Rejoignez-nous

International

22 points et 15 rebonds pour Clint Capela

Publié

,

le

Clint Capela au dunk devant Tyrese Haliburton pour un match fort abouti. (© KEYSTONE/AP/Darron Cummings)

Atlanta et Clint Capela montent en puissance avant le sprint final de la saison. A Indianapolis, les Hawks ont cueilli la victoire qui leur permet - enfin - de présenter un bilan positif.

Atlanta s'est imposé 132-123 devant Indiana pour son 38e succès en 75 matches. Avec ses 22 points et ses 15 rebonds, Clint Capela a été l'un des grands hommes de la soirée. Il n'est, ainsi, resté qu'à un point de son meilleur total de la saison, établi le 26 novembre contre Memphis.

Face à des Pacers qui ont concédé un quatrième revers de rang et qui n'ont plus rien à espérer de cette saison, les Hawks ont forcé la décision d'entrée de jeu. Ils ont remporté 44-30 le premier quarter avant de contrôler très aisément la suite des opérations.

Victorieux désormais de sept de ses dix derniers matches, Atlanta (38 victoires/37 défaites) occupe toujours la dixième place de la Conférence Est. Mais l'écart qui le sépare de Brooklyn (39/36) et de Charlotte (39/37) est de plus en plus mince.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

L'Ukraine s'attend à une détérioration sur le front vers la mi-mai

Publié

le

Kiev craint désormais une offensive estivale russe encore plus puissante. (© KEYSTONE/AP/Petr David Josek)

La situation sur le front ukrainien va empirer autour de la mi-mai et début juin, qui sera une "période difficile", a prévenu lundi le chef du renseignement militaire ukrainien Kyrylo Boudanov, sur fond de craintes d'une nouvelle offensive russe.

La Russie, qui est à l'initiative depuis l'automne 2023, a revendiqué lundi la conquête d'un village de l'Est ukrainien situé non loin de Vougledar, localité à la jonction des fronts Est et Sud, dont elle cherche à s'emparer depuis deux ans.

"N'allons pas trop dans les détails, mais il y aura une période difficile, à la mi-mai et début juin", a prévenu M. Boudanov, interrogé sur l'état du front, dans une interview au service ukrainien de la BBC. L'armée russe "mène une opération complexe", a-t-il dit.

"Pas catastrophique"

"Nous pensons qu'une situation plutôt difficile nous attend dans un futur proche. Mais il faut comprendre que ce ne sera pas catastrophique", a estimé Kyrylo Boudanov.

"Armageddon ne se produira pas, contrairement à ce que beaucoup disent en ce moment. Mais il y aura des problèmes à partir de la mi-mai", a-t-il ajouté.

L'armée ukrainienne traverse une période délicate, confronté à une pénurie de nouvelles recrues et de munitions en raison de retards importants de livraisons d'aide occidentale, notamment américaine.

En face, les troupes russes, bien plus nombreuses et mieux armées, ne cessent de pousser à l'Est et revendiquent régulièrement la prise de petits villages dans le Donbass. En février, Moscou s'est emparé d'Avdiïvka, une ville forteresse, et vise désormais la cité stratégique de Tchassiv Iar.

Cette cité, perchée sur une hauteur, s'étend à moins de 30 kilomètres au sud-est de Kramatorsk, la principale ville de la région sous contrôle ukrainien, qui est un important noeud ferroviaire et logistique pour l'armée ukrainienne.

Offensive estivale?

Lundi, le ministère russe de la Défense a affirmé avoir "libéré" Novomykhaïlivka, à une trentaine de kilomètres de Donetsk.

Ce village est proche de Vougledar, une cité minière à la jonction des fronts Sud et Est. Début 2023, l'Ukraine était parvenue à y repousser un assaut de l'armée russe, infligeant des pertes humaines importantes.

Kiev craint désormais une offensive estivale russe encore plus puissante. Fin mars, le commandant des forces terrestres ukrainiennes Oleksandre Pavliouk avait jugé "possible" un tel scénario, impliquant un groupe de 100'000 soldats russes.

Le commandant en chef des forces ukrainiennes, Oleksandre Syrsky, a déjà admis mi-avril que la situation sur le front Est s'était "considérablement détériorée" récemment.

Il a affirmé voir une "intensification significative" de l'offensive russe depuis mars, aboutissant à des "succès tactiques".

La grande contre-offensive ukrainienne de l'été 2023 s'était heurtée à de puissantes lignes de défense russes qui ont épuisé les ressources de l'armée ukrainienne, sans permettre de libérer les régions occupées par la Russie.

L'Ukraine fait désormais face aux hésitations de ses alliés occidentaux, même si une aide militaire américaine de 61 milliards, longtemps bloquée, a finalement été votée par la Chambre des représentants des Etats-Unis samedi. Le texte doit encore être adopté par le Sénat puis promulgué par le président Joe Biden.

Kiev espère désormais que l'aide des Etats-Unis pourra atteindre le front très rapidement. Le Kremlin a, lui, jugé que qu'elle ne changerait "rien"

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

TikTok Lite: l'UE menace de suspendre les récompenses "addictives"

Publié

le

TikTok, propriété du groupe chinois ByteDance, a lancé son nouveau service controversé en France et en Espagne fin mars (archives). (© KEYSTONE/AP/Michael Dwyer)

Bruxelles a ouvert lundi une enquête visant la nouvelle application TikTok Lite. L'Union européenne a menacé de suspendre dès jeudi la fonctionnalité du réseau social chinois qui récompense le temps passé devant les écrans au risque d'augmenter l'addiction.

Des pièces virtuelles, convertibles en carte-cadeau, en échange du visionnage de vidéo... TikTok, propriété du groupe chinois ByteDance, a lancé son nouveau service controversé en France et en Espagne fin mars. En poussant à rester connecté, il pourrait renforcer dangereusement la dépendance au réseau social.

La Commission européenne estime que le mécanisme pose "des risques graves pour la santé mentale des utilisateurs". Or, la plateforme n'a pas communiqué à Bruxelles, avant son lancement, une évaluation des risques, conformément à ses obligations dans le cadre de la nouvelle législation sur les services numériques (DSA).

C'est pourquoi l'exécutif européen s'apprête à imposer une suspension du programme de récompenses. "Avant de l'adopter formellement, il a été accordé à TikTok un délai jusqu'au (mercredi) 24 avril pour fournir les arguments de sa défense".

Mise en garde

La Commission européenne avait lancé une première mise en garde le 17 avril, en demandant à la plateforme de fournir sous 24 heures une évaluation des risques liés à ce déploiement et de détailler les moyens mis en oeuvre pour les réduire. Mais "TikTok n'a pas fourni le document dans les délais", a expliqué la Commission dans un communiqué.

"Les flux incessants de vidéos courtes et rapides peuvent sembler amusants, mais ils exposent nos enfants à des risques d'addiction, d'anxiété, de dépression, de troubles alimentaires, de réduction des capacités d'attention", a estimé le commissaire européen au Numérique Thierry Breton.

"Nous soupçonnons TikTok 'Lite' d'être aussi toxique et addictif que les cigarettes 'light'", a-t-il dit, cité dans le communiqué. "Nous ne ménagerons aucun effort pour protéger nos enfants", a-t-il mis en garde.

TikTok devra fournir ce mardi au plus tard son rapport d'évaluation des risques et répondre à d'autres questions d'ici au 3 mai.

Amendes et astreintes

Faute de réponse dans les délais, la Commission pourra imposer des amendes allant jusqu'à 1% du chiffre d'affaires mondial annuel du groupe et des astreintes pouvant atteindre 5% du chiffre d'affaires quotidien.

TikTok Lite récompense les utilisateurs avec des jetons s'ils se connectent quotidiennement pendant dix jours, s'ils passent du temps à regarder des vidéos (avec une limite de 60 à 85 min par jour) et s'ils font certaines actions, comme aimer des vidéos et suivre des créateurs de contenus. Ces pièces sont ensuite échangeables contre des cartes-cadeaux sur des sites partenaires, comme Amazon.

Le réseau social a rappelé à plusieurs reprises que seules les personnes âgées de 18 ans ou plus pouvaient collecter des points et qu'il appliquait des procédures pour s'assurer de l'âge des utilisateurs. Un selfie avec une pièce d'identité, un selfie vidéo ou une autorisation de carte bancaire est ainsi nécessaire pour convertir les pièces en bons d'achat, a indiqué TikTok à l'AFP.

Mais, pour les experts, les risques de contournement semblent évidents.

"Dérive contestable"

La secrétaire d'Etat française chargée du Numérique, Marina Ferrari, a fait part de "son inquiétude" dès le lancement de TikTok Lite. Ses services étudient "avec la plus grande attention les mécanismes de l'interface" qualifiés "de dérive contestable" au moment où la France a entamé une réflexion sur le temps d'écran, en particulier chez les jeunes.

Avec ses clips vidéo souvent dansants ou musicaux, TikTok, qui a séduit plus de 1,5 milliard d'utilisateurs dans le monde, est accusé depuis plusieurs années aux Etats-Unis et en Europe de susciter des comportements de dépendance chez les adolescents.

La plateforme chinoise était déjà sous le coup d'une enquête de la Commission, ouverte en février, pour des manquements présumés en matière de protection des mineurs dans le cadre du DSA. Les manquements présumés, avant même le lancement de TikTok Lite, concernaient déjà la gestion des risques liés à la conception addictive et au contenu nocif du réseau social, mais aussi la transparence de la publicité, et l'accès aux algorithmes pour les chercheurs.

La Commission, qui joue désormais le rôle de gendarme du numérique dans l'UE, est dotée d'un pouvoir de contrôle et de sanction à l'égard des contrevenants.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Donald Trump accusé de "complot" pour "truquer" l'élection de 2016

Publié

le

"C'est un simulacre" de procès, a dénoncé Donald Trump. (© KEYSTONE/AP/Stefan Jeremiah)

Donald Trump a fomenté un "complot" pour "truquer" l'élection présidentielle de 2016, ont accusé lundi les procureurs au premier jour des débats de son procès historique à New York, portant sur des paiements pour étouffer des affaires embarrassantes.

Lors du premier acte de ce procès pénal sans précédent d'un ancien président des Etats-Unis, l'accusation a d'emblée voulu poser les enjeux de l'affaire devant le jury.

Donald Trump a "orchestré un complot criminel pour fausser l'élection présidentielle de 2016", puis "il a menti dans des documents comptables encore et encore" pour le "dissimuler", a accusé l'un des procureurs de Manhattan, Matthew Colangelo, sous les yeux du milliardaire républicain et des 12 jurés qui décideront de son sort judiciaire.

"C'est de la fraude électorale, purement et simplement", a-t-il insisté, alors que Donald Trump comparaît pour 34 falsifications de documents comptables de son entreprise, la Trump Organization. L'accusation veut montrer que l'affaire va bien au-delà.

Selon les procureurs, ces faux présumés ont permis de dissimuler, sous couvert de "frais juridiques", le paiement par l'ancien avocat de Donald Trump, Michael Cohen, de 130'000 dollars à l'actrice Stormy Daniels en échange de son silence sur une relation sexuelle dix ans plus tôt avec le milliardaire républicain, alors qu'il était marié à son épouse Melania.

"C'était des mensonges", L'avocat de Donald Trump, Michael Cohen, "n'était pas payé pour ses services. Le prévenu était en train de le rembourser", a asséné le procureur, pendant que Donald Trump regardait droit devant lui.

"Jour triste"

Le candidat des républicains à la présidentielle de 2024 était arrivé au tribunal un peu plus tôt en dénonçant comme à son habitude "une chasse aux sorcières" et une opération politique menée depuis la Maison Blanche.

"C'est un jour très, très, triste pour l'Amérique", a-t-il lancé avant d'entrer dans la salle d'audience.

L'affaire menace Donald Trump d'une condamnation et d'une possible peine de prison à quelques mois du scrutin présidentiel du 5 novembre, où il rêve d'une revanche face à Joe Biden.

Donald Trump a toujours démenti avoir eu une relation avec Stormy Daniels, et pour sa défense, qui devait prendre la parole après le procureur, les paiements relèvent de la sphère privée.

Mais l'accusation entend prouver qu'il s'agit au contraire de manoeuvres frauduleuses pour cacher des informations aux électeurs quelques jours avant le vote et la victoire serrée du républicain contre Hillary Clinton.

Plusieurs témoins devraient dévoiler les dessous de la campagne et raconter que d'autres accusations embarrassantes avaient été étouffées grâce à la complicité d'un tabloïd américain qui achetait les informations pour ne pas les publier.

Crédibilité

Les jurés seront confrontés, entre autres, aux témoignages de Stormy Daniels elle-même, ou de l'ancien avocat de Donald Trump, Michael Cohen, devenu l'un de ses pires ennemis. C'est lui qui avait payé l'actrice - à la demande de son patron, assure-t-il - avec ses propres deniers, et il a déjà été condamné par la justice dans cette affaire.

La défense compte pilonner la crédibilité de ce témoin, également condamné pour mensonges devant le Congrès.

Donald Trump fustige un dossier vide et dénonce une persécution politique en multipliant les invectives contre le juge Juan Merchan et le procureur Alvin Bragg. Les procureurs ont aussi demandé au juge de le sanctionner pour avoir violé l'interdiction de s'en prendre aux témoins et aux jurés, une question qui sera débattue mardi.

La présence obligatoire de Donald Trump à ses audiences l'empêche de mener campagne normalement, pendant que son rival Joe Biden tente de marquer des points en labourant le terrain. Samedi, le républicain a dû annuler un meeting en Caroline du Nord à cause du mauvais temps.

Les enjeux sont d'autant plus importants que ce procès pourrait être le seul à se conclure avant la présidentielle, parmi les quatre affaires pénales qui visent Donald Trump.

Il est accusé notamment devant la justice fédérale, à Washington, de "complot contre les institutions américaines" pour ses tentatives présumées illicites d'inverser les résultats de l'élection de 2020.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Nombre "stupéfiant" de travailleurs face à des risques accrus en raison du réchauffement

Publié

le

Près de 23 millions d'accidents du travail attribués à une chaleur excessive sont signalés chaque année, coûtant environ 19'000 vies par an, selon l'OIT. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Un nombre "stupéfiant" de travailleurs sont exposés à un cocktail toxique de risques pour la santé liés au réchauffement climatique. Et ils ne sont pas assez protégés par les réglementations existantes, alerte lundi l'ONU.

Le réchauffement provoqué par les activités humaines a déjà de lourdes conséquences sur la santé et la sécurité des travailleurs du monde entier, souvent les premiers à en subir les conséquences les plus néfastes, met en garde l'Organisation internationale du travail (l'OIT) dans un rapport intitulé "Assurer la sécurité et la santé au travail à l'heure du changement climatique".

"Un nombre stupéfiant de travailleurs sont déjà exposés aux risques liés au changement climatique sur leur lieu de travail, et ces chiffres ne feront probablement qu'empirer", souligne l'OIT.

La chaleur excessive est la menace la plus immédiatement perceptible. Selon l'OIT, ce sont quasiment 71% de la main-d'oeuvre mondiale ou 2,4 milliards de travailleurs qui sont susceptibles d'être exposés à une chaleur excessive à un moment ou à un autre de leur travail, explique l'organisation, qui se base sur des données de 2020. Vingt-ans plus tôt, la proportion était de 65,5%.

Rayons UV, pollution, maladies

Outre la chaleur excessive, les ouvriers agricoles, les cantonniers, ouvriers du bâtiment et autres personnes qui effectuent des travaux pénibles dans des climats chauds en particulier peuvent être exposés à un cocktail de dangers, indique le rapport: rayons UV, pollution de l'air, les maladies à transmission vectorielle (paludisme ou dengue par exemple dont l'aire géographique est influencée par le réchauffement) et les produits agrochimiques.

Les personnes travaillant dans des environnements intérieurs chauds ou dans des espaces clos mal ventilés courent également un risque important.

"Pas le choix"

"Les travailleurs sont parmi les plus exposés aux risques liés au changement climatique et pourtant, ils n'ont souvent d'autre choix que de continuer à travailler, même si les conditions sont dangereuses", indique le rapport.

"C'est un problème énorme", a renchéri Manal Azzi, responsable de l'équipe Sécurité et santé au travail de l'OIT, avertissant que "les travailleurs sont souvent oubliés lorsque nous parlons du changement climatique, et que les impacts sur la santé sont très graves".

Déjà environ 19'000 morts par an

Près de 23 millions d'accidents du travail attribués à une chaleur excessive sont signalés chaque année, coûtant environ 19'000 vies par an, selon l'OIT.

Le rapport "note que de nombreux problèmes de santé chez les travailleurs ont été liés au changement climatique, notamment le cancer, les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires, les dysfonctionnements rénaux et les problèmes de santé mentale".

Par exemple, l'OIT estime que 1,6 milliard de travailleurs dans le monde seraient exposés chaque année aux rayons ultraviolets du soleil, avec plus de 18'960 décès annuels liés au travail dus à un cancer de la peau autre que le mélanome.

Le même nombre de personnes est exposé à la pollution sur le lieu de travail, ce qui entraînerai jusqu'à 860'000 décès chaque année parmi ceux qui travaillent à l'extérieur.

Pesticides: plus de 300'000 décès par an

En outre, plus de 870 millions de travailleurs agricoles sont susceptibles d'être exposés aux pesticides, et plus de 300'000 décès sont attribués chaque année à des intoxications aux pesticides.

"Il est clair que le changement climatique crée déjà des risques sanitaires supplémentaires importants pour les travailleurs", a déclaré Mme Azzi.

"Un droit fondamental"

"Il est essentiel que nous tenions compte de ces avertissements. Les considérations en matière de sécurité et santé au travail doivent faire partie intégrante de nos réponses au changement climatique, qu'il s'agisse de politiques ou d'actions", insiste-t-elle.

"Travailler dans un environnement sûr et sain est reconnu comme l'un des principes et droits fondamentaux au travail de l'OIT. Nous devons respecter cet engagement dans le cadre du changement climatique, comme dans tous les autres aspects du travail", explique encore Mme Azzi.

L'OIT estime que l'évolution et l'intensification des risques liés au changement climatique pourraient obliger les pays à réévaluer la législation existante ou à créer de nouvelles réglementations et orientations pour garantir que les travailleurs soient correctement protégés.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Tout ce qui concerne vos projets est influencé positivement. Ce lundi est propice pour parapher un contrat ou prendre un nouvel engagement.

Les Sujets à la Une

X