Rejoignez-nous

International

Tour: Pogacar s'impose au sommet de la Planche

Publié

,

le

Le maillot jaune Tadej Pogacar reprend Jonas Vingegaard sur la ligne pour son deuxième succès de suite. (© KEYSTONE/AP/Daniel Cole)

Et de deux pour Tadej Pogacar ! Le favori et maillot jaune du Tour de France s'est de nouveau imposé vendredi dans la septième étape du Tour de France.

Il a gagné au sommet de la Super Planche des Belles Filles, dans le massif vosgien.

Pogacar (UAE) a devancé cette fois de peu le Danois Jonas Vingegaard pour gagner sa deuxième étape dans le Tour 2022.

Pour remporter la première arrivée au sommet de l'épreuve, le vainqueur sortant a dû s'employer face à Vingegaard, qu'il a débordé dans les derniers mètres de la montée, sur la partie non goudronnée.

Deux ans après avoir renversé le Tour 2020 à son profit dans un contre-la-montre mémorable, Pogacar a de nouveau gagné dans la station de la Haute-Saône, qui accueillera le 31 juillet la conclusion du Tour de France Femmes.

Derrière les deux premiers du Tour 2021, le Slovène Primoz Roglic a pris la troisième place, à douze secondes, devant l'Allemand Lennard Kämna, rattrapé à 80 mètres de la ligne.

Le Britannique Geraint Thomas et le Français David Gaudu ont limité la perte de temps, à moins de 20 secondes par rapport à Pogacar.

L'équipe du maillot jaune sollicitée

Dans cette étape ensoleillée de 176,5 kilomètres, les rescapés d'une échappée lancée de loin, à 125 kilomètres de l'arrivée, ont abordé la montée finale avec une avance limitée à moins d'une minute et demie en raison de la poursuite longtemps conduite par l'équipe de Pogacar.

Le maillot jaune a sollicité sa formation pour être en mesure de jouer la victoire d'étape que visaient les membres de l'échappée (Geschke, Kämna, Schachmann, Teuns, Durbridge, Barthe, Erviti).

Dans l'ascension (7 km à 8,7%), Kämna a distancé son compatriote Simon Geschke à cinq kilomètres du sommet. Il a longtemps résisté au retour du groupe des favoris mené par les hommes de Pogacar (McNulty, G. Bennett, Majka) et a buté sur le mur final, dans la poussière.

Au classement général, Pogacar a porté son avantage sur Vingegaard à 35 secondes. Geraint Thomas, troisième, est pointé à 1'10''.

Le Slovène, 23 ans, compte désormais huit succès d'étape dans le Tour dont il a remporté à deux reprises le classement final (2020 et 2021).

Samedi, le Tour de France débarque en Suisse avec une arrivée à Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

11 points pour George face à Sacramento

Publié

le

Kyshawn George a inscrit 11 points jeudi face à Sacramento (© KEYSTONE/AP/Julia Nikhinson)

Kyshawn George et les Wizards ont cueilli jeudi leur deuxième succès en quatre matches joués dans le cadre de la NBA Summer League à Las Vegas. Washington a battu Sacramento 73-69.

Présent pour la troisième fois consécutive dans le cinq majeur, Kyshawn George a eu droit à 25'50'' de jeu face aux Kings. Il a cumulé 11 points - à 2/7 au tir -, 2 rebonds, 2 assists et 2 contres. Coupable de 4 pertes de balle, l'ailier valaisan a terminé avec un différentiel de +7, le meilleur de son équipe.

Bronny James continue quant à lui de monter en puissance à Las Vegas. Le fils de la superstar LeBron James s'est fait l'auteur de 13 points, 5 rebonds, 3 passes décisives et 2 contres dans un match gagné 93-89 par les Los Angeles Lakers face aux Cleveland Cavaliers jeudi soir dans le cadre de la Summer League.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Trump promet une "victoire incroyable" aux républicains

Publié

le

Donald Trump a promis jeudi une "victoire incroyable" des républicains à la présidentielle de novembre. (© KEYSTONE/EPA/ALLISON DINNER)

Donald Trump a promis jeudi une "victoire incroyable" des républicains à la présidentielle de novembre, clôturant en star une convention d'un parti en ordre de marche derrière sa candidature.

Cette démonstration d'unité s'est confirmée durant toute cette grand-messe organisée depuis lundi à Milwaukee, dans la région des Grands Lacs, contrastant avec la fébrilité culminant chez les démocrates, de plus en plus nombreux à appeler le président Joe Biden à se retirer.

Cinq jours après avoir été la cible de tirs lors d'un meeting de campagne, l'ancien président de 78 ans est donc remonté sur scène, sous haute sécurité, prononçant un discours d'environ 90 minutes en grand patron incontesté de la droite américaine.

Pansement sur l'oreille

Pansement bien visible sur l'oreille droite, il a formellement accepté l'investiture du Parti républicain, dont les quelque 2400 délégués lui avaient apporté leurs voix dès lundi.

"Je me présente pour être le président de toute l'Amérique, pas de la moitié de l'Amérique", a-t-il lancé dans cette allocution dont les accents rassembleurs sont toutefois restés minoritaires par rapport à ses thèmes de prédilection: la criminalité, l'immigration, l'inflation...

Le républicain est revenu sur la tentative d'assassinat dont il a été victime en Pennsylvanie, en confiant qu'un tel récit lui était "douloureux".

"Il y a juste quelques jours, mon voyage avec vous a failli tourner court. Et pourtant nous sommes là ce soir", a déclaré le candidat aux milliers de militants présents qui, pour beaucoup, considèrent qu'il a bénéficié d'une intervention divine.

Lorsque les tirs ont retenti, "j'ai immédiatement compris que c'était très sérieux, que nous étions attaqués", a-t-il relaté. "Le sang coulait partout. Et cependant, d'une certaine manière, je me sentais en sécurité, parce que j'avais Dieu à mes côtés", a raconté le septuagénaire.

Il s'est encore attardé sur cette séquence désormais historique où on le voit être évacué par les agents du Secret Service, le poing levé et la joue ensanglantée.

Une image devenue un atout électoral que la convention républicaine n'a cessé de mettre en avant, car illustrant selon les républicains le courage d'un homme qu'on cherche à abattre et qui ne se résigne jamais.

Donald Trump a fait observer une minute de silence pour Corey Comperatore, un pompier de 50 ans tué par une des balles qui le visaient. Il a aussi embrassé le casque de l'uniforme de la victime.

Meeting samedi dans le Michigan

Le reste de son discours a été plus classique, empruntant des passages répétés à l'envi dans ses meetings politiques.

Il a ainsi réitéré sa volonté de favoriser l'exploitation du pétrole aux Etats-Unis et d'empêcher les migrants d'entrer dans le pays dès le "premier jour" de son mandat. Des thèmes plus fédérateurs que l'avortement par exemple, qu'il s'est gardé d'évoquer.

Joe Biden, très fragilisé politiquement et à l'isolement car souffrant du Covid, a paradoxalement été largement épargné par Donald Trump, qui a préféré développer son programme s'il revenait à la Maison Blanche.

Le candidat, qui avait claqué la porte de l'Accord de Paris sur le climat durant son premier mandat, s'est engagé à mettre fin aux grands projets climatiques de Joe Biden, qualifiés d'"arnaque".

Au sein de l'auditoire se trouvaient les principaux ténors républicains. Mardi soir, ses ex-rivaux aux primaires étaient venus publiquement lui prêter allégeance.

Terry Arnold, une femme venue de Seattle, dit avoir été transportée par le discours de Donald Trump. "C'était vraiment enthousiasmant et j'ai trouvé cela unificateur", commente-t-elle à l'AFP . "Il y avait de l'exaltation, de l'espoir. Et ce soir il semblait vraiment plein d'énergie. Plus tôt dans la semaine, il m'a semblé -et c'est normal- un peu fatigué, avec ce qu'il a traversé".

La soirée s'est achevée dans un traditionnel grand lâcher de ballons aux couleurs du drapeau américain.

Donald Trump a été rejoint sur scène par sa famille proche, dont sa femme Melania et ses fils qui ont loué à la tribune les qualités de leur père.

Egalement présent dans le premier cercle, J.D. Vance, le sénateur atypique choisi par le candidat pour le seconder dans la campagne.

L'élu de 39 ans, opposé à l'aide à l'Ukraine et pratiquant un discours populiste anti-immigration, deviendra vice-président des Etats-Unis si Donald Trump l'emporte en novembre.

Donald Trump a prévu de reprendre sa campagne dès samedi, avec un meeting dans le Michigan, une semaine exactement après les tirs qui l'ont visé.

Les dizaines de milliers de visiteurs sont repartis avec leurs bagages remplis de produits dérivés "Trump" -casquettes, affiches, tee-shirts - prêts à prêcher la parole de leur champion miraculé à travers le pays.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Trump dit accepter l'investiture du Parti républicain à l'élection

Publié

le

Alerte Info (© )

Trump dit accepter l'investiture du Parti républicain à l'élection de novembre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Un séisme de magnitude 7,3 secoue le nord du Chili (USGS)

Publié

le

Alerte Info (© )

Un séisme de magnitude 7,3 secoue le nord du Chili (USGS)

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Ne manquez pas l'opportunité de prouver vos capacités puisqu’elle se produit. Cette occasion va ouvrir la porte à d'autres, dans la foulée...

Les Sujets à la Une

X