Rejoignez-nous

Culture

La Lex Neflix veut donner plus de moyens au cinéma suisse

Publié

,

le

Les parlementaires fédéraux Marie-France Roth Pasquier (Le Centre/FR), Elisabeth Baume-Schneider (PS/JU), Simone de Montmollin (PLR/GE) et Olivier Français (PLR/VD) forment une partie du comité romand, venu défendre mardi à Lausanne la Lex Netflix. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les plateformes de streaming pourraient bientôt passer à la caisse en Suisse. C'est l'objectif de la loi sur le cinéma ou "Lex Netflix" sur laquelle les Suisses s'exprimeront le 15 mai prochain.

Socialistes, centristes ou libéraux-radicaux, une large majorité parlementaire et un comité interpartis se lancent dans la bataille de la loi sur le cinéma. Une révision légale qui souhaite que les entreprises étrangères, actifs en Suisse grâce à la numérisation, investissent une part de 4% de ces profits dans l'économie de la région. Sont évidemment visées les plateformes telles que Netflix, Disney+ ou Amazon Prime. Selon le conseiller aux Etats vaudois Olivier Français, une masse très importante des profits réalisés en Suisse par les plateformes ou chaînes de télévision étrangères quittent le pays. Selon les chiffres de l'Office fédéral de la culture, le montant estimé est de l'ordre de 600 millions de francs par année.

Olivier FrançaisConseiller aux Etats - VD

Ce mécanisme des 4% est déjà actif en Suisse et concerne les chaînes de télévision helvétiques. Il s'agirait alors de rattraper une sorte d'égalité entre les acteurs. Elisabeth Baume-Schneider, conseillère aux Etat jurassienne.

Elisabeth Baume-SchneiderConseillère aux Etats - JU

Hausse des prix ?

Les référendaires montent au front et argumentent que ces 4% peuvent être perçus comme un taxe et que les abonnements vont augmenter avec ces changements. Le comité balaye cela, en rappelant que ce projet implique une obligation d'investir et qu'il ne s'agit pas d'une taxe. Concernant la hausse du prix des services, la concurrence et la compétitivité font dire au comité qu'elle ne devrait pas être répercutée.

Par ces changements de loi, l'audiovisuel suisse devrait recevoir environ 18 millions de francs par an. Pour le réalisateur romand Denis Rabaglia, il s'agit aussi de donner d'autres opportunités au domaine en Suisse :

Denis RabagliaRéalisateur

Pour la conseillère aux Etats Elisabeth Baume-Schneider (PS/NE), cette loi est une chance pour les jeunes Suisses: "en renforçant notre soutien à la production, nous créons de nouvelles opportunités et favorisons la carrière des talents en Suisse". Et de rappeler que la Suisse bénéficie "d'un terreau en compétences dans les métiers liés au cinéma."

Elisabeth Baume-SchneiderConseillère aux Etats - JU

Autre point : les plateformes seront également tenues de programmer 30% de films européens, ce qu'exige aussi la majeur partie de nos voisins. Un enjeu lié également à l'exportation des films suisses. Un chiffre souligné par le comité : un film sur deux en Suisse romande est coproduit avec l'Union Européenne.

La votation du peuple suisse se déroulera le 15 mai prochain.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Ed Wige, de l'EPFL au prix suisse de littérature

Publié

le

Artiste touche à tout, Ed Wige n'hésite pas à performer ses textes sur scène. ©Elena Gazzarrini

L'autrice basée à Renens Ed Wige a reçu un prix suisse de littérature. Son livre “Milch Lait Latte Mleko” mêle fiction et éléments autobiographiques. Rencontre.

Ces prix littéraires sont décernés par l’Office fédéral de la culture. Ed Wige a été récompensée aux côtés de 8 autres auteurs pour “Milch Lait Latte Mleko”, une novella qui mêle fiction et éléments autobiographiques.

"C'est l'histoire d'une petite fille qui arrive en Suisse avec sa maman à cause d'une guerre en Ex-Yougoslvie, raconte Ed Wige. On suit son parcours, les combines qu'elle doit mettre en place, l'accueil qu'on lui fait et comment elle va trouver un nouvel équilibre dans cette situation nouvelle."

Un livre qui s'inspire de la véritable histoire d'Ed Wige.

Ed WigeAutrice

"Créer sans se préoccuper de comment je vais vivre"

Adepte de l’écriture collective depuis plusieurs années, la Vaudoise signe avec ce livre sa première publication solo. Elle nous explique le processus.

Ed WigeAutrice

Les lauréats des Prix suisses de littérature ont été annoncés le 15 février. Dans le milieu culturel, pouvoir vivre de ses créations n'est pas toujours aisé. La littérature n'y échappe pas. Alors, quel est l’impact d’une telle distinction?

Ed WigeAutrice

Du "sérieux" à l'écriture

Si l'écriture et l'art ont toujours fait partie de sa vie, ce n'est que dans un deuxième temps qu'Ed Wige, de son vrai nom Danica Hanz, s'est autorisée à en faire son travail. "J'ai longuement hésiter à m'inscrire dans une école d'art, se souvient l'autrice. Mais comme toute bonne migrante qui voulait rassurer ses parents, je voulais quelque chose de sérieux, de solide."

Elle a notamment performé "Milch Lait Latte Mleko" ©Michel Bertholet

Elle s'est ainsi lancée dans des études en informatique à l'EPFL, puis en relations internationales. "À un moment donné, j'avais des jolis diplômes, qui rassuraient tout le monde. Et j'ai vu passé un appel pour l'Institut littéraire suisse."

Ed Wige, qui travaille dans un think tank dans les relations internationales à cette période, postule. "Et c'est passé. Alors il a fallu décider: est-ce que je change complétement de voie? Je me suis dit 'oui, tiens, pourquoi pas'", raconte-t-elle.

Guidée par l'instinct, elle a commencé à écrire, à rencontrer d'autres auteurs. "Je me suis sentie alignée avec mes envies", confie-t-elle. Aujourd'hui, Ed Wige se définit comme une explor-autrice. Mais ça veut dire quoi exactement?

Ed WigeAutrice

Elle affectionne particulièrement l'écriture à plusieurs mains. Elle fait partie de collectifs comme Particules, minikri ou AJAR. Mais Ed Wige est surtout touche à tout. Livres, théâtre ou encore vidéopoèmes font parties de son répertoire. Une manière d'éviter la routine?

Ed WigeAutrice

Ed Wige est peut-être revenue à ses premières amours en se lançant dans l'écriture. Mais son expérience dans les relations internationales transparait toujours dans son travail.

Ed WigeAutrice

"J'ai aussi compris que j'étais très suisse." Qu'entend l'autrice par là?

Ed WigeAutrice

Image : Julien Chavaillaz | Design graphique et direction artistique : Online

Avec le collectif AJAR, Ed Wige travaille en ce moment sur un projet en collaboration avec des auteurs basés à Hong Kong et Shangaï. Elle s'y rendra d'ailleurs à la mi-mars après des séances d'écriture via visioconférence. 

Elle travaille également sur d'autres textes, en solo. "Mais quand on écrit un texte, on est sur un temps long, c'est un marathon, explique l'autrice. Faut y travailler, puis le refroidir pendant quelques mois. Certains textes sont voués à exister, d'autres pas, donc c'est toujours dur de parler des textes à venir. On verra, conclut-elle, mais il y a plein de projets."

En attendant, “Milch Lait Latte Mleko” est disponible en librairie aux éditions Paulette Éditrice.

Continuer la lecture

Culture

Décès à 92 ans de Paolo Taviani, co-réalisateur de "Padre padrone"

Publié

le

Le réalisateur italien Paolo Taviani a réalisé avec son frère Vittorio des films marquants dont le chef-d'oeuvre "Padre padrone" (archives). (© KEYSTONE/EPA/CLEMENS BILAN)

Le réalisateur italien Paolo Taviani, qui a réalisé avec son frère Vittorio des films marquants dont le chef d'oeuvre "Padre padrone", Palme d'Or à Cannes en 1977, est décédé jeudi à 92 ans, a annoncé le maire de Rome.

"Avec Paolo Taviani, c'est un grand maître du cinéma italien qui nous quitte. Avec son frère Vittorio (mort en 2018 à 88 ans, NDLR), il a signé des films inoubliables, profonds, engagés", a salué Roberto Gualtieri sur X.

Les funérailles laïques de Paolo Taviani, décédé à Rome des suites d'une "brève maladie", se tiendront lundi à Rome, selon les médias italiens.

Un duo rare

Les frères Taviani, qui ont formé un duo rare dans l'histoire du 7ème art, ont cosigné au total une quinzaine de longs métrages marqués par un style très littéraire, mêlant histoire, psychanalyse et poésie.

Film choc, "Padre padrone", que l'on peut traduire littéralement par "Père-patron", est une adaptation du roman autobiographique de Gavino Ledda, sur l'histoire d'un jeune berger échappant au contrôle despotique de son père qui, par nécessité financière, l'avait contraint à abandonner l'école, le laissant analphabète jusqu'à l'âge de 20 ans.

Après la mort de son aîné de deux ans, Paolo Taviani avait trouvé la force de tourner seul un dernier film, "Leonora Addio", présenté à la Berlinale en 2022.

Fortement inspirés par le maître du néo-réalisme Roberto Rosselini, les deux frères, fils d'un avocat antifasciste, se sont intéressés dès leurs débuts dans les années 1960 aux thèmes sociaux.

Passionnés de cinéma dès leur jeunesse, les deux frères nés en Toscane déménagent à Rome dans les années 50. Un de leurs premiers films, "Les Subversifs" (1967), préfigure les événements de 1968 sous la forme d'une enquête sur le Parti communiste italien au moment des obsèques d'un de ses fondateurs, Palmiro Togliatti.

Inspirés par Godard

Inspirées par Brecht, Pasolini et Godard, ils tournent ensuite "Sous le signe du scorpion" (1969), leur premier film en couleur avec Gian Maria Volontè dans le rôle principal, qui sera aussi leur premier grand succès.

Après le couronnement à Cannes de "Padre padrone", ils reviennent sur la Croisette en 1982 avec "La nuit de San Lorenzo", un film à l'atmosphère féerique qui reçoit le Grand prix du jury.

En 2012, avec "César doit mourir", où ils font jouer la tragédie de Shakespeare aux détenus de la prison romaine de Rebibbia, les frères Taviani remportent l'Ours d'Or au Festival de Berlin.

En 1986, ils avaient aussi reçu à la Mostra de Venise un Lion d'or d'honneur rendant hommage à l'ensemble de leur carrière.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Quelque 80 employés en grève pour leurs conditions de travail

Publié

le

Le personnel du Grand Théâtre de Geneve a protesté jeudi lors d'une grève contre la réforme du statut du personnel prévue par la Ville de Genève. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Environ 80 collaborateurs du Grand Théâtre de Genève (GTG) se sont mis en grève jeudi. lls ont protesté contre le projet de la Ville de Genève de transférer son personnel à la Fondation du Grand Théâtre (FGTG) sans négociations préalables.

Soutenu par les syndicats SSP/VPOD, SIT et Syndicat suisse romand du spectacle, le piquet a été installé dès 07h00 du matin. "Tous unis pour un opéra équitable", "On ne joue plus" ou encore "Chantons la résistance", pouvait-on lire sur des pancartes.

Le conflit porte sur le projet du conseiller administratif en charge de la culture Sami Kanaan qui vise à harmoniser deux régimes distincts au sein de l’institution. La réforme prévoit que quelque 190 employés actuellement au bénéfice du statut de personnel de la Ville rejoignent la Fondation du Grand Théâtre (FGTG).

Le texte placera l'entier du personnel de l'institution sous la houlette du FTFG. Elle doit être votée en urgence mardi ou mercredi prochain par le Conseil municipal, a relevé Juan Calvino, président de la commission de personnel du GTG lors d'un point de presse sur le parvis de l'institution lyrique.

Malgré des demandes réitérées, aucune négociation préalabIe n'a eu lieu. Le personnel ignore tout de ses futures conditions de travail, de salaire ou de retraite, a-t-il déploré. En résumé, "il est demandé au personnel de signer un chèque en blanc", a déclaré Valérie Buchs, secrétaire syndicale au SIT.

S'ils ne sont pas contre une harmonisation, les grévistes veulent en connaître les conditions. Ils demandent que l'examen de ces statuts par le Conseil municipal soit suspendu ou que les articles concernant le statut du personnel en soient retirés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Au Sénat, Judith Godrèche exige une réforme du cinéma

Publié

le

Judith Godrèche avait dénoncé le "niveau d'impunité, de déni et de privilège" du cinéma lors de la dernière cérémonie des César (archives). (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON)

L'actrice Judith Godrèche a plaidé jeudi devant les sénateurs français pour une réforme du cinéma afin de protéger les jeunes actrices des violences sexuelles. Elle a élargi son combat à l'ensemble des enfants victimes d'inceste ou d'agressions.

Devenue la figure de proue de la lutte contre les violences sexuelles sur les enfants depuis qu'elle a porté plainte contre les cinéastes Benoît Jacquot et Jacques Doillon pour faits remontant à son adolescence, la comédienne était entendue par la délégation au droit des femmes du Sénat.

Une première pour une artiste, et l'occasion de donner un relais politique à son combat, six jours après son discours aux César. "Je me permets de vous demander de constituer une commission d'enquête sur les violences sexuelles et sexistes dans le milieu du cinéma", a déclaré celle qui décrit le 7e art comme "une famille où on ne peut pas dénoncer, où on ne sait pas à qui parler".

Protéger les mineurs

Pour que ne se reproduisent plus les viols et violences qu'elle dit avoir subi à partir de ses 14 ans de la part de réalisateurs qui la faisaient tourner, "il faut qu'il y ait tout un système de protection mis en place (autour des enfants) et qu'on arrête de faire semblant de ne pas savoir".

Ses demandes: "imposer un référent neutre sur les tournages avec un mineur", indépendant de la production et formé, ne "jamais laisser seul un enfant sur un tournage", et renforcer les contrôles, par exemple lors des castings.

Face à "l'emprise" de réalisateurs, "la présence des parents ne peut rien y faire", a estimé Judith Godrèche, qui a mis en cause la responsabilité des hommes et du "patriarcat".

Centaines de témoignages

Sans livrer de noms, Judith Godrèche a relayé des témoignages, comme ces 200 signalements de techniciennes qui auraient toutes "reçu un selfie avec une photo du sexe d'un réalisateur français", sans leur consentement.

Elle a exigé le "retrait" de Dominique Boutonnat, le président du CNC, l'organisme qui encadre le 7e art français. M. Boutonnat a été reconduit mi-2022, malgré sa mise en cause dans une affaire, pas encore jugée, d'agression sexuelle sur son filleul de 21 ans, des accusations qu'il conteste.

Elle a dit avoir abordé le sujet avec la ministre de la Culture Rachida Dati: "elle m'a parlé de la présomption d'innocence. J'ai répondu que ce n'était pas la question, que c'était une question de symbole", le CNC étant en charge de la lutte contre les violences sexuelles dans le cinéma.

Plus largement, Judith Godrèche a étendu son propos à l'ensemble des enfants victimes. "Cette famille incestueuse du cinéma n'est que le reflet de toutes ces familles" touchées par ces violences. Elle dit avoir reçu sur l'adresse électronique qu'elle a ouvert plus de 4500 témoignages.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Réceptif à toutes les marques d'amitié, vous avez besoin de sentir que vous êtes apprécié. Cela va vous redonner le sourire et renforcer votre moral.

Les Sujets à la Une

X