Rejoignez-nous

Climat

EPFL: les éclairs ascendants scrutés depuis le sommet du Säntis

Publié

,

le

Le sommet du Säntis, en Suisse orientale, est frappé par plus d'une centaine d'éclairs chaque année (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Des scientifiques de l’EPFL ont enregistré les rayons X émis au départ d’éclairs ascendants. Leur étude réalisée au sommet du Säntis permet de mieux comprendre les origines de cette forme de foudre rare et particulièrement dangereuse.

L'équipe de Farhad Rachidi, à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), a pour la première fois mesuré directement un phénomène insaisissable qui explique en grande partie l’origine d’un éclair, les rayons X, selon ces travaux publiés dans la revue Scientific Reports.

En collaboration avec la Haute école spécialisée de Suisse occidentale et l’Université d’Uppsala (Suède), les scientifiques ont enregistré des éclairs depuis la tour située au sommet du Säntis (AI/AR/SG).

Ils ont identifié les rayons X émis au commencement d’éclairs positifs ascendants. Ces éclairs débutent par des vrilles chargées négativement qui montent progressivement depuis un objet situé à haute altitude, avant de rencontrer un nuage d’orage, transférant ainsi une charge positive au sol. Plus rares que les éclairs descendants qui vont d'un nuage vers le sol, ils sont aussi plus dangereux.

"Ils peuvent faire plus de dégâts, car pendant un éclair ascendant, la foudre reste en contact avec une structure plus longtemps que pendant un éclair descendant", explique Toma Oregel-Chaumont, qui prépare un doctorat au sein du Laboratoire de compatibilité électromagnétique, cité vendredi dans un communiqué de l'EPFL.

Bien que l’on ait déjà observé des émissions de rayons X dans d’autres types d’éclairs, c’est la première fois qu’on les enregistre dans des éclairs positifs ascendants.

Mécanismes mystérieux

Le mécanisme à l’origine du déclenchement et de la propagation de la foudre reste un mystère. L’observation de la foudre ascendante depuis des structures élevées comme la tour du Säntis permet de corréler les mesures de rayons X avec d’autres grandeurs mesurées simultanément, comme les observations vidéo à grande vitesse et les courants électriques.

Cette tour de 124 mètres est une cible privilégiée pour la foudre. La ligne de vue est dégagée depuis les sommets voisins, et la vaste installation de recherche est équipée de caméras à grande vitesse, de détecteurs de rayons X, de capteurs de champ électrique et d’appareils de mesure du courant.

La vitesse et la sensibilité de cette installation ont permis à l’équipe d'étayer la théorie selon laquelle les augmentations soudaines du champ électrique de l’air provoquent la "fuite" des électrons ambiants, qui se transforment en plasma: la foudre.

Les observations au sommet du Säntis - qui est frappé par plus de 100 éclairs chaque année - vont se poursuivre. Les scientifiques prévoient d’équiper la tour d’un capteur de micro-ondes, ce qui pourrait permettre de déterminer si cette théorie s’applique également à la foudre descendante.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

Les Etats-Unis se préparent à une vague de chaleur écrasante

Publié

le

Il pourrait faire jusqu'à 38 degrés celsius dans le nord-est des Etats-Unis (archives). (© KEYSTONE/AP/David Santiago)

Des régions du centre et de l'est des Etats-Unis d'Amérique se préparent à subir une vague de chaleur étouffante la semaine prochaine. Les températures, qui devraient être anormalement élevées pour un mois de juin, pourraient monter jusqu'à 38 degrés par endroits.

"Les températures vont s'envoler la semaine prochaine du Midwest vers le nord-est" du pays, a prévenu vendredi sur le réseau social X (ex-Twitter) le service météorologique national (NWS). Il s'attend à "plusieurs dizaines de records" de chaleur journaliers.

Cette vague doit commencer dimanche dans le centre puis se propager à travers le Midwest et le nord-est avant mardi. Elle durera presque toute la semaine, selon le NWS. "La chaleur est la principale cause de décès liés aux conditions météorologiques la plupart des années. Prenez-la au sérieux", a mis en garde le service.

Réchauffement climatique

La capitale Washington a d'ores et déjà activé son alerte à "l'urgence chaleur" pour ce vendredi, a indiqué la maire Muriel Bowser. "Des températures extrêmes sont prévues pour la semaine prochaine".

Le mercure pourrait ainsi monter jusqu'à 38 degrés celsius le 23 juin. Plusieurs autres grandes villes seront concernées, de Chicago à New York.

Selon les scientifiques, les canicules à répétition sont un marqueur sans équivoque du réchauffement de la planète et ces vagues de chaleur sont appelées à encore se multiplier, s'allonger et s'intensifier.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Les intempéries font un mort et plus de 4000 sinistrés au Chili

Publié

le

Le Chili est en proie à des pluies diluviennes après plus d'une décennie de sécheresse (archives) (© KEYSTONE/EPA/Ignacio Vasquez)

Les fortes pluies et vents qui frappent jeudi une grande partie du Chili ont fait un mort et plus de 4000 sinistrés, ont annoncé les autorités, qui ont déclaré l'état de "catastrophe" dans cinq régions du pays.

La tempête a fait un mort à Linares, ville du sud du pays, et affecté 4304 personnes, selon un bilan du Service national de prévention et de réponse aux catastrophes (Senapred). La victime est décédée à la suite de "la chute d'un poteau d'éclairage public", a-t-il précisé.

"Ces pluies vont continuer à tomber très fort", a prévenu le président chilien Gabriel Boric, dans un message envoyé depuis la Suède, où il est en visite officielle.

Le front est accompagné d'une "rivière atmosphérique", une bande étroite dans l'atmosphère qui transporte d'énormes quantités d'humidité laissant présager d'importantes précipitations encore à venir, ont indiqué les services météorologiques, qui ont classé l'intensité du phénomène entre quatre et cinq sur une échelle de cinq.

Le plus haut niveau d'avertissement à la population (alarme climatique) a été déclenché dans six régions, celles de Coquimbo, au nord, de Valparaiso et Metropolitana, au centre, et O'Higgins, Ñuble et Biobio, au sud, en raison de pluies et de vents inhabituellement forts.

À Santiago, dans la région Metropolitana, il n'y a pas eu d'alerte de ce niveau depuis deux décennies, selon les autorités. Le centre du pays souffre d'une grave sécheresse depuis une quinzaine d'années.

Gouffre

La ministre de l'Intérieur Carolina Tohá a annoncé l'état de "catastrophe" dans cinq des six régions placées en alerte afin de faciliter l'aide d'urgence, avant de se rendre dans la ville de Curanilahue, à 600 km au sud de Santiago, la plus touchée en raison du débordement de deux rivières. De nombreuses maisons ont été inondées.

Au cours des dernières heures, environ 350 mm d'eau sont tombés sur cette ville, un record de précipitations pour la région par rapport à 2023.

Quelque 14 millions de personnes vivent dans les cinq régions placées en étant de "catastrophe" sur les 16 que compte le pays de 20 millions d'habitants.

A Santiago, on s'attend à ce que 80 mm d'eau tombent en quelques heures, soit autant que l'ensemble d'un mois de juin habituel.

Les autorités ont décrété la suspension totale des cours dans les établissements scolaires de la capitale et des quatre autres régions du pays affectées, et demandé à la population de limiter les déplacements.

Dans la ville de Viña del Mar, à 110 km de Santiago, les autorités sont en alerte face au risque d'effondrement d'un immeuble de 12 étages et 200 appartements, dans le secteur de Reñaca. Les pluies du week-end ont provoqué un gouffre de 15 mètres de large et 30 de profondeur sous l'immeuble.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Le niveau du lac de Constance commence à baisser, le danger aussi

Publié

le

Des pontons de fortune ont été installés le long du lac Inférieur, à Berlingen (TG). (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Les eaux du lac de Constance ont commencé à baisser. Conséquence, la Confédération a réduit mercredi le niveau du danger de crues le long du lac Inférieur, de "très fort" à "fort". Ce niveau 4 sur 5 vaut désormais pour l'ensemble du lac.

La situation autour du lac de Constance reste tendue, mais le niveau des eaux ne va guère remonter, écrit l'Office fédéral de l'environnement dans son bulletin quotidien de vigilance. Les communes de la région ont pris les mesures nécessaires en cas d'inondations.

Mardi, le danger autour du lac Inférieur, situé à l'ouest de Kreuzlingen et de Constance (D), était maximal (niveau 5). Il n'est désormais plus que "fort". Promenades, parkings et terrasses de restaurants longeant le rivage restent toutefois inondés.

A Berlingen (TG), la route cantonale qui traverse le village reste bouclée, car un tronçon de 50 mètres est inondé. Des pontons de fortune y permettent aux piétons de se déplacer sans se mouiller les pieds. Les entrées des bâtiments y sont protégées par des sacs de sable et des briques.

La Confédération n'attend "pas de précipitations significatives" d'ici à vendredi. Une phase pluvieuse élargie est, en revanche, attendue dans la région pour la nuit de vendredi à samedi. La semaine prochaine s'annonce, elle, plus estivale, avec quelques orages en fin de journée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Canicule: L'Acropole d'Athènes partiellement fermée aux visiteurs

Publié

le

Comme à l'été 2023, durant deux semaines, l'Acropole d'Athènes a été fermée durant 5 heures à cause de la canicule, qui n'est encore jamais arrivée si tôt que cette année (Archives). (© KEYSTONE/AP/PETROS GIANNAKOURIS)

L'Acropole d'Athènes, monument emblématique antique et site le plus visité de Grèce, a fermé au public mercredi en milieu de journée pour cinq heures en raison de la canicule qui sévit dans le pays, a constaté l'AFP.

"Le ministère de la Culture informe qu'aujourd'hui, le site archéologique de l'Acropole sera fermé de 12h00 à 17h00 locales" (11h00 GMT à 16h00 suisses), avait indiqué auparavant ce ministère, alors que des températures pouvant atteindre 43°C sont attendues en Grèce mercredi et jeudi pour la première canicule de l'année.

Le site, classé au patrimoine mondial de l'Unesco et pris d'assaut par les touristes, pourrait également voir cette mesure s'appliquer dans les prochains jours.

La Grèce, pays méditerranéen coutumier des canicules, connaît de fortes chaleurs depuis plusieurs jours avec un pic attendu mercredi et jeudi.

Les températures devraient largement dépasser les 40°C dans de nombreuses régions du pays, selon les services météorologiques.

A Athènes, ville densément peuplée et à la circulation automobile intense, le thermomètre voit rouge avec 40°C attendus mercredi et 42°C jeudi.

Dans la nuit de mardi à mercredi, vers minuit, il faisait 30°C dans le centre de la capitale grecque, selon les services météorologiques.

Historique

"Cette vague de chaleur entrera dans l'histoire", a estimé le météorologue Panagiotis Giannopoulos sur la chaîne de télévision publique ERT.

"C'est la première fois qu'elle survient si tôt" dans ce pays méditerranéen pourtant coutumier des températures estivales élevées.

"Depuis 2000, nous avons connu plusieurs vagues de chaleur en juin (...) mais aucune avant le 15 juin", a-t-il également assuré.

Le ministère de la Crise climatique et de la Protection civile a parlé mercredi d'un risque d'incendie "très élevé" dans huit régions, notamment dans l'Attique qui entoure la capitale grecque et dans une partie du Péloponnèse.

Les autorités ont pris ces derniers jours de nombreuses mesures pour faire face à cette vague de chaleur, la première cette année en Grèce.

Dans plusieurs régions, les écoles resteront fermées mercredi et jeudi, notamment à Athènes, tandis que le ministère du Travail a recommandé le télétravail aux employés du secteur public.

Une salle climatisée est également ouverte dans la station de métro Syntagma, en plein centre de la capitale, afin que les Athéniens qui le souhaitent puissent se rafraîchir, selon la régie des transports urbains.

La Croix-Rouge a distribué près de 12'000 bouteilles d'eau dans le centre d'Athènes et sur le site archéologique de l'Acropole.

L'ONG est intervenue "dans des dizaines d'incidents (blessures légères, écorchures, essoufflement, évanouissements, etc.) survenus aux visiteurs".

Fréquentation record

L'Acropole d'Athènes, au sommet duquel se trouve le temple du Parthénon, avait déjà dû fermer ses portes en juillet 2023 lors d'un épisode caniculaire de deux semaines, inédit dans sa durée.

La Grèce avait alors été frappée par des incendies ravageurs qui ont détruit quelque 175'000 hectares durant l'été 2023.

L'Acropole d'Athènes a enregistré l'an dernier un nombre record de visiteurs, avec près de 4 millions, soit une hausse de plus de 31% en un an.

Sa fréquentation ne cesse de croître en raison notamment des touristes embarqués à bord de navires de croisière qui font escale au Pirée, le grand port proche de la capitale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

Si vous aspirez à modifier votre vie, il est probable que cette transformation se présente enfin... Ce qui se profile à l'horizon est très sympa !

Les Sujets à la Une

X