Rejoignez-nous

Climat

Pakistan: environ 100'000 personnes évacuées après des inondations

Publié

,

le

L'Inde déverse fréquemment ses surplus d'eau dans les rivières coulant vers le Pakistan. (© KEYSTONE/EPA/SHAHZAIB AKBER)

Quelque 100'000 personnes ont été évacuées dans la province du Pendjab au Pakistan. Cela après des inondations déclenchées, selon le Pakistan, par le déversement par l'Inde de plusieurs milliers de mètres cubes d'eau dans une rivière arrosant les deux pays.

Plusieurs centaines de villages du Pendjab (centre-Est) ont été submergés par la crue dimanche de cette rivière, la Sutlej, et des milliers d'hectares de terres agricoles, notamment de plantations, ont été détruits.

"Nous avons secouru 100'000 personnes et les avons transférées dans des endroits plus sûrs", a déclaré mercredi à l'AFP Farooq Ahmad, le porte-parole des services de secours du Pendjab.

Après des pluies de mousson diluviennes qui ont provoqué des inondations, l'Inde a déversé dimanche dans la Sutlej près de 85'000 m3 par seconde d'eau en excès dans ses réservoirs, causant ainsi des inondations en aval, du côté pakistanais, selon Mohsin Naqvi, le chef du gouvernement du Pendjab.

L'Inde déverse fréquemment ses surplus d'eau dans les rivières coulant vers le Pakistan, qu'elle avertit normalement à l'avance, mais qui dénonce un problème récurrent.

Depuis le 9 juillet, 16 personnes ont péri dans des inondations directement causées par les décharges régulières d'eau par l'Inde, selon le service d'urgence pakistanais Rescue 1122. Aucun officiel indien n'a immédiatement pu être joint pour apporter un commentaire.

Les digues n'ont pas résisté

Les digues censées protéger les habitations n'ont pas résisté à la crue et des centaines de villages ne sont plus accessibles par la route.

Les opérations de secours se poursuivent dans les zones inondées, où les autorités doivent utiliser des bateaux pour mettre à l'abri hommes, femmes, enfants et bétail.

"Il y a trop d'eau ici. Les enfants ont faim et ils n'ont rien à manger", a déclaré mardi à l'AFP Sidhra Bibi, une villageoise ayant trouvé refuge dans un camp de Kasur, l'un des sept districts au moins affectés ou sur le point de l'être.

"Toutes les récoltes ont été détruites. Nous n'avons même pas de maison", a-t-elle déploré.

"L'eau des inondations est arrivée il y a deux jours et toutes nos maisons ont été submergées. Nous avons marché jusqu'ici à pied avec grande difficulté", a raconté Kashif Mehmood, un travailleur manuel venu avec son épouse et ses trois enfants dans un camp de secours.

Le Dr Muhammad Amin, volontaire dans un camp, a expliqué à l'AFP que "le principal problème auquel (les villageois) sont confrontés, c'est celui de leur bétail", qui constitue souvent leur unique source de revenus.

Pluies de mousson attendues

L'Autorité provinciale de gestion des catastrophes a prévenu que les inondations pourraient encore s'aggraver dans les prochains jours, de nouvelles pluies de mousson étant attendues dans cette région.

Au moins 175 personnes sont mortes au Pakistan dans des inondations, des effondrements d'immeubles, des glissements de terrain et autres incidents provoqués par les pluies de mousson depuis fin juin.

Le Pakistan tente toujours de se remettre des inondations dévastatrices qui ont touché près d'un tiers de son territoire en 2022, affectant plus de 33 millions de personnes et faisant plus de 1700 morts.

La mousson, qui dure habituellement de juin à septembre, est essentielle pour l'irrigation des plantations et pour reconstituer les ressources en eau de l'Asie du Sud, à laquelle elle apporte de 70 à 80% de ses précipitations annuelles.

Elle est vitale pour l'agriculture et la sécurité alimentaire de cette région pauvre, qui compte à elle seule environ deux milliards d'habitants. Mais elle apporte aussi chaque année son lot de drames et destructions.

Selon les experts, le réchauffement climatique contribue à rendre les précipitations plus intenses et plus imprévisibles.

Le Pakistan, qui abrite une population de 220 millions d'habitants, dit n'être responsable que de moins de 1% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Mais il figure pourtant parmi les pays les plus vulnérables au dérèglement climatique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

Le Valais lève l'alarme et la situation particulière

Publié

le

Les précipitations tombées depuis jeudi ainsi que la fonte des neiges et la saturation des sols ont provoqué une crue du Rhône et des cours d’eau latéraux en Valais. Ici la Navizence qui se jette dans le Rhône au niveau de Chippis. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Valais a levé dimanche matin l'alarme et l'état de situation particulière en cours depuis vendredi soir en raison de la crue du Rhône et de nombreux cours d'eau alpins. La grande partie des personnes évacuées ont pu retrouver leur logement.

"La situation est en cours de stabilisation et la décrue se poursuit", indique dimanche l'organe cantonale de conduite (OCC) qui a décidé de lever l'alarme pour le Rhône et les cours d'eau latéraux. Le Conseil d'Etat a également levé l'état de situation particulière.

Les débits des cours d’eau restent cependant encore élevés, les crues ont fragilisé les berges et des glissements de terrain peuvent survenir localement, précise néanmoins l'OCC. Celui-ci appelle la population à se montrer prudente les prochains jours et "d’éviter de s’approcher du lit des cours d’eau".

Des dégâts importants ont été constatés. "Les travaux de rétablissement des infrastructures et du réseau routier sont en cours", note l'OCC.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Trois disparus aux Grisons et situation particulière en Valais

Publié

le

Une voiture s'est retrouvée coincée dans la boue à Sorte dans la vallée de Misox aux Grisons samedi (© KEYSTONE/SAMUEL GOLAY)

Alors qu'une femme a été retrouvée vivante, trois personnes restaient portées disparues samedi dans les éboulis dans le Misox (GR). En Valais, malgré la décrue du Rhône et des cours d'eau latéraux, le niveau d'alarme et la situation particulière sont maintenus.

La femme, retrouvée vivante dans des éboulis dans le Misox, a été hospitalisée à l’hôpital régional de Lugano samedi. Les trois personnes toujours ensevelies dans la région sont un couple et une femme âgée.

Les quatre personnes ont été ensevelies suite à une coulée de boue, de pierres et de matériaux divers qui a détruit trois maisons à Sorte, un quartier de Lostallo dans la vallée de la Mesolcina (Grisons italophones), a indiqué le commandant de la police du canton des Grisons William Kloter lors d’une conférence de presse samedi matin à Roveredo (GR), retransmise sur la chaîne publique RSI.

L’éboulement a eu lieu vendredi soir après d’incessantes pluies et de violents orages qui ont provoqué de fortes crues. Un tronçon de l’autoroute A13 entre Lostallo et Mesocco proche d'une rivière est impraticable comme la route allant de Roveredo au col du San Bernardino.

Chiens de sauvetage

Favorisés par un temps à nouveau ensoleillé, les recherches ont repris samedi matin tôt : des hélicoptères, des chiens de sauvetage et des secouristes ont été dépêchés sur les lieux. A Lostallo, une halle a été mise à disposition des personnes évacuées de leurs habitations, dont un grand nombre a été inondé par les cours d’eau en crue.

Nicola Giudicetti, le maire de Lostallo, a indiqué que quatre quartiers de son village ont été frappés par les éboulis qui, outre trois maisons, ont détruit un arrêt de bus et endommagé la station d’épuration des eaux. L’eau n’est donc actuellement pas potable à Lostallo et son quartier de Sorte de même que dans les villages voisins de Cabbiolo, Arabella et Norantola. Ces communes sont également privées d’électricité.

Voiture de police emportée

Les intempéries ont aussi mis en danger une patrouille de la police cantonale des Grisons qui, vendredi soir, a perdu son véhicule dans les flots. Les policiers ont pu être tirés d’affaire grâce à l’intervention de leurs collègues mais la voiture a été emportée par les eaux.

La présidente de la Confédération Viola Amherd s'est montrée bouleversée par l'ampleur des dégâts causés par les intempéries dans plusieurs régions de Suisse. "Ses pensées vont à la population touchée", écrit-elle samedi sur X.

59 évacués en Valais

En Valais, le Rhône et les cours d'eau latéraux ont entamé leur décrue. Mais une "vigilance accrue est nécessaire", a indiqué samedi l’Organe cantonal de conduite (OCC) valaisan qui a maintenu le niveau d’alarme ainsi que la situation particulière.

La situation s'est calmée au niveau du Rhône, a indiqué vers 15h à Keystone-ATS Antoine Jacquod, adjoint de la cheffe de la sécurité civile et militaire. "Ce qui nous fait très très souci, ce sont les vallées latérales, notamment celle de Zermatt, d'Anniviers et d'Hérens où le sol est très déstabilisé."

Dans ces secteurs, plusieurs débordements et des laves torrentielles ont eu lieu le long des cours d'eau latéraux, dont la décrue est "très lente". L'OCC y redoute des glissements de terrain. La suite dépendra de la force des orages qui s'abattent actuellement, ajoute Antoine Jacquod.

La plupart des 230 personnes qui ont dû être évacuées vendredi, majoritairement à Chippis, ont pu rentrer chez elles. "Actuellement, on compte 59 personnes évacuées sur l'ensemble du canton, selon les décomptes communiqués par les communes", relève Antoine Jacquod.

Pas de train pour Zermatt

Si le trafic ferroviaire a pu reprendre entre Riddes et Ardon samedi matin, la ligne de chemin de fer ainsi que la route de et vers Zermatt restaient fermées samedi après-midi. La ligne ferroviaire entre Viège et Täsch, en dessous de Zermatt, devrait rester fermée au moins jusqu'à la fin de la semaine prochaine, indique la compagnie Matterhorn-Gotthard-Bahn dans un communiqué.

Les crues de la rivière Vispa ont affecté "massivement" la ligne à plusieurs endroits, de sorte que d'importants travaux de remise en état sont nécessaires. Actuellement, l'accent est mis sur la reprise du service ferroviaire entre Täsch et Zermatt dans les meilleurs délais, ajoute la compagnie. La situation pour le trafic routier sera évaluée par l'OCC en fin de journée.

Par ailleurs, selon le communiqué, l'exploitation du Gornergrat Bahn (GGB) a été suspendue vendredi après-midi en raison d'une coulée de boue. La galerie de protection Riffelbord a été touchée par une coulée de boue en aval de cette galerie. L'ampleur des dégâts n'est pas encore entièrement connue. L'exploitation restera suspendue au moins jusqu'à mardi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Misox GR : une femme sauvée - 3 autres personnes ensevelies

Publié

le

La Moesa avait déjà un débit important près de Roveredo (GR) en juin 2019 (archives). (© KEYSTONE/TI-PRESS/SAMUEL GOLAY)

Une femme a été retrouvée vivante dans des éboulis par les sauveteurs dans le Misox GR, une vallée du sud des Grisons. Trois autres personnes sont ensevelies dans la même région, a indiqué la police samedi.

"On a réussi à sauver au moins une vie", a déclaré samedi matin un policier de la police cantonale des Grisons lors d'une conférence de presse à Roveredo, retransmise par la télévision italophone RSI. Vendredi soir, des orages et des précipitations importantes ont provoqué de fortes crues.

La zone d'intervention pour la police et les pompiers s'étendait sur près de 20 kilomètres. Un cône de déjection a touché plusieurs maisons. La police estime que quatre personnes au total ont été ensevelies. La femme qui a été sauvée a été transférée à l'hôpital.

Les forces d'intervention sur place continuent à rechercher les trois personnes disparues à l'aide d'hélicoptères et de drones, a relevé le policier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Niveau d'alarme et situation particulière maintenus en Valais

Publié

le

Le Rhône a entamé sa décrue durant la nuit, mais les débits restent très élevés et l'Organe cantonal de conduite maintient une vigilance accrue. Ici entre Sierre et Chippis en Valais. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Rhône et les cours d'eau latéraux ont entamé leur décrue. Mais une "vigilance accrue est nécessaire", indique samedi l’Organe cantonal de conduite (OCC) valaisan qui maintient le niveau d’alarme ainsi que la situation particulière.

Pour le Rhône, "le pic de la crue a été atteint après minuit dans la nuit de vendredi à samedi", ajoute-t-on de même source. Un débit de 819 m3 par seconde a par exemple été atteint à 2 heures du matin à Branson. Si le fleuve a entamé sa décrue, "les débits restent très élevés".

Concernant les cours d’eau latéraux, la décrue est "relativement lente" et des orages sont encore attendus dans le courant de la journée, complète l'OCC. Plusieurs débordements et des laves torrentielles ont eu lieu le long de cours d’eau latéraux, comme par exemple dans la région de Zermatt, du Val d’Anniviers ou d’Evolène.

L'OCC appelle la population à limiter les déplacements, ne pas s’approcher des cours d’eau, ne pas stationner sur les ponts et ne pas naviguer sur le Rhône et à l’embouchure du lac Léman. Elle recommande aussi de renoncer à filmer ou photographier les événements et à se conformer strictement aux ordres des autorités.

Pas de train pour Zermatt

Côté ferroviaire, les trains ne circulent plus entre Viège et Zermatt depuis vendredi midi. C'était toujours le cas samedi vers 11h, indique le Mattherhorn Gotthard Bahn sur le réseau social X. La compagnie fera le prochain point à 15h00.

Le trafic ferroviaire a pu reprendre entre Riddes et Ardon à 8 heures. La ligne Lausanne-Brigue avait notamment été interrompue vendredi soir: le niveau du Rhône en aval du pont ferroviaire de Riddes avait atteint une hauteur critique.

Vigilance dans le Chablais vaudois

Dans le Chablais vaudois, le point le plus critique lié à la crue du Rhône a aussi été franchi dans la nuit de vendredi à samedi. Samedi matin, la situation était en passe de se normaliser. La vigilance reste toutefois de mise. Aucun dégât matériel ou humain n'a été signalé.

Le pic au niveau du Rhône a été atteint en fin de soirée avec un débit qui a dépassé les mille mètres/cube/seconde pour atteindre quasiment les 1200m3/s, a indiqué à Keystone-ATS Olivia Cutruzzola, responsable de la cellule communication de l'Etat-major cantonal de conduite du canton de Vaud. Le point d'attention reste toujours la zone de chantier entre le pont de St-Triphon et la rivière la Gryonne, qui arrive dans le Rhône.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Quel que soit le domaine, évitez les discussions stériles vous font tourner en rond ; trouver un compromis qui plaira à tous, est le défi du jour !

Les Sujets à la Une

X