Rejoignez-nous

Suisse

Des bouchons sur des kilomètres au Gothard - Un week-end record

Publié

,

le

Le Vendredi saint, le trafic s'était accumulé sur plus de 20 kilomètres entre Amsteg (UR) et Beckenried (NW) (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Les traditionnels bouchons au Gothard ont été près de leur record, ce week-end de Pâques. Jusqu'à 22 km ont été mesurés en direction du sud vendredi. Dans l'autre sens, l'embouteillage devant le tunnel s'est résorbé dans la nuit de lundi à mardi.

Le bouchon dans le sens des retours sur l’autoroute A2 s’est dissipé mardi à 1h00, a annoncé la police cantonale du Tessin sur Twitter. Lundi en début d’après-midi, la circulation était paralysée sur 15 kilomètres.

La Centrale routière Viasuisse a expliqué ce flux de véhicules par le grand besoin d'évasion après deux années de restrictions dues au Covid. Par le passé, le tunnel du Gothard n'avait connu qu'une fois des embouteillages plus longs à Pâques.

C'était 25 kilomètres en 1998, à cause d'un retour de l'hiver et ses conséquences sur les routes. Le record absolu est toutefois de 28 km, atteints à deux occasions lors de week-ends de Pentecôte. En 1998, à cause de l'incendie d'un car sur l'itinéraire alternatif du San Bernardino et en 1999, cet itinéraire alternatif de l'A13 étant cette fois fermé pour causes d'inondations aux Grisons.

Alternatives

Ce besoin d'évasion s'était déjà remarqué sur la densité du trafic dès le week-end précédent, avec 14 km le samedi des Rameaux. Et la semaine, déjà dans la nuit du jeudi à vendredi, la longueur des bouchons n'est jamais descendue en dessous de 8 kilomètres. Il a atteint son paroxysme en début d'après-midi, à 22 km, soit plus de trois heures et demie d'attente, selon le TCS.

La patience était également de mise sur la route du San Bernardino: vendredi, les voyageurs sur l'A13 avaient besoin d'environ une heure de plus que d'habitude pour parcourir le tronçon entre Coire et Bonaduz, a indiqué Barbara Roelli de Viasuisse à l'agence de presse Keystone-ATS.

L'Office fédéral des routes (OFROU) a donc recommandé aux voyageurs venant de l'ouest de la Suisse de passer par le Valais, c'est-à-dire par le chargement des voitures au Löschberg, ou par le tunnel du Grand-Saint-Bernard, comme itinéraire alternatif supplémentaire vers l'Italie. Lundi dans le sens des retours, il fallait néanmoins compter avec près d'une demi-heure d'attente avant de charger son véhicule à Goppenstein pour le Lötschberg ou à Oberwald pour la Furka.

Retours

Avec ces départs supérieurs aux prévisions, les automobilistes ont apparemment anticipé les retours. Dimanche déjà, la Centrale routière du TCS/Viasuisse mesurait jusqu'à sept kilomètres d'embouteillage au portail sud du Gothard.

Et lundi, le tunnel s'est à nouveau transformé en goulet d'étranglement dès la matinée pour les voyageurs de retour des congés de Pâques. Le bouchon entre Faido et le Gothard s'est progressivement allongé pour atteindre jusqu'à 15 km en début de soirée.

Le point culminant du trafic devait être atteint en soirée, mais le trafic ne pourrait retrouver sa fluidité pas avant mardi, selon Viasuisse. Les vacances pascales se poursuivant cette semaine pour certains, la Centrale routière n'exclut pas que les retours s'échelonnent encore durant quelques jours.

De manière plus surprenante, selon Viasuisse, des bouchons se sont également formés dès le matin dans le sens inverse, en direction du sud, également sur plusieurs kilomètres. Le temps d'attente a parfois dépassé une heure.

Au cours des deux dernières années, marquées par la pandémie de coronavirus, les embouteillages s'étaient faits plus rares. En 2020, les autorités avaient notamment déconseillé les voyages vers le sud en raison de la situation sanitaire au Tessin, ce qui n'avait entraîné aucune file d'attente à Pâques. L'année suivante, des bouchons avaient été enregistrés, mais dans une faible mesure.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

La force tranquille d'Antoine Bellier, qui arrive à maturité

Publié

le

Antoine Bellier a déjà rempli son objectif de la saison (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'envol pour New York sera pour la semaine prochaine. A 25 ans, Antoine Bellier s'apprête à découvrir à Flushing Meadows l'atmosphère unique des tournois du Grand Chelem.

"En début d'année, j'étais 490e mondial et mon objectif était d'obtenir le classement qui me permettrait de disputer les qualifications de l'Open d'Australie en janvier 2023", confesse le gaucher genevois. L'objectif a été pulvérisé en sept mois avec ce 191e rang obtenu au 8 août qui lui ouvre les portes des qualifications de l'US Open.

Le chemin a toutefois été bien tortueux. "Pendant cinq ans, je terminais mes saisons dans le rouge. Aujourd'hui, je commence à gagner un peu plus d'argent pour couvrir mes frais, dit-il. Mais la pression est bien là. Dans le tennis, chaque année doit être meilleure que la précédente pour survivre !"

2022, la belle année

2022 est, pour l'instant, la plus belle pour Antoine Bellier. Victorieux du Challenger de San Luis Potosi sur la terre battue mexicaine, il s'est hissé en demi-finale du tournoi ATP 250 de Majorque sur gazon. "J'ai eu un peu de réussite sur ces deux tournois dans la mesure où j'ai, les deux fois, écarté des balles de match dans les qualifications", sourit Antoine Bellier bien conscient que son jeu d'attaque est vraiment un jeu à risque.

"Parfois cela tourne dans l'autre sens. Il y a deux semaines au Challenger de Pozoblanco, je m'impose devant le 111e mondial au premier tour (ndlr: le Portugais Nuno Borges) avant d'être éliminé au deuxième tour par le 289e (ndlr: le Français Maxime Janvier) après avoir pourtant servi pour le match", raconte-t-il.

Pour le Genevois, l'une des clés de la réussite réside dans une certaine retenue face aux événements. "Il ne faut pas bercer dans l'euphorie lorsque les victoires s'enchaînent. Il ne faut pas non plus tomber dans le 36e dessous après une défaite", explique-t-il. I

Antoine Bellier sait aussi que son style de jeu très particulier l'amène à obtenir "des résultats en dents de scie". "Je ne ferai jamais des demi-finales toutes les semaines, glisse-t-il. Il y a des tournois avec des conditions de jeu, l'altitude comme au Mexique ou le gazon comme à Majorque, qui me sont favorables, d'autres moins. Aujourd'hui, je me dis que je peux battre tout le monde. Que c'est du 50-50 pour chaque match", assure-t-il.

"Mais je sais aussi que si je ne joue pas bien, je peux perdre contre n'importe qui. Mentalement, il y a une sorte d'exigence qui ne doit jamais s'envoler. Il faut aussi apprendre à enchaîner les matches contre des joueurs mieux classés. C'est un peu comme au football. Une équipe qui découvre la Ligue des Champions doit dans un premier temps s'habituer au rythme de l'adversaire avant de performer."

"J'ai toujours cru en moi"

Même si sa feuille de résultats ne sera jamais linéaire, Antoine Bellier affiche une force tranquille qui peut expliquer pourquoi les pièces du puzzle commencent doucement à se mettre en place. "Je ne me suis pas réveillé un beau matin pour voir que tous mes coups touchaient les lignes, lâche-t-il. J'ai toujours cru en moi. J'ai toujours avancé. Je sais aussi que le tennis est un sport qui voit un joueur arriver parfois tard à maturité. "

Rejoindre l'académie de Jean-René Lisnard en novembre 2020 fut ainsi un choix heureux. A Cannes, Antoine Bellier bénéficie du concours d'un entraîneur qui s'est affirmé comme l'un des plus compétents du Circuit. "Daniil Medvedev est passé entre ses mains", précise Antoine Bellier, qui est pour l'instant le no 3 de l'académie derrière les Français Hugo Grenier (ATP 123) et Alexandre Muller (ATP 145).

A Flusging Meadows, comme Simona Waltert d'ailleurs qui vient de rejoindre l'académie, Antoine Bellier sera parfaitement encadré par une structure qui commence vraiment à faire ses preuves même si Daniil Medevdev a décidé de voler de ses propres ailes.

Enfin, Antoine Bellier se félicite de la saine émulation entre les joueurs suisses derrière Roger Federer et Stan Wawrinka. Après Marc-Andrea Hüsler, douzième joueur suisse à être entré dans le top 100 de l'ATP, Dominic Stricker (ATP 126), Alexander Ritschard (ATP 179) et Antoine Bellier frappent désormais à la porte. "Il me manque près de 250 points pour entrer dans le top 100, remarque Antoine Bellier. La route est encore très longue. Mais c'est celle que je dois suivre pour disputer les plus grands tournois du monde. C'est ce que je veux."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

BCGE: bénéfice semestriel record et rythme de croissance maintenu

Publié

le

La BCGE a dévoilé une performance semestrielle 2022 marquée par la hausse des volumes d'affaires, des recettes et des résultats. (archives) (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Banque cantonale de Genève (BCGE) a dévoilé mardi une performance semestrielle marquée par la hausse des volumes d'affaires, des recettes et des résultats.

Fort d'un bénéfice net qualifié de "record", l'établissement annonce une augmentation du résultat global pour 2022.

Le résultat net s'est inscrit à 78,4 millions de francs, en hausse de 21,9% par rapport à la même période l'exercice précédent, indique la BCGE dans un communiqué. Le résultat opérationnel a progressé de 21,3% sur un an à 93,7 millions.

Le bond de la rentabilité s'explique principalement par une forte augmentation du produit d'exploitation, en hausse de 12,6% à 231,2 millions de francs.

Les actifs sous gestion s'élevaient fin juin à 33,0 milliards, en baisse de 3,3% par rapport au bouclement de 2021, tandis que les prêts à la clientèle et les prêts hypothécaires atteignent 18,7 milliards (+2,1%). Représentant 43% du total du bilan de la banque, les prêts hypothécaires sont "stables, signe d'une politique de diversification disciplinée", a souligné la banque dans un communiqué.

Les fonds propres portés à 1,87 milliard maintiennent leur progression (+2,3%). Le ratio de couverture des fonds propres consolidés à 16,46% est légèrement en dessous de celui enregistré au bouclement de 2021 (-3 points de base), mais reste tout de même au-dessus de la norme requise de 12%.

Les charges d'exploitation ont pris 2,9% à 129 millions de francs. L'établissement bancaire affirme que celles-ci traduisent ses investissements dans de nouvelles compétences et technologies en vue de la croissance future, précise le communiqué en soulignant la création de 22 nouveaux postes.

Le nombre d'actionnaires privés et institutionnels a également progressé, pour atteindre 15'615 au 30 juin, dont 15'230 sont privés, souligne la BCGE mardi. La part flottante du capital est largement répartie puisque 83% des actionnaires détiennent entre 1 et 50 actions.

Lors de l'assemblée générale de mai dernier, les actionnaires ont approuvé par 99,51% un dividende rehaussé de 20% à 4,50 francs au titre de l'exercice écoulé.

Pour l'exercice 2022 dans son ensemble, "sauf dégradation de la conjoncture et compte tenu des développements commerciaux planifiés", la direction table sur un résultat global en progression.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Galenica relève ses objectifs après un bon premier semestre

Publié

le

Sur les six premiers mois de 2022, Galenica a vu son bénéfice net atteindre 83,1 millions de francs, en hausse de 4,5% comparé au premier semestre 2021. (archives) (© KEYSTONE/MONIKA FLUECKIGER)

Le distributeur de médicaments et produits de soins Galenica a progressé autant au niveau des recettes que de la rentabilité au premier semestre, dépassant les attentes du marché. La direction a relevé ses prévisions pour l'ensemble de 2022.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 5,5% sur un an à 1,96 milliard de francs, tandis que le résultat d'exploitation (Ebit) a crû de 4,4% à 103,3 millions, a détaillé le groupe bernois mardi.

Les ventes de médicaments sans ordonnance contre le rhume lors de la vague Omicron et de la grippe ont soutenu la performance, de même qu'une fréquentation des pharmacies en hausse dans les grands centres, même si cette dernière reste inférieure par rapport à avant la pandémie. Au premier semestre 2021, les mesures d'hygiène et de distanciation physique pour lutter contre la pandémie avaient eu pour effet de diminuer nettement les affections grippales, précise l'entreprise dans son communiqué.

Les acquisitions de pharmacies, de nouveaux produits et entreprises de service ont contribué à hauteur de 1,1% à la croissance.

Contribution des deux divisions

Sur les six premiers mois de l'année, Galenica a vu son bénéfice net atteindre 83,1 millions de francs, en hausse de 4,5% comparé au premier semestre 2021. A base comparable toutefois, le bénéfice net ajusté a reculé de 1,5% à 81,3 millions.

Les deux divisions ont contribué à la bonne marche des affaires. Le segment Product & Care a vu ses recettes croître de 7,4%, tandis que Logistics & IT a profité d'une croissance de 4,1%. Les investissements ont atteint 30,8 millions, contre 24,7 millions au premier semestre 2021, ce qui explique la nette baisse des flux de trésorerie.

La direction a relevé ses perspectives pour l'ensemble de l'exercice, tablant désormais sur un Ebit ajusté en hausse de 8% à 12%, contre 5-10% jusqu'à présent et après un recul de 1,4% pendant le semestre sous revue. L'Ebit 2021 pris en compte pour la comparaison exclut deux effets exceptionnels: les résultats liés au Covid-19, estimés à 25 millions, et la vente de son siège social à Berne qui a rapporté 9,4 millions. La croissance des ventes doit s'élever à 2-4%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Culture

La 38e édition du far° à Nyon incite à "faire connivences"

Publié

le

Le far° se déroule à Nyon du 10 au 20 août (archive). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La 38e édition du far° se tient dès mercredi à Nyon, jusqu'au 20 août. Le festival d'arts vivants veut inciter à faire "faire connivences".

"Cultiver l'art de faire naître les affinités qui nous lient autant que les impulsions à agir ensemble, dans la joie et la confiance que procurent la certitude d'être portés par nos acolytes", c'est l'ambition de cette cuvée 2022, écrivent lundi les organisateurs dans un communiqué.

Le programme, qui comporte une vingtaine de projets, permettra de "réinventer notre rapport au son, à la lumière, à l'obscurité et au sommeil", s'exercer à "porter une attention renouvelée à l'autre", "se plonger en nature" ou encore "désapprendre à raconter".

Trois propositions sont gratuites: "Par la fenêtre orange", de Dream Teen, "..en jumelle · en chanté", de Laurent Pichaud et "Résilience corps fluide", un atelier de Shannon Cooney.

Le far° est dirigé depuis février dernier par Anne-Christine Liske, mais cette 38e édition porte encore essentiellement la marque de l'ancienne direction.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Sept nouveaux chiots Saint-Bernard à Martigny (VS)

Publié

le

Edène avec un de ses petits. (© Fondation Barry/Déborah Dini)

Sept petits Saint-Bernard ont vu le jour à la Fondation Barry le 31 juillet. Si tout se passe bien, il sera possible de les voir s'ébattre dès la mi-septembre dans les parcs du Barryland à Martigny (VS).

La chienne "Edène du Grand St. Bernard" et le mâle "Gin von Liebegg" ont donné naissance à cinq femelles et deux mâles. "La naissance s'est bien déroulée et la maman et ses chiots sont en très bonne santé", a indiqué lundi la Fondation Barry dans un communiqué.

Les petits Saint-Bernard porteront tous des noms commençant par la lettre M, mais ceux-ci n'ont pas encore été déterminés. La tradition veut en effet que les noms des chiens d'une même portée débutent par la même lettre et chaque portée à une lettre initiale différente en suivant l'ordre alphabétique.

Il s'agit de la première portée pour Edène, jeune chienne de deux ans née à la Fondation Barry. Il en va de même pour Gin von Liebegg. Ce mâle de trois ans est "un étalon reconnu par la Société cynologique suisse", précise la fondation Barry.

Environ 30 Saint-Bernard vivent en permanence à la Fondation Barry et une vingtaine de chiots avec pédigrée naissent en moyenne chaque année au chenil. En attendant de pouvoir voir les petits Saint-Bernard, leur évolution peut être suivie au quotidien via la webcam sur le site internet de la fondation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poissons

L'agressivité de l'un n'a jamais amélioré l'autre… Engager calmement le dialogue amènerait nettement de bien meilleurs résultats !

Les Sujets à la Une

X