Rejoignez-nous

Climat

Turquie: inondations meurtrières dans la zone du séisme

Publié

,

le

Nombre de rescapés du séisme ont été relogés temporairement dans des villages de tentes et de conteneurs en Turquie (image d'illustration). (© KEYSTONE/EPA/YAHYA NEMAH)

Une vingtaine de personnes sont décédées ou portées disparues mercredi dans des inondations qui ont frappé deux provinces du sud-est de la Turquie. Celles-ci étaient déjà affectées par le séisme dévastateur du 6 février, ajoutant à la détresse des rescapés.

Douze personnes ont perdu la vie dans la ville de Sanliurfa, parmi lesquelles cinq Syriens retrouvés morts dans le sous-sol d'un immeuble et deux autres sont décédées dans la province voisine d'Adiyaman, dont un bébé d'un an et demi, a rapporté le ministre de l'Intérieur, Suleyman Soylu.

Cinq personnes sont portées disparues. Plus de 160 secouristes et plongeurs ont été dépêchés dans la région, a précisé le ministre.

Les images vidéo montrent des villes envahies par des eaux torrentielles et boueuses; sur l'une d'elles on voit un homme en costume beige et cravate tenter de se maintenir en surface alors qu'il est emporté à vive allure par les flots bruns.

La province d'Adiyaman et celle, voisine, de Malatya, durement frappées par les pluies ont été parmi les plus touchées et ont subi d'importantes destructions lors du séisme.

Au moins une des victimes décédées à Adiyaman se trouvait à l'intérieur d'un conteneur transformé en hébergement d'urgence quand elle a été prise au piège par les eaux, selon l'agence officielle Anadolu.

Sur une des vidéos tournée dans la province de Malatya, le niveau de l'eau a monté autour des tentes blanches où sont réfugiés des rescapés du séisme.

Logements temporaires

Quelque deux millions de rescapés du séisme ont été logés de façon temporaire dans des villages de tentes et de conteneurs dans les onze provinces turques touchées par le séisme.

Selon le gouvernorat de Sanliurfa et des images diffusées par la chaîne privée NTV, les pluies torrentielles ont également envahi le rez-de-chaussée de l'un des principaux hôpitaux de la province, dont une unité de soins intensifs, obligeant les médecins à transférer des patients.

Les images montrent des avenues de Sanliurfa, grande ville située à 50 kilomètres à vol d'oiseau de la frontière syrienne, transformées en torrents brunâtres charriant un chaos de voitures et camions.

La secousse du 6 février a fait près de 48'500 morts et affecté 13,5 millions de personnes, soit près d'un sixième de la population turque, selon le dernier bilan des autorités.

En campagne pour sa réélection le 14 mai, le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui se trouvait de nouveau dimanche dans la zone du tremblement de terre qu'il a fréquemment visitée, a promis mercredi de construire au plus vite 650'000 logements dans les provinces affectées par le séisme.

"Au-delà des opérations de secours, de l'aide d'urgence et des abris temporaires que nous avons fournis jusqu'à présent, nous promettons à notre nation de restaurer les villes détruites lors du tremblement de terre d'ici un an", a-t-il dit dans un discours devant les députés de son parti, réitérant une promesse faite au lendemain du désastre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Climat

Inondations: nouvelles pluies prévues, contre-la-montre engagé

Publié

le

Dégâts dus aux pluies à Qingyuan, dans la province du Guangdong. (© KEYSTONE/AP)

Les habitants touchés par de graves inondations survenues dans le sud de la Chine tentent mercredi de sauver leurs biens des eaux boueuses. Cela à l'approche de nouvelles pluies torrentielles contre lesquelles les autorités locales ont mis en garde la population.

Des pluies torrentielles frappent depuis jeudi la province méridionale du Guangdong. Quatre personnes ont perdu la vie et plus de 100'000 habitants ont été évacués.

Les importantes inondations sont très inhabituelles en cette période de l'année dans cette région verdoyante et subtropicale. Selon un haut responsable, celles-ci ont un lien avec l'aggravation du changement climatique.

Zone touristique touchée

Dans le village de Shatang, la montée des eaux a touché une zone touristique composée de bungalows. Du personnel et des membres du gouvernement local aident à déblayer la boue dans les rues, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Certaines chambres ont été inondées et on est en train de nettoyer toute la boue, ça prendra deux-trois jours encore je pense. On devrait être de nouveau prêts à accueillir des clients pour les congés du 1er-Mai", explique Liu Yongqi, 25 ans, la codirectrice générale de Shatang Moonview Homestay.

Le complexe hôtelier propose des grillades en plein air, du camping de luxe ou encore de la pêche.

"L'eau est vraiment montée très haut ces derniers jours, la route était inondée et pendant cinq jours, on ne pouvait rejoindre le reste du village qu'en petit bateau à moteur", explique-t-elle en montrant à l'AFP des vidéos qu'elle a prises sur son téléphone. "Heureusement, on avait de toute façon suffisamment de provisions ici."

"Dégâts importants"

Le petit lac à proximité a débordé, engloutissant ou déracinant de nombreux arbres, dont certains gisent dans la boue sous une écrasante chaleur humide. Non loin de là, des chaises, des cuvettes de toilettes et des morceaux de tôle sont éparpillés.

Des employés travaillent à réparer une yourte en bois utilisée pour des repas collectifs, tandis que d'autres, armés de balais et vêtus de bottes imperméables, nettoient le terrain sur lequel se tiennent les bungalows.

"Les dégâts sont importants", observe Liu Shaofei, 53 ans, père de Liu Yongqi et autre codirecteur général des lieux. "Nous faisons encore une évaluation. Mais heureusement nous sommes assurés", dit-il à l'AFP.

Nouvelles précipitations attendues

Les autorités ont mis en garde contre de nouvelles pluies violentes dans la province du Guangdong de mercredi soir à vendredi. Jusqu'à 240 millimètres de pluie sont attendus dans de nombreuses parties du territoire et même jusqu'à 300 millimètres dans plusieurs localités.

Des responsables ont également averti la population de ne pas propager de "rumeurs" sur d'éventuelles pénuries ou montée des prix des produits de première nécessité.

"Afin de renforcer la gestion des prix du marché lors de la saison des inondations (...) ne fabriquez pas et ne diffusez pas d'informations au sujet d'une montée des prix, de chaînes d'approvisionnement limitées ou d'augmentations importantes de la demande sur le marché", a déclaré l'autorité de régulation du marché régional dans un avis diffusé mardi soir.

Inédit depuis les années 50

La province du Guangdong, emblématique de la puissance manufacturière chinoise avec ses dizaines de milliers d'usines tournées vers l'export, compte quelque 127 millions d'habitants.

Plusieurs zones de la province n'ont pas connu d'inondations aussi graves si tôt dans l'année depuis le début des relevés dans les années 1950, selon les médias d'Etat.

Le réchauffement s'intensifie

"L'intensification du changement climatique" a accru la probabilité de ce type de précipitations qui, généralement, ne surviennent qu'en été, a déclaré Yin Zhijie, prévisionniste en chef en matière d'hydrologie au ministère des Ressources hydriques, mardi à la Radio nationale de Chine.

La Chine est le plus important émetteur de gaz à effet de serre contribuant au changement climatique. Elle a promis de réduire ses émissions et d'atteindre la neutralité carbone d'ici à 2060.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Les vignerons vaudois sur le qui-vive face au gel

Publié

le

Les vignerons vaudois sont inquiets à cause du gel (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les vignerons vaudois sont inquiets face aux gelées nocturnes qui touchent actuellement la Suisse romande. En raison de la surface des cultures, aucune mesure d'urgence ne peut être entreprise.

"Nous sommes tous inquiets, on frise le code un peu partout", a déclaré François Montet, président de la Fédération vigneronne vaudoise, lundi à Keystone-ATS. "Dans le meilleur des cas nous serons juste au-dessus du zéro", a-t-il ajouté.

Un premier épisode de gel vendredi a donné lieu à des "dégâts mineurs" tandis qu’un deuxième épisode a eu lieu dans la matinée. Il est toutefois encore trop tôt pour dire si la vigne a subi des dégâts. "Il faudra attendre quelques jours pour se prononcer".

Les viticulteurs vaudois croisent les doigts pour les prochaines nuits, MeteoNews ayant annoncé des températures minimales autour de 0° ou légèrement inférieures, ainsi que des gelées au sol, pour les nuits à venir et jusqu'à vendredi. La Suisse romande est un peu plus exposée au gel que l'est du pays en raison des éclaircies nocturnes qui y sont plus fréquentes.

"A la merci de la météo"

Les vignerons vaudois ne peuvent entreprendre aucune mesure pour contrer le gel. "L'enfumage par bougies peut marcher dans les fonds de vallées en Valais, mais pas chez nous. En raison de nos surfaces, nous sommes à la merci de la météo", explique François Montet.

Les seules mesures préventives sont à prendre bien à l'avance, au niveau des méthodes de culture. "On peut agir sur la gestion de la hauteur de l’herbe et la hauteur du fil porteur", développe le spécialiste. En effet, comme l'air froid est lourd, plus une branche est proche du sol, plus elle risque de subir des dégâts en raison du gel.

Dans le cas actuel, le fait que les vignes n'aient pas encore été ébourgeonnées pourrait jouer en faveur des viticulteurs. "Suivant le niveau de gel, cela pourrait nous donner une chance, mais si c'est un gros gel, tout va y passer", prévient-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Record de jours de "stress thermique extrême" en Europe en 2023

Publié

le

La Grèce a connu en 2023 le plus grand incendie de forêt de l'histoire du continent, qui a dévasté 96'000 hectares (archives). (© KEYSTONE/EPA ANA-MPA/KOSTAS TSIRONIS)

L'Europe a connu en 2023 un nombre record de jours de "stress thermique extrême", ont indiqué l'observatoire européen Copernicus et de l'OMM lundi. Le "stress thermique extrême" correspond à une température ressentie dépassant l'équivalent de 46 degrés celsius.

Cet indice prend en compte l'effet sur le corps humain de la température combinée à d'autres facteurs (humidité, vent, rayonnement), précise le rapport annuel du service changement climatique de Copernicus, réalisé avec l'Organisation météorologique mondiale (OMM), chargée des questions relatives au temps, au climat et à l'eau.

Outre les canicules, le continent a subi de nombreux phénomènes météorologiques extrêmes au cours de l'année: deux millions de personnes ont été touchées par des inondations ou des tempêtes, des sécheresses sévères ont affecté la péninsule Ibérique et l'est de l'Europe et le plus grand incendie de forêt de l'histoire du continent a dévasté 96'000 hectares en Grèce.

Ces catastrophes ont coûté 13,4 milliards d'euros, à 80% imputables aux inondations lors d'une année marquée par des précipitations très au-dessus de la moyenne, notent les deux institutions.

Impact sanitaire

Leur rapport s'attarde particulièrement sur l'impact sanitaire des canicules, alors que le réchauffement climatique rend les étés de plus en plus chauds et meurtriers sur le continent.

"Nous observons une tendance à la hausse du nombre de jours de stress thermique en Europe et 2023 n'a pas fait exception" avec ce nouveau record, qui n'est toutefois pas quantifié dans le rapport, a déclaré Rebecca Emerton, climatologue à Copernicus.

Pour mesurer ce confort thermique, le C3S et l'OMM se réfèrent à l'indice universel du climat thermique (UTCI en anglais) qui représente la chaleur subie par le corps humain en prenant en compte non seulement la température, mais aussi l'humidité, la vitesse du vent, l'ensoleillement et la chaleur émise par l'environnement, dont l'effet est plus prononcé dans les villes où les matériaux (béton, goudron...) absorbent davantage les rayonnements solaires.

L'indice, exprimé en équivalence d'une "température ressentie" en degrés celsius, comprend dix catégories différentes: du stress froid extrême (au-delà de -40) au stress chaud extrême (plus de 46) en passant par l'absence de stress thermique (entre 9 et 26).

Du jamais vu

Une exposition prolongée au stress thermique augmente le risque de maladie et est particulièrement dangereuse pour les personnes vulnérables.

Le 23 juillet, au plus fort de la canicule, 13% de l'Europe connaissait un degré au moins de stress thermique, du jamais vu. La chaleur extrême a frappé surtout le sud de l'Europe, où la température de l'air a atteint jusqu'à 48,2 degrés en Sicile, soit 0,6 degré de moins que le record continental.

La surmortalité liée à la chaleur en 2023 n'est pas encore connue, mais le rapport rappelle que des dizaines de milliers de personnes sont mortes en Europe au cours des étés étouffants de 2003, 2010 et 2022.

Causé par les émissions de gaz à effet de serre de l'activité humaine, le réchauffement climatique augmente l'intensité, la durée et la fréquence des canicules.

Mesures "bientôt insuffisantes"

Le phénomène est particulièrement visible en Europe, qui se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne de la planète, dont le climat mondial est déjà au moins 1,2 degrés plus chaud qu'avant l'ère industrielle.

Le réchauffement accru en Europe, associé au vieillissement de la population et à l'augmentation du nombre de citadins, aura de "graves conséquences pour la santé publique", ajoute le rapport. "Les mesures actuelles de lutte contre la canicule seront bientôt insuffisantes" pour y faire face.

Au niveau mondial, 2023 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée, sous l'effet du changement climatique accentué par le retour du phénomène cyclique El Niño. La température des océans, qui absorbent 90% de l'excès de chaleur provoqué par l'humanité, se maintient à des chaleurs inédites depuis un an.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Nouvelles inondations en Afghanistan, 29 morts

Publié

le

Maisons endommagées par les inondations dans le district de Ghorband, province de Parwan. (© KEYSTONE/EPA/SHAMRIZ SABAWOON)

De nouvelles inondations ont tué 29 personnes depuis mercredi en Afghanistan. Ce pays était déjà éprouvé par des crues qui ont fait une centaine de morts ces dernières semaines, a annoncé samedi un porte-parole officiel.

"Selon des données préliminaires (...) 29 personnes ont été tuées en raison des pluies et inondations et sept ont été blessées", a annoncé un responsable du Département de la gestion des catastrophes naturelles, Janan Sayeq.

Ces victimes ont été déplorées dans dix provinces du pays dont aucune région n'a été épargnée, a précisé le porte-parole dans une déclaration vidéo. Un millier d'hectares de terres agricoles a été submergé et 72 maisons détruites, a-t-il ajouté.

Plus de 130 morts au total

Depuis le 12 avril, plus de 130 personnes ont ainsi péri dans des inondations en Afghanistan, selon les bilans annoncés successivement par Janan Sayeq.

Quelque 25'000 personnes ont reçu une assistance matérielle et financière du gouvernement et d'organisations internationales au cours du mois écoulé, a-t-il précisé.

Très vulnérable au réchauffement

L'Afghanistan, qui a connu un hiver très sec rendant plus difficile l'absorption des pluies par les sols, est très vulnérable aux bouleversements climatiques.

Ce pays ravagé par quatre décennies de guerre et qui figure parmi les plus pauvres du monde est l'un des plus mal préparés pour faire face aux conséquences du réchauffement climatique, d'après les scientifiques.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poissons

Journée qui pourrait vous réserver une rencontre amoureuse spéciale. Du côté des couples, chacun s’affaire à renouveler ses sentiments pour l’autre…

Les Sujets à la Une

X