Rejoignez-nous

Suisse

Alain Berset reconnaît avoir mal choisi ses mots

Publié

,

le

Les coprésidents du parti socialiste suisse ont pris leurs distances après les récentes déclarations d'Alain Berset dans la presse (archives). (© KEYSTONE/GABRIEL MONNET)

Le président de la Confédération Alain Berset reconnaît s'être trompé dans le choix de ses mots. Il avait parlé de "frénésie guerrière dans certains cercles" dans une interview accordée à la "NZZ am Sonntag" à propos de l'Ukraine attaquée par la Russie.

Des réactions lui ont montré "que ce n'était pas le bon choix de mots", déclare-t-il dans une interview accordée mardi soir à l'édition en ligne du journal alémanique Tages Anzeiger. Mais il est clair que la réponse à cette guerre d'agression brutale ne peut pas être uniquement le réarmement, ajoute-t-il. Selon lui, la Suisse doit justement penser dans une logique de paix et de diplomatie. C'est la force du pays.

"Pour être tout à fait clair", poursuit Alain Berset, "je parle d'un climat de pure logique de guerre qui m'inquiète. Mon intention n'a jamais été de critiquer certaines personnes ou certains Etats, mais de montrer qu'il existe d'autres possibilités de soutenir l'Ukraine".

Il va de soi que l'Ukraine doit se défendre avec toute sa force et son soutien, elle en a "tout à fait le droit face à l'incroyable agression de la Russie", déclare le président de la Confédération.

Apparemment, on a aussi eu l'impression que l'Ukraine devait immédiatement négocier avec la Russie, explique-t-il. C'est faux, les conditions ne sont pas réunies pour cela, "car pour cela, la Russie doit arrêter la guerre, respecter le droit international et les droits humains et quitter le territoire ukrainien, comme le Conseil fédéral l'a encore exigé après sa dernière séance".

De passage à la Haute Ecole de St-Gall (HSG) mardi soir, Alain Berset a tenu à calmer le débat. Il en a appelé à avoir une vision "plus large", après avoir constaté dans les discussions sur l'Ukraine au plan international "une logique de guerre", selon un extrait de son intervention diffusé en soirée dans l'émission "10vor10" de la SRF. Le président de la Confédération a souligné l'importance de protéger la population civile en Ukraine et de procéder au déminage dans les zones de guerre.

Mattea Meyer se distancie

Plus tôt, la coprésidente du PS Mattea Meyer a pris ses distances avec l'expression de Berset de "frénésie guerrière" en rapport avec la guerre en Ukraine et les livraisons d'armes occidentales.

ll s'agit de l'opinion personnelle de M. Berset, a déclaré Mme Meyer au téléjournal de la télévision suisse alémanique SRF. Personnellement et en tant que coprésidente du parti, elle ne partage pas cette opinion. Elle l'a d'ailleurs fait savoir à son collègue de parti et président de la Confédération.

Bien sûr, les événements de la guerre donnent de l'élan aux forces qui défendent le principe d'un renforcement de l'armée, a déclaré Mattea Meyer. Ceux-ci tentent également de tirer profit de la situation et de désamorcer les directives sur l'exportation de matériel de guerre, a-t-elle ajouté.

Le gouvernement agit de manière peu cohérente et se cache derrière la neutralité, avait déclaré lundi l'autre coprésident du PS Cédric Wermuth à la "NZZ". "Je partage le souhait d'Alain Berset de mettre fin à l'effusion de sang, mais je ne partage ni son analyse ni ses conclusions", a dit le conseiller national argovien à l'édition en ligne.

Pour l'instant, il n'y a pas de perspective de négociations. Poutine a d'autres objectifs, il est le seul obstacle à la paix, selon Wermuth.

"Frénésie guerrière"

Alain Berset avait défendu ce week-end la position du Conseil fédéral dans la guerre en Ukraine. Le gouvernement refuse fermement d'autoriser une réexportation de munitions suisses par des Etats européens vers l'Ukraine pour lui permettre de se défendre face à l'agression russe. A la place, il insiste sur l'engagement de la Suisse pour la protection de la population civile.

Les armes suisses ne doivent pas pouvoir être utilisées dans une guerre, avait affirmé Alain Berset, soulignant qu'il s'agit là du "noyau dur" de la neutralité. Et le ministre de mettre en garde contre une atmosphère semblable à celle qui régnait avant la Première Guerre mondiale. "Je sens aussi aujourd'hui cette frénésie guerrière dans certains milieux. Et j'en suis très inquiet", affirmait-il.

Ces déclarations ont provoqué de vives réactions en Suisse et à l'étranger. Les partis, à l'exception de l'UDC, les ont critiquées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Campagne nationale face à l'explosion des cyber-arnaques

Publié

le

Campagne de prévention des polices contre le phishing. (© )

Avec la diminution des paiements en espèces, les escroqueries à la carte bancaire augmentent sans cesse, prévient Card-Security dans la nouvelle campagne nationale de prévention de la police. Des conseils pratiques sont donnés pour se prémunir efficacement.

"Force est de constater que les titulaires de cartes agissent souvent avec une grande imprudence", relève Bernard Vonlanthen, de l'unité communication et prévention à la police cantonale Fribourg, dans un communiqué de l'organisme de prévention Card-Security.ch envoyé mercredi.

Chaque année, les fraudes à la carte bancaire augmentent de 10 à 20%. Le hameçonnage (phishing) reste l'arnaque la plus courante, exploitant la crédulité et l'ignorance des victimes.

Les paiements électroniques sont très sécurisés, à condition de respecter certaines précautions de base, rappellent les polices. Et c'est là que le bât blesse: certaines personnes ignorent par exemple qu'il ne faut jamais divulguer des données confidentielles comme leurs codes de sécurité ou leurs codes CVV.

De même, avant de confirmer une transaction par SMS, il est essentiel de s'assurer de sa légitimité et de l'identité de l'expéditeur, précise Bernard Vonlanthen.

90 millions en 2023

Les fraudes à la carte touchent des personnes de tout âge et portent sur les montants les plus divers. Elles auraient atteint au total l'an dernier près de 90 millions de francs en Suisse.

Cette estimation comprend aussi bien les transactions par carte dans les magasins et sur Internet que les retraits aux bancomats en Suisse et à l'étranger. Selon les indications des corps de police, le montant moyen des délits se situe entre 1000 et 2000 francs. Mais il peut dans certains cas être beaucoup plus élevé et atteindre le plafond de retrait fixé.

Les cybercriminels agissent de manière de plus en plus professionnelle, relève encore le communiqué. La plupart des arnaques commencent par du hameçonnage. Les cibles sont contactées par courriel, SMS ou chat par des tierces personnes, qui les dirigent sous un prétexte quelconque vers un site web frauduleux.

A la pêche

Les escrocs vont alors "à la pêche" aux informations confidentielles. Les victimes sont invitées à saisir leur identité ou leurs données de carte pour que la marchandise commandée puisse "enfin" leur être livrée ou qu'un abonnement prétendument bloqué soit réactivé.

Parmi les bons réflexes à avoir, la police conseille de: se méfier des messages provenant d'expéditeurs inconnus, vérifier systématiquement l'adresse de l'expéditeur et l'URL, ne cliquer sur aucun lien, n'ouvrir aucune pièce jointe, se méfier de tout message urgent exigeant une action immédiate.

Card-Security recommande aussi de s'assurer que le paiement soit sécurisé avant de saisir les données, d'utiliser des mots de passe robustes et l'authentification à deux facteurs au moins, de vérifier régulièrement les transactions et les relevés de compte, de fixer un plafond de retrait bas et de porter plainte en cas d'arnaque.

La campagne de prévention est déployée du 29 mai au 26 juin puis du 28 août au 25 septembre. Elle reposera principalement sur les médias en ligne et sur la communication relayée par les corps de police.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

30 lieux de fêtes pour le Festival de la Cité 2024

Publié

le

13 scènes seront à retrouver au coeur de la Cité durant le Festival. La récente, "Les Balcons de la Mercerie", sera de retour cette année avec une nouvelle scénographie. (Archives © KEYSTONE/Cyril Zingaro)

Le Festival de la Cité va à nouveau prendre possession du quartier historique de Lausanne. Une 52e édition, prévue du 2 au 7 juillet prochain et dont la programmation a été dévoilée ce mercredi. 136 projets seront à découvrir, avec pas moins de 33 nationalités représentées.

52e mouture du Festival de la Cité. Sa programmation a été dévoilée ce mercredi matin par l'équipe : près de 140 projets artistiques (dont une quarantaine premières suisses), dans plus de 30 lieux différents. L'occasion, selon la directrice de la Cité, de découvrir le quartier historique différemment, mais pas seulement comme nous le confirme Martine Chalverat :

Cette année, le Festival propose également des projets co-construits avec des institutions ou collectifs locaux. On peut citer une parade avec les Maisons de Quartier et Eben-Hézer, un cinéma open air nomade géré par le Nouveau Cinématographe, ou encore une scène dans les Vergers de l'Hermitage. Cela permettra au Festival d'investir de nouveaux lieux.

Martine Chalverat, directrice du Festival de la Cité :

La découverte, c'est aussi le crédo de la programmation. Par exemple avec le volet musical, où les programmateurs ont garanti que le public pourra découvrir des "futures têtes d'affiches"

Joe Frailich, programmatrice musique du festival :

Une belle place aux artistes suisses

Comme chaque année, le Festival dédie une belle place aux groupes ou projets helvétiques. La musicienne Billie Bird sera notamment présente, accompagnée de plusieurs choristes et de son groupe.

Joe Frailich, programmatrice musique du festival :

Et la Suisse alémanique sera également à l'honneur pour cette édition 2024, avec certains groupes qui franchiront le Röstigraben pour la première fois. On retrouve Joe Frailich :

Du monde en plateau

Autre axe du Festival de la Cité, les arts vivants. Parmis les différents projets présentés, l'équipe du Festival souligne le nombre de ceux mettant en scène un grand nombre de personnes, ce qui tend à devenir plus rare dans ce domaine, comme nous le confirme le programmateur arts vivants de la Cité, Jonas Parson :

La programmation d'arts vivants veut aussi mettre en lumière le cirque contemporain et les frontières poreuses qui délimitent ces domaines artistiques.

Jonas Parson, programmateur arts vivants du Festival :

La programmation du Festival de la Cité 2024 est à retrouver sur le site internet de la manifestation.

Continuer la lecture

Genève

La défense de Tariq Ramadan plaide l'acquittement

Publié

le

Tariq Ramadan, accompagné de son avocate Yaël Hayat, espère être acquitté par la Chambre pénale d'appel et de révision de Genève (archives). (© KEYSTONE/Valentin Flauraud)

La défense de Tariq Ramadan est entrée en scène mercredi, au dernier jour du procès en appel de l'islamologue qui est accusé de viol et de contrainte sexuelle. Elle demande que l'intellectuel genevois soit acquitté, comme ce fut le cas en première instance.

Pour l'avocate Yaël Hayat, l'affaire que la Chambre pénale d'appel et de révision de Genève doit juger ne concerne pas un viol brutal, mais est l'histoire d'une femme meurtrie, qui a été blessée dans son coeur par un homme qu'elle admirait, car elle a été repoussée par lui cette nuit d'octobre 2008, dans la chambre d'un hôtel genevois.

L'avocate a notamment rappelé le message que cette femme a envoyé le lendemain des faits à l'homme qui lui aurait fait subir une nuit d'horreur. "Je rêve de t'embrasser et j'aurais voulu que tu aies confiance en moi". Des mots qui sont en "incohérence totale" avec l'accusation, selon Mme Hayat.

Véronique Fontana, l'avocate de la plaignante, a estimé, de son côté, qu'il existait suffisamment d'éléments pour conclure que Tariq Ramadan était bien coupable de viol. L'islamologue est accusé par plusieurs femmes du même crime en France. Et ce qui réunit toutes ces affaires est un même "mode opératoire".

Il s'agit, a indiqué Mme Fontana, de viols avec violence, comprenant des coups, des gifles et des insultes. Ils sont commis sur des femmes fragilisées dans une chambre d'hôtel. Pour l'avocate, il s'agit d'une signature, comparable à une empreinte digitale. Le viol de Genève correspond à ce mode opératoire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Beijing 2022

Un ticket olympique pour Alexis Bayard

Publié

le

Alexis Bayard ira finalement aux Jeux de Paris (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Alexis Bayard disputera finalement les Jeux olympiques de Paris cet été. L'épéiste valaisan a obtenu une place de quota directe par la Fédération internationale (FIE), a annoncé Swiss Fencing.

Cette place a pu être réattribuée parce que la nation hôte, la France, n'a pas utilisé toutes les invitations disponibles, souligne la fédération suisse. Cette dernière wildcard revient à l'escrimeur le mieux classé à l'issue de la phase de qualification, Alexis Bayard en l'occurrence.

Le Valaisan de 27 ans avait échoué en quart de finale du tournoi de qualification olympique organisé fin avril au Luxembourg. Il est le deuxième Helvète à décrocher un ticket pour ces Jeux après la Chaux-de-Fonnière Pauline Brunner, qui était quant à elle parvenue à s'imposer lors de ce tournoi de zone.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Voilà une journée agitée, où il est essentiel de garder un œil attentif sur les menaces de rupture de contrats ou pertes de papier officiels. Vigilance oblige !

Les Sujets à la Une

X