Rejoignez-nous

Sport

Hockey sur glace : le GSHC bat le LHC

Publié

,

le

Genève-Servette a dominé Lausanne aux Vernets (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Genève-Servette a remporté le 5e derby lémanique de la saison. Les Aigles ont dominé Lausanne 4-2 aux Vernets grâce à un très bon match de Tanner Richard.

Chaque équipe ou presque possède dans ses rangs un joueur frustrant. Le type de joueur qui semble ne pas exploiter le 100% de son potentiel. A Genève, Tanner Richard entre dans cette catégorie. Lorsque le Canado-Suisse ne se prend pas de bec avec les arbitres et qu'il ne commet pas des pénalités stupides, il fait partie des joueurs les plus électrisants du championnat.

Vexé par la gifle reçue (7-1) le 7 décembre dernier, Tanner Richard a sonné la charge. D'abord à la 33e en offrant le 2-2 à Floran Douay d'une magnifique passe concluant un jeu initié par Tömmernes, puis à la 48e en inscrivant le 3-2 tout seul au milieu de la défense vaudoise, dépassée par la puissance et la technique du top scorer grenat.

La présence de Henrik Tömmernes sur le 2-2 rappelle que Chris McSorley a enfin pu aligner quatre étrangers. En plus des désormais "traditionnels" Martinsson et Winnik, l'Ontarien a réintégré Skille et son défenseur suédois, revenus de blessure. Mais le meilleur dans l'arrière-garde genevoise fut son compatriote Eric Martinsson, impressionnant de solidité.

Lausanne a de son côté commis bon nombre d'imprécisions, notamment en sortie de zone. Plutôt que de dégager le puck, les Vaudois ont trop souvent attendu que Genève leur subtilise la rondelle dans leur propre territoire. Est-ce dû à un excès de confiance ou à une demande de Ville Peltonen de ne pas faire n'importe quoi avec le puck? Le résultat est que les Lions ont souvent remis les Aigles dans le bon sens par une propension à trop en faire. Ne menaient-ils pas 2-1 à la 29e après un but de Tyler Moy, son 5e en neuf matches?

Le LHC a donné le sentiment d'avoir moins faim que les Grenat, d'être moins concerné par le sort de cette rencontre. Les Lausannois ont certes mis la pression sur Descloux dans les ultimes minutes, mais avec une urgence mal maîtrisée.

De fait, Genève revient à hauteur de Fribourg et à deux points de Lausanne, mais reste au 8e rang. Car Ambri-Piotta est allé s'imposer 4-3 ap au Hallenstadion contre les Zurich Lions. Dominik Kubalik a à nouveau fait le show avec un triplé, dont le 3-3 en infériorité numérique! C'est finalement Lerg qui a donné le point supplémentaire à ses couleurs après 1'47 dans la prolongation.

(KEYSTONE-ATS)

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Euro 2024: les Suisses peuvent préparer les huitièmes de finale

Publié

le

Xherdan Shaqiri et Murat Yakin: mission accomplie pour la Suisse (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHER NEUNDORF)

La bonne nouvelle tout d’abord : la Suisse jouera les huitièmes de finale de l’Euro 2024. Elle a franchi pour la sixième fois de rang la phase de poules d’un grand tournoi.

Même si elle n’est pas acquise mathématiquement, la qualification de la Suisse ne fait aucun doute. Depuis le passage à 24 équipes en 2016, jamais une formation qui a cueilli 4 points lors du premier tour a été éliminée. "Nous avons fait un pas de plus", glisse Murat Yakin qui doit, bien sûr, conserver toutes les précautions d’usage dans son discours.

Mais mercredi soir, le sélectionneur avait, dans sa tête, validé cette qualification. "Nous n’aurons pas la pression de devoir gagner à tout prix dimanche contre l’Allemagne", lâche-t-il pour laisser penser que ce derby des voisins n’aura que le prestige comme enjeu, outre la première place du groupe que la Suisse peut obtenir avec un succès.

Ne pas jouer avec le feu

Murat Yakin n’a aucune raison de ne pas pratiquer dimanche un large turnover pour, en premier lieu, ne pas jouer avec le feu avec les quatre joueurs sous la menace d’une suspension pour le huitième de finale en cas d’un carton jaune : Silvan Widmer, Remo Freuler, Ricardo Rodriguez et Vincent Sierro. On rappellera que Vladimir Petkovic s’était brûlé les ailes lors de la Coupe du monde 2018.

Le Tessinois avait pris le risque de titulariser Fabian Schär, Stephan Lichtsteiner et Valon Behrami contre le Costa-Rica alors que la Suisse ne risquait pas vraiment sa peau dans ce dernier match de la phase de poules. Les deux premiers avaient été avertis pour suivre le funeste huitième de finale contre la Suède depuis les tribunes...

La mauvaise nouvelle ensuite : malgré le but extraordinaire de Xherdan Shaqiri, son dixième dans une phase finale, la copie rendue par l’équipe de Suisse lors de ce deuxième match ne fut pas celle espérée. Avec un Granit Xhaka pressé à chaque instant par l’admirable Scott McTominay, la Suisse n’a pas témoigné de la même maîtrise que samedi face à la Hongrie.

Comme la France deux jours plus tôt devant l’Autriche, les Suisses ont rencontré certaines difficultés dans le véritable combat proposé par les Ecossais. Fabian Schär, le plus vaillant d’entre eux, a ainsi dû jouer dès la 19e minute avec un nez cassé. Le Saint-Gallois a toutefois pu aller au bout d’une rencontre qu’il avait entamée de la pire des manières avec cet autogoal stupide à la 13e minute.

Xherdan Shaqiri irremplaçable

Célébré par le kop suisse lors de son demi-tour d’honneur déjà "traditionnel" d'avant-match, Murat Yakin a, lui, eu le nez fin avec son choix de lancer Xherdan Shaqiri dans la bataille. Si son autonomie n’a pas dépassé l’heure de jeu, le buteur a pleinement justifié la confiance de son sélectionneur.

Mais il serait étonnant que Murat Yakin persiste dans ce choix dimanche contre l’Allemagne où ses joueurs devront sans doute courir le plus souvent derrière le ballon. Après sa titularisation et son but, Xherdan Shaqiri acceptera sans doute plus volontiers le rôle de joker qui lui sera attribué pour la suite du tournoi. Mais le match de mercredi a rappelé une vérité : le seul joueur européen qui a toujours marqué au moins un but lors des six dernières phase finales disputées depuis 2014 demeure à 32 ans et demi tout simplement irremplaçable.

Murat Yakin a dix jours devant lui pour préparer ce huitième de finale que la Suisse devrait logiquement disputer à Berlin contre le deuxième du groupe B, celui de l’Espagne et de l’Italie. Le Bâlois sait que son équipe ne peut pas livrer la même performance que face à l’Ecosse pour espérer s’imposer.

Il sait aussi que ce match sera pour lui "le" match de vérité. S’il mène la Suisse vers la victoire, il aura fait oublier Vladimir Petkovic pour s’affirmer comme le plus grand sélectionneur de l’histoire. Lui le flambeur invétéré peut vraiment épouser un destin extraordinaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Fabian Schär s'est cassé le nez mercredi soir

Publié

le

Fabian Schär: une soirée à oublier... (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Fabian Schär fut bien le héros malheureux de l’Ecosse – Suisse de Cologne. Après son autogoal, le Saint-Gallois a eu l’infortune de se casser le nez.

Fabian Schär a expliqué au micro de « Blue Sport » qu’il s’est blessé à la 19e minute lors d’un choc avec Tony Ralston dans la surface écossaise. Malgré cette fracture, il est resté sur le terrain jusqu’au coup de sifflet final.

Comme la qualification de la Suisse est acquise à 99 %, Murat Yakin devrait le laisser au repos dimanche face à l’Allemagne pour le préserver avant le huitième de finale du samedi 29 juin. Avec Nico Elvedi et Cédric Zesiger, le sélectionneur possède de réelles alternatives en défense centrale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Tenant du titre, Caeleb Dressel ne nagera pas le 100 m libre aux JO

Publié

le

Caeleb Dressel: pas de 100 m libre à Paris pour lui cet été (© KEYSTONE/AP/GREGORY BULL)

L'Américain Caeleb Dressel, septuple champion olympique, ne défendra pas à Paris son titre acquis sur 100 m nage libre à Tokyo en 2021. Il n'a fini que 3e des sélections américaines à Indianapolis.

Dressel (47''53) a été devancé par Chris Guiliano (47''38) et Jack Alexy (47''47), qui ont ainsi pris les deux places individuelles. Il s'est par contre qualifié au passage pour le relais 4x100 m nage libre et peut encore espérer des tickets individuels dans d'autres disciplines.

Seuls les deux premiers de chaque épreuve individuelle peuvent prétendre à une qualification olympique lors des impitoyables trials américains. Dressel est encore inscrit sur 50 m nage libre et 100 m papillon lors des sélections, deux épreuves dont il détient aussi les titres olympiques, grâce à sa razzia de Tokyo (avec deux titres en relais).

L'Américain de 27 ans avait vécu deux années chaotiques après Tokyo. Entre des coupures de plusieurs mois hors des bassins, il s'était retiré des championnats du monde de Budapest en 2022 avant d'échouer à se qualifier pour ceux de Fukuoka en 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Pas de 100 m libre individuel pour Dressel

Publié

le

Caeleb Dressel ne disputera pas le 100 m libre individuel à Paris (© KEYSTONE/EPA/PATRICK B. KRAEMER)

Les sélections olympiques américaines ont de nouveau prouvé leur caractère impitoyable, mercredi à Indianapolis. Caeleb Dressel est privé de 100 m libre aux JO de Paris pour six centièmes de seconde.

Le septuple champion olympique a pris la 3e place de l'épreuve en 47''53, derrière Chris Guiliano (47''38) et Jack Alexy (47''47), qui s'emparent des deux tickets individuels. Dressel n'a toutefois pas tout perdu: assuré d'une place dans le relais 4x100 m libre, il a prouvé qu'il était bien de retour parmi les meilleurs nageurs du monde après trois années chaotiques.

"C'est incroyablement rapide, ce top 6 sous les 48 secondes, c'est super rapide, fantastique", a-t-il lancé à propos de la finale, souriant au micro du diffuseur NBC.

Après son triomphe de Tokyo (5 titres), Dressel avait connu des coupures de plusieurs mois hors des bassins, s'était retiré des Championnats du monde de Budapest en 2022 avant d'échouer à se qualifier pour ceux de Fukuoka en 2023.

L'Américain de 27 ans peut encore espérer se qualifier en individuel pour Paris sur 50 m libre et 100 m papillon, deux épreuves dont il est aussi champion olympique en titre. Sur 100 m papillon, il pourrait être l'un des rivaux de Noè Ponti à Paris.

Le 100 m libre féminin a vu la victoire de Kate Douglass, 14 fois médaillée mondiale, et en bronze sur le 200 m 4 nages à Tokyo en 2021, en 52''56 devant Torri Huske (52''93). Après le 400 et le 200 m, qu'elle ne nagera pas à Paris, la légende aux sept titres olympiques Katie Ledecky s'est elle facilement imposée sur 1500 m.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Il est préférable de vous concentrer sur des projets à court terme, voire même ceux qui peuvent se réaliser au présent… La démarche est plus sage !

Les Sujets à la Une

X