un sondage Datafolha publié vendredi. Le second tour s'annonce très disputé dans cette élection extrêmement polarisée et les deux candidats se sont évertués à rallier les soutiens politiques et à tenter de convaincre les indécis en poursuivant une intense campagne dans tout le Brésil.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Un sixième succès d'étape pour l'ogre Pogacar

Publié

le

Tadej Pogacar a attaqué dans la dernière ascension du jour avant de filer vers une sixième victoire d'étape. (© KEYSTONE/AP/Fabio Ferrari)

Tadej Pogacar a signé samedi une sixième victoire sur le Tour d'Italie. Le Slovène est assuré, sauf accident, de remporter son premier Giro, à la veille de l'arrivée.

Vainqueur en solitaire lors de la dernière étape de montagne entre Alpago et Bassano del Grappa, le Slovène a accentué encore son avance au classement général. Il compte désormais plus de neuf minutes d'avance sur son dauphin, le Colombien Daniel Martinez, avant la dernière étape aux allures de parade dimanche à Rome.

Le maillot rose a attaqué dans la dernière ascension du jour, le Monte Grappa, avant de dépasser l'échappé italien Giulio Pellizzari. Seul au monde, Pogacar a conservé son avance dans la descente vers la ligne d'arrivée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Frappe russe sur un hypermarché en Ukraine

Publié

le

Selon les autorités ukrainiennes, entre 10'000 et 15'000 m2 sont en feu (archives). (© Keystone/EPA/SERGEY KOZLOV)

Au moins deux personnes ont été tuées et 24 blessées samedi dans une frappe russe sur un hypermarché de produits de construction à Kharkiv. "Plus de 200 personnes" se trouvaient dans le magasin au moment de l'impact, selon le président ukrainien.

"La Russie a porté un nouveau coup brutal à notre ville de Kharkiv - un hypermarché de construction, samedi, en plein milieu de la journée", a dénoncé le président Volodymyr Zelensky sur Telegram.

"À l'heure actuelle, on sait que plus de 200 personnes pourraient avoir été à l'intérieur de l'hypermarché. Tous les services sont déjà sur place pour aider à secourir les personnes et à éteindre l'incendie", a-t-il ajouté.

Selon le gouverneur régional, Oleg Synegoubov, au moins deux personnes ont été tuées et 24 blessées dans cette attaque réalisée à l'aide de deux bombes aériennes guidées. "Un grand nombre de personnes sont portées disparues. Il y a de nombreux blessés", a de son côté indiqué le maire Igor Terekhov.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux ukrainiens montraient le bâtiment dont s'échappe une énorme colonne de fumée noire. Selon les autorités, entre 10'000 et 15'000 m2 sont en feu.

Davantage d'aide

M. Zelensky a une nouvelle fois appelé les alliés occidentaux de l'Ukraine à fournir davantage de systèmes de défense antiaérienne à son pays.

"Si l'Ukraine disposait de suffisamment de systèmes de défense antiaérienne et d'avions de combat modernes, de telles frappes russes auraient été impossibles", a plaidé le président. "Chaque jour, nous lançons un appel au monde: donnez-nous une défense antiaérienne, sauvez des gens".

La ville de Kharkiv, qui comptait 1,5 million d'habitants avant la guerre et située près de la frontière russe dans le nord-est de l'Ukraine, est visée régulièrement par les forces de Moscou, qui ont aussi lancé le 10 mai une offensive terrestre dans la région.

Cette offensive leur a permis de s'emparer de plusieurs localités et de forcer Kiev à dépêcher des renforts dans le secteur. L'Ukraine a toutefois assuré vendredi que cet assaut avait été "arrêté".

Une quinzaine de missiles russes ont frappé la ville de Kharkiv jeudi, tuant sept civils et détruisant une imprimerie, selon les autorités locales.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Actifs russes pour Kiev: le G7 "progresse", vise un accord en juin

Publié

le

"Des progrès ont été accomplis", a commenté l'hôte de la réunion, le ministre italien de l'Economie Giancarlo Giorgetti (à droite sur la photo). (© KEYSTONE/AP/Antonio Calanni)

Les grands argentiers du G7 réunis à Stresa en Italie ont noté samedi des "progrès" dans leurs pourparlers sur l'utilisation des intérêts des actifs russes gelés. Ils ont jeté les bases en vue d'un accord mi-juin au sommet des chefs d'Etat et de gouvernement.

"Des progrès ont été accomplis", a commenté l'hôte de la réunion, le ministre italien de l'Economie Giancarlo Giorgetti, saluant devant la presse "la forte prise de position politique" de tous les pays du G7.

"L'accord trouvé est un accord politique", a déclaré M. Giorgetti, reconnaissant toutefois que subsistaient "des problématiques importantes de caractère technique et juridique" à résoudre d'ici le sommet des dirigeants des pays du G7 dans les Pouilles.

"Nous progressons dans nos discussions sur les moyens potentiels d'anticiper les bénéfices extraordinaires provenant des actifs souverains russes immobilisés au profit de l'Ukraine, conformément au droit international et à nos systèmes juridiques respectifs", ont déclaré les ministres selon un projet de communiqué final obtenu par l'AFP.

"Dans la bonne direction"

L'objectif est selon eux "de présenter à nos dirigeants, avant le sommet dans les Pouilles en juin, des options permettant d'apporter un soutien financier supplémentaire à l'Ukraine".

"Nous allons dans la bonne direction", s'est félicité le ministre ukrainien des Finances Serguiï Martchenko, interrogé par l'AFP. "J'espère qu'au cours du sommet des dirigeants en juin une décision sera prise", a ajouté le ministre qui a assisté à la séance du G7 consacrée à l'Ukraine.

Les ministres du G7 n'ont toutefois pas arrêté un montant ou un mécanisme spécifique permettant de lever des fonds pour l'Ukraine grâce aux futurs intérêts générés par les 300 milliards d'euros d'avoirs de la Banque centrale de Russie gelés par le G7 et l'Europe.

Ces actifs se trouvent surtout dans l'Union européenne car 185 milliards d'euros ont été gelés par Euroclear, un organisme international de dépôts de fonds établi en Belgique.

Premier pas

Les pays de l'Union européenne ont fait un premier pas en adoptant début mai un accord pour saisir les revenus provenant des avoirs de la Russie gelés afin d'armer l'Ukraine, une manne représentant entre 2,5 et 3 milliards d'euros par an.

Les Etats-Unis veulent toutefois aller plus loin et ont mis la pression sur les pays du G7 pour se rallier à un méga-prêt d'environ 50 milliards de dollars garanti par les futurs intérêts générés par les actifs russes immobilisés.

Mais de nombreuses questions à clarifier persistent, comme le partage du risque entre les Etats-Unis et l'Europe, l'inconnue de l'évolution des taux d'intérêt où encore le fait de savoir qui émettra la dette. Et un accord sur un montant de cette ampleur semble encore lointain.

M. Giorgetti s'est montré cependant confiant quant aux chances d'arriver à un accord au sommet du G7: "il y a une ferme détermination à trouver une solution", "il faut être optimiste" et "ne pas baisser les bras face aux difficultés".

Outre les Etats-Unis et l'Italie qui préside le groupe cette année, le G7 comprend le Japon, le Canada, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne.

Les grands argentiers des sept pays les plus riches du monde ont réaffirmé que les actifs souverains de la Russie "resteront immobilisés jusqu'à ce que la Russie paie pour les dommages qu'elle a causés à l'Ukraine".

D'où la perspective que les actifs russes puissent générer des bénéfices pendant encore longtemps.

"Accroître les sanctions contre Moscou"

L'idée de l'administration Biden est aussi d'assurer une aide durable à l'Ukraine avant un éventuel retour de Donald Trump à la Maison Blanche, à l'issue de la présidentielle de novembre.

Les Etats-Unis avaient proposé en février que les pays du G7 saisissent purement et simplement les avoirs gelés, idée à laquelle ils ont ensuite renoncé en raison des réticences de leurs alliés, inquiets de la création d'un dangereux précédent juridique et des représailles de la Russie.

Mais même le seul recours aux bénéfices tirés des actifs russes risque d'entraîner une riposte russe, redoute Jean-Paule Castagno, avocate spécialisée en droit international du cabinet Orrick.

"Dans la mesure où la Russie considérerait l'utilisation des bénéfices des actifs immobilisés en Europe comme du 'vol', il est très probable qu'elle se retournera contre des groupes occidentaux encore présents sur son territoire national", explique-t-elle à l'AFP.

Le président russe Vladimir Poutine est d'ailleurs déjà passé à l'acte en signant jeudi un décret autorisant la confiscation en Russie d'actifs appartenant aux Etats-Unis ou aux personnes leur étant "associées".

Outre leurs progrès sur le dossier des actifs russes, les ministres du G7 se sont dits samedi "déterminés à accroître les sanctions financières et économiques" contre Moscou, notamment en "continuant à cibler ses revenus énergétiques".

Les échos du conflit à Gaza sont arrivés à Stresa, où le G7 Finances a appelé Israël à "garantir" les services bancaires aux banques palestiniennes, pour éviter le blocage de transactions vitales en Cisjordanie occupée.

Enfin, les tensions commerciales avec la Chine ont conduit le G7 à "envisager de prendre des mesures" face aux "surcapacités" de production de Pékin, qui inonde les marchés occidentaux de produits subventionnés à bas prix.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Aleix Espargaro gagne la course sprint à Montmelo

Publié

le

Aleix Espargaro a remporté le sprint en Catalogne (© KEYSTONE/EPA/Alejandro Garcia)

Aleix Espargaro (Aprilia) a remporté la course sprint du Grand Prix de Catalogne, sixième manche de la saison de MotoGP.

L'Espagnol a profité de la chute du double champion du monde italien Francesco Bagnaia dans le 12e et dernier tour.

Parti en pole position, le Catalan, né à quelques kilomètres du circuit de Barcelona-Catalunya, a arraché la victoire sur ses terres après avoir pourtant manqué son départ. Il a finalement devancé ses deux compatriotes Marc Marquez et Pedro Acosta. Marquez a d'ailleurs réalisé une superbe remontée après s'être élancé en 14e position.

Les pilotes espagnols ont même réalisé un quadruplé dans ce sprint. Le leader du championnat du monde Jorge Martin (Ducati-Pramac) n'a pas réalisé une grande course mais a limité la casse en terminant quatrième, devant les Italiens Enea Bastianini et Fabio Di Giannantonio.

Trois pilotes qui étaient en tête de la course ont par ailleurs chuté tour à tour samedi après-midi: d'abord l'Espagnol Raul Fernandez, puis le Sud-Africain Brad Binder et enfin Bagnaia, lequel a laissé filer de précieux points dans la lutte pour le titre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Avec finesse et bienveillance, vous parvenez à faire accepter votre point de vue à votre partenaire concernant la suite de votre union.

Les Sujets à la Une

X