Rejoignez-nous

Suisse

En mains américaines, Crans-Montana veut déployer son potentiel

Publié

,

le

Le rachat du domaine skiable de Crans Montana par le géant Vail Resorts ouvre de nouvelles perspectives pour la destination valaisanne. (KEYSTONE / JC BOTT) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le rachat du domaine skiable de Crans Montana par Vail Resorts ouvre de nouvelles perspectives. " C'est un signal positif pour les investisseurs et cela permettra d'accélérer notre croissance", souligne Bruno Huggler, directeur de Crans Montana Tourisme et Congrès.

Un peu plus d'un an après l'acquisition d'une participation majoritaire dans Andermatt-Sedrun Sport, le géant des domaines skiables Vail Resort a jeté son dévolu sur Crans Montana, sa deuxième acquisition en Europe. "C'est un signe de confiance, une preuve que Vail Resort croit au potentiel de développement des stations suisses", s'est réjoui M. Huggler en marge d'une conférence de presse à Zurich. Il entrevoit de potentielles synergies avec son homologue grisonne.

Pour l'instant, difficile de dire à quoi ressemblera la nouvelle tarification pour les forfaits de Crans Montana lors de l'hiver 2024/2025, lors que la transaction déploiera complètement ses effets. L'abonnement pour l'année coûte actuellement 900 francs, soit l'équivalent du prix de l'Epic Pass américain, qui donne accès à plus de 65 domaines skiables, principalement aux Etats-Unis.

"La stratégie derrière les abonnements multi-destinations est de créer du volume, en élargissant l'offre, tout étant meilleur marché. Mais je pense que les Américains tiendront compte des spécificités en Europe", indique le spécialiste du tourisme.

Vail Resort collabore déjà avec plusieurs stations européennes, dont Ski Arlberg en Autriche depuis 2016, où les détenteurs d'un Epic Pass peuvent skier trois jours consécutifs, à condition de résider dans un hébergement participant à l'opération. "Le plus grand avantage est la valeur marketing et la visibilité obtenue dans la communauté des amateurs de sports d'hiver en Amérique du Nord, un de nos marchés clés", explique une porte-parole de l'office de tourisme de St. Anton am Arlberg.

Clientèle américaine en forte hausse

"L'acquisition nous ouvre les bras de la clientèle américaine, qui pèse pour environ 3% des hôtes actuellement à Crans-Montana. De plus, le marché américain s'est avérée un segment en forte progression au cours des dernières années", a abondé M. Huggler. Il s'attend à une demande additionnelle, dans la mesure où la station compte environ 12'000 résidences secondaires et que la clientèle est à 80% suisse: "il est évident que la situation ne va pas changer du jour au lendemain, nous allons rester une station suisse".

Faire vivre les résidences secondaires est d'ailleurs vital pour la station et M. Huggler constate une amélioration de l'utilisation depuis la pandémie. "J'estime qu'à peu près 15 à 20% sont loués sur Airbnb ou sur d'autres plateformes, nous travaillerons à augmenter cette part".

Avoir un partenaire "expérimenté" comme Vail Resort est aussi une bonne nouvelle pour Crans-Montana, alors qu'elle accueillera les championnats du monde de Mountainbike en 2025 et ceux du ski alpin en 2027. Les investissements "significatifs" de 30 millions de francs annoncés sont aussi de nature à soutenir le développement de l'infrastructure, et devraient encourager d'autres investisseurs.

En février, Six Senses a été la première chaîne hôtelière internationale à ouvrir un hôtel à Crans-Montana, le seul établissement en Suisse du groupe haut de gamme. La chaîne Hyatt devrait également ouvrir un établissement prochainement, portant à 4-5 nouveaux hôtels sur les quatre prochaines années. M. Huggler s'attend également à ce que la transaction avec Vail soutienne les prix immobiliers, en hausse depuis la pandémie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Super League: Yverdon sans Tasar jusqu'au terme de la saison

Publié

le

Une bien mauvaise nouvelle pour Varol Tasar (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Coup dur pour Yverdon: son ailier allemand Varol Tasar (27 ans) sera indisponible jusqu'au terme de la saison. Il souffre d'une rupture du ligament croisé d'un geno

Tasar s'est blessé le 24 février lors de la rencontre perdue 2-0 à domicile par Yverdon contre Bâle. Il était sorti sur une civière. L'IRM effectuée vendredi a montré l'étendue des dégâts.

Cette saison, Tasar avait été l'un des atouts majeurs du promu. Il a inscrit 6 buts et donné 4 passes décisives.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Le Grand Conseil débute le traitement du PAC Lavaux

Publié

le

Les députés vaudois ont commencé mardi de se pencher sur l'épineux dossier du PAC Lavaux. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Grand Conseil vaudois a entamé ce mardi le traitement de l'épineux dossier du PAC Lavaux. Il a voté l'entrée en matière à l'unanimité puis commencé à examiner le règlement. Des débats qui n'ont, pour l'instant, pas créer de vague.

Ce plan d'affectation cantonal (PAC) vise à préciser la protection du site classé au Patrimoine mondial de l'Unesco. Un objet inédit, devant les députés cantonaux.

Lors des discussions d'entrée en matière, plusieurs députés de droite ont affirmé qu'il fallait certes protéger le paysage caractéristique de Lavaux, mais aussi les activités humaines.

"Sans vignerons, pas d'Unesco", a notamment affirmé Florence Gross. La députée PLR est directement concernée par le dossier, elle qui était il y a dix ans co-présidente du comité de soutien du contre-projet à l’initiative "Sauver Lavaux" Selon elle, ce PAC doit viser à "simplifier le travail des vignerons", et non pas le "compliquer encore plus avec des interdictions."

Florence GrossDéputée PLR au Grand Conseil

La gauche a toutefois mis en garde contre certains assouplissements. Pour Claire Attinger Doepper (PS), les amendements qui seront soutenus par la droite "fragilisent la protection paysagère" et "favorisent les intérêts privés" de quelques propriétaires au détriment de "l'intérêt général".

Claire Attinger DoepperDéputée PS au Grand Conseil

Parmi ces futurs "points d'achoppement", Rebecca Joly (Vert-e-s) a notamment mentionné la question du maintien des murs de pierre perpendiculaires, dont certains pourraient être supprimés. Marc Vuilleumier (Ensemble à gauche - POP) a aussi prévenu que son groupe se battrait pour une interdiction de la publicité "qui n'a rien à faire sur un tel site."

Première et dernière

Normalement, c'est le Conseil d'Etat qui adopte un tel PAC et lève les oppositions déposées durant la mise à l'enquête publique (160 dans le cas du PAC Lavaux). Mais dans ce cas précis - et c'est une première historique dans le canton de Vaud -, cette tâche revient au Grand Conseil.

Ces compétences particulières lui ont été attribuées par la loi Lavaux et sont le fruit d'un compromis politique de l'époque. Avec le PAC Lavaux, il avait été convenu que le Grand Conseil aurait le dernier regard.

A l'instar de plusieurs députés, la conseillère d'Etat Christelle Luisier a reconnu que cette procédure s'avérait "extrêmement complexe". Elle a parlé d'une "architecture institutionnelle baroque" et affirmé que le Conseil d'Etat ne souhaitait pas rééditer l'exercice à l'avenir.

Le sujet du plan d’affectation cantonal continue au Grand Conseil ces prochaines semaines.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Suisse

De nombreuses autres victimes se manifestent

Publié

le

D'autres victimes se sont manifestées auprès des diocèses après la publication de l'étude sur les abus : Cathédrale de Lausanne. (Photo d'archives) (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Cent soixante victimes supplémentaires se sont manifestées depuis la publication d'une étude de l'Université de Zurich sur les abus au sein de l'Eglise catholique suisse, il y a six mois. Elles l'ont fait auprès des diocèses et des services d'aide aux victimes.

Le diocèse de Bâle a transmis mardi des chiffres actualisés à ce sujet. Il a enregistré 92 signalements supplémentaires, soit davantage que dans les autres diocèses, a appris Keystone-ATS.

Au total, quatre autres diocèses ont annoncé près de 70 victimes. Celui de Lugano communiquera ses chiffres mercredi.

De son côté, la Conférence des évêques suisses (CES) n'a pas enregistré de signalement car cette tâche incombe aux diocèses, a-t-elle fait savoir. Elle a toutefois annoncé la création de centres nationaux (un par langue) compétents en la matière.

Quant à l'Eglise évangélique réformée de Suisse, elle ne tient pas de statistiques sur les cas d'abus, mais elle élabore actuellement une étude préliminaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La part d'élues a moins progressé en Suisse qu'à l'étranger en 2023

Publié

le

Le secrétaire général de l'Union interparlementaire (UIP) Martin Chungong déplore le harcèlement qui affecte davantage les femmes parlementaires. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La progression de la part de femmes au Parlement fédéral est parmi les moins importantes des élections en 2023 dans différents pays. Les élues atteignent 26,9% dans le monde, 0,4 point de pourcentage de mieux qu'un an plus tôt, selon un rapport publié mardi à Genève.

L'année dernière, des scrutins ont eu lieu dans plus de 50 pays, relève l'Union interparlementaire (UIP). Au terme de ceux-ci, les femmes représentent 27,6% des parlementaires dans ces Etats, près de 1,5 point en plus par rapport aux élections précédentes.

En Suisse, le nombre de femmes a régressé de trois points au Conseil national pour s'établir à 38%, une évolution parmi les moins bonnes des dizaines d'élections organisées dans le monde l'année dernière. En revanche, l'élection au Conseil des Etats a abouti à l'une des meilleures avancées en Europe l'année dernière.

Eswatini a enregistré la progression la plus importante, avec 20 points de pourcentage, de même que toute l'Afrique subsaharienne. Les quotas sont efficaces, étant donné que la part de femmes dans les Parlements où ils sont appliqués atteint près de 29%, contre moins d'un quart dans les autres. Tout comme le système à la proportionnelle, constate le rapport.

Fin 2023, six pays avaient une parité ou une majorité de femmes dans les chambres basses ou les Parlements monocaméraux, un résultat identique qu'un an auparavant. Le Rwanda arrive toujours au premier rang, avec plus de 61%.

Un environnement "très hostile"

"Nous avons une situation contrastée", a déclaré à la presse le secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong. "Beaucoup plus de temps sera requis pour atteindre une parité au rythme actuel", dit-il.

Moins d'un quart des Parlements sont présidés par des femmes. Mais ce chiffre a avancé de 1,1 point en un an. Le rapport déplore également que plusieurs femmes importantes aient quitté la politique l'année dernière. "L'environnement dans lequel elles doivent oeuvrer est très hostile", insiste M. Chungong.

"Les femmes subissent de plein fouet la haine qui se manifeste dans la sphère politique" et sont plus exposées au harcèlement en ligne, dit-il. La situation "semble s'aggraver" avec l'intelligence artificielle (IA), ajoute-t-il. Et d'appeler les Parlements à lutter davantage encore contre ces difficultés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Oubliez la pression et laissez place à la sérénité. Votre amour est LA priorité entre toutes et donc, vous voici prêt/e à tout pour le préserver.

Les Sujets à la Une

X