Rejoignez-nous

Suisse

La Suisse active dans une task force internationale anti-Hamas

Publié

,

le

Les conseillers fédéraux Ignazio Cassis et Elisabeth Baume-Schneider ont annoncé la semaine dernière leur volonté d'interdire le Hamas via une loi ad hoc (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La Suisse est membre d'une task force internationale visant à lutter contre le financement du Hamas. La Counter Terrorist Financing Taskforce - Israel (CTFTI), à laquelle Israël prend aussi part, a été créée après l'attaque de l'organisation islamiste du 7 octobre.

La Suisse y a adhéré en novembre, précise mercredi à Keystone-ATS le Département fédéral de la police (fedpol), confirmant l'information communiquée par le département américain du Trésor. Israël, les Etats-Unis, l'Australie, le Canada, l'Estonie, la France, l'Allemagne, le Liechtenstein, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande et la Grande-Bretagne sont également membres.

Un des buts principaux de la CTFTI est de regrouper et renforcer les efforts pour lutter contre les flux financiers internationaux en faveur du Hamas. Les autorités de lutte contre le blanchiment d'argent de chaque pays membre sont actives dans la taskforce.

En Suisse, il s'agit du Bureau de communication en matière de blanchiment d'argent (MROS), géré par fedpol. Ce bureau assume les tâches d'une Cellule de renseignement financier (CRF).

Il s’agit d’une taskforce opérationnelle dont l'objectif n'est pas seulement d'identifier et d'interrompre les flux financiers internationaux liés aux attaques terroristes du Hamas du 7 octobre, mais plus généralement d'utiliser le "renseignement" (intelligence) mondial des CRF pour identifier et combattre le financement du terrorisme.

Fedpol précise que les enquêtes et l'échange d'informations en rapport avec le financement du terrorisme ne sont pas une tâche nouvelle pour le MROS, ni la coopération avec d'autres CRF dans des groupes de travail.

Le MROS fait aujourd'hui partie de quatre groupes de travail permanents et elle participe, outre à la CTFTI, à la task force liée aux sanctions financières imposées à la Russie, elle aussi créée en fonction de l'actualité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

De nombreuses autres victimes se manifestent

Publié

le

D'autres victimes se sont manifestées auprès des diocèses après la publication de l'étude sur les abus : Cathédrale de Lausanne. (Photo d'archives) (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Cent soixante victimes supplémentaires se sont manifestées depuis la publication d'une étude de l'Université de Zurich sur les abus au sein de l'Eglise catholique suisse, il y a six mois. Elles l'ont fait auprès des diocèses et des services d'aide aux victimes.

Le diocèse de Bâle a transmis mardi des chiffres actualisés à ce sujet. Il a enregistré 92 signalements supplémentaires, soit davantage que dans les autres diocèses, a appris Keystone-ATS.

Au total, quatre autres diocèses ont annoncé près de 70 victimes. Celui de Lugano communiquera ses chiffres mercredi.

De son côté, la Conférence des évêques suisses (CES) n'a pas enregistré de signalement car cette tâche incombe aux diocèses, a-t-elle fait savoir. Elle a toutefois annoncé la création de centres nationaux (un par langue) compétents en la matière.

Quant à l'Eglise évangélique réformée de Suisse, elle ne tient pas de statistiques sur les cas d'abus, mais elle élabore actuellement une étude préliminaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La part d'élues a moins progressé en Suisse qu'à l'étranger en 2023

Publié

le

Le secrétaire général de l'Union interparlementaire (UIP) Martin Chungong déplore le harcèlement qui affecte davantage les femmes parlementaires. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La progression de la part de femmes au Parlement fédéral est parmi les moins importantes des élections en 2023 dans différents pays. Les élues atteignent 26,9% dans le monde, 0,4 point de pourcentage de mieux qu'un an plus tôt, selon un rapport publié mardi à Genève.

L'année dernière, des scrutins ont eu lieu dans plus de 50 pays, relève l'Union interparlementaire (UIP). Au terme de ceux-ci, les femmes représentent 27,6% des parlementaires dans ces Etats, près de 1,5 point en plus par rapport aux élections précédentes.

En Suisse, le nombre de femmes a régressé de trois points au Conseil national pour s'établir à 38%, une évolution parmi les moins bonnes des dizaines d'élections organisées dans le monde l'année dernière. En revanche, l'élection au Conseil des Etats a abouti à l'une des meilleures avancées en Europe l'année dernière.

Eswatini a enregistré la progression la plus importante, avec 20 points de pourcentage, de même que toute l'Afrique subsaharienne. Les quotas sont efficaces, étant donné que la part de femmes dans les Parlements où ils sont appliqués atteint près de 29%, contre moins d'un quart dans les autres. Tout comme le système à la proportionnelle, constate le rapport.

Fin 2023, six pays avaient une parité ou une majorité de femmes dans les chambres basses ou les Parlements monocaméraux, un résultat identique qu'un an auparavant. Le Rwanda arrive toujours au premier rang, avec plus de 61%.

Un environnement "très hostile"

"Nous avons une situation contrastée", a déclaré à la presse le secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong. "Beaucoup plus de temps sera requis pour atteindre une parité au rythme actuel", dit-il.

Moins d'un quart des Parlements sont présidés par des femmes. Mais ce chiffre a avancé de 1,1 point en un an. Le rapport déplore également que plusieurs femmes importantes aient quitté la politique l'année dernière. "L'environnement dans lequel elles doivent oeuvrer est très hostile", insiste M. Chungong.

"Les femmes subissent de plein fouet la haine qui se manifeste dans la sphère politique" et sont plus exposées au harcèlement en ligne, dit-il. La situation "semble s'aggraver" avec l'intelligence artificielle (IA), ajoute-t-il. Et d'appeler les Parlements à lutter davantage encore contre ces difficultés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Helsana améliore sa performance en 2023 grâce aux marchés

Publié

le

Helsana a renoué avec les chiffres noirs en 2023 (archives). (© KEYSTONE/ALEXANDRA WEY)

L'assureur maladie zurichois Helsana a renoué avec les chiffres noirs l'an dernier. Le volume des primes encaissées a quelque peu augmenté.

La progression est principalement due à la performance de ses placements sur les marchés. Le groupe a réalisé un bénéfice net de 49,5 millions de francs en 2023, écrit-il mardi dans son rapport annuel. Un an plus tôt, le spécialiste de l'assurance maladie et accident avait inscrit une lourde perte de près d'un demi-milliard de francs.

Helsana a vu le résultat des placements en capitaux revenir en terrain positif à 120,5 millions, alors qu'il avait inscrit un déficit de 450,5 millions l'année précédente, grâce à une évolution meilleure que prévu sur les marchés internationaux.

Sur le plan opérationnel, le volume de primes encaissées a augmenté, passant de 7,59 milliards à 7,81 milliards. Les charges de sinistres et de prestations, comprenant les frais médicaux remboursés aux assurés, se sont alourdies à 7,57 milliards, contre 7,16 milliards douze mois plus tôt.

Des mesures d'économies ont par ailleurs permis de diminuer le taux de charges d'exploitation à 7,7% contre 8,1% en 2022. Il en résulte un ratio combiné de 100,4%. A fin décembre, les fonds propres représentaient 2,7 milliards de francs, un niveau proche des 2,66 milliards affichés en 2022.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Swiss a trouvé son prochain trésorier, cherche encore un patron

Publié

le

La compagnie Swiss a trouvé un successeur à Markus Binkert, ici en photo (archives). (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Le transporteur aérien Swiss International Air Lines a trouvé chez sa maison-mère Lufthansa le successeur à son directeur financier (CFO) Markus Binkert, annoncé sur le départ mi-février.

Actuellement responsable des relations avec les investisseurs de Lufthansa, Dennis Weber reprendra les cordons de la bourse de Swiss au 1er mai, indique un communiqué diffusé mardi.

La compagnie à croix blanche reste à la recherche d'un nouveau directeur général (CEO) pour remplacer Dieter Vrankx, qui doit rejoindre Lufthansa en qualité de responsable commercial en juillet.

L'équipe de direction de Swiss se verra dans l'immédiat renforcée avec l'adjonction d'un quatrième fauteuil, dédié au responsable des opérations (COO). L'actuel directeur de l'exploitation Oliver Buchhofer rejoindra à ce titre le comité exécutif.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Oubliez la pression et laissez place à la sérénité. Votre amour est LA priorité entre toutes et donc, vous voici prêt/e à tout pour le préserver.

Les Sujets à la Une

X