Rejoignez-nous

Suisse

Agriculture: les femmes ont davantage d'influence économique

Publié

,

le

Le pourcentage de femmes dirigeant seules une exploitation est passé de 5 à 9% par rapport à la précédente enquête en 2012 (archives). (© KEYSTONE/LUKAS LEHMANN)

Même si les schémas traditionnels restent toujours vivaces, la représentation du rôle des femmes évolue dans l'agriculture, selon une étude de l'OFAG. Elles jouent notamment un rôle économique toujours plus important dans les exploitations.

"Les femmes marquent l'agriculture de leur empreinte par leurs nombreuses activités, que ce soit à la maison ou à la ferme", a déclaré le directeur de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) Christian Hofer jeudi devant les médias à Berne. Au cours des vingt dernières années, depuis la première étude, beaucoup de choses se sont améliorées, notamment l'importance économique des femmes dans l'agriculture.

La moitié des jeunes femmes sondées en ligne estiment en effet que les activités dont elles ont la charge représentent plus de 50% du revenu de l'exploitation.

Par ailleurs, 55% de toutes les sondées reçoivent un salaire, ou génèrent un revenu par le travail accompli dans l'exploitation, dont un bon tiers sont propriétaires ou copropriétaires. Le pourcentage de femmes dirigeant seules une exploitation est passé de 5 à 9% par rapport à la précédente enquête en 2012. Elles sont plus de deux tiers à en partager la direction avec leur partenaire.

Protection sociale

Le pourcentage de femmes exerçant une activité hors de l'exploitation est passé de 47% en 2012 à 53% cette année. Le nombre d'heures de travail par semaine à l'extérieur a également progressé. Ces activités externes garantissent notamment une partie de la couverture sociale et de la prévoyance aux femmes.

Celles-ci ont d'ailleurs davantage conscience de l'importance de la couverture sociale et de la prévoyance. Ainsi 44% disposent d'un 2e pilier et 57% d'un 3e pilier. Seules 4% d'entre elles disent ne pas bénéficier d'une couverture en propre (contre 12% en 2012).

Même si la protection sociale s'est améliorée, il existe encore des lacunes, notamment en cas de divorce ou d'invalidité, selon l'étude. Le processus politique doit se poursuivre afin d'améliorer la situation.

Davantage de travail

Dans l'ensemble, le volume de travail a augmenté par rapport à 2012. Les sondées disent avoir suffisamment de temps pour leur famille, pour leur couple et pour elles-mêmes, mais moins pour pouvoir ½uvrer dans des organisations de paysannes ou de femmes rurales.

Selon le sondage, 60% des femmes prennent une semaine de vacances par an, voire moins, en raison notamment de la difficulté à les organiser. La grande majorité (72%) d'entre elles sont pourtant satisfaites de leur vie et envisagent avec optimisme leur avenir et celui de leur exploitation. La politique agricole et l'image de l'agriculture, ressentie comme négative, leur causent le plus d'inquiétudes.

Les rôles évoluent

D'après le sondage, les femmes continuent à se voir le plus souvent comme une femme au foyer, une mère et une paysanne. Les schémas traditionnels restent encore vivaces. Reste que la perception des rôles évolue, sous l'effet de différents facteurs, note l'OFAG. Les jeunes femmes accomplissent par exemple de plus en plus de tâches de gestion. Elles disent être plus sûres d'elles et prêtes à assumer davantage de responsabilités dans l'exploitation.

Les femmes peuvent aussi assumer plus facilement le rôle de cheffe d’exploitation grâce aux progrès accomplis dans la société en faveur de la parité ainsi qu'à la possibilité d’accéder plus aisément aux formations et aux informations. La grossesse et la maternité constituent en revanche toujours un obstacle de taille.

Le soutien aux jeunes mères et aux femmes enceintes fait d'ailleurs partie des recommandations de l'étude. Les autres sont notamment d'augmenter la visibilité des cheffes d'exploitations afin qu'elles ne soient plus perçues comme des exceptions. Les offres de conseil ainsi que les possibilités de formation doivent être développées.

C'est la troisième fois, après 2002 et 2012, que l'OFAG examine la situation et le rôle des femmes dans l'agriculture. L'étude s'appuie sur un sondage en ligne mené par l'institut gfs-zürich auprès de 778 femmes dans toutes les régions du pays, ainsi que sur des discussions de groupe.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Jeux olympiques

Cathia Schär: "C'est important d'apprécier ces moments spéciaux"

Publié

le

Cathia Schär vivra ses premiers Jeux Olympiques à Paris. ©EPA/CHRISTIAN BRUNA

Une épreuve sera particulièrement scrutée à Paris 2024: le triathlon. Depuis des mois, on se demande si les athlètes pourront nager dans la Seine ou pas. Mais il faudra surtout garder à l'œil cette compétition car deux Vaudois y prendront part. Rencontre avec Cathia Schär.

Si Cathia Schär, 22 ans, fait aujourd’hui partie des meilleurs triathlètes du pays, c’est finalement un peu par hasard. Après avoir pratiqué la gym, la course à pied, le ski ou encore la natation, c’est par le biais d’une rencontre qu’elle s’est mise au triathlon à l’âge de 10 ans. Son premier coach l’avait vu courir et lui avait proposé de tester ce sport qu’il pratiquait avec ses enfants. “On allait ensuite à l’entraînement tous ensemble et c’était cool”, se souvient la Vaudoise.

Depuis, la Vaudoise n’a plus lâché le triathlon.

Cathia SchärTriathlète

Avec le triathlon, la Vaudoise n’a clairement pas choisi la discipline la plus simple. “Je sais pas si c’est plus dur, mais ça demande beaucoup d’heures de travail par rapport à d’autres sports, décrit Cathia Schär. Il faut trouver la balance pour progresser dans un sport, sans trop diminuer les deux autres.” Mais le triathlon a un avantage de taille. “On peut avoir une charge importante d'entraînement vu qu’on a la diversité des trois sports. On a moins de risques de se blesser qu’un coureur par exemple.”

Petit à petit, elle a gravi les échelons pour venir se hisser sur les grands podiums. De quoi créer de beaux souvenirs.

Cathia SchärTriathlète

C’est son meilleur résultat en individuel. Quelques mois auparavant, elle avait cueilli une troisième place au Championnat du Monde à Hambourg mais en relais. Est-ce que d’atteindre un podium en individuel est d’autant plus satisfaisant? “Le relais, c’est cool parce que quand on gagne, on le partage en équipe. Et c’est vraiment difficile de faire une bonne course en relais parce que tout le monde doit faire une bonne performance, donc c’est encore plus appréciable quand on a un bon résultat ensemble. C’est juste différent, je saurais pas dire lequel est le mieux”, sourit la triathlète.

 

Sur les pas de Nicola Spirig

Les regards sont maintenant tournés vers les Jeux Olympiques. Les qualifications se font toujours en deux temps en quelque sorte. Les bons résultats obtenus ou la qualification du pays ne garantissent pas toujours une place pour un athlète en particulier. C’est la Fédération suisse du sport en question qui a le dernier mot. Un parcours qui s’est plus que bien passé pour Cathia Schär.

Cathia SchärTriathlète

Une nouvelle qui a eu un effet immédiat.

Cathia SchärTriathlète

Les Jeux, elle n’y pensait pas vraiment avant de commencer le triathlon. “Ça s'est fait petit à petit, raconte Cathia Schär. Plus je me développais dans ce sport, plus ça marchait bien, et au final ce rêve s’est toujours plus construit.” Et lorsqu’on lui demande si elle se souvient d’un moment marquant de l’époque où elle regardait les JO à la télévision, un nom fait immanquablement surface. “À Londres, quand Nicola Spirig avait gagné au sprint. C’était vraiment tendu! Ça m'avait impressionnée”, se souvient-elle.

Douze ans plus tard, sa course olympique à elle, en individuel, ce sera le 31 juillet. Et l’appréhension commence petit à petit à monter.

Cathia SchärTriathlète

Les Jeux Olympiques, c’est l’événement sportif le plus suivi du monde. Alors il faut aussi gérer la pression médiatique et le côté émotionnel. Et pour l’instant, Cathia Schär semble être dans un parfait état d’esprit.

Cathia SchärTriathlète

Reste une inconnue pour cette course: la Seine. Il y a déjà la contrainte technique. “Il faudra étudier comment il faut se placer au retour par rapport au courant.” Et puis il y a la question sanitaire. Est-ce que les triathlètes, à l’interne, en parlent autant que les journalistes? “Oui quand même”, rigole la Moudonnoise. Mais les médecins de la Fédération veillent et réfléchissent aux meilleures solutions pour éviter que les athlètes ne tombent malades entre les courses individuelles et le relais qui arrive cinq jours plus tard. “C’est un sujet de discussion. Il y en a qui pensent que ça ne va pas du tout marcher. Moi je pense que maintenant, ils sont obligés de faire en sorte que ça fonctionne”, lâche-t-elle, une lueur d’espoir dans les yeux.

Continuer la lecture

Culture

Lancy (GE): les immeubles Bordigoni seront démolis

Publié

le

Les bâtiments d'Alexandre et André Bordigoni n'ont pas trouvé grâce devant le Tribunal fédéral. (archives) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les associations de protection du patrimoine et les voisins échouent dans leur tentative de préserver trois immeubles des années 1930 dans la commune de Lancy (GE). Le Tribunal fédéral rejette leurs recours contre le refus de classer et le permis de construire.

Réalisés par Alexandre Bordigoni et son fils André, les immeubles se situent le long du chemin de Claire-Vue. Avec une villa, ils occupent une parcelle d'un hectare. Lors du recensement architectural des années 1990, ils ont reçu la mention "monument et bâtiment exceptionnel et leurs abords".

Cette appréciation a été revue en 2018 avec la qualification "intéressants". Un an auparavant, la caisse de pension UBS, propriétaire du fonds, avait demandé l'autorisation de démolir les bâtiments et de les remplacer par des immeubles de 184 logements.

Patrimoine suisse et sa section genevoise, Action Patrimoine Vivant et plusieurs voisins ont tenté de s'opposer à ce projet. Dans trois arrêts publiés jeudi, le Tribunal rejette leurs demandes tendant au classement des immeubles et à l'annulation des permis de construire.

En substance, la 1ère Cour de droit public n'admet que de manière restreinte la qualité pour agir des divers recourants. Cela l'amène à examiner une partie seulement de leurs griefs et, au final, à rejeter les recours. (arrêts 274, 275 et 276/2023 du 24 mai 2024)

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: la police sauve deux chiens d'une voiture en plein soleil

Publié

le

Même à l'ombre et avec une fenêtre ouverte, laisser un animal domestique à l'intérieur d'une voiture peut le mettre en danger de mort, rappelle la police (archives). (© KEYSTONE/DPA/STEPHAN JANSEN)

La police municipale de Lausanne a libéré deux chiens enfermés dans une voiture en plein soleil mercredi après-midi sur le quai d'Ouchy. Les canidés ont été conduits à la Société vaudoise pour la protection des animaux. Leur propriétaire a pu les récupérer mais a été dénoncé.

"Rapidement sur place, un motard de la police municipale de Lausanne a constaté que les deux animaux étaient en train de suffoquer dans le véhicule", écrit la Ville de Lausanne jeudi dans un communiqué. Après avoir tenté sans succès de contacter son propriétaire, la police a été contrainte de briser la vitre. Les frais seront à la charge de ce dernier.

La police rappelle que laisser un animal domestique à l’intérieur d’une voiture, même à l’ombre avec une fenêtre ouverte, peut le mettre en danger de mort. "Avec une température extérieure de 25 degrés, le mercure peut rapidement monter à 50 degrés dans l’habitacle", précise-t-elle.

Toute personne constatant un chien enfermé dans une voiture est par ailleurs invitée à "l'annoncer immédiatement au 117", ajoute la police.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Un Algérien accusé en Suisse de participation à l'Etat islamique

Publié

le

Un Algérien de 51 ans devra répondre de soutien à l'Etat islamique devant le Tribunal pénal fédéral à Bellinzone. (archives) (© Keystone/KEYSTONE/TI-PRESS/ALESSANDRO CRINARI)

Un Algérien de 51 ans est accusé par le Ministère public de la Confédération (MPC) de participation au groupe terroriste interdit Etat islamique. Il est notamment soupçonné d'avoir planifié un attentat en Europe, en France en particulier. Ce

Ce ressortissant algérien est venu en Suisse après avoir échoué à rejoindre depuis son pays en 2017 l'Etat islamique (EI) via la Turquie et s'y engager en tant que combattant. En Suisse, il voulait se mettre en contact avec d’autres membres et partisans de l’EI et d’agir au service de l’organisation, indique jeudi le MPC dans un communiqué.

Devant le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone où il est renvoyé, le prévenu devra aussi répondre de possession de représentations de la violence. La présomption d'innocence s'applique jusqu'à l'entrée en force d'un jugement, rappelle le MPC.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Capricorne

Il semble que quelques douleurs articulaires puissent vous gêner… Faites en sorte d’éviter les gros efforts physiques ou les marches trop longues.

Les Sujets à la Une

X