Rejoignez-nous

Suisse

Plus de moyens pour intégrer les réfugiés

Publié

,

le

Les réfugiés doivent accéder plus rapidement au monde du travail. Le Conseil fédéral et les cantons ont pris des mesures pour favoriser leur intégration. Elles ont un coût pour la Confédération, mais elles devraient aussi engendrer des économies dans l'aide sociale.

Les cantons demandaient depuis longtemps à Berne d'augmenter son aide financière. Les deux parties se sont accordées sur un agenda commun en matière d'intégration. La Confédération augmentera à 18'000 francs le montant du forfait d'intégration versé aux cantons, soit trois fois plus que les contributions actuelles de 6000 francs, a expliqué lundi la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga.

Cette mesure va coûter à la Confédération 132 millions de francs supplémentaires par an. Mais c'est un investissement qui à long terme permettra aussi de faire des économies, a souligné la ministre de la justice. Pour chaque franc investi, les collectivités publiques devraient économiser à long terme jusqu’à quatre francs par personne.

Le montant des subventions versées par Berne au titre de l'aide sociale devrait diminuer globalement de 6000 francs par cas. Le système de financement sera facilité, la charge administrative de la Confédération et des cantons allégée.

Les adultes âgés de 26 à 49 ans qui entrent plus rapidement dans la vie professionnelle permettront au secteur public d’économiser en moyenne environ 90'000 francs par personne. Ces mesures déchargeront aussi le secteur de la formation, a ajouté Mauro Dell'Ambrogio, Secrétaire d'Etat à la formation.

Taux de réussite de 70%

Les mesures concerneront chaque année 11'000 réfugiés reconnus et personnes admises à titre provisoire. La Confédération et les cantons estiment qu’environ 70% de ces personnes en âge de travailler peuvent s'intégrer durablement dans le marché du travail et subvenir à leurs besoins.

Début 2019, les procédures d'asile seront accélérées. Les personnes concernées sauront rapidement si elles peuvent ou non rester en Suisse. Près de 60% d'entre elles ont moins de 25 ans, il faut utiliser ce potentiel et leur offrir des perspectives professionnelles, a relevé Mme Sommaruga. Leur entrée dans le monde du travail améliorera leurs chances de s'intégrer dans la société helvétique, a-t-elle ajouté.

Les représentants des cantons, entourant la conseillère fédérale, se sont tous montrés satisfaits du projet. Le forfait versé actuellement ne permettait même pas de mettre en place les mesures en faveur de l'intégration, a dit le président de la Conférence des gouvernements cantonaux, le conseiller d'Etat saint-gallois Benedikt Würth.

Agenda défini

L'agenda en matière d'intégration devrait être mis en oeuvre au printemps 2019. Il fixe plusieurs objectifs contraignants et prévoit dans l'idéal une acquisition des connaissances de base d'une langue nationale au bout de trois ans. La moitié des adultes devra être insérée au marché du travail après sept ans. Deux tiers des personnes entre 16 et 25 ans devront avoir suivi une formation postobligatoire cinq ans après leur arrivée.

L'agenda a été approuvé le 23 mars par la Conférence des gouvernements cantonaux et par le Conseil fédéral mercredi dernier lors de sa séance hebdomadaire. Il ne concerne que le domaine de l'asile. Les prestations d'intégration destinées aux adolescents et aux jeunes adultes qui arrivent en Suisse par un autre canal feront l'objet d'une évaluation.

Moyens pour les mineurs

Parallèlement à l'agenda, la Confédération et les cantons ont aussi défini des moyens supplémentaires pour les mineurs non accompagnés. Leurs besoins sont différents de ceux des adultes, notamment en matière d'hébergement et d'encadrement. Les surcoûts sont estimés à 100 francs par jour et par personne.

La Confédération prendra à l'avenir en charge 86 francs. Vu leur nombre à fin janvier, les subventions fédérales supplémentaires devraient s'élever à 30 millions de francs cette année.

ATS

PHOTO KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Le commerce de détail poursuit sa progression en janvier

Publié

le

Les revenus liés aux denrées alimentaires, boissons et tabac ont pris 1,9% en termes nominaux (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Les chiffres d'affaires du commerce de détail, après avoir augmenté en décembre, ont continué de croître en janvier en termes nominaux et en tenant compte du renchérissement.

Sur un an, ils ont progressé de 0,6% en termes nominaux (non corrigé de l'inflation) et de 0,3% en termes réels (en tenant compte de l'inflation), indique vendredi l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans ses résultats provisoires.

Corrigées de l'effet des jours ouvrables et fériés, les recettes du commerce de détail, stations-service mises à part, se sont vu hausser de 0,8% en termes nominaux en janvier sur un an (0,4% en termes réels).

Les revenus liés aux denrées alimentaires, boissons et tabac ont pris 1,9% en termes nominaux (1,5% en termes réels) et ceux du secteur non alimentaire ont progressé de 0,6% en termes nominaux (idem en termes réels).

Corrigés des variations saisonnières, les chiffres d'affaires en termes réels ont avancé de 0,8% en janvier sur un mois.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Réduction dans l'assurance chômage pour alléger le budget fédéral

Publié

le

La Confédération a versé des contributions extraordinaires à l'assurance chômage pendant la pandémie, pour faire face à la forte augmentation des indemnités RHT dont ont bénéficié de nombreuses entreprises, comme les restaurants (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le soutien fédéral à l'assurance chômage (AC) sera réduit de 1,25 milliard de francs entre 2025 et 2029. Cette décision est une parmi celles décidées vendredi par le Conseil fédéral pour alléger le budget de la Confédération, qui affiche un déséquilibre structurel.

La réduction de la contribution à l'AC pourra être mise en oeuvre sans modifier les prestations car son capital propre est suffisamment élevé. La Confédération lui a versé 16 milliards de manière extraordinaire pendant la pandémie. Cela a permis à l'AC de ne pas s'endetter malgré la forte augmentation des indemnités RHT et d'éviter une hausse des cotisations.

Le Conseil fédéral et le Parlement doivent pouvoir répartir librement la réduction sur la période en question. Pour 2025, le gouvernement prévoit une réduction complète de sa contribution à l’AC, soit moins 600 millions.

Le Conseil fédéral a aussi décidé de diminuer la charge administrative au sein du personnel fédéral. Il a toutefois renoncé à réduire la part du produit de l'impôt fédéral direct revenant aux cantons.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Sandro Michel s'exprime depuis son lit d'hôpital

Publié

le

Sandro Michel (à gauche) estime avoir eu beaucoup de chance dans son malheur (© KEYSTONE/EPA/TOMS KALNINS)

Le pousseur Sandro Michel s'est exprimé pour la première fois depuis sa terrible chute à Altenberg.

"Jusqu'à aujourd'hui, quatre opérations ont été nécessaires pour assurer ma survie et me remettre en état. Je pense que j'ai eu beaucoup de chance dans mon malheur", a-t-il écrit sur son compte Instagram depuis son lit d'hôpital.

"Je peux/dois être heureux de pouvoir écrire ce post aujourd'hui", a poursuivi l'Argovien de 27 ans, qui a tenu dans le même temps à remercier les secouristes qui sont intervenus sur place avec professionnalisme et rapidité. "Je tiens tout particulièrement à remercier mes médecins, Swiss Sliding, ma famille, mon amie et mon équipe ! Vous m'avez apporté le soutien dont j'avais besoin et vous avez été là quand j'avais le plus besoin de vous", a-t-il souligné.

Sandro Michel s'est blessé gravement à la cage thoracique et au bassin lors d'une chute à l'entraînement avec son pilote Michael Vogt et leurs deux équipiers le 13 février à Altenberg. Il avait été heurté de plein fouet par un bob revenant en arrière dans une aire d'arrivée se concluant en montée. Le médecin de l'organisation et les urgentistes accourus par hélicoptère ont non seulement sauvé sa jambe, mais aussi et surtout sa vie.

Swiss Sliding a demandé dans la foulée à la fédération mondiale IBSF la création d'une commission de sécurité et la mise en place d'un délégué à la sécurité.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / dpa

Continuer la lecture

Économie

Le taux référence des loyers reste inchangé

Publié

le

La perspective d'une nouvelle hausse des loyers s'éloigne (archives). (© KEYSTONE/DPA/CHRISTOPHE GATEAU)

Un répit pour les locataires. Après deux hausses en juin et décembre 2023, le taux d'intérêt de référence applicable aux contrats de bail est resté inchangé à 1,75%, annonce vendredi l'Office fédéral du logement (OFL).

La perspective d'une nouvelle hausse des loyers à court terme est ainsi écartée. Le taux d'intérêt moyen pondéré des créances hypothécaires s'établissait au 31 décembre - jour de référence - à 1,72%, contre 1,69% un trimestre auparavant.

Pour que le taux de référence évolue, il faut que le taux moyen pondéré constaté pour les hypothèques franchisse 1,87% ou s'affaisse sous 1,63%. Étant donné qu'il n'a pas subi de modification suffisante par rapport au trimestre précédent, il ne donne pas droit à de nouvelles prétentions de diminution ou de hausse de loyer.

Les locataires peuvent encore demander une baisse de loyer si celui-ci est fondé sur un ancien taux de référence de 2% ou davantage, rappelle l'OFL, signalant que le contrat de bail ou la dernière notification d'adaptation du loyer mentionne le taux de référence en fonction duquel il a été établi.

Ce statu quo s'explique par la récente détente des taux hypothécaires, que l'OFL surveille comme le lait sur le feu. Une inflation en décrue et l'espoir d'une prochaine baisse du taux directeur par la Banque nationale suisse (BNS) favorisent cette tendance, selon des observateurs du marché interrogés par AWP.

La nouvelle constitue un soulagement pour les locataires en Suisse qui ont subi deux hausses de 25 points de base l'année dernière, le taux d'intérêt de référence étant passé à 1,75%, de 1,25%.

Certains bailleurs en ont profité pour augmenter sensiblement les loyers depuis, parfois de plus de 10%, en répercutant aussi partiellement l'inflation. Le renchérissement peut toutefois toujours être pris en compte à hauteur de 40% sur le prix des loyers, note l'OFL.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Motivé, vous débordez d'idées pour vous changer les idées et mettre des paillettes dans votre vie. Décidément, Le Zodiaque ne vous veut que du bien !

Les Sujets à la Une

X