Rejoignez-nous

Sport

Les patrons du foot et du hockey espèrent un assouplissement

Publié

,

le

Denis Vaucher, le direceur de la National League et de la Swiss League de hockey sur glace. (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)
Mercredi, le sport professionnel en Suisse jouera gros. La décision du Conseil fédéral de prolonger ou non l'interdiction de réunir du public dans les stades seront vitales pour le foot et le hockey.

Dans une double interview accordée à Keystone-ATS, Claudius Schäfer, CEO de la Swiss Football League, et Denis Vaucher, directeur des National et Swiss League, font part des difficultés que risque d'encourir les ligues professionnelles si le gouvernement ne fait pas preuve d'ouverture. Mais avec l'espoir de trouver une issue positive.

Keystone-ATS: Mercredi est-elle la journée la plus importante pour le sport professionnel suisse?

Claudius Schäfer: "Ce n'est pas la première fois qu'une journée est importante. Il y en a eu quelques-unes dans le passé. Les séances du Conseil fédéral sont devenues des piliers de notre vie professionnelle. Mais oui, mercredi est un jour très important pour le sport professionnel en Suisse. Nous partons de l'idée que la limite des 1000 personnes sera assouplie, que plus de personnes pourront aller dans les stades. Pour le football, c'est nécessaire."

Denis Vaucher: "Pour le hockey sur glace, la situation est identique. Depuis six mois, nous sommes en mode crise et depuis dix jours en mode survie. C'est pourquoi il faut vraiment prendre des mesures pour que nous n'ayons pas de reproches à nous faire si la décision devait aller dans la mauvaise direction. Je suis inquiet, mais je pars aussi de l'idée que nous pourrons jouer devant plus de 1000 spectateurs à la mi-septembre."

Mais les signes annonciateurs ne sont pas bons. Le nombre de cas est élevé et il se dit que les grandes manifestations seront interdites jusqu'à fin mars et qu'il sera impossible de réunir plus de 100 personnes.

Denis Vaucher: "Ce n'est pas le Conseil fédéral qui le dit, mais quelques experts. Ce sont des possibilités qui sont étudiées. Une autre possibilité, celle que nous privilégions, est de jouer avec les concepts de protection pour aller au-dessus de 1000 spectateurs. Et nous ferons tout jusqu'à mercredi pour y arriver."

Claudius Schäfer: "Il y a beaucoup de signaux qui parlent pour nous. La semaine dernière, nous avons entendu que la France allait autoriser à nouveau les festivals, les concerts et les événements culturels devant plus de 5000 personnes, à condition que les distances de sécurité soient respectées et avec le port du masque. Nous travaillons d'arrache-pied sur les concepts de protection. Nous avons désormais l'expérience de ce que nous pouvons faire différemment et mieux. Je considère comme un sérieux avantage le fait d'avoir pu être bien préparés durant les deux derniers mois."

Denis Vaucher: "Nous devons aussi apprendre à vivre avec la situation. Nous parlons toujours du nombre d'infectés. Dernièrement, en hockey sur glace, nous avons eu des cas chez les moins de 17 ans. Mais à ma connaissance, ils étaient asymptomatiques. Nous devons examiner la situation: soit nous nous laissons prendre par le virus, ce que je n'envisage pas, soit nous allons droit vers le précipice économiquement parlant. C'est la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Et en aucun cas nous ne pouvons nous laisser écraser. Nous ne parlons là pas seulement du sport professionnel, mais aussi de la relève."

Claudius Schäfer: "Il y a quelques années, nous avons conduit une étude sur ce que génère la SFL. Il s'avère qu'à elle seule, la Super League représente 3300 places de travail à temps plein. Cela équivaut à une banque cantonale de taille moyenne. Nous sommes un secteur économique. Nous devons toujours clamer cela, parce que ce n'est pas inscrit dans les consciences. Le football est toujours rapporté aux salaires."

Denis Vaucher: "Et on ne peut pas toujours discuter et argumenter sur les salaires des joueurs. En hockey sur glace, nous travaillons intensément à la mise en place d'un fair-play financier. Nous sommes tous de l'avis qu'une protection est importante. C'est pourquoi nous avons développé des concepts. Dans ce domaine, le football a été un pionnier. Les footballeurs ont été jetés dans l'eau froide. Nous pouvons apprendre d'eux. Le fait est que nous pouvons aussi protéger les spectateurs. Je n'arrive pas à comprendre qu'on ne puisse pas accueillir plus de 1000 personnes avec un masque dans des enceintes sportives, mais que les manifestations dans l'espace public soient autorisées sans limitations. Peut-être que nous devrions déclarer les matchs comme des manifestations. Les fans manifestent quand une équipe marque un but. Ce serait une approche créative, non?"

Parlons de chiffres. Combien ont coûté aux clubs les deux derniers mois presque sans public?

Claudius Schäfer: "Je ne peux pas donner des chiffres absolus. Nous étions contents lorsque nous avons pu accueillir 1000 spectateurs dans les stades. Nous considérions que c'était un signal positif. Mais encore une fois: ce n'est pas une option pour l'avenir. L'organisation des matchs engendre des coûts aux clubs, qui ne sont pas compensés par des recettes."

Denis Vaucher: "En National League, nous comptons qu'un match rapporte environ un demi-million en chiffre d'affaires. En chiffre d'affaires, pas en bénéfice. Avec seulement 1000 spectateurs, cela représente une immense perte. Un championnat jusqu'à fin-mars avec 1000 personnes dans les patinoires n'est pas une option pour la National League. Nous devrions alors réfléchir à un lock-out. A moins que le Conseil fédéral nous accorde un prêt à fonds perdus. Alors ce serait différent. Mais avec les conditions liées aux prêts d'urgence, qui doivent être remboursés, cela ne fait que repousser le problème de deux ans."

Ni la SFL, ni la Ligue de hockey n'ont pour l'instant contracté ces prêts.

Claudius Schäfer: "Le contrat qui est sur la table est entériné pour l'Office fédéral du sport. Dans ce contrat, il y a des points centraux auxquels nous ne pouvons pas souscrire. La Ligue serait responsable du prêt. Si un club devait échouer à rembourser, ce qui est possible surtout dans la situation actuelle, la Ligue devrait assumer la responsabilité. C'est un risque que nous ne pouvons pas prendre. De plus, nous devons assurer 35% de garantie, donc 35 millions. Nous avons exploré d'autres solutions qui ont cours dans l'économie. Mais elles n'ont pas été acceptées."

Denis Vaucher: "Ces crédits pourraient mettre au sol le football et le hockey sur glace. Ils tiennent trop peu compte des dépendances économique du sport professionnel."

Monsieur Schäfer, vous avez dit la semaine passée que l'avenir de certains clubs pourrait être compromis s'il n'y a pas plus de spectateurs dans les stades.

Claudius Schäfer: "Pour certains clubs, les spectateurs représentent jusqu'à 45% des recettes. Les revenus liés aux droits TV ne représentent que 10%. Et puis, il est difficile de demander du soutien aux sponsors locaux. Une grosse partie des recettes est gelée depuis février. Le fait que les clubs aient pu survivre malgré la crise jusqu'à maintenant démontre aussi que le football et le hockey sur glace ne sont pas aussi malades que ce qu'on entend souvent. La plupart des clubs se portent bien. Bien sûr, le chômage partiel les a aidés. Mais c'est également clair que ça ne peut pas continuer ainsi."

Denis Vaucher: "En hockey sur glace, ce n'est pas différent. Le chômage partiel et les aides liées aux Covid nous ont été profitables à court terme, mais c'est une goutte d'eau dans l'océan. En hockey, nous avons une capacité totale de 100'000 places dans les patinoires. Jusqu'à aujourd'hui, nous avons déjà vendu 50'000 abonnements à la saison. L'argent est dans les caisses des clubs. Ils ont besoin de ces liquidités aujourd'hui, pour garantir leur fonctionnement. Si les clubs devaient rembourser les spectateurs, alors l'argent va très vite manquer."

Le concept de protection pour la prochaine saison parle de 50% de la capacité des stades.

Denis Vaucher: "Nous ne voulons pas donner des chiffres ou des pourcentages absolus. Cela dépend des enceintes sportives. Dans une patinoire avec dix entrées, on peut facilement faire entrer et sortir les spectateurs. Mais d'autres stades ont des conditions différentes. Mais nous évoquons un minimum: en dessous de 50%, on oublie."

Mais dans le grand public, l'opinion qu'il faut à nouveau accueillir beaucoup de fans n'est pas très populaire.

Denis Vaucher: "Nous devons faire un travail pédagogique. C'est clair que nous aurons aussi des cas de coronavirus. Nous devons pouvoir y faire face. Le terrain est une chose, le public une autre. Nous voulons aussi qu'il puisse rester en bonne santé. Mais nous avons besoin des spectateurs, pour l'émotion dans les stades et pour que le terrain puisse vivre financièrement."

Claudius Schäfer: "Les clubs doivent participer à l'effort. L'accent est bien sûr mis sur la sécurité des gens. Nous allons durcir le concept de protection, parce que nous avons bien vu qu'il était parfois pris à la légère sur la fin de saison, également sur le terrain. Par exemple, nous avons vu des échanges de maillots ou des célébrations de but exubérantes, deux choses interdites. Nous devons faire mieux: nous y accordons une grande importance dans le concept de protection adapté."

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Football : Shaqiri titulaire et buteur en Coupe de la Ligue

Publié

le

Shaqiri a ouvert la marque sur un superbe coup-franc en pleine lucarne. (©AP/POOL/PETER POWELL)

Xherdan Shaqiri a fêté jeudi sa première titularisation depuis le... 18 décembre 2019 avec Liverpool. L'international suisse a même trouvé le chemin des filets sur le terrain de Lincoln City (D3), où les Reds se sont imposés 7-2 en 16e de finale de la Coupe de la Ligue.

Shaqiri, qui n'avait jusqu'ici fait que deux courtes apparitions en 2020 sous le maillot des Reds (le 11 janvier et le 15 juillet), a ouvert la marque à la 9e minute sur un superbe coup-franc en pleine lucarne. Son dernier but avec les Reds datait du 4 décembre 2019, à l'occasion d'un derby face à Everton.

Continuer la lecture

Sport

Tennis : un choc Wawrinka-Murray au 1er tour à Roland-Garros

Publié

le

Les deux hommes se sont déjà affrontés deux fois à Roland-Garros, les deux fois en demi-finale. (©AP PHOTO/DAVID VINCENT)

Stan Wawrinka (no 16) devra enfiler son bleu de travail dès son 1er tour à Roland-Garros. Le vainqueur de l'édition 2015 se mesurera en effet à l'ex-no 1 mondial Andy Murray (ATP 111), qui a bénéficié d'une invitation pour intégrer le tableau principal!

Ce choc constituera le 21e duel entre les deux trentenaires, qui s'apprécient particulièrement. Andy Murray mène 12-8 et reste sur deux succès face à Stan Wawrinka, le plus récent ayant été obtenu l'automne dernier en finale à Anvers où le Britannique avait cueilli son premier titre après plus de deux ans de disette.

Les deux hommes se sont déjà affrontés deux fois à Roland-Garros, les deux fois en demi-finale. Andy Murray s'était imposé en quatre sets en 2016, Stan Wawrinka en cinq manches et 4h34' en 2017. Cette dernière rencontre avait laissé des traces: tous deux avaient mis un terme à leur saison quelques semaines plus tard, touchés respectivement au genou gauche (Wawrinka) et à la hanche (Murray).

Auger-Aliassime et Thiem sur sa route

Stan Wawrinka figure dans un bas du tableau miné dont l'homme à battre est le triple tenant du titre Rafael Nadal (no 2). Le Vaudois pourrait retrouver au 2e tour Dominik Koepfer (ATP 66), quart de finaliste à Rome, puis Felix Auger-Aliassime (no 19) au 3e. Le champion de l'US Open Dominic Thiem (no 3) pourrait ensuite se dresser sur sa route en 8e de finale...

La tâche de Novak Djokovic s'annonce donc plus aisée que celle de Rafael Nadal, qui pourrait se frotter à Fabio Fognini (no 14) en 8e de finale et à Alexander Zverev (no 6) en quart. Le Serbe n'a rien à craindre avant les quarts de finale, où il pourrait affronter le solide Roberto Bautista Agut (no 10). La logique voudrait qu'il se mesure à Daniil Medvedev (no 4) en demi-finale.

Menu roumain

Seules deux Suissesses figurent dans le tableau final après le forfait de Belinda Bencic (WTA 10), et toutes deux se mesureront à une Roumaine au 1er tour. Jil Teichmann (WTA 54) affrontera Irina-Camelia Begu (WTA 72), avec la perspective de défier la favorite du tournoi, la... Roumaine Simona Halep (no 1), au 2e tour. Stefanie Vögele (WTA 116) sera quant à elle opposée à Patricia Maria Tig (WTA 58), titrée sur la terre battue d'Istanbul ce mois-ci.

Continuer la lecture

Sport

Football : l'Atlético Madrid annonce l'arrivée de Luis Suarez

Publié

le

Luis Suarez est troisième meilleur buteur de l'histoire du FC Barcelone, avec 198 buts inscrits en 283 matchs. (©AP PHOTO/POOL/MANU FERNANDEZ)

L'Atlético Madrid a annoncé mercredi soir l'arrivée prochaine de Luis Suarez en provenance du FC Barcelone. Certains observateurs espagnols voyaient plutôt l'attaquant uruguayen partir à la Juventus.

Le montant du transfert s'élève à 6 millions d'euros, a précisé le FC Barcelone. Proche de Lionel Messi, Luis Suarez n'entrait pas dans les plans du nouvel entraîneur barcelonais Ronald Koeman. Il est la dernière vedette en date à quitter le club catalan, après Arturo Vidal et Ivan Rakitic.

L'Atlético Madrid récupère un avant-centre de classe mondiale. Certes, Luis Suarez (33 ans) semble moins performant que lors de ses grandes années. Mais le Soulier d'Or 2014 et 2016 reste efficace, avec un exercice 2019-2020 bouclé à 21 buts et 12 passes décisives en 36 matches pour le Barça, toutes compétitions confondues.

L'opération est parfaite pour les "Colchoneros" qui ont prêté Alvaro Morata mardi à la Juventus Turin pour recruter l'Uruguayen. Luis Suarez, lui, a renoncé à sa dernière année de contrat en Catalogne pour pouvoir partir libre de Barcelone, où il était arrivé en 2014 en provenance de Liverpool.

Continuer la lecture

Sport

Hockey sur glace : la rentrée approche, ses incertitudes avec

Publié

le

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Une fin de saison brutalement stoppée, un été chaotique sur le marché des transferts, une future santé financière dans le flou : à Lausanne et ailleurs, les conditions ne son pas idéales pour retrouver le jeu. Le LHC, lui, prépare la suite tout en restant prudent.

Le Lausanne Hockey Club avance à tâtons vers sa saison 2020-2021. A sept jours du coup d’envoi de la National League, les dirigeants de la formation lémanique savent que la crise sanitaire peut encore leur jouer des tours.

Présence de spectateurs revue à la baisse, port du masque obligatoire, traçage... des éléments à l’impact conséquent sur les finances d’un club de cette envergure.

Un impact peut-être encore plus important lorsque l’on parle d’événements liés à une enceinte comme celle de la Vaudoise aréna :

Patrick de Preux
Président du LHC
Patrick de Preux  Président du LHC

Malgré ce climat particulier, pas question de relâcher la pression sur le plan sportif. Un nouveau souffle veut être donner pour permettre au LHC de franchir un cap supplémentaire :

John Fust
Directeur sportif du LHC
John Fust Directeur sportif du LHC

Avant de lancer leur championnat à Malley le 1er octobre contre Langnau, les Vaudois disputent donc un ultime match amical à Fribourg. Ce sera vendredi à 19h30.

Continuer la lecture

Sport

Hockey sur glace : Roman Josi élu meilleur défenseur de NHL

Publié

le

Roman Josi a inscrit 65 points en 69 matchs cette saison avec les Predators de Nashville. (©AP PHOTO/MARK ZALESKI)

Roman Josi a obtenu la récompense suprême pour un défenseur en NHL, le Norris Trophy! Le Bernois, capitaine des Nashville Predators, a réussi 16 buts et 49 assists pour un total de 65 points, des records pour lui, en 69 matches joués dans la saison régulière 2019/2020.

"Cela signifie tant. C'est définitivement un rêve qui devient réalité", a déclaré Roman Josi, qui est le premier joueur des Predators à être désigné meilleur défenseur de la saison et, surtout, le premier Suisse à décrocher une récompense personnelle en NHL. Il succède au palmarès à Mark Giordano des Calgary Flames.

"En tant que joueur, le but ultime est de gagner la Coupe Stanley. Mais je pense que sur un plan personnel, vous essayez de vous préparer pour la saison et d'être le meilleur joueur possible. Vous essayez de travailler pendant l'été. Si chaque joueur essaie d'être le meilleur, votre équipe aura du succès", a poursuivi Josi.

"D'un point de vue personnel, cela a toujours été un de mes rêves et c'est assez surréaliste de l'avoir vraiment gagné", a encore expliqué le vice-champion du monde 2013 et 2018. "C'est assez spécial. Je regardais les noms des joueurs qui l'ont gagné, et ce sont tous des noms que vous avez idolâtrés (...) En grandissant en Suisse, ils semblaient toujours si loin, c'est incroyable que mon nom soit là, à côté de tant de grands joueurs qui l'ont gagné".

Un plébiscite

Roman Josi, dont l'équipe a été sortie en barrage qualificatif pour les play-off lors de la reprise après la pause due au coronavirus, fut le meilleur compteur des Predators et le deuxième meilleur compteur parmi tous les défenseurs de NHL derrière John Carlson (75 points en saison régulière). Il a obtenu 1499 points au cours d'un vote organisé par l'association des journalistes de hockey (Professional Hockey Writers Association) avant les play-off.

En lice pour la première fois pour ce James Norris Memorial Trophy, le Bernois de 30 ans a justement devancé John Carlson (Washington), qui a obtenu 1267 points (avec 56 1res places, contre 109 pour Roman Josi). Troisième finaliste, Victor Hedman, finaliste de la Coupe Stanley avec Tampa Bay et vainqueur du Norris Trophy en 2018, doit se contenter de 820 points.

Draisaitl désigné MVP

Quatre autres trophées ont été attribués lundi. L'attaquant allemand des Oilers Leon Draisaitl, meilleur compteur de la saison régulière avec 110 points, en a reçu deux: le Hart Trophy, qui récompense le MVP de la saison, et le Ted Lindsay Award, attribué au meilleur joueur par la NHL Players' Assocation. Le défenseur Cale Makar (Colorado) a été désigné rookie de l'année, alors que Connor Hellebuyck (Winnipeg) a été élu meilleur gardien de la saison.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Capricorne

Climat sentimental assez orageux, imprégné de jalousie et de petits drames. Une mise au point semble réellement indispensable…

Publicité

Les Sujets à la Une

X