Rejoignez-nous

International

Nouveaux chargements de céréales, polémique entre Kiev et Amnesty

Publié

,

le

Des personnes regardent le cargo Navi Star transportant 33 000 tonnes de maïs à destination de l'Irlande quitter le port d'Odessa, en Ukraine, le 5 août 2022. Deux navires ont quitté le port de Chornomorsk et un le port d'Odesa. (© KEYSTONE/EPA/STR)

Kiev et Moscou se sont accusées vendredi de frappes près de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, le jour où trois nouveaux convois céréaliers, cruciaux pour la sécurité alimentaire mondiale, ont quitté des ports ukrainiens.

Dans le même temps, le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan se sont rencontrés à Sotchi, dans le sud-ouest de la Russie, sur les rives de la mer Noire, où ils ont décidé de "renforcer les échanges commerciaux" entre leurs pays et d'"aller à la rencontre des attentes mutuelles dans le domaine de l'économie et de l'énergie", selon le Kremlin.

M. Poutine a en outre remercié M. Erdogan pour ses efforts qui ont permis de trouver à Istanbul un accord entre Moscou et l'Ukraine sur les livraisons de céréales en provenance des ports ukrainiens.

De son côté, l'ONG Amnesty International a persisté à accuser l'armée ukrainienne de mettre en danger la vie des civils dans la guerre avec la Russie, tandis qu'une nouvelle frappe russe sur Mykolaïv, dans le sud de l'Ukraine, a fait 22 blessés, ont affirmé les autorités locales.

Frappes près d'une centrale nucléaire

La situation était confuse vendredi soir concernant la situation à la centrale nucléaire de Zaporijjia, sous occupation russe depuis début mars, Kiev et Moscou se rejetant la responsabilité de "trois frappes" près d'un de ses réacteurs.

"Malgré les provocations des Russes, la centrale continue de fonctionner et de fournir de l'électricité au système énergétique de l'Ukraine grâce à des lignes en service. Conformément à leur capacité, il a été décidé de décharger et de déconnecter l'un des réacteurs", a fait savoir la société d'Etat ukrainienne Energoatom.

Toutefois, "il existe des risques de fuite d'hydrogène et de pulvérisation de substances radioactives. Le danger d'incendie est élevé", a-t-elle prévenu.

L'armée russe a quant à elle parlé dans un communiqué de "tirs d'artillerie" de "formations armées ukrainiennes", à la fois "contre le territoire de la centrale de Zaporijjia et la ville d'Energodar", dénonçant des "actes de terrorisme nucléaire".

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) avait déclaré mardi que la situation était "volatile" à la centrale de Zaporijjia et devenait "de plus en plus dangereuse de jour en jour".

Au moment de la prise de la centrale, les militaires russes avaient ouvert le feu sur des bâtiments du site, faisant courir le risque d'un accident nucléaire majeur.

Convois en mer Noire

Parallèlement, cinq jours après le départ d'Odessa (sud de l'Ukraine) d'un premier cargo - attendu dimanche au Liban - transportant des céréales ukrainiennes depuis le déclenchement de l'offensive russe, trois autres chargements, également de maïs, ont quitté l'Ukraine en convoi, a annoncé le ministère turc de la Défense.

Devrait s'ensuivre une série de rotations régulières pour ravitailler les marchés agricoles.

Les trois navires desserviront l'Irlande, l'Angleterre et la Turquie, a précisé le ministère turc. Simultanément, a-t-il souligné, un bâtiment fait route, lui aussi pour y charger des céréales, vers le port de Tchernomorsk (sud de l'Ukraine), qu'il doit atteindre samedi, a déclaré le ministre ukrainien des Infrastructures, Oleksandr Koubrakov.

La Russie et l'Ukraine ont signé deux accords séparés, validés par la Turquie et les Nations unies, qui permettent l'exportation des céréales ukrainiennes immobilisées par le conflit et de produits agricoles russes malgré les sanctions occidentales. Ils doivent permettre d'atténuer la crise alimentaire mondiale, qui a vu les prix monter en flèche dans certains des pays les plus pauvres en raison du blocage des ports ukrainiens.

Les prix des denrées alimentaires ont toutefois nettement fléchi en juillet, tirés vers le bas par ceux des céréales et des huiles végétales, a annoncé vendredi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Amnesty assume ses conclusions

Suscitant l'ire de l'Ukraine, Amnesty International a pour sa part, dans un rapport paru jeudi après une enquête de quatre mois, reproché aux militaires ukrainiens d'installer des bases dans des écoles et des hôpitaux et de lancer des attaques à partir de zones peuplées. Et ce, a relevé cette ONG, en violation du "droit international humanitaire".

Le président Volodymyr Zelensky l'a en retour accusée de "tenter d'amnistier l'Etat terroriste" russe et de "transférer la responsabilité de l'agresseur à la victime".

Vendredi, Amnesty International a pleinement confirmé ses "conclusions", "fondées sur des preuves obtenues lors d'investigations de grande ampleur soumises aux mêmes normes rigoureuses et au même processus de vérification" que tout son travail habituel.

L'ONG a toutefois, dans son rapport, insisté sur le fait que les tactiques ukrainiennes ne "justifient en aucun cas les attaques russes aveugles" qui ont touché la population.

Nouvelle frappe sur Mykolaïv

Sur le terrain, les Russes ont une fois de plus bombardé vendredi Mykolaïv, une ville située non loin du front sud.

Bilan: 22 blessés, dont un adolescent de 13 ans, et de nombreuses habitations endommagées, a dit son maire, Oleksandr Senkevitch.

Un couvre-feu a été instauré dans cette cité jusqu'à lundi matin afin de neutraliser les "collaborateurs" des Russes, a fait savoir le gouverneur de la région Vitali Kim.

Les forces ukrainiennes mènent actuellement une contre-offensive dans le sud, où elles affirment avoir repris plus de 50 villages tombés aux mains des soldats russes.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Kambundji en finale du 100 m, pas Kouni, Frey ni Mancini

Publié

le

Mujinga Kambundji qualifiée pour la finale du 100 m à Munich (© KEYSTONE/EPA/RONALD WITTEK)

Mujinga Kambundji s'est logiquement qualifiée pour la finale du 100 m. La Bernoise a remporté sa demi-finale en 11''05.

Souveraine sur la deuxième partie de la ligne droite, Kambundji a pu contrôler facilement. Elle sait que la bagarre sera rude à 22h25 avec les Britanniques Dina Asher-Smith et Daryll Neita, toutes deux vainqueures de leur série.

Cela n'est en revanche pas passé pour Géraldine Frey et Nathacha Kouni. Frey a terminé 5e en 11''38, alors que la jeune Zurichoise a pris la 7e place en 11''54 en semblant assez crispée d'être à ce niveau.

Brillamment qualifié pour les demi-finales du 100 m masculin, Pascal Mancini n'est pas non plus parvenu à se hisser en finale. Le Staviacois a terminé 5e de sa course en 10''23, soit 0''03 de plus que son meilleur temps. Le sprinter fribourgeois a sans doute cassé un peu trop tôt en franchissant la ligne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Pollution de l'Oder: 100 tonnes de poissons morts repêchés

Publié

le

La cause de la mort des poissons est incertaine, mais les autorités soupçonnent des substances chimiques. (© KEYSTONE/EPA/Marcin Bielecki)

Les pompiers polonais ont déclaré mardi avoir repêché 100 tonnes de poissons morts dans le fleuve Oder qui traverse l'Allemagne et la Pologne. Une découverte qui renforce les craintes d'une catastrophe écologique.

"Nous n'avions jamais eu d'opération de cette ampleur sur un fleuve auparavant", a déclaré Monika Nowakowska-Drynda du bureau de presse national des pompiers. Elle a confirmé qu'environ 100 tonnes de poissons morts avaient été récupérées depuis vendredi.

La cause de la mort est incertaine, mais les autorités soupçonnent des substances chimiques. "D'énormes quantités de déchets chimiques ont probablement été déversées dans la rivière en toute connaissance des risques et des conséquences", a déclaré la semaine dernière le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki.

Jusqu'ici pas de toxiques retrouvés

La ministre polonaise de l'Environnement, Anna Moskwa, a toutefois précisé mardi qu'"aucun des échantillons testés jusqu'à maintenant n'a montré des substances toxiques".

Le gouvernement explore également des possibles causes naturelles, selon la ministre, dont une concentration excessive de substances polluantes et de sel provoquée par le bas niveau de l'eau et des températures très élevées.

Eaux usagées?

Et une troisième possibilité: le déversement d'eaux usagées contenant un taux élevé de chlore par des industries, a-t-elle relevé.

Des échantillons d'eau sont examinés en Pologne et en Allemagne et ont été également envoyés par Varsovie dans des laboratoires en République tchèque, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne.

Hécatombe depuis la fin juillet

Les premiers signalements de la mort massive de poissons dans l'Oder ont été faits par des habitants et des pêcheurs à la ligne polonais dès le 28 juillet.

Les autorités allemandes ont accusé les autorités polonaises de ne pas les avoir informées de ces décès, et ont été prises par surprise lorsque la vague de poissons sans vie est apparue.

En Pologne, le gouvernement s'est retrouvé sous le feu des critiques pour ne pas avoir pris de mesures rapides.

Ces dernières années, l'Oder était connu pour être un fleuve relativement propre, avec environ 40 espèces de poissons y vivant. Selon Mme Nowakowska-Drynda, plus de 500 pompiers participent à l'action de nettoyage.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Desplanches se fait peur mais passe en finale sur 200 m 4 nages

Publié

le

Desplanches disputera mercredi la finale du 200 m 4 nages (© KEYSTONE/PATRICK B. KRAEMER)

Jérémy Desplanches sera bien présent au rendez-vous de la finale du 200 m 4 nages mercredi (18h37) aux Européens en grand bassin de Rome. Mais le Genevois a joué à se faire peur en demi-finales.

En tête de la première demi-finale après 150 mètres, le double médaillé européen (or en 2018, argent en 2021) a en effet relâché son effort en crawl. Beaucoup trop d'ailleurs, puisqu'il a terminé 4e en 1'59''53, à 0''01 de la 2e place occupée conjointement par l'Israélien Ron Polonsky et l'Italien Alberto Razzetti.

"Le but était de m'économiser. Mais c'était un plan foireux. Si j'étais passé à la trappe pour un centième, j'aurais eu les boules", a lâché le médaillé de bronze olympique au micro de la RTS. "Les demi-finales, c'est un truc que je déteste. Je me suis fait peur, mais heureusement ça passe", a-t-il encore souligné.

Jérémy Desplanches estimait que la deuxième série serait moins rapide, et il ne s'est heureusement pour lui pas trompé. Il s'est finalement qualifié avec le 5e temps des demi-finales, remportées en 1'58''77 par Gabriel Jose Lopes. Mais il devra probablement réussir un chrono proche de 1'57'' pour cueillir une nouvelle médaille.

Mityukov en finale avec un nouveau RS

Roman Mityukov a lui aussi signé le 5e temps des demi-finales, sur 100 m dos. Mais le Genevois de 22 ans a sorti le grand jeu mardi soir, améliorant de 0''12 son record national pour le porter à 53''75. Il devra certainement abaisser encore cette marque mercredi en finale (18h10) pour s'approcher du podium.

Sacrée sur 200 m brasse lundi soir au Foro Italico, Lisa Mamié a en revanche échoué en demi-finales du 50 m brasse, se classant 16e en 31''69. Engagées dans les demi-finales du 200 m papillon, Fanny Borer (2'14''90) et Annina Grabher (2'16''92) n'ont quant à elles pas pu éviter les deux dernières places.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Bencic battue en trois sets par Cirstea

Publié

le

Bencic a été battue d'entrée à Cincinnati (© KEYSTONE/EPA/EDUARDO LIMA)

Belinda Bencic (WTA 11) a subi le même sort que Jil Teichmann (WTA 21) dans le tournoi WTA 1000 de Cincinnati.

La St-Galloise s'est inclinée dès le 1er tour, battue 6-2 6-7 (3/7) 6-4 par Sorana Cirstea (WTA 40).

Quart de finaliste la semaine dernière à Toronto, Belinda Bencic a été battue pour la deuxième fois en autant de duels par la Roumaine de 32 ans. Elle a trouvé les ressources pour égaliser à une manche partout, mais a concédé un break qui allait s'avérer décisif d'entrée dans le dernier set.

La Championne olympique de simple fut d'ailleurs bien trop vulnérable sur son engagement mardi, perdant pas moins de cinq fois son service au total. Elle n'a par ailleurs pas trouvé la solution à la relance dans le set décisif, ne se procurant pas la moindre balle de break.

Belinda Bencic avait atteint les quarts de finale l'an dernier à Cincinnati, subissant alors la loi de Jil Teichmann. Après le tirage au sort, elle espérait certainement pouvoir prendre sa revanche sur sa partenaire de FedCup au 2e tour cette semaine, mais toutes deux ont été sorties d'entrée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Le lac de Garde touché par la plus grave sécheresse depuis 15 ans

Publié

le

Le lac de Garde. Confronté à la pire sécheresse depuis 70 ans, le gouvernement italien avait décrété début juillet l'état d'urgence dans plusieurs régions du centre et du nord du pays. (© KEYSTONE/AP/Antonio Calanni)

Les pédalos sont rangés loin du bord de l'eau et les catamarans ont remplacé les hydroglisseurs: la sécheresse a ramené le lac de Garde dans le nord de l'Italie à son niveau le plus bas depuis 15 ans.

"Nous sommes maintenant à 30 cm au-dessus du zéro hydrographique, alors que la moyenne de ces dernières années était de 80 à 100 cm au-dessus en cette période", explique Gianluca Ginepro, directeur de Garda Unico, la société de promotion du lac de Garde.

"C'est une situation à tenir sous contrôle, mais pour le moment il n'y a pas de problème du point de vue de l'utilisation du lac pour des activités comme la voile ou le windsurf", dit-il, assurant que le tourisme se porte très bien dans la région.

La sécheresse a également contraint sur certaines lignes de transport entre les rives du lac de passer des hydroglisseurs aux catamarans, ajoute M. Ginepro.

Moins d'eau pour l'agriculture

"Nous avons un peu perdu la possibilité de fournir de l'eau à l'agriculture", en aval du lac, à travers la rivière Mincio, reconnaît aussi M. Ginepro.

Confronté à la pire sécheresse depuis 70 ans, le gouvernement italien avait décrété début juillet l'état d'urgence dans plusieurs régions du centre et du nord du pays.

D'une superficie d'environ 367 km carrés, le niveau du lac de Garde n'a cependant toujours pas atteint celui de l'été 2007, quand, selon l'organisme italien chargé du suivi des lacs, il avait enregistré un niveau de 9,9 cm au-dessus du zéro hydrographique.

La sécheresse qui touche une grande partie de l'Europe, a provoqué, outre d'important dégâts à l'agriculture, de nombreux incendies.

Depuis le 1er janvier, les incendies ont ravagé 662'776 hectares de forêts dans l'Union européenne selon les données actualisées dimanche du système européen d'information sur les feux de forêts (EFFIS), qui tient des statistiques comparables depuis 2006 grâce aux images de satellites du programme européen Copernicus.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

« Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es… » Comme il y a plein de gens fantastiques autour de vous, vous devez l’être aussi !!!

Les Sujets à la Une

X