Rejoignez-nous

Économie

Ouverture d'une issue de secours en vol: le passager "étouffait"

Publié

,

le

A la connaissance des autorités, c'est la première fois qu'un tel incident se produisait dans le ciel coréen. (© KEYSTONE/AP/Yun Kwan-shick)

Le passager d'un vol d'Asiana Airlines qui avait ouvert vendredi une issue de secours en pleine phase d'atterrissage a dit à la police sud-coréenne avoir senti qu'il "étouffait" et avoir voulu sortir "vite" de l'appareil, a-t-elle affirmé samedi à l'AFP.

L'appareil était encore à environ 200 mètres du sol quand le passager, dont l'identité n'a pas été communiquée, a ouvert l'issue de secours près de laquelle il était assis.

L'individu, interpellé par la police de Daegu pour être interrogé, a expliqué aux agents s'être trouvé "dans un état de stress après avoir perdu récemment son emploi", a expliqué à l'AFP un enquêteur de Daegu.

"Il a trouvé que le vol durait plus longtemps qu'il n'aurait dû et a senti qu'il étouffait à l'intérieur de la cabine", selon les forces de l'ordre. "Il voulait sortir vite".

Près de 200 passagers se trouvaient à bord de l'avion qui approchait de la piste de l'aéroport international de Daegu en Corée du Sud, à quelque 240 kilomètres au sud-est de Séoul, au terme d'un vol intérieur.

L'individu risque jusqu'à 10 ans d'emprisonnement pour avoir enfreint la législation sur la sécurité aérienne.

Le chaos

Sur une courte vidéo réalisée par l'un des passagers, on peut voir le vent s'engouffrer dans la porte ouverte en plein vol, les appuis-tête en tissu et les cheveux des passagers partant dans tous les sens, tandis que certains poussent des cris.

Une autre vidéo partagée sur les réseaux sociaux montre des passagers assis dans la rangée de l'issue de secours, à côté de la porte ouverte, secoués par des vents violents.

Une dizaine de passagers ont été conduits à l'hôpital pour des difficultés respiratoires, mais aucune blessure grave ni dégât important n'ont été constatés, selon le ministère des Transports.

"C'était le chaos. Des gens près de la porte semblaient s'évanouir un par un et le personnel de bord sollicitait les médecins (présents) à bord en passant des annonces, pendant que d'autres couraient dans l'allée en panique", a raconté un passager de 44 ans à l'agence Yonhap. "Je croyais que l'avion allait exploser. Je pensais que j'allais mourir comme ça".

Un responsable du ministère des Transports a déclaré à l'AFP qu'à la connaissance de l'institution, il s'agissait du "premier incident de ce genre" dans l'histoire de l'aviation sud-coréenne.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Helsana devra se chercher un nouveau président

Publié

le

Thomas Szucs aura passé 15 ans à la présidence de Helsana (archives). (© KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT)

Le président du groupe Helsana, Thomas Szucs, quittera ses fonctions à la tête du conseil d'administration l'an prochain. Les actionnaires ont appris la nouvelle lors de l'assemblée générale qui s'est tenue vendredi.

Cette décision intervient un an avant la fin statutaire de son mandat, précise l'assureur zurichois dans un communiqué. Thomas Szucs, qui aura passé 15 ans à la présidence du groupe, continuera d'assumer ses fonctions jusqu'en mai 2025, date de la prochaine assemblée. Sa succession sera annoncée en temps voulu.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Assura: primes en baisse et nouvelles pertes en 2023

Publié

le

Les entrées sont demeurées insuffisantes pour couvrir des charges de prestation (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Assura a encaissé l'an dernier pour 3,6 milliards de francs de primes, dont 3,3 milliards dans l'assurance obligatoire des soins. Les recettes de primes ont ainsi reculé d'une centaine de millions sur un an dans les deux cas.

Les entrées sont demeurées insuffisantes pour couvrir des charges de prestation en progression là aussi d'une centaine de millions, à 2,8 milliards, auxquelles est venu se greffer un débours pour compensation des risques de 737 millions.

L'assureur pulliéran a ainsi accusé une nouvelle perte nette, de 110,7 millions, après un déficit de 143,6 millions en 2022, indique un compte-rendu diffusé vendredi.

La firme vaudoise insiste sur l'amélioration observée dans le domaine des assurances complémentaires, dont le bénéfice a été multiplié par cinq à 62 millions. Les placements ont en outre redressé la barre, avec une performance de +2,6% à comparer avec un rendement négatif de 2,1% en 2022.

La proportion des charges administratives sur le volume de primes est demeurée stable à 5,4%.

L'assemblée générale qui se tenait jeudi a par ailleurs élu Bruno Pfister à la présidence du conseil d'administration, en remplacement de Jean-Luc Chenaux qui ne se représentait pas. Jusqu'ici vice-président, Eric Bernheim, ne briguait pas non plus de nouveau mandat.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

"Il faut peu d'inflation pour en voir les effets" (Thomas Jordan)

Publié

le

Le président de la BNS Thomas Jordan se montre prudent sur le projet d'introduire une version numérique du franc. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Même une hausse modérée de l'inflation peut rapidement impacter le niveau de vie de la population, en particulier les bas salaires. Cela montre l'importance du mandat de la BNS qui est d'assurer la stabilité des prix, selon son président Thomas Jordan.

"Il faut peu d'inflation pour en voir rapidement les effets négatifs, surtout pour les petits salaires", a déclaré le président du directoire de la Banque nationale suisse (BNS) Thomas Jordan, interrogé vendredi lors du Swiss Media Forum à Lucerne.

Il est donc "énormément important" que la BNS remplisse son mandat, qui est "juste", a ajouté le responsable. Il réagissait à des propos du président de l'Union syndicale suisse (USS) Pierre-Yves Maillard, qui avait affirmé le 1er mai que les chiffres de l'inflation étaient "complètement faux en Suisse", les primes maladies en étant exclues.

Quant à l'absence de versements de bénéfices aux cantons au titre de l'exercice 2022, Thomas Jordan a rappelé que la BNS s'est toujours opposée à l'utilisation de ses réserves. La contribution principale de l'institut au bien-être du pays est la stabilité. "Les versements (aux cantons) ne sont qu'un sous-produit", a souligné Thomas Jordan, ajoutant que cela avait été bien expliqué aux cantons.

Prudence sur le franc numérique

Interrogé sur le projet d'introduire une version numérique du franc, Thomas Jordan a jugé qu'une telle solution pouvait avoir du sens pour le système financier. La BNS se montre en revanche réservée sur une introduction pour l'ensemble du public. Cela changerait le système actuel de manière fondamentale. La BNS n'en voit pas la nécessité, les possibilités numériques actuelles étant suffisantes (Twint, cartes).

Le Biennois n'a enfin pas dévoilé ses projets après son départ de la BNS à fin septembre. "Je ne sais pas ce que je ferai après. Je resterai pleinement engagé jusqu'au bout et déciderai après".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Moins de postes vacants annoncés en 2023 avec le recul du chômage

Publié

le

Outre l'industrie et la construction, la branche de la restauration a fait l'objet du plus grand nombre d'annonces de postes vacants en 2023 (illustration). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le nombre de postes vacants annoncés en 2023 a nettement baissé par rapport à l'année précédente. En cause: le recul du chômage en 2022 a entraîné une réduction des genres de professions soumis à l'obligation d'annonce en 2023.

Alors qu'en 2022, 476'597 postes vacants ont été annoncés, ce chiffre était de 287'671 l'an dernier, indique le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) dans son cinquième rapport de monitorage publié vendredi.

Comme les années précédentes, les trois branches qui ont fait l'objet du plus grand nombre d'annonces étaient l'industrie, la construction et la restauration. Les offices régionaux de placement ont procédé à des propositions de placement pour environ la moitié des annonces.

La part de postes soumis à l'obligation d'annonce parmi l'ensemble des postes à pourvoir s'élevait à 8,2% en 2023, contre 19,8% un an auparavant. Ce taux chute à 3,2% en 2024. Le Seco s'attend donc à ce que le nombre d'annonces de postes vacants baisse encore pour cette année.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X