Rejoignez-nous

International

Le jury délibère au procès pénal de Donald Trump à New York

Publié

,

le

Même la sainte catholique "Mère Teresa ne pourrait pas balayer ces accusations", a lancé Donald Trump devant le tribunal de Manhattan. (© KEYSTONE/EPA/CHARLY TRIBALLEAU / POOL)

Les douze jurés qui ont entre leurs mains le sort judiciaire de l'ex-président américain Donald Trump ont conclu leur première journée de délibérations mercredi sans trouver de verdict. L'ancien président américain a de nouveau dénoncé une "situation scandaleuse".

Le juge du tribunal de Manhattan, qui préside ce procès aux enjeux extraordinaires, en pleine campagne présidentielle, a ordonné en fin de matinée aux sept hommes et cinq femmes de se retirer à huis clos, après leur avoir demandé de mettre leur côté leurs "opinions personnelles".

Dans l'après-midi, les jurés ont fait savoir qu'ils souhaitaient réentendre ses instructions, une sorte de mode d'emploi juridique de l'affaire, ainsi que des passages de certains témoignages au procès. Le juge leur a alors annoncé que ses lectures auraient lieu jeudi matin et les a libérés de leurs obligations.

Après six semaines de débats où il a souvent été question de sexe, d'argent et de pouvoir, le jury doit répondre à la question de savoir si Donald Trump s'est rendu coupable de 34 falsifications de documents comptables, destinées à cacher un paiement de 130'000 dollars à l'actrice de films pornographiques Stormy Daniels pour éviter un scandale sexuel à la toute fin de sa campagne présidentielle de 2016.

"Mère Teresa"

L'ancien président des Etats-Unis de 77 ans devra revenir au tribunal de Manhattan jeudi, le juge lui ayant interdit de quitter la cour durant toutes les délibérations.

En campagne pour la présidentielle du 5 novembre, contraint depuis la mi-avril de venir chaque jour dans le prétoire, le milliardaire républicain a de nouveau tempêté devant la presse contre "une situation scandaleuse" et dénoncé des "poursuites [pénales] truquées". Même la sainte catholique "Mère Teresa ne pourrait pas balayer ces accusations", a-t-il lancé, une fois que le juge a donné ses instructions aux jurés.

Les jurés sont entrés dans la phase la plus cruciale du procès, après avoir écouté mardi la défense demander un acquittement "vite fait, bien fait", puis les procureurs réclamant sa condamnation pour avoir "subverti la démocratie".

Unanimité des jurés

En cas de réponse positive, la campagne présidentielle de 2024 basculerait dans un scénario sans précédent. Donald Trump pourrait faire appel et quand même se présenter le 5 novembre face à Joe Biden, le président démocrate sortant de 81 ans, mais avec une étiquette de condamné en justice.

Le délibéré des jurés peut prendre plusieurs jours. Il leur faudra être unanimes pour déclarer Donald Trump coupable ou non coupable.

Durant un réquisitoire de cinq heures mardi, le procureur Joshua Steinglass a tenté une dernière fois de convaincre les jurés que derrière les falsifications comptables, "le coeur de cette affaire, c'est un complot et une dissimulation" pour gagner la présidentielle de novembre 2016 contre Hillary Clinton, en payant pour cacher des informations aux électeurs.

L'argent avait servi à acheter le silence de Stormy Daniels sur une relation sexuelle qu'elle affirme avoir eue en 2006 avec le milliardaire, alors qu'il était déjà marié avec son épouse Melania, un épisode nié par Donald Trump. La somme avait été versée à l'actrice par Michael Cohen, l'ancien homme de confiance de l'homme d'affaires et dirigeant républicain.

"Complot"

Une fois Donald Trump à la Maison-Blanche, en 2017, Michael Cohen s'était fait rembourser, à l'aide, selon l'accusation, de fausses factures et d'entrées maquillées en "frais juridiques" dans les comptes de la Trump Organization, d'où les poursuites pour falsifications comptables.

Pour la défense, cette thèse ne tient pas. Donald Trump, devenu "chef du monde libre" et occupé à des problèmes bien plus importants, ne connaissait pas les détails de la paperasse quand il a rémunéré son avocat.

Mais pour les procureurs, il y avait bien un "complot" en amont de la campagne pour chasser toute menace de scandale sexuel, quitte à sortir le carnet de chèques pour faire taire des témoins. L'accusation s'appuie sur une réunion qui aurait eu lieu en août 2015 entre Donald Trump, Michael Cohen et le patron d'un tabloïd américain, David Pecker.

Mercredi, les jurés ont demandé à réentendre des passages du témoignage de David Pecker.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Euro 2024: la Belgique se reprend, gros suspense dans le groupe E

Publié

le

Kevin de Bruyne: la Belgique a retrouvé des couleurs (© KEYSTONE/EPA/RONALD WITTEK)

La Belgique a battu la Roumanie 2-0 à Cologne lors de la 2e journée du groupe E de l'Euro. Les quatre équipes de cette poule comptent ainsi trois points. Tout se décidera donc mercredi.

Une réussite de Tielemans inscrite après... 73 secondes a mis les Belges sur orbite. Le milieu d'Aston Villa a frappé sur un bon ballon en retrait donné par Lukaku. Le capitaine De Bruyne a assuré la victoire à la 80e sur un long dégagement de son gardien Casteels!

Méconnaissable lors de son entrée en lice contre la Slovaquie (0-1), la Belgique a donc retrouvé des couleurs, sous l'impulsion notamment de Kevin de Bruyne et de l'insaisissable Jérémy Doku, qui a martyrisé la défense roumaine.

Nombreuses occasions

Les Diables rouges ont livré un match plein, avec beaucoup d'intensité et d'envie. Leur seul tort a été de ne pas concrétiser davantage leurs nombreuses occasions, par maladresse, mauvais choix ou en raison des prouesses du gardien Nita.

Lors de l'ultime journée, la Belgique affrontera l'Ukraine tandis que la Roumanie sera aux prises avec la Slovaquie. Les quatre pays peuvent encore se qualifier pour les 8es de finale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Des milliers d'Israéliens manifestent contre le gouvernement

Publié

le

Les organisateurs ont estimé à plus de 150'000 personnes le nombre des manifestants samedi. (© KEYSTONE/AP/Leo Correa)

Des dizaines de milliers de manifestants brandissant des drapeaux israéliens et scandant des slogans contre le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu se sont rassemblés samedi à Tel-Aviv. Ils réclament des élections anticipées et le retour des otages.

Des manifestations similaires ont réuni ces dernières semaines des dizaines de milliers de personnes à Tel-Aviv, la plus grande ville d'Israël, pour protester contre la gestion de la guerre à Gaza et l'incapacité du Premier ministre à négocier la libération des dizaines d'otages toujours retenus dans le territoire palestinien.

De nombreux manifestants brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Ministre du crime" et "Arrêtez la guerre".

"Je suis ici parce que j'ai peur de l'avenir de mes petits-enfants. Il n'y aura pas d'avenir pour eux si nous ne nous débarrassons pas de ce gouvernement atroce", a déclaré Shai Erel, un entrepreneur de 66 ans.

Les organisateurs ont estimé à plus de 150'000 personnes le nombre des manifestants samedi, le qualifiant de plus important rassemblement depuis le début de la guerre à Gaza déclenchée par l'attaque sanglante du mouvement islamiste Hamas en territoire israélien, le 7 octobre.

"Mort de la démocratie"

Certains manifestants se sont allongés sur le sol couvert de peinture rouge sur la place de la Démocratie de la ville pour protester contre ce qu'ils considèrent comme "la mort de la démocratie" dans le pays sous M. Netanyahou.

S'adressant à la foule, Yuval Diskin, ancien chef de l'agence de sécurité intérieure israélienne Shin Bet, a qualifié M. Netanyahou de "pire Premier ministre d'Israël".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Euro 2024: large victoire du Portugal contre la Turquie

Publié

le

Bruno Fernandes inscrit le troisième but portugais (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHER NEUNDORF)

Le Portugal a déjà assuré son passage en 8es de finale de l'Euro 2024. Mieux encore, la Seleçao est certaine de finir en tête du groupe F après sa victoire 3-0 à Dortmund face à la Turquie.

La sélection dirigée par Roberto Martinez a jeté les bases de son succès en première période. Bernardo Silva a ouvert le score après un bon travail de Nuno Mendes (21e) avant qu'un incroyable autogoal de Samet Akaydin n'assomme encore davantage les Turcs (28e).

Ceux-ci ont évolué de manière bien moins impressionnante que face à la Géorgie, peut-être aussi parce que Vincenzo Montella avait remanié son onze de départ avec quatre changements. L'absence du prodige Arda Güler (entré à la 70e), notamment, a suscité une certaine perplexité.

Grossière erreur

Les Portugais, dont la défense a fait merveille, ont encore enfoncé le clou à la 56e, après une nouvelle grossière erreur de la défense adverse. Cristiano Ronaldo, altruiste, a pu servir Bruno Fernandes pour le 3-0 qui a mis définitivement un terme aux illusions de la Turquie, malgré le bruyant soutien de ses nombreux fans présents dans le stade.

Le Portugal compte six points en deux matches et pourra donc aborder la dernière journée de la phase de groupes, mercredi contre la Géorgie, l'esprit totalement libre. Pour leur part, les Turcs (3 points), affronteront la Tchéquie (1) avec la certitude de se qualifier s'ils évitent la défaite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Suisse - Allemagne: Murat Yakin cache ses intentions

Publié

le

Murat Yakin cache son jeu avant le match face à l'Allemagne (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Si Julian Nagelsmann reconduira le même onze que lors des deux premiers matches de l'Allemagne à l'Euro, Murat Yakin cache son jeu.

Le Bâlois n'a rien dit sur ses intentions pour le match de dimanche face à la "Mannschaft".

"Tous les joueurs sont à ma disposition. La problématique des cartons jaunes n'entre pas en ligne ce compte, a-t-il souligné samedi en conférence de presse. "Il n'y aura pas d'impasse. Tous les postes sont doublés. Nous pourrons faire face à n'importe quelle situation."

On n'est cependant pas obligé de le croire. Silvan Widmer, Ricardo Rodriguez, Remo Freuler et Vincent Sierro sont sous la menace d'une suspension pour le huitième de finale s'ils écopent d'un avertissement dimanche. Les titulariser dimanche comporte un risque qui semble démesuré.

"Je ne regarde pas au-delà du match contre l'Allemagne", affirme Murat Yakin. "Nous allons vivre un grand match. Nous l'attendons depuis des mois. Nous aimerons apporter de la fierté à nos fans qui seront présents à Francfort pour nous soutenir comme ils l'ont fait merveilleusement lors des deux matches à Cologne. Nous voulons aussi que le pays soit fier de cette équipe de Suisse. Cela sera surtout une question de prestige. Même si notre qualification n'est pas formellement acquise, notre position est enviable. Nous avons pris quatre points. Nous les avons mérités", glisse-t-il.

L'avantage du terrain...

"Nous n'avons pas l'obligation de battre l'Allemagne pour rester dans le tournoi, poursuit-il. Nous pourrons ainsi jouer l'esprit libre. Nous mesurons tous le potentiel des Allemands. Cette équipe s'est développée d'une manière remarquable ces derniers mois. Mais nous n'allons pas nous cacher. Uniquement défendre n'est pas une option. Nous avons les qualités pour perturber leur jeu."

Comme Julian Nagelsmann, Murat Yakin déplore, bien sûr, l'état de la pelouse. "Elle est mauvaise, c'est vrai. Mais comme nous nous sommes entraînés une semaine à Stuttgart sur un terrain qui était déjà loin d'être parfait, je me dis que nous avons peut-être un petit avantage", sourit-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

Une discussion animée semble inévitable entre vous 2 et chacun devra s’expliquer sur ses propres comportements. Ensuite, nouveau soleil sur le couple…

Les Sujets à la Une

X