Rejoignez-nous

International

Silicon Valley : retour en Suisse pour les étudiants du camp

Publié

,

le

Retour en Suisse pour les étudiants du Silicon Valley Startup Camp organisé par la BCV. L’aventure Californienne s’est terminée ce week-end.

Les 10 participants ont passé une semaine à San Francisco pour rencontrer différents entrepreneurs et rapporter dans leurs valises un peu de cette culture entrepreneuriale propre à la Silicon Valley. L’état d’esprit de la région est unique à en croire tous ceux qui s’y sont installés. L’entrepreneur bernois Alain Chuard vit depuis plusieurs années aux Etats-Unis. Il a revendu sa startup en 2012 à Google pour 450 millions de dollars. Il nous explique ce qui fait la particularité de la Silicon Valley :

Alain ChuardEntrepreneur, fondateur Wildfire

Après avoir travaillé dans le monde de la banque en Suisse et en France, Cyril Dorsaz s’est installé en 2012 dans la Silicon Valley pour goûter lui aussi à cet état d’esprit si particulier. Comme d’autres, il était avant tout attiré par le mythe :

Cyril DorsazDigital innovation manager, Valora

Aujourd’hui, Cyril Dorsaz travaille pour le groupe suisse Valora. Sa mission est de dénicher en Californie les nouvelles tendances et les technologies exportables en Suisse. Et il n’est pas pressé de revenir travailler sur le vieux continent.

Cyril DorsazDigital innovation manager, Valora

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Apple annonce des outils pour mieux protéger les données clients

Publié

le

Apple promet des outils pour mieux protéger les données, et notamment des nouvelles fonctionnalités pour les clients exposés à l'espionnage, tels qu'élus ou journalistes. (© KEYSTONE/AP/JEFF CHIU)

Apple a présenté mercredi de nouveaux outils pour mieux protéger les données de ses utilisateurs, aussi bien des hackers que des autorités, une annonce qui risque de déplaire aux gouvernements soucieux que les forces de l'ordre puissent accéder à ces données.

Les clients de son service de stockage iCloud pourront bientôt choisir le mode "protection avancée des données", qui crypte 9 types de contenus supplémentaires, dont les photos. Le fabricant de l'iPhone a rappelé que 14 catégories, comme les mots de passe et informations de santé, étaient déjà codées.

Les utilisateurs d'iCloud pourront "protéger la grande majorité de leurs données les plus sensibles avec le chiffrement de bout-en-bout afin qu'elles ne puissent être décryptées que sur leurs appareils de confiance", s'est félicité Ivan Krstic, le responsable des systèmes de sécurité chez Apple, cité dans un communiqué.

"Portes dérobées"

Seuls la boîte mail d'iCloud, les contacts et le calendrier seront exclus de cette technologie de protection intégrale pour conserver l'interopérabilité avec les autres systèmes.

Le géant californien des technologies a déjà recours au chiffrement de bout-en-bout sur sa messagerie iMessage, tout comme WhatsApp (Meta) et d'autres applications de communication. Ce système permet que les messages soient brouillés, et que seuls l'expéditeur et le destinateur aient les "clés" pour les lire.

Mais de nombreux gouvernements, même démocratiques, voient d'un mauvais oeil la démocratisation de ces méthodes sophistiquées.

Aux Etats-Unis et en Europe, ils réclament à demi-mot des "portes dérobées", c'est-à-dire des failles dans ces logiciels, au nom de la lutte contre le terrorisme ou la pédophilie, notamment.

Mais Apple a en partie construit sa réputation sur le respect de la vie privée de ses clients. "Notre détermination à fournir la meilleure sécurité des données au monde est sans failles", a déclaré Craig Federighi, un vice-président du groupe.

Piratages triplés

Le communiqué cite aussi une étude selon laquelle les piratages de données ont triplé entre 2013 et 2021.

La marque à la pomme promet aussi deux autres nouvelles fonctionnalités pour les personnes qui risquent particulièrement d'être espionnées - journalistes, militants des droits humains, élus, etc.

Sur iMessage, ils auront des garanties supplémentaires contre le risque de converser avec des usurpateurs d'identité, promet Apple. Et leur système d'authentification pour déverrouiller leurs appareils sera renforcé, selon le groupe.

En septembre 2021, l'entreprise avait dû réparer en urgence une vulnérabilité informatique que le logiciel Pegasus, de la firme israélienne NSO Group, était capable d'exploiter pour infecter les iPhone.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le parlement péruvien ignore sa dissolution, destitue le président

Publié

le

Le parlement du Pérou a voté mercredi la destitution du président Pedro Castillo, peu après l'annonce par le dirigeant de gauche de la dissolution du Congrès (archives). (© KEYSTONE/AP/MARTIN MEJIA)

Le Parlement du Pérou, dominé par l'opposition, a voté mercredi la destitution du président de gauche Pedro Castillo, ignorant l'annonce de sa dissolution et l'instauration de l'état d'urgence.

Pedro Castillo, au pouvoir depuis juillet 2021, fait l'objet de six enquêtes pour corruption présumée, dont sont également accusés sa famille et son entourage politique.

Sa destitution pour "incapacité morale", retransmise en direct à la télévision, a été approuvée par 101 des 130 parlementaires, dont 80 dans l'opposition. Le débat sur cette motion, initialement prévu à 15H00 (21H00 en Suisse), a été avancé après les annonces du président Castillo.

Sa vice-présidente, élue à ses côtés en 2021 et issue du même parti d'inspiration marxiste (Peru libre), Dina Boluarte, doit être investie à 20H00 GMT (21H00 en Suisse). Elle a dénoncé "un coup d'Etat" du président.

Gouvernement d'exception

Dans un message à la nation prononcé depuis le palais présidentiel et également retransmis à la télévision, Pedro Castillo a déclaré "dissoudre temporairement le Congrès de la République et établir un gouvernement d'urgence exceptionnel", visant à "rétablir l'Etat de droit et la démocratie".

Il a également assuré qu'il voulait "convoquer dans les plus brefs délais un nouveau Congrès doté de pouvoirs constituants pour rédiger une nouvelle Constitution dans un délai ne dépassant pas neuf mois".

Jusqu'à la cmise en place d'un nouveau Parlement, "le gouvernement agira par décrets-lois", a-t-il poursuivi, annonçant également un "couvre-feu national à partir d'aujourd'hui" entre 22h00 et 04h00.

"Le système judiciaire, le pouvoir judiciaire, le ministère public, le conseil national de la justice, la cour constitutionnelle sont déclarés en réorganisation", a-t-il annoncé également, demandant "à toutes les personnes en possession d'armes illégales" de les "remettre à la police nationale dans un délai de 72 heures".

La police nationale "consacrera tous ses efforts à la lutte réelle et efficace contre le crime, la corruption et le trafic de drogue, ce pour quoi elle sera dotée des ressources nécessaires", a-t-il ajouté, appelant les institutions de la société civile "à soutenir ces décisions qui nous permettront de mettre notre pays sur la voie du développement".

"Auto-coup d'Etat"

La vice-présidente Dina Boluarte a dénoncé sur Twitter "un coup d'Etat qui aggrave la crise politique et institutionnelle que la société péruvienne devra surmonter en respectant strictement la loi".

"C'est un coup d'Etat voué à l'échec, le Pérou veut vivre en démocratie", a également réagi Francisco Morales, président de la Cour constitutionnelle, auprès de la radio RPP. "Personne ne doit obéissance à un gouvernement usurpateur", a-t-il ajouté.

Le président Castillo "a violé l'article 117 de la Constitution péruvienne et est dans l'illégalité. C'est un auto-coup d'Etat", a également noté auprès de l'AFP Augusto Alvarez, un analyste politique indépendant.

"Les Etats-Unis exhortent avec force le président Castillo à revenir sur sa tentative de dissoudre le Congrès et à permettre aux institutions démocratiques de fonctionner conformément à la constitution", a écrit sur Twitter l'ambassadrice américaine à Lima, Lisa Kenna.

L'ambassadeur du Pérou auprès de l'Organisation des Etats américains (OEA), Harold Forsyth Mejia, a annoncé sa démission lors d'une réunion du Conseil permanent de l'OEA à Washington. Il a dénoncé "une rupture, pour le moins technique, de l'ordre constitutionnel, ce qui est naturellement un affront très grave au processus constitutionnel au Pérou, à la démocratie au Pérou et à la démocratie dans tous les pays qui font partie de cette organisation".

Deux motions similaires

M. Castillo avait auparavant échappé à deux motions similaires, dont la dernière en mars 2022.

A l'époque, l'opposition l'accusait d'être intervenu dans une affaire de corruption présumée opérée par son entourage et d'avoir commis une "trahison" en se déclarant ouvert à un référendum sur un débouché sur l'océan Pacifique pour la Bolivie voisine, privée d'accès à la mer. Elle lui reprochait également les crises ministérielles à répétition et la formation de quatre gouvernements en huit mois, fait inédit au Pérou.

Il s'agissait alors de la sixième motion de destitution du Parlement péruvien pour "incapacité morale" contre un président en exercice depuis 2017, après Pedro Pablo Kuczynski (droite) en 2018 et Martin Vizcarra (centre) en 2020.

L'éviction de M. Vizcarra avait déclenché des manifestations violemment réprimées qui avaient fait deux morts et une centaine de blessés. Son départ avait conduit le Pérou à avoir trois présidents en cinq jours.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Allemagne: le sélectionneur Hansi Flick maintenu

Publié

le

Hansi Flick reste à la tête de l'équipe d'Allemagne (© KEYSTONE/EPA/Ronald Wittek)

Le sélectionneur allemand Hansi Flick (57 ans) restera en poste jusqu'à l'Euro 2024, organisé en Allemagne. Il a été maintenu malgré l'élimination de la Mannschaft dès le premier tour du Mondial 2022.

"Nous sommes ensemble convaincus que le championnat d'Europe 2024 dans notre pays représente une grande chance pour le football en Allemagne. (...) Nous avons pleinement confiance en Hansi Flick pour relever ce défi", a déclaré le président de la Fédération (DFB), Bernd Neuendorf, à l'issue d'une rencontre à huis clos avec le sélectionneur.

Deux fois sortie au 1er tour

Après une piteuse sortie au 1er tour du Mondial 2018 en Russie alors qu'elle était tenante du titre, l'Allemagne a été éliminée au même stade de la compétition au Qatar. Elle y a obtenu une défaite contre le Japon (2-1), un match nul contre l'Espagne (1-1) et une victoire contre le Costa Rica (4-2).

"Mon équipe et moi envisageons avec optimisme le championnat d'Europe dans notre pays", veut toutefois croire Flick. "En tant qu'équipe, nous pouvons faire beaucoup mieux que ce que nous avons montré au Qatar", assure l'ancien entraîneur du Bayern Munich.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Le plus vieil ADN, découvert au Groenland, a 2 millions d'années

Publié

le

Les fragments du plus vieil ADN du monde proviennent de la partie la plus septentrionale du Groenland, appelée Cap Copenhague. (© KEYSTONE/AP/Svend Funder)

De l'ADN de deux millions d'années, le plus vieux jamais extrait, a été mis à jour à partir de sédiments de l'ère glaciaire au Groenland, une découverte ouvrant un nouveau chapitre pour la paléogénétique, ont annoncé mercredi des scientifiques.

"L'ADN peut survivre pendant 2 millions d'années, ce qui est deux fois plus vieux que l'ADN trouvé précédemment", explique à l'AFP Mikkel Winther Pedersen, l'un des principaux auteurs de l'étude publiée dans la revue scientifique Nature.

Identifiés dans des sédiments, les différents fragments d'ADN proviennent "de la partie la plus septentrionale du Groenland, appelée Cap Copenhague, et (sont) issus d'un environnement que nous ne voyons nulle part sur Terre aujourd'hui", dit-il.

Ils ont été si bien conservés car congelés et retrouvés dans des surfaces qui ont été peu exploitées, poursuit le maître de conférence à l'Université de Copenhague.

"Les rivières (ont transporté) des minéraux et des matières organiques dans l'environnement marin, où ces sédiments terrestres ont été déposés. Et puis, à un moment, il y a environ 2 millions d'années, cette masse terrestre sous l'eau a été soulevée et est devenue une partie du Groenland du Nord", dit-il.

Désert arctique

Cap Copenhague est aujourd'hui un désert arctique. Différents types de dépôts, dont des fossiles de plantes et d'insectes excellemment conservés, y avaient déjà été découverts. Les chercheurs n'avaient pas cherché à établir l'ADN des éléments retrouvés et très peu d'information existait sur l'éventuelle présence d'animaux.

Les travaux des chercheurs, qui ont commencé en 2006, ont permis de brosser un portrait de la région il y a 2 millions d'années.

"Nous avions cet environnement forestier avec des mastodontes, des rennes et des lièvres et avec un grand nombre d'espèces végétales différentes. Nous avons trouvé 102 taxons végétaux différents", relève M. Winther Pedersen.

Selon lui, la présence de mastodonte est particulièrement notable car elle n'avait auparavant jamais été relevée aussi au nord.

Les chercheurs réfléchissent donc sur l'adaptabilité des espèces car il y a deux millions d'années le Groenland - "terre verte" en danois - connaissait des températures supérieures de 11 à 17 degrés à celles d'aujourd'hui mais sous ces latitudes, le soleil ne se couche pas les mois d'été ni ne se lève pendant l'hiver.

"Nous ne voyons cette association d'espèces nulle part ailleurs sur la Terre aujourd'hui", a souligné le spécialiste de paléo-écologie. Cela "fait réfléchir à la plasticité des espèces : la manière dont les espèces sont effectivement en mesure de s'adapter à un climat, à différents types de climats, pourrait être différente de ce que nous pensions auparavant".

Boîte de Pandore

C'est grâce à une technologie novatrice que les chercheurs ont découvert que les 41 fragments étudiés sont plus anciens d'un million d'années que le précédent record d'ADN prélevé sur un os de mammouth sibérien.

Il a fallu déterminer si de l'ADN était caché dans l'argile et le quartz puis qu'il était possible de le détacher du sédiment pour l'examiner.

La méthode utilisée "fournit une compréhension fondamentale de la raison pour laquelle les minéraux ou les sédiments peuvent préserver l'ADN... c'est une boîte de Pandore que nous sommes sur le point d'ouvrir", explique Karina Sand, qui dirige le groupe de géobiologie à l'Université de Copenhague et a participé à l'étude.

Pour M. Winther Pedersen, avec cette découverte, "nous rompons la barrière de ce que nous pensions pouvoir atteindre en termes d'études génétiques".

"On a longtemps pensé qu'un million d'années était la limite de la survie de l'ADN, mais aujourd'hui nous en sommes au double. Et évidemment, cela nous pousse à chercher des sites", ajoute-t-il.

"Il y a plusieurs sites différents à travers le monde qui ont des dépôts géologiques qui remontent aussi loin. Et encore plus loin dans le temps", se félicite le chercheur.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Volkswagen va moderniser son site de Wolfsburg

Publié

le

L'usine de Wolfsburg devrait produire ses premières voitures électriques de modèle ID.3 d'ici l'an prochain, et y être totalement consacrée "dès 2024" (archives). (© KEYSTONE/DPA-Zentralbild/SEBASTIAN KAHNERT)

Le constructeur allemand Volkswagen a annoncé mercredi des investissements conséquents pour adapter son fief de Wolfsburg à la production de véhicules électriques, mais laisse planer le doute sur le projet de construction d'une nouvelle usine.

D'ici 2025, Volkswagen "investit (...) environ 460 millions d'euros (quasiment autant en francs) dans la transformation du site de Wolfsburg en une usine très productive pour l'électrique", a déclaré le groupe dans un communiqué.

L'usine de Wolfsburg, où le géant automobile est installé depuis 1938, devrait produire ses premières voitures électriques de modèle ID.3 d'ici l'an prochain, et y être totalement consacrée "dès 2024".

Le groupe avait également annoncé en début d'année qu'il comptait dépenser près de 2 milliards d'euros dans la construction d'une usine géante, près du site de Wolfsburg, dans le nord de l'Allemagne.

Cette nouvelle installation doit être consacrée au projet de berline "Trinity", future "figure de proue de la flotte électrique de Volkswagen" avec "plus de 700 kilomètres d'autonomie".

Mais des problèmes dans le développement des logiciels pour le nouveau modèle pourraient repousser la livraison des premiers véhicules. Cela rendrait superflu le projet, en laissant du temps pour réaménager l'usine actuelle.

"Une décision sur le lieu à Wolfsburg dans lequel seront assemblées les voitures n'est pas encore prise", a déclaré le second constructeur mondial dans son communiqué, laissant "toujours ouverte l'option d'une nouvelle usine".

Sévèrement secoué par le scandale des moteurs diesel truqués, le deuxième groupe automobile mondial a mis le cap sur l'électrique ces dernières années, moyennant des dizaines de milliards d'euros d'investissement dans la voiture du futur, connectée et à batterie.

"Volkswagen devient synonyme d'électromobilité. Et Wolfsburg fera partie de ce succès", s'est félicité le PDG de la marque VW, Thomas Schäfer, cité dans le communiqué.

Le constructeur réévalue certaines de ses stratégies de transition vers l'électrique depuis l'arrivée en septembre du patron allemand Oliver Blume, qui a succédé à l'Autrichien Herbert Diess parti avant la fin de son mandat sur fond de tensions avec les autres décideurs du groupe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X