Rejoignez-nous

Genève

La Course de Côte de Verbois échauffe les esprits

Publié

,

le

La Course de Côte de Verbois part de l'usine du barrage du même nom, ici sur la droite. Les motards doivent enchaîner six virages serrés (photos d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

A Genève, la Course de Côte de Verbois, rendez-vous prisé des amateurs de motos et des side-cars, cristallise les tensions. Les partisans et les opposants à cette compétition, dont la 66e édition est prévue les 15 et 16 octobre, croisent le fer à coups de pétitions.

La première salve est venue des opposants. Un texte muni de 542 signatures demandant l'interdiction de la course a été déposé le 12 septembre au Grand Conseil. La pétition avait été lancée par des riverains excédés par les nuisances sonores et environnementales causées par les motards pendant la course mais aussi par ceux qui viennent s'entraîner sur le tronçon toute l'année.

L'organisateur de la course, soit le Norton Sport Club, a répliqué par une contre-pétition. Ce texte muni de plus de 2000 signatures a été déposé vendredi. Les pétitionnaires soutiennent la manifestation et demandent au Grand Conseil de classer la pétition des opposants. Le Norton Sport Club met en avant les mesures prises pour réduire les atteintes à l'environnement et rappelle que les entraînements sur le tronçon sont interdits.

Les débats doivent encore avoir lieu au parlement. Selon le Norton Sport Club, la Course de Côte de Verbois est le seul événement motorisé du canton à l'accès libre pour le public. Il attire entre 3000 et 10'000 spectateurs selon les années. Les pilotes effectuent six virages serrés sur un parcours allant de l'usine du barrage de Verbois jusqu'à la route du Mandement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Troisième édition de "1000 poches de sang pour les fêtes" aux HUG

Publié

le

Les HUG lancent un appel pour récolter 1000 poches de sang pour les fêtes (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Jusqu’au 8 janvier 2023, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et le Centre de transfusion sanguine relancent le défi de l’initiative "1000 poches pour les fêtes", après deux premières années couronnées de succès. En 2021, 1419 poches avaient été récoltées.

Cette troisième édition a été lancée le 5 décembre. En raison des vacances de fin d’année, les dons sont moins nombreux et les réserves de sang peuvent devenir critiques, expliquent les HUG jeudi dans leur communiqué.

Et de préciser qu'à Genève, 50 poches de sang sont quotidiennement nécessaires pour répondre aux besoins des patients des HUG et des cliniques du canton, ainsi que pour assurer les besoins en sang pour toutes les interventions chirurgicales du canton jusqu’à fin janvier 2023.

Par ailleurs, le 21 décembre, les donneurs genevois bénéficieront d’une dégustation de bûches de Noël et macarons préparés par le service de restauration des HUG, afin de les remercier de leur don.

www.dondusang.ch.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Unigestion se dote d'un nouveau CEO avec Christophe de Dardel

Publié

le

Le gestionnaire d'actifs Unigestion, à Genève, sera dirigé à compter du 1er janvier par Christophe de Dardel. Ce dernier prendra la succession de Fiona Frick, sous réserve de l'approbation des autorités réglementaires (illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le gestionnaire d'actifs Unigestion, à Genève, sera dirigé à compter du 1er janvier par Christophe de Dardel. Ce dernier prendra la succession de Fiona Frick, sous réserve de l'approbation des autorités réglementaires.

Après douze années à la tête d'Unigestion et 32 en tout dans l'entreprise, Mme Frick a décidé de se consacrer à des activités de conseils, notamment dans le domaine de la durabilité, a indiqué mercredi l'établissement genevois. M. de Dardel est présent au sein de l'entreprise depuis 22 ans. Il a supervisé l'intégration d'Akina dans les activités de placement privé d'Unigestion en 2017.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Une coalition veut soutenir en justice le 30 km/h

Publié

le

A Genève, les partisans du 30 km/h contre-attaquent. Une coalition d'associations, les sections genevoises de l'ATE et de Pro Vélo demande à être entendue par la justice dans le cadre des recours contre la limitation de la vitesse du canton (illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, les partisans du 30 km/h contre-attaquent. Avec le soutien d'autres associations, les sections genevoises de l'ATE et de Pro Vélo demandent à être entendues par la justice dans le cadre des recours déposés contre la limitation de la vitesse voulue par le canton.

La requête d'appel en cause, qui sera déposée à la mi-décembre auprès du Tribunal administratif de première instance, vise à faire entendre les arguments de la société civile et de la population plutôt que d'attendre une décision. "Nous allons demander la levée de l'effet suspensif qui freine l'introduction des mesures", a précisé Laïla Batou, avocate des associations avec Raphael Voegeli.

Formée à ce jour de 23 associations environnementales, pour la mobilité douce, d'habitants, de parents d'élèves et d'aînés, la coalition soutient le projet gouvernemental de limitation de la vitesse. Près de 300 axes routiers sont concernés par cette mesure de jour comme de nuit, ou seulement de nuit. Le TCS et l'Astag, ainsi que le PLR, le MCG et l'UDC ont déposé recours contre l'arrêté du 10 octobre.

Lutte contre le bruit

Pour la coalition, le 30 km/h est d'abord une mesure de santé publique dans un canton où de nombreux habitants sont soumis à un bruit excessif. "La décision du Conseil d'Etat est imposée par des décisions judiciaires", a indiqué la présidente de l'ATE-Genève Caroline Marti, par ailleurs députée socialiste. Et de rappeler que la baisse de la vitesse en ville permet de fluidifier le trafic.

Lutter contre le bruit, la pollution sonore, les émissions de CO2, le gaspillage d'énergie sont autant d'arguments avancés par la coalition. La réduction de la vitesse est aussi une question de sécurité. Selon le président de Pro Vélo Genève, le risque de décès d'un piéton ou d'un cycliste en cas de collision passe de 70% à 50 km/h à 10% à 30 km/h.

"La limitation à 30 km/h en zone urbaine est une mesure de droit fédéral, appliquée depuis des années et validée par les tribunaux. Le Tribunal fédéral la considère efficace, peu coûteuse, proportionnelle et sans grande atteinte à la liberté individuelle", a expliqué Me Voegeli, tout en questionnant la qualité pour recourir des partis politiques.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le référendum contre l'interdiction de la publicité n'aboutit pas

Publié

le

Le Conseil administratif de la commune de Vernier estime que l'interdiction de la publicité dans les rues permettra d'améliorer la qualité du paysage (photo d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le référendum lancé contre l'interdiction de la publicité dans les rues de la commune de Vernier (GE) n'a pas abouti, a annoncé mercredi le Conseil d'Etat genevois. Il aurait fallu récolter 1921 signatures valables et le comité référendaire n'en a déposé que 1633.

L'exécutif de la commune de Vernier voit dans l'interdiction de l'affichage publicitaire un moyen d'améliorer la qualité du paysage. Les opposants à cette mesure ont dénoncé une disposition qui, à leurs yeux, portera un grave préjudice aux entreprises locales et créera une situation de concurrence déloyale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le référendum contre la loi sur les déchets n'aboutit pas

Publié

le

Le vigneron de Satigny Willy Cretegny comptait parmi les opposants à la loi sur les déchets, estimant qu'elle n'allait pas assez loin (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, le référendum lancé contre la loi cantonale sur les déchets n'a pas abouti, a annoncé mercredi le Conseil d'Etat genevois. Il a manqué trente signatures valables pour que le texte soit soumis à votation.

Les opposants à la loi, parmi lesquels on trouve le vigneron Willy Cretegny, conseiller administratif à Satigny, ainsi que la maire de la commune Anne Penet, estimaient que le texte adopté en septembre par le Grand Conseil genevois n'allait pas assez loin pour éviter la pollution des mâchefers par les métaux lourds.

La loi sur les déchets rend obligatoire, pour les particuliers et les entreprises, le tri des déchets, sous peine d'amende. Grâce à ce tour de vis, les autorités espèrent réduire la quantité de déchets de 25% d'ici à 2025 et à améliorer le recyclage pour atteindre un taux de 60 à 65%.

Pour les référendaires, la loi ainsi rédigée n'empêchera pas les sacs poubelles de contenir des déchets qui n'ont rien à y faire. Ils demandaient un tri final afin de réduire le volume des mâchefers et améliorer leur qualité. Genève produit 40'000 tonnes de mâchefer par an.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X