Rejoignez-nous

Football

Alex Frei: une défaite qui fait mal

Publié

,

le

Alex Frei: il jouera peut-être son avenir ce mercredi... (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

La fin de l'hiver s'annonce particulièrement rude pour Alex Frei. La défaite 3-2 concédée au Parc St. Jacques devant le FC Lucerne fragilise encore davantage la position de l'entraîneur du FC Bâle.

Après un nul jugé "encourageant" à St. Gall qui avait été arraché à dix contre onze, le FCB est tombé de haut. Il s'incline à domicile pour la première fois devant le FC Lucerne depuis le 26 avril 2015. Les Lucernois ont raflé la mise grâce à la réussite de Benjamin Kimpioka à la 89e minute. Prêté par l'AIK Solna, l'attaquant suédois n'a eu qu'à pousser le cuir dans la cage après une passe magnifique de Max Meyer.

Déjà à l'origine du 2-1 de son capitaine Ardon Jashari à la 74e, le stratège allemand s'est régalé devant les largesses de la défense adverse. Sa vista a conduit les siens vers une victoire qui n'est pas imméritée.

A Bâle, l'unique motif de satisfaction réside dans l'allant témoigné par Zeki Amdouni, auteur d'un but et d'un assist. Mais à lui seul, le Genevois ne peut pas gommer tous les manques d'une équipe qui n'est pas loin de basculer dans la crise. Elle le sera sûrement si elle est éliminée de la Coupe de Suisse mercredi par les Grasshoppers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

La Belgique trébuche face à la Slovaquie

Publié

le

Amadou Onana (en rouge) et la Belgique sont tombés sur un os pour leur premier match de l'Euro. (© KEYSTONE/AP/Themba Hadebe)

Deuxième surprise dans le groupe E de l'Euro. Après la victoire de la Roumanie contre l'Ukraine (3-0), la Slovaquie a battu la Belgique à Francfort lundi (1-0).

Ce sont pourtant les Belges qui ont réalisé un départ canon, emmené par un Jérémy Doku bien décidé à faire des différences sur son côté droit. Romelu Lukaku a toutefois raté la balle du 1-0 après une percée décisive de l'ailier de Manchester City.

Un peu trop en confiance, Doku a ensuite tenté un dribble dangereux près de son poteau de corner. Juraj Kucka a hérité du cuir dans la surface et son tir, renvoyé par Koen Casteels, le suppléant de Thibaut Courtois devant le but belge, est tombé dans les pieds d'Ivan Schranz. L'attaquant slovaque, du plat du pied, a plongé les Diables Rouges en plein doute (7e).

La VAR contre Lukaku

Muet lors de la phase de groupes du dernier Mondial qui avait vu la Belgique sortir prématurément, Romelu Lukaku ne s'est pas remis en confiance. Après son raté initial, il a perdu un face-à-face avec Martin Dubrovka (42e), avant de voir son but égalisateur être annulé par la VAR pour une position de hors-jeu (56e).

Et lorsque le buteur de l'AS Rome a repris victorieusement un bon service de l'entrant Loïs Openda en fin de match (86e), la VAR est à nouveau intervenue pour sanctionner une main du passeur décisif. Si elle veut éviter un nouveau camouflet dans une grande compétition, la Belgique devra se ressaisir samedi contre la Roumanie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

La furia roumaine assomme l'Ukraine

Publié

le

Les joueurs roumains ont régalé leurs supporters venus en nombre à Munich. (© KEYSTONE/AP/Antonio Calanni)

La Roumanie a déjoué les pronostics lundi à Munich face à une équipe d'Ukraine pourtant séduisante sur le papier. Les "Tricolori" l'ont emporté 3-0 au terme d'une partie qu'ils ont largement dominée.

Très solides défensivement pendant une demi-heure, les Roumains ont ensuite accentué leur pressing jusqu'à forcer une mauvaise relance d'Andriy Lunin. Le capitaine Nicolae Stanciu ne s'est pas fait prier pour punir cette erreur du portier du Real Madrid (29e).

Décevant, le trident offensif ukrainien composé de Mudryk (Chelsea), Dovbyk et Tsygankov (Girona) n'a tout simplement rien pu faire face au bloc mis en place par le sélectionneur roumain Edward Iordanescu.

La Roumanie a même mis K.O. son adversaire en deuxième mi-temps en quatre minutes. Une frappe lointaine de Razvan Marin (53e), sur laquelle Lunin n'a de loin pas été irréprochable, et une déviation de Denis Dragus (57e) après un corner joué à deux ont permis aux Roumains d'assurer leur première victoire dans ce groupe E.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

"On devrait laisser la politique aux autres", estime Unai Simon

Publié

le

Le gardien espagnol Unai Simon estime que les footballeurs n'ont pas à s'occuper de politique (© KEYSTONE/EPA EFE/MIGUEL ANGEL MOLINA)

Interrogé sur la prise de position de Kylian Mbappé "contre les extrêmes" dimanche, le gardien espagnol Unai Simon a estimé lundi que les joueurs "devraient laisser la politique aux autres".

"Kylian est un joueur qui a beaucoup d'influence dans le monde et dans la société. Les joueurs en général, nous avons beaucoup d'influence. Mais c'est un sujet politique, et je crois que nous avons la tendance à parler de certains sujets dont je ne sais pas si on devrait parler" a déclaré le gardien de l'Athletic Bilbao en conférence de presse au camp de base de l'Espagne pour l'Euro 2024.

"Moi je suis un joueur de football, et je pense que c'est la seule chose dont je devrais parler et laisser les sujets politiques aux autres", a-t-il ajouté en réponse à une question sur la prise de position de Kylian Mbappé dimanche à propos des élections législatives anticipées en France.

Le capitaine des Bleus a appelé "les jeunes à aller voter" car "les extrêmes sont aux portes du pouvoir", estimant que la jeune génération avait "l'opportunité de choisir l'avenir de notre pays". Il a défendu son coéquipier Marcus Thuram qui "n'a pas été trop loin" en expliquant samedi qu'il fallait "se battre pour que le RN ne passe pas", en assurant se "ranger" de son côté.

"Je suis contre les idées qui divisent. (...) J'espère qu'on sera encore fier de porter ce maillot le 7 juillet", a ajouté Mbappé.

Cette prise de position, largement commentée dans les médias français, fait aussi parler en Espagne. Le journal AS titrait ainsi lundi matin "Mbappé contre l'extrême droite", avant l'entrée en lice des Bleus contre l'Autriche (21h).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Michel Aebischer, un héros discret

Publié

le

Michel Aebischer cultive une certaine discrétion (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Buteur et passeur lors du 3-1 contre la Hongrie samedi à Cologne à l'Euro, Michel Aebischer cultive une certaine discrétion qui peut trancher avec le bling-bling véhiculé par bien d'autres.

"Je sais ce que je peux apporter à l'équipe. Mes entraîneurs le savent aussi. Le reste m'importe peu", explique celui qui n'était, sur le papier, que la cinquième roue du char en ligne médiane derrière Granit Xhaka, Remo Freuler, Denis Zakaria et Vincent Sierro. Mais c'était sans compter le choix de Murat Yakin de le titulariser sur le flanc gauche avec comme mission de se recentrer en phase offensive.

"Au coach de décider"

"Dans le même temps, Rodriguez a glissé sur la gauche et Widmer a un peu reculé sur le flanc droit pour revenir sur quelques phases à une défense à quatre, précise le joueur de Bologne, présent devant la presse lundi. Cette flexibilité a, je crois, beaucoup gêné les Hongrois."

Michel Aebischer ne sait pas si ce schéma qui privilégie la supériorité numérique au c½ur du jeu sera reconduit mercredi contre l'Ecosse. "Les Ecossais sont sans doute en train d'analyser notre match de samedi pour trouver la parade, poursuit-il. J'ignore, par ailleurs, les intentions de notre entraîneur. Nous n'avons pas encore parlé du match de mercredi. J'espère bien sûr jouer à nouveau. Mais c'est au coach de décider." De jouer plutôt pour mieux coller à la philosophie de Murat Yakin.

Sélectionné pour la première fois le 18 novembre 2019 lors de la rencontre gagnée 6-1 à Gibraltar où il avait relayé Ruben Vargas à la 85e minute, Michel Aebischer aura dû attendre son 21e match avec l'équipe de Suisse pour marquer enfin les esprits. "Il y a de si bons joueurs pour occuper les places en ligne médiane dans cette équipe de Suisse, sourit Michel Aebischer. Le fait de ne pas jouer ne me gêne pas. Être convoqué en équipe de Suisse est un immense honneur. Si je suis sur le banc, je peux vous assurer que je suis le plus grand fan de l'équipe."

Mais comme Thiago Motta à Bologne, Murat Yakin se rend compte gentiment que se priver encore longtemps d'un joueur au sens tactique aussi affiné serait une aberration.

"Notre équipe peut aller loin"

Celui qui "n'a plus pensé à rien lorsque le ballon a fini dans les filets hongrois pour le 2-0" garde les pieds sur terre. "Dans nos têtes, le match contre la Hongrie ne compte plus, lâche-t-il. Mercredi contre l'Ecosse, les compteurs seront remis à zéro. Les Ecossais vont réagir après la claque reçue contre l'Allemagne. C'est certain, affirme-t-il. Nous ne les sous-estimerons pas. Cette équipe sera dangereuse..."

A la Suisse de gagner comme samedi la bataille du milieu pour s'emparer du contrôle de la partie. "Même si nous ne devons pas nous projeter au-delà du match de mercredi, j'ai le sentiment que notre équipe peut aller loin dans ce tournoi", ajoute-t-il presque en s'excusant d'une telle audace.

A 27 ans, Michel Aebischer s'avance comme le porte-drapeau d'un football fribourgeois toujours en grande souffrance. "C'est vrai que le foot à Fribourg n'est pas vraiment au... top, glisse-t-il. Mais si mon parcours peut inspirer les jeunes, j'en serai très heureux." Ce parcours qui l'a mené du FC Heitenried à Bologne en passant par le FC Fribourg et les Young Boys est exemplaire. Loin de tout bling-bling, il l'a conduit là où il voulait aller.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Capricorne

Nervosité depuis votre réveil, ce qui rend les contrariétés plus difficiles à supporter. Prenez du recul, les choses n’ont que l’importance qu’on leur donne !

Les Sujets à la Une

X