Rejoignez-nous

International

Réforme des retraites: le gouvernement français inflexible sur les 64 ans

Publié

,

le

Le gouvernement s'emploie à relativiser l'ampleur de la mobilisation contre la réforme des retraites (archives). (© KEYSTONE/EPA/GUILLAUME HORCAJUELO)

Le gouvernement français a adopté lundi en Conseil des ministres sa réforme des retraites. Il a affiché sa "détermination" à aller jusqu'au bout sans renoncer au report de l'âge de départ à 64 ans, malgré une mobilisation que les opposants entendent encore amplifier.

"Revenir" sur les "mesures d'âge" controversées, ce "serait renoncer au retour à l'équilibre" du système en 2030, "et donc manquer de responsabilité pour les générations futures", a déclaré le ministre du Travail Olivier Dussopt devant la presse à l'Elysée, tout en reconnaissant "un désaccord avec les organisations syndicales" sur ce sujet.

"Le président de la République a dit sa détermination et sa détermination est à l'identique de celle du gouvernement", a-t-il poursuivi.

Mobilisation "normale"

Après la première journée de grèves et manifestations, qui a réuni jeudi entre un et deux millions de personnes dans la rue, et avant la prochaine prévue le 31 janvier, Emmanuel Macron et son exécutif s'emploient à relativiser une mobilisation "normale".

Ils ont donc profité de l'étape très formelle du Conseil des ministres pour dérouler leur calendrier, qui prévoit un débat parlementaire au pas de course pour une entrée en vigueur du projet contesté à l'été.

Le report de 62 à 64 ans de l'âge légal de départ à la retraite, mesure-phare de la réforme, est rejeté par les syndicats unanimes, ainsi que par l'essentiel des oppositions et, selon les sondages, une grande majorité des Français.

"Prêt au dialogue"

Le chef de l'Etat a estimé dimanche avoir déjà fait preuve d'"ouverture" par rapport au programme pour son second quinquennat qui prévoyait initialement les 65 ans. Il a dit souhaiter "que le gouvernement avec les parlementaires" puissent encore "aménager" le texte. Avant de se montrer plus inflexible: "les besoins" sont "connus", et "je crois que là, maintenant, il faut pouvoir avancer".

Ses ministres se relaient donc pour assurer être prêts au "dialogue" afin d'"enrichir" le texte, mais uniquement à la marge. "A chaque fois qu'un amendement nous permettra d'améliorer le texte sans renoncer au retour à l'équilibre en 2030, ni aux fondamentaux de la réforme, évidemment nous y serons ouverts", a dit M. Dussopt lundi lors d'un long exposé très technique, sans avancer aucune piste.

Alors que le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal, avait ouvert la porte pour la première fois durant le week-end à "des mesures coercitives pour les entreprises qui ne joueraient pas le jeu" de l'emploi des seniors, M. Dussopt s'en est tenu à des sanctions financières uniquement pour les sociétés qui ne publieront pas l'"index" incitatif prévu par la réforme.

Crispations

L'exécutif se montre encore moins disposé sur un autre point qui crispe jusque dans les rangs du parti Les Républicains, pourtant seul allié annoncé de l'exécutif à l'Assemblée nationale: le fait que les personnes ayant commencé à travailler à 20 ans auront à cotiser 44 ans, et non 43 comme les autres, pour obtenir une retraite à taux plein.

Quant à la proposition des députés MoDem d'augmenter la semaine de travail d'une demi-heure, à 35,5 heures, pour dégager des ressources, "ce n'est pas l'objectif du gouvernement d'ouvrir un débat sur le temps de travail", a balayé M. Dussopt.

Résistance prévue

Rien donc pour l'instant de nature à satisfaire les opposants à la réforme, qui réclament inlassablement le retrait pur et simple des "mesures d'âge" et promettent une résistance ferme à l'Assemblée nationale et dans la rue.

"On espère faire encore plus fort le 31 (janvier)", a prévenu le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, soulignant que "d'ici là, tous les jours, il y aura des initiatives dans les entreprises, dans les départements".

Quant au leader de la CFDT, Laurent Berger, il a déploré la forme retenue par l'exécutif pour examiner son projet de loi: un budget rectificatif à la Sécurité sociale, qui permet de limiter les débats dans le temps et d'utiliser à loisir l'arme du 49.3.

"Vous ne pouvez pas faire passer de façon escamotée ce texte sur les retraites, dans ce climat social", a-t-il argué sur France 5.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

La situation sur le front Est s'est "considérablement détériorée"

Publié

le

Les Russes ont intensifié leur pression autour de Tchassiv Iar ces derniers jours, cette localité clé de l'Est se trouvant désormais "sous un feu constant", selon Kiev (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP)

La situation sur le front Est s'est "considérablement détériorée au cours des derniers jours", a affirmé samedi l'armée ukrainienne. Elle a constaté une "intensification significative" de l'offensive de l'armée russe, qui pousse notamment en direction de Tchassiv Iar.

"La situation sur le front Est s'est considérablement détériorée ces derniers jours. Ceci est principalement dû à une intensification significative de l'offensive de l'ennemi après l'élection présidentielle en Russie" de la mi-mars, a écrit le commandant en chef ukrainien Oleksandre Syrsky sur Telegram.

L'armée russe attaque les positions ukrainiennes dans les secteurs de Lyman et de Bakhmout "avec des groupes d'assaut soutenus par des véhicules blindés", ainsi que dans celui de Pokrovsk, a-t-il ajouté. "Cela est rendu possible par le temps chaud et sec, qui a rendu la plupart des aires ouvertes accessibles aux tanks".

"Nouvelles unités blindées"

Malgré les pertes, l'armée russe déploie "de nouvelles unités blindées", ce qui lui permet d'engranger des "succès tactiques". Les Russes ont intensifié leur pression autour de Tchassiv Iar ces derniers jours, cette localité clé de l'Est se trouvant désormais "sous un feu constant", selon Kiev.

Cette cité, perchée sur une hauteur, s'étend à moins de 30 kilomètres au sud-est de Kramatorsk, la principale ville de la région sous contrôle ukrainien et important noeud ferroviaire et logistique pour l'armée ukrainienne.

Besoin d'armes

Oleksandre Syrsky a affirmé que les zones "les plus problématiques" avait été renforcées, notamment avec des moyens de défense antiaérienne. "La question de la supériorité technique sur l'ennemi dans le domaine des armes de haute technologie se pose à nouveau", a-t-il dit.

"Ce n'est que comme cela que nous pourrons battre un ennemi plus grand", a ajouté le commandant ukrainien, jugeant qu'il fallait aussi "améliorer la qualité de la formation du personnel militaire".

Kiev réclame depuis des mois à ses alliés occidentaux davantage de munitions et de systèmes de défense aérienne. Mais l'aide s'épuise en raison de blocages politiques à Washington, ce qui contraint les soldats ukrainiens à économiser leurs munitions. L'armée ukrainienne peine aussi à recruter, face à des forces russes plus nombreuses et mieux équipées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Cinq morts dans l'attaque au couteau à Sydney

Publié

le

Les services de secours sont intervenus au centre commercial de Westfield Bondi Junction, à Sydney. (© KEYSTONE/EPA/STEVEN SAPHORE)

Au moins cinq personnes ont été tuées dans l'attaque au couteau survenue samedi dans un centre commercial de Sydney, a déclaré à la presse un responsable de la police australienne. Les enquêteurs n'écartent pas la piste "terroriste".

Cette agression a fait plusieurs blessés dont huit, y compris un enfant, ont été transportés à l'hôpital, ont précisé les services de secours. Les ambulances de Nouvelle-Galles du Sud ont indiqué à l'AFP qu'un homme avait été abattu par la police, et qu'il s'agissait vraisemblablement de l'agresseur.

La tragédie s'est produite dans le vaste complexe commercial Westfield Bondi Junction, qui était bondé de clients samedi après-midi. Des témoins ont décrit des scènes de panique, les clients courant pour se mettre à l'abri et la police essayant de sécuriser la zone.

Des images des caméras de sécurité diffusées par les médias locaux montrent un homme courant dans le centre commercial, un grand couteau à la main, et des personnes blessées gisant sur le sol.

"Les premières pensées de tous les Australiens sont avec ceux qui sont affectés et avec leurs proches", a écrit le Premier ministre Anthony Albanese sur le réseau social X (ex-Twitter).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La Chine souhaite "développer" ses relations avec Pyongyang

Publié

le

Le numéro trois chinois Zhao Leji (à gauche) a été accueillie par son homologue nord-coréen Choe Ryong Hae (à droite). (© KEYSTONE/EPA/KCNA)

Le troisième plus haut personnage de l'Etat chinois a affirmé, lors d'une rare visite à Pyongyang, que la Chine souhaite "développer avec succès" ses relations avec la Corée du Nord, ont indiqué samedi des médias officiels nord-coréens.

Président du Comité permanent de l'Assemblée nationale populaire - le Parlement chinois - et membre du Comité permanent du Politburo du Parti communiste, Zhao Leji est en visite en Corée du Nord depuis jeudi pour le 75e anniversaire des relations diplomatiques entre les deux pays. Il est le troisième responsable du pays, après le président Xi Jinping et le Premier ministre Li Qiang.

M. Zhao a rappelé lors d'un discours que "la politique stratégique" de Pékin consistait à "défendre, consolider et développer avec succès" les relations entre Pékin et Pyongyang. La Chine est disposée à "ouvrir un nouveau chapitre" dans les relations d'amitié entre les deux pays, a-t-il insisté.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

DeChambeau, Scheffler et Homa se partagent la tête après 2 tours

Publié

le

Scottie Scheffler est l'un des trois co-leaders du Masters d'Augusta (© KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE)

Les Américains Bryson DeChambeau, Scottie Scheffler et Max Homa se partageaient la tête du Masters d'Augusta à l'issue du deuxième tour vendredi. La légende Tiger Woods a pour sa part passé le cut.

DeChambeau, lauréat de l'US Open 2020, Scheffler, vainqueur du Masters en 2022, et Homa, ont rendu respectivement des cartes de 73, 72 et 71 pour terminer le tour à - 6, avec deux longueurs d'avance sur le Danois Nicolai Hojgaard, seul quatrième.

Sous une brise gênante, Tiger Woods a passé le cut à Augusta pour la 24e fois consécutive, un record. La veille, le "Tigre" avait assuré que "le corps va bien", lui qui à 48 ans se remet d'une opération à la cheville droite subie en avril 2023 et souffre toujours de douleurs liées à son accident de voiture de 2021.

"C'était très difficile (...) C'était un bon défi. J'ai dû reculer plusieurs fois. Je n'avais jamais vécu ça à Augusta avant", a déclaré de son côté Bryson DeChambeau à propos des conditions de jeu de vendredi.

Même son de cloche chez le no 1 mondial Scottie Scheffler, qui s'est néanmoins dit "fier" de son tournoi jusque-là. "J'ai vraiment bien frappé la balle", s'est pour sa part félicité l'invité-surprise Max Homa, lui aussi "fier" de sa performance et de sa gestion du parcours.

Woods 22e

Quant à Tiger Woods, il pointe au 22e rang (+1), fort de son nouveau record, dépassant Gary Player et Fred Couples. "Je vais envoyer un message à Freddy et le titiller un petit peu", s'est amusé le "Tigre", qui participe à son premier Majeur depuis avril 2023 et son opération de la cheville.

Plus bas dans le classement pointe le no 2 Rory McIlroy qui, à + 4 (35e), voit le seul Majeur qui manque à son palmarès s'éloigner encore une fois. Le tenant du titre, l'Espagnol Jon Rahm, qui peut devenir en cas de succès le quatrième joueur à remporter deux Masters consécutifs après Woods, Jack Nicklaus et Nick Faldo, a dégringolé au 44e rang (+ 5).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X