Rejoignez-nous

International

Accord de principe pour six courses sprint qualificatives en 2022

Publié

,

le

Davantage de courses sprint pour Lewis Hamilton et les autres pilotes de F1 (© KEYSTONE/AP/Nick Didlick)

"En principe, nous avons convenu avec les équipes d'avoir 6 courses sprint qualificatives l'année prochaine", après 3 essais en 2021. C'est ce qu'a indiqué le directeur sportif de la F1, Ross Brawn.

Dans ce nouveau format de Grand Prix, les qualifications classiques (c'est-à-dire au chrono sur un tour) sont avancées du samedi au vendredi. Leur résultat définit la grille de départ d'une première course sprint d'environ 100 km (soit 30 minutes) le samedi, dont le classement détermine à son tour la grille de la course principale (de 300 km) le dimanche.

Inauguré à Silverstone en juillet et Monza en septembre, ce format sera de nouveau en vigueur au Brésil du 12 au 14 novembre. Après ce troisième essai se posera la question de l'améliorer en 2022 (où 23 GP sont au programme) et au-delà.

"Notre point de vue est que nous devrions prendre des mesures progressives plutôt que radicales l'an prochain", poursuit Brawn. "En partie parce que nous aurons de nouvelles voitures et que nous avons devons d'abord mesurer l'impact" de ce changement de règlement technique. "Plusieurs choses sont sur la table des discussions", assure le dirigeant.

D'abord, attribuer statistiquement la pole position au plus rapide des qualifications, et non au vainqueur du sprint.

Ensuite, augmenter le nombre de points attribués lors de la course sprint (actuellement 3 pour le premier, 2 pour le deuxième et 1 pour le troisième) "afin qu'il y ait plus d'incitation à courir (...) sans pour autant avoir trop d'influence sur le championnat" (il propose un tiers des points distribués le dimanche).

A plus long terme, se pose la question de conserver ce format de course sprint mais qu'il ne soit plus qualificatif. Dans ce scénario, les qualifications (le vendredi ou le samedi) détermineraient la grille de départ du Grand Prix le dimanche. Une course sprint supplémentaire, dont la grille de départ pourrait être l'ordre inversé du classement des pilotes, serait organisée le vendredi ou le samedi.

Concernant la réception - qui apparaît mitigée - de l'expérimentation engagée cette saison, Brawn estime que, "du point de vue du public, nous avons eu une bonne réaction".

"Les fans dévoués n'ont pas encore été convaincus, admet-il. Mais il semble que nous ayons attiré un public plus jeune et moins fidèle avec les qualifications sprint."

Ceux-ci "trouvent que suivre ce qui se passe le vendredi vaut dorénavant le coup", explique le directeur sportif de la F1. Un avis partagé, d'après lui, par les pilotes, qui trouvent que ces vendredis sont "super."

Quant aux promoteurs de GP, ils seraient tous candidats pour organiser une course sprint. "Il n'y a aucun inconvénient pour eux car le vendredi devient une journée à enjeu", rappelle Brawn.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

A l'ONU, Lavrov accuse l'Occident d'une russophobie "grotesque"

Publié

le

A la tribune de l'ONU, le ministre des affaires étrangères russe Sergueï Lavrov a accusé l'Occident de faire preuve d'une "russophobie sans précédent" (archives). (© KEYSTONE/AP Pool Reuters/EDUARDO MUNOZ)

Le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov a dénoncé samedi à la tribune des Nations unies la "russophobie sans précédent" et "grotesque" de l'Occident.

"La russophobie officielle en Occident est sans précédent, son ampleur est grotesque", a-t-il déclaré lors de l'Assemblée générale de l'ONU.

"Ils n'hésitent pas à déclarer leur intention non seulement d'infliger une défaite militaire à notre pays, mais aussi de détruire la Russie", a-t-il ajouté, ironisant sur les condamnations des "référendums" d'annexion en cours dans plusieurs régions d'Ukraine sous contrôle russe, s'en prenant plus directement aux Etats-Unis.

"En se déclarant victorieux de la Guerre froide, Washington s'est érigé quasiment en envoyé de Dieu sur Terre, sans aucun devoir, mais avec le droit sacré d'agir avec impunité n'importe où et n'importe quand", a déclaré M. Lavrov, estimant que les Américains "(essayaient) de faire de l'ensemble du monde leur arrière-cour".

Il a également défendu les "référendums" d'annexion, décrivant des populations récupérant "la terre où leurs ancêtres ont vécu pendant des centaines d'années".

Et "maintenant l'Occident pique une crise", a-t-il ironisé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Haris Seferovic sur le banc

Publié

le

Haris Seferovic sur le banc à Saragosse. (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Murat Yakin a réservé une surprise de taille à Saragosse. Le sélectionneur a, en effet, laissé Haris Seferovic sur le banc pour titulariser Ruben Vargas pour affronter l'Espagne.

Ce choix est surprenant dans la mesure où le Lucernois n'a encore jamais été titulaire cette saison à Augsbourg. Il évoluera à la gauche de l'attaque aux côtés de Breel Embolo, qui tiendra l'axe, et de Xherdan Shsqiri. En ligne médiane, le choix de Murat Yakin s'est porté sur Djibril Sow. En manque cruellement de temps de jeu depuis un mois, Denis Zakaria prendra place sur le banc.

A noter que Yann Sommer honorera à Saragosse sa 75e sélection. Le Bâlois avait fait ses grands débuts le 30 mai 2012 à Lucerne lors d'un match amical perdu 1-0 contre la Roumanie.

Dans le camp adverse, l'Espagne s'appuiera sur le trio du FC Barcelone formé par Gabi, Sergio Busquets et Pedri, pour diriger le jeu en ligne médiane.

La Suisse évoluera ce soir dans la composition suivante: Sommer; Widmer, Elvedi, Akanji, Rodriguez; Freuler, Xhaka, Sow; Shaqiri, Embolo, Vargas.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

La pierre tombale d'Elizabeth II officiellement dévoilée

Publié

le

La pierre tombale de la reine Elizabeth II se trouve au mémorial George VI. (© Keystone/PA Media/Royal Collection Trust/The Dean)

La pierre tombale de la reine Elizabeth II a été officiellement dévoilée samedi, avec la publication d'une photo par le palais de Buckingham, cinq jours après son inhumation à la chapelle Saint-Georges du château de Windsor.

Située plus précisément au mémorial George VI, père d'Elizabeth II mort en 1952, la nouvelle pierre porte, comme c'était déjà le cas auparavant, les noms des parents de la reine - le précédent roi et la reine mère Elizabeth (1900-2002) - et désormais de la souveraine inhumée lundi et de son époux Philip (1921-2021).

La dalle, dont des images étaient déjà apparues sur les réseaux sociaux, est faite de marbre noir belge sculpté à la main, incrustée de lettres en laiton, "pour s'harmoniser avec la pierre précédemment installée dans la chapelle", selon le palais de Buckingham.

Décédée le 8 septembre à l'âge de 96 ans, après plus de 70 ans de règne, un record au Royaume-Uni, Elizabeth II a été inhumée lundi lors de somptueuses funérailles d'Etat.

Elle repose désormais à la chapelle Saint-Georges, où, outre les cercueils de ses parents et son époux, reposent également les cendres de sa soeur Margaret.

Vendredi, le palais avait publié une photo du roi Charles au travail, avec une fameuse boîte rouge qui sert pour les communications de documents officiels.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Poutine signe une loi alourdissant les peines pour reddition

Publié

le

Vladimir Poutine a signé samedi une loi durcissant les peines pour les militaires qui refusent de combattre (archives). (© KEYSTONE/EPA/GAVRIIL GRIGOROV/SPUTNIK/KREMLIN POOL)

Le président russe Vladimir Poutine a signé samedi des amendements prévoyant jusqu'à 10 ans de prison pour les militaires qui désertent ou refusent de combattre en période de mobilisation, comme c'est le cas actuellement.

Ces amendements au Code pénal, qui avaient été votés par le Parlement cette semaine, ont été publiés sur le portail légal du gouvernement et sont donc entrés en vigueur.

Ils prévoient notamment des peines allant jusqu'à 10 ans de prison pour les soldats qui désertent, se rendent "sans autorisation" à l'ennemi, refusent de combattre ou désobéissent aux ordres en période de mobilisation. Les actes de pillage sont également punis de peines allant jusqu'à 15 ans de prison.

Ces changements législatifs interviennent alors que la Russie a décrété cette semaine une mobilisation partielle des réservistes pour combattre en Ukraine, où les forces de Moscou ont essuyé des revers ces dernières semaines.

Cet ordre de mobilisation, qui concerne selon les autorités 300'000 personnes, a suscité l'inquiétude de nombreux Russes, certains choisissant de quitter le pays.

Accès facilité à la citoyenneté russe

Au moment où Moscou cherche par tous les moyens à recruter plus d'hommes pour aller au front en Ukraine, M. Poutine a également signé samedi une loi qui facilite l'accès à la nationalité russe pour les étrangers s'engageant dans l'armée.

Selon cette loi, elle aussi publiée sur le portail légal du gouvernement, les étrangers qui rejoignent l'armée pour une durée d'au moins un an pourront demander la nationalité, sans avoir à justifier des cinq ans de résidence sur le territoire russe normalement requis.

Cette mesure semble s'adresser en premier lieu aux immigrés issus des ex-républiques soviétiques d'Asie centrale, qui occupent dans les grandes agglomérations, comme Moscou, les métiers les plus pénibles. Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, a d'ailleurs annoncé mardi l'ouverture prochaine d'un bureau de recrutement au sein même du tentaculaire centre administratif de Sakharovo, lieu de passage obligatoire pour les migrants.

Avant même la signature de la loi par M. Poutine, le Kirghizstan et l'Ouzbékistan avaient appelé cette semaine leurs ressortissants à ne prendre part à aucun conflit.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Nadal renonce à la suite de la Laver Cup

Publié

le

Nadal renonce à la suite de la Laver Cup (© KEYSTONE/AP/Kin Cheung)

Rafael Nadal n'est venu à Londres que pour vivre les adieux de Roger Federer. L'homme aux 22 titres du Grand Chelem s'est en effet retiré de la Laver Cup samedi matin.

Presque aussi ému que le Bâlois lors de la longue cérémonie ayant suivi le double qu'ils avaient disputé - et perdu - côte à côte vendredi soir, Rafael Nadal (36 ans) a décidé de retourner au plus vite auprès de son épouse. Le couple attend la naissance de son premier enfant dans les semaines à venir.

"Les dernières semaines ont été difficiles, je dormais à peine et étais stressé", a expliqué le Majorquin, dont l'épouse a connu des complications durant sa grossesse. "Heureusement, tout va bien désormais, ce qui m'a permis de venir ici", a souligné Rafael Nadal, qui est remplacé par Cameron Norrie au sein de la Team Europe.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Sentimentalement, regardez ce que vous possédez avant de vous engager dans une voie incertaine qui être une impasse.

Les Sujets à la Une

X