Rejoignez-nous

International

Kiev dit avoir retrouvé les corps de 410 civils, accuse Moscou de "génocide"

Publié

,

le

Des soldats ukrainiens marchent dimanche au milieu des blindés russes détruits à Boutcha, près de Kiev (© KEYSTONE/AP/Rodrigo Abd)

L'Ukraine a accusé dimanche la Russie de "génocide", affirmant avoir retrouvé les corps de 410 civils dans la région de Kiev récemment reprise aux forces de Moscou. Des découvertes macabres qui ont soulevé l'indignation en Europe et aux États-Unis.

"Oui, c'est un génocide. L'élimination de toute la nation et des gens (...). Et cela se passe dans l'Europe du XXIe siècle", a affirmé le président ukrainien Volodymyr Zelensky à la chaîne américaine CBS.

Puis il a estimé, dans un message vidéo, que les dirigeants russes devaient être tenus pour responsables des "meurtres" et des "tortures" à Boutcha, précisant qu'un "mécanisme spécial" allait être créé pour enquêter sur tous les "crimes" russes en Ukraine.

Selon la procureure générale d'Ukraine Iryna Venediktova, les corps sans vie de 410 civils ont été retrouvés dans les territoires de la région de Kiev récemment repris aux troupes russes.

Tour à tour, Washington, Paris, Berlin, Rome, Madrid ou Londres ont dénoncé les "atrocités", voire les "crimes de guerre", commis notamment à Boutcha, une petite ville au nord-ouest de Kiev où de nombreux cadavres de civils étaient visibles dans les rues.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, qui s'est dit "profondément choqué", a réclamé "une enquête indépendante".

Des images fabriquées pour Moscou

L'armée russe a, elle, démenti avoir tué des civils à Boutcha, assurant s'être retirée le 30 mars de cette ville et accusant l'Ukraine d'avoir fabriqué les images "à l'intention des médias occidentaux".

La guerre a fait, a minima, des milliers de morts et a contraint à l'exil près de 4,2 millions d'Ukrainiens, à 90% des femmes et des enfants, depuis le début de l'invasion russe le 24 février.

"C'était l'enfer"

L'AFP avait vu samedi les cadavres d'au moins vingt hommes portant des vêtements civils gisant dans une rue de Boutcha, reconquise cette semaine par les troupes ukrainiennes. L'un d'eux avait les mains liées et les corps étaient éparpillés sur plusieurs centaines de mètres. "C'était l'enfer (...) Dieu nous a sauvés", a déclaré un homme dans la ville à l'AFP.

Les corps de 57 personnes ont été retrouvés dans une fosse commune à Boutcha, a déclaré dimanche le chef des secours locaux, en montrant à une équipe de l'AFP ce site.

"Coup de poing à l'estomac"

"Ces images sont un coup de poing à l'estomac", a réagi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken sur la chaîne CNN. Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a pour sa part dénoncé une "brutalité inédite en Europe depuis des décennies" et le président français Emmanuel Macron affirmé que "les autorités russes devront répondre de ces crimes".

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a qualifié de "crimes de guerre" les "attaques abjectes" de la Russie contre des civils, promettant d'accroître les sanctions contre Moscou.

A Genève, l'ONU a estimé que la découverte des corps à Boutcha soulevait "de sérieuses questions quant à de possibles crimes de guerre.

Nouvelles sanctions exigées

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba a exigé de nouvelles sanctions immédiates du G7 à l'encontre de la Russie, notamment un embargo total sur l'énergie, la fermeture des ports à tout bateau ou marchandise russe et la déconnection de toutes les banques russes de la plateforme financière internationale Swift.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a également réclamé de nouvelles sanctions contre Moscou.

Boutcha comparé à Srebrenica

Le conseiller présidentiel ukrainien, Mykhaïlo Podoliak, a néanmoins regretté que l'Occident essaie de "ne pas provoquer les Russes" pour éviter la Troisième Guerre mondiale, comparant le massacre de Boutcha à celui de Srebrenica en 1995, pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine.

Boutcha et la ville voisine d'Irpin, toutes deux rendues méconnaissables par les bombardements, ont été le théâtre de certains des combats les plus féroces depuis que la Russie a attaqué l'Ukraine, quand les soldats russes tentaient alors d'encercler Kiev.

Human Rights Watch a également dénoncé dimanche des exactions de militaires russes contre des civils assimilables à des "crimes de guerre" dans les régions de Tchernihiv, Kharkiv et Kiev, disant avoir recensé plusieurs cas de "violations des lois de la guerre" (viol, exécutions sommaires, violences, menaces, pillages).

Responsable de l'ONU à Moscou

Les troupes russes se sont retirées d'Irpin, Boutcha, Gostomel et de toute la région de Kiev ainsi que de Tcherniguiv, dans le nord du pays, pour se redéployer vers l'est et le sud.

Le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, le Britannique Martin Griffiths, est arrivé dans ce contexte dimanche soir à Moscou, avant de se rendre à Kiev, mandaté pour rechercher un cessez-le-feu humanitaire en Ukraine.

Jusqu'à présent, la Russie refusait toute visite d'un haut responsable de l'ONU ayant l'Ukraine pour sujet principal. Son négociateur en chef dans les pourparlers de paix avec l'Ukraine, Vladimir Medinski, a fait l'éloge dimanche d'une position "plus réaliste" de Kiev prêt, sous conditions, à accepter un statut neutre et dénucléarisé du pays, réclamé par Moscou.

Mais il a dit ne pas "partager l'optimisme" du négociateur ukrainien David Arakhamia, qui avait laissé entendre que les discussions visant à mettre fin aux hostilités avaient considérablement avancé.

Aide grecque à Odessa

Toujours sur le front diplomatique, le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias est arrivé dimanche à Odessa, apportant une aide humanitaire à ce port du sud-ouest de l'Ukraine, situé sur la Mer Noire, attaqué quelques heures plus tôt.

Dimanche au petit matin, une demi-douzaine d'explosions ont secoué les murs de la ville historique, jusqu'à présent épargnée par les combats, selon des journalistes de l'AFP et des habitants.

Ces frappes n'ont pas fait de victimes selon le commandement régional de l'armée ukrainienne. Le ministère russe de la Défense a affirmé quant à lui que des tirs de "missiles de haute précision à partir de la mer et de la terre" avaient détruit "une raffinerie et trois dépôts de carburant et de lubrifiants" près de cette ville.

Marioupol résiste toujours

Une personne a été tuée et 14 blessées dans une frappe russe à Mykolaïv (sud), une ville stratégique sur la route d'Odessa, le plus grand port d'Ukraine, selon les autorités locales. Une personne a également été tuée lorsqu'un obus russe a explosé contre un hôpital à Roubijne, dans l'est.

Dans le sud-est du pays, les efforts des troupes russes pour consolider leurs positions se sont heurtés jusqu'ici à la résistance des Ukrainiens à Marioupol, où quelque 160'000 personnes seraient toujours bloquées et dont au moins 5000 habitants ont été tués, selon les autorités locales.

Parmi ces victimes figure le réalisateur lituanien Mantas Kvedaravicius, 45 ans, tué en tentant de quitter cette ville portuaire assiégée par les Russes, a annoncé dimanche l'armée ukrainienne.

Pour Moscou, contrôler Marioupol permettrait d'assurer une continuité territoriale de la Crimée jusqu'aux deux républiques séparatistes prorusses du Donbass. La Russie a annoncé en fin de semaine vouloir "concentrer ses efforts sur la libération" de ce bassin minier de l'est de l'Ukraine.

Les civils fuient

Des centaines de personnes - femmes, enfants et personnes âgées - fuyaient dimanche la ville de Kramatorsk, dans l'est, par peur d'une possible offensive russe sur cette partie du pays, a constaté l'AFP.

Les forces russes continuent également "de bloquer partiellement la ville de Kharkiv", la deuxième ville d'Ukraine, située également dans l'est.

Si près de 4,2 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis le 24 février, plus de 500'000 personnes sont retournées en Ukraine depuis le début de l'invasion russe, a annoncé dimanche le ministère ukrainien de l'Intérieur.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Les sciences photovoltaïques vers leur zénith

Publié

le

A Lausanne, le toit de la hall sud de Beaulieu a été recouvert de panneaux photovoltaïques (Archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les technologies permettant de produire de l'électricité à partir du soleil évoluent très vite et les coûts se réduisent fortement. Cette tendance donne à la science photovoltaïque une place centrale dans la transition énergétique.

Pour atteindre la neutralité carbone en milieu de siècle et limiter le réchauffement climatique à 1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle - comme prévu par l'accord de Paris sur le climat - la planète devra installer chaque année d'ici 2030 quatre fois plus de capacités solaires qu'elle ne le fait aujourd'hui, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

La bonne nouvelle est que les prix ont baissé de façon spectaculaire.

Selon un rapport des scientifiques du Giec publié début 2022, les coûts unitaires du solaire ont chuté de 85% entre 2010 et 2019, et ceux de l'éolien de 55%.

Mais "c'est probablement le moyen le moins cher qu'ait trouvé l'humanité pour produire de l'électricité à grande échelle", estime Gregory Nemet, professeur à l'Université de Wisconsin-Madison, l'un des principaux auteurs du rapport.

La moitié de l'énergie d'ici 2050

Entre l'envolée des prix des énergies fossiles et les craintes sur la sécurité énergétique causées par l'invasion russe de l'Ukraine, le développement des renouvelables est déjà amorcé.

Selon un rapport de BloombergNEF, les investissements mondiaux dans les projets solaires ont progressé de 33% au premier semestre par rapport à l'an dernier, à 120 milliards de dollars. Dans l'éolien, ils ont augmenté de 16% à 84 milliards de dollars.

Et le plan climatique de Joe Biden en passe d'être adopté au Congrès américain a musclé cette impulsion, avec 370 milliards de dollars d'argent public en incitations fiscales destinées à faire baisser de 40% les émissions américaines de gaz à effet de serre d'ici 2030 (par rapport à 2005).

"Le plan de M. Biden va permettre de réinstaller une industrie de panneaux solaires aux Etats-Unis", a jugé la directrice de la Fondation européenne pour le climat, Laurence Tubiana, dans le quotidien français Le Monde jeudi.

Selon M. Nemet, il est plausible que le solaire à lui seul représente la moitié de l'électricité mondiale d'ici le milieu du siècle. "Il y a un gros potentiel", dit-il.

Découverte française

"L'effet photovoltaïque" - processus qui permet de produire de l'électricité à partir du rayonnement solaire - a été découvert en 1839 par le physicien français Edmond Becquerel.

Les premières cellules à base de silicium ont été développées aux Etats-Unis dans les années 1950. Mais aujourd'hui, la grande majorité des panneaux solaires sont fabriqués en Chine.

Selon l'AIE, les nouvelles cellules photovoltaiques sur le marché sont 20% plus efficaces pour convertir la lumière en énergie qu'elles ne l'étaient il y a seulement cinq ans, grâce à de nouveaux matériaux hybrides.

Parmi les innovations figurent les panneaux dits "à couche mince", moins chers que les cellules en silicium. Ils peuvent être "imprimés" sur tous types de support, à partir d'encres en cristaux de perovskite, un matériau découvert au 19e siècle par le minéralogiste russe Lev Perovski.

Selon les experts, cette découverte pourrait révolutionner le secteur en multipliant les lieux où l'on peut produire de l'énergie solaire. A condition que cette nouvelle génération de panneaux se dégrade moins vite qu'actuellement, et puisse durer au moins 20 ans.

Ce que des recherches récentes semblent rendre possible.

Dans la revue Science en avril, des scientifiques ont rapporté être parvenus à rendre les panneaux en perovskite aussi efficaces que ceux en silicium.

Une autre étude publiée dans Nature parie sur des semi-conducteurs en "tandem" pour accroître la conversion en énergie du domaine spectral du rayonnement solaire: le perovskite pour les infrarouges et un matériau plus carboné pour les ultraviolets.

"Créativité"

Reste à résoudre le problème de la nuit, lorsqu'il n'y a plus de rayonnement solaire.

Des chercheurs de Stanford ont réussi cette année à produire une cellule solaire qui peut générer de l'énergie durant la nuit grâce à la chaleur générée par la Terre.

"Il y a beaucoup de créativité dans cette industrie", relève Ron Schoff, qui dirige la recherche sur les renouvelables au sein de l'Institut sur la recherche électrique (EPRI) basé aux Etats-Unis.

Selon lui, l'une des réponses au problème de l'occupation croissante des sols par les fermes solaires reposera sur les panneaux bifaces: ils produisent de l'électricité sur leurs deux faces à partir de la lumière du soleil et de la lumière réfléchie par le sol.

D'autres solutions parient sur l'agrivoltaïsme, des panneaux semi-transparents abritant des cultures. En Inde, des panneaux sont installés sur des canaux depuis une décennie, produisant de l'électricité et réduisant l'évaporation.

Selon M. Nemet, les consommateurs peuvent aussi jouer un rôle en faisant évoluer leurs heures de consommation ou en se regroupant en réseaux privés dans une approche Airbnb.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La Norvège envisage d'euthanasier un morse devenu vedette estivale

Publié

le

Freya a été filmée chassant des oiseaux ou se hissant sur des embarcations chaloupant sous son poids pour y somnoler (archives). (© KEYSTONE/EPA/TROND REIDAR TEIGEN)

Les autorités norvégiennes ont annoncé jeudi qu'elles envisageaient d'euthanasier un morse, devenu une vedette estivale dans le fjord d'Oslo. Malgré les appels incessants à rester à distance, Freya, jeune femelle de quelque 600 kg, attire énormément l'attention.

La direction norvégienne de la pêche a publié une photographie montrant une foule de badauds à proximité immédiate du mammifère marin. "Le comportement imprudent du public et le non-respect des recommandations des autorités peuvent mettre des vies en danger", a-t-elle souligné.

"Nous explorons maintenant des mesures supplémentaires parmi lesquelles l'euthanasie peut être une véritable alternative", a-t-elle ajouté.

Les morses vivent généralement sous les latitudes encore plus septentrionales de l'Arctique, mais Freya, dont le nom renvoie à une déesse associée à l'amour et à la beauté dans la mythologie nordique, baigne dans les eaux de la capitale depuis le 17 juillet.

Animal stressé

Devenu une vedette dans la torpeur estivale, l'animal a été filmé chassant des oiseaux ou se hissant sur des embarcations chaloupant sous son poids pour y somnoler, y faisant au passage des dégâts significatifs.

Mais, malgré les consignes, l'animal continue d'être importuné par des curieux qui se baignent à proximité ou s'en approchent excessivement, parfois avec des enfants, pour le photographier, a indiqué la direction de la pêche. "Son bien-être est clairement diminué. Le morse ne dispose pas d'assez de repos et les experts avec qui l'on discute estiment maintenant qu'il est stressé".

Espèce protégée, le morse se nourrit essentiellement d'invertébrés tels que les mollusques, les crevettes, les crabes et les petits poissons. S'il ne s'en prend normalement pas aux êtres humains, il peut, selon les autorités, se sentir menacé par des importuns et les attaquer.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Six ans pour un des hommes qui ont enlevé des chiens de Lady Gaga

Publié

le

Lady Gaga a retrouvé ses deux chiens qui avaient été enlevés (archives). (© KEYSTONE/EPA/HERNERT PFARRHOFER)

Un deuxième homme accusé d'avoir agressé violemment un employé de la chanteuse américaine Lady Gaga pour enlever les chiens de la star a été condamné à six ans de prison jeudi à Los Angeles. L'homme de 28 ans a plaidé coupable de tentative de vol.

Il a reconnu avoir fait partie du groupe, qui avait tiré sur l'employé, alors qu'il promenait les trois bouledogues français de l'interprète de "Poker Face" à Hollywood, en février 2021. Des images de vidéo-surveillance montraient deux hommes sortir d'une voiture près de l'employé de la chanteuse, avant de le blesser par balle à la poitrine.

Les individus s'étaient alors emparés de deux des chiens, Koji et Gustav, et s'étaient enfuis en laissant l'employé à terre, en sang. Le troisième chien, Miss Asia, s'était enfui, mais était ensuite revenu se blottir près de son promeneur.

Récompense

Lady Gaga, connue pour ses tubes "Just Dance" ou "Bad Romance", avait offert une récompense de 500'000 dollars pour le retour de ses précieux bouledogues français.

Une femme les avait ramenés, disant les avoir trouvés attachés à un poteau, avant d'être arrêtée à son tour. Selon les policiers, elle entretenait une relation avec le père d'un des agresseurs et avait été chargée de récupérer la récompense pour leur compte.

Cette sentence survient une semaine après celle d'un complice de 20 ans, condamné à quatre ans de prison, et l'arrestation d'un troisième homme de 19 ans, suspecté d'avoir tiré sur l'employé.

L'affaire avait illustré la popularité de ces chiens auprès des stars et des criminels, pour qui leur petite taille et leur prix élevé en font des cibles privilégiées en vue d'une revente sur le marché noir.

Lady Gaga est particulièrement attachée à ses chiens, qui l'accompagnent fréquemment lors d'événements publics et dont elle publie des photos sur les réseaux sociaux.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Centrale nucléaire de Zaporijjia: "l'heure est grave", dit l'AIEA

Publié

le

Le directeur de l'AIEA Rafael Grossi a réclamé en vain devant l'ONU l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia, qui a à nouveau été bombardée. (© KEYSTONE/AP/Mary Altaffer)

"L'heure est grave", a lancé jeudi le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) devant le Conseil de sécurité de l'ONU, après que la centrale nucléaire de Zaporijjia a à nouveau été bombardée. Il a réclamé l'accès au site.

"L'AIEA doit être autorisée à mener sa mission à Zaporijjia aussi vite que possible", a déclaré Rafael Grossi, intervenant en vidéo lors de cette réunion d'urgence du Conseil de sécurité. "Le temps presse".

L'AIEA tente depuis des semaines d'envoyer une mission pour inspecter la centrale, mission que Kiev et Moscou s'accusent mutuellement de freiner. Le site de la centrale de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, sous contrôle russe depuis le début mars, a de nouveau été bombardé jeudi, Kiev et Moscou s'accusant une nouvelle fois d'en être responsables.

Les alliés de l'Ukraine, soulignant la nécessité de la mission de l'AIEA, ont pointé du doigt, devant le Conseil de sécurité, la responsabilité russe. "La solution pour ce qui se passe à Zaporijjia est simple. Les Etats-Unis appellent la Fédération de Russie à retirer immédiatement ses forces du territoire ukrainien", a déclaré Bonnie Jenkins, sous-secrétaire d'Etat américaine au désarmement.

Accusations "cyniques et absurdes"

Sans surprise, l'ambassadeur russe Vassily Nebenzia a rejeté la faute sur Kiev et ses alliés. "Nous appelons les Etats soutenant le régime de Kiev à [...] le forcer à mettre un terme une fois pour toutes aux attaques contre la centrale de Zaporijjia" et l'ONU et l'AIEA à dire aux autorités ukrainiennes que leurs actions sont "inacceptables", a-t-il déclaré.

"La véritable échelle d'une catastrophe nucléaire à la centrale est difficile à imaginer. L'entière responsabilité en reviendrait aux soutiens occidentaux de Kiev", a insisté l'ambassadeur russe, qualifiant de "surréalistes", "cyniques et absurdes" les accusations contre Moscou.

"Les Russes sont bien connus pour leurs plans élaborés de tromperie, de sabotage et de dissimulation, comme celui que nous voyons aujourd'hui", a répondu l'ambassadeur ukrainien à l'ONU Sergiy Kyslytsya.

Pour garantir la sécurité du site et permettre une mission d'inspection, le secrétaire général de l'ONU António Guterres et les Etats-Unis ont appelé jeudi à la mise en place d'une zone démilitarisée autour de la centrale.

"Malheureusement, au lieu d'une désescalade, des incidents encore plus inquiétants ont été rapportés ces derniers jours, incidents qui, s'ils se poursuivent, pourraient conduire à une catastrophe", a déclaré M. Guterres dans un communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Homme armé tué après avoir tenté d'entrer dans les bureaux du FBI

Publié

le

L'homme a tenté de pénétrer par effraction dans les bureaux du FBI à Cincinnati. (© KEYSTONE/AP)

Un homme armé qui a tenté jeudi de pénétrer par effraction dans les bureaux du FBI à Cincinnati a été tué après plusieurs heures de confrontation avec la police fédérale américaine. Il était équipé d'un pistolet à clous et d'une arme semi-automatique de type AR-15.

Lorsque l'individu a tenté d'"entrer par effraction" dans les bureaux du FBI jeudi en début de matinée, "l'alarme s'est déclenchée et des agents armés du FBI sont arrivés, et le suspect s'est enfui", a indiqué la police fédérale.

Selon un média local, l'homme, qui était revêtu d'un gilet pare-balles, a fait usage d'un pistolet à clous et a brandi une arme semi-automatique de type AR-15, avant de s'enfuir en voiture.

Encerclé dans un champ de maïs

Un porte-parole de la police a précisé que les forces de l'ordre s'étaient lancées à sa poursuite. "Une fois que le véhicule s'est arrêté, il y a eu un échange de coups de feu entre les policiers et le suspect", a-t-il indiqué.

Le suspect s'est réfugié dans un champ de maïs, où il a été encerclé par les forces de l'ordre qui ont tenté sans succès de négocier avec lui pour qu'il se rende aux autorités, a indiqué un porte-parole de la police de l'Ohio. L'homme de 42 ans a brandi son arme à feu en direction des policiers, qui ont alors tiré. Son décès a été prononcé sur place.

NBC a rapporté que le suspect, selon trois personnes aidant les forces de l'ordre, pouvait être vu sur des clichés de l'invasion le 6 janvier du Capitole par des partisans de l'ancien président des Etats-Unis d'Amérique Donald Trump, mais il n'était pas clair s'il était entré à l'intérieur.

Les faits se sont produits alors qu'une spectaculaire perquisition du domicile de M. Trump par le FBI lundi a provoqué la colère des milieux d'extrême droite dans le pays. Le directeur de la police fédérale américaine, Christopher Wray, avait annoncé mercredi que le FBI avait reçu des menaces après la perquisition.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Vous pensez mériter l’amour des autres à travers les services que vous rendez ! C’est un fonctionnement erroné…

Les Sujets à la Une

X