Rejoignez-nous

Suisse

Le National s'attaque aux coûts de la santé

Publié

,

le

Le prix des génériques en Suisse est deux fois plus cher en Suisse que dans les pays européens. Le Conseil fédéral veut donc introduire un système de prix de référence applicable aux médicaments dont le brevet a expiré. (Image d'archive - ©KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Le Conseil national s'attaque jeudi au deuxième volet du paquet de mesures destinées à lutter contre la hausse des coûts de la santé. Le prix des génériques, mesure phare du projet fédéral, est sur la sellette.

Le Conseil fédéral a présenté en août 2019 un premier paquet de neuf mesures pour freiner cette hausse. Il s'attend à des économies de plusieurs centaines de millions de francs par an. Ce paquet a été scindé en deux projets.

Les Chambres ont déjà discuté de la possibilité de mener des projets-pilotes novateurs, de l'introduction de forfaits dans le domaine ambulatoire, de la création d'une organisation tarifaire nationale aussi pour le domaine ambulatoire et de la transmission de la facture au patient. Des divergences sont encore pendantes sur ces quatre mesures.

Prix des génériques

Jeudi, le National s'attaque au deuxième volet. Le débat devrait essentiellement tourner autour du prix des génériques. Ces médicaments sont deux fois plus chers en Suisse que dans les pays européens. Le Conseil fédéral veut donc introduire un système de prix de référence applicable aux médicaments dont le brevet a expiré.

Au moins trois médicaments contenant la même substance active devront coexister sur le marché. Le prix sera fixé en fonction du prix à l'étranger et du volume du marché de la préparation d'origine. L'assurance obligatoire ne remboursera que ce prix. Si un médicament plus cher est délivré, l'assuré devra payer la différence. Ce système devrait permettre d'économiser 300 à 500 millions de francs par an.

Mais il n'est pas du goût de la commission. Elle préfère faire baisser les coûts de la santé rapidement grâce à diverses mesures: il s'agit d'accroître l'écart de prix entre les médicaments originaux et les génériques, et d'examiner chaque année - et non tous les trois ans - les prix sur le marché ouvert aux génériques.

Elle entend aussi autoriser l'importation parallèle de ces médicaments. Les médicaments bon marché devraient par ailleurs être plus attrayants.

Gestion des coûts

Les mesures prévues pour gérer les coûts seront également discutées. Elles n'avaient été soutenues que de justesse en commission.

Ces mesures devraient prévoir, dans les conventions tarifaires concernées, non seulement des mesures destinées à gérer les coûts, mais aussi des tarifs dégressifs censés corriger les augmentations injustifiées des quantités et des coûts.

Assureurs et fournisseurs de prestations doivent en outre pouvoir convenir à tout moment de prix ou de tarifs plus avantageux que ceux qui sont fixés dans les conventions tarifaires ou par les autorités. Les économies ainsi visées doivent profiter aux assurés et aux assureurs.

La commission est favorable au droit de recours contre la planification hospitalière des cantons que le Conseil fédéral veut accorder aux assureurs. Elle propose de retirer l’effet suspensif des recours en question.

Deuxième paquet

Le Conseil fédéral a mis en consultation cet été un deuxième paquet de mesures. Il constitue un contre-projet indirect à l'initiative du PDC "Pour des primes plus basses", qui exige que la Confédération et les cantons prennent des mesures incitatives contraignantes lorsque le coût des soins augmente trop fortement par rapport à l'évolution des salaires.

La mesure centrale du projet concerne la maîtrise des coûts dans l'assurance obligatoire. Confédération et cantons devront définir chaque année dans quelle mesure les coûts peuvent augmenter, dans les soins stationnaires, les traitements ambulatoires ou les médicaments.

A l'avenir, les assurés devront choisir une "porte d'entrée" dans le système de santé, un fournisseur de prestation auquel ils devront s'adresser en premier en cas de problème. Afin de renforcer la qualité des soins, des réseaux coordonnés doivent être créés. Regroupés, les spécialistes pourront proposer un accompagnement unifié et coordonné.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Leclanché reporte la publication de ses résultats, au 31 juillet

Publié

le

Le spécialiste des solutions de stockage d'énergie électrique Leclanché a une nouvelle fois reporté la publication de ses résultats. Sur la photo, des employés sur le site d'Yverdon (VD). (archives) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le spécialiste des solutions de stockage d'énergie électrique Leclanché a une nouvelle fois reporté la publication de ses résultats 2021. Six Exchange Regulation a donné son feu vert et fixé un délai jusqu'au 31 juillet à l'entreprise yverdonnoise.

Dans son communiqué de jeudi soir, Leclanché affirme avoir "élaboré et négocié" avec différentes parties prenantes les conditions qui lui permettront d'assurer la continuité de l'exploitation jusqu'en juin de l'année prochaine.

L'actionnaire principal SEFAM a confirmé son engagement à convertir une grande partie de ses créances en actions et ce bien avant l'échéance, a précisé Leclanché.

Par ailleurs, comme annoncé début juin, Leclanché travaille toujours sur le financement complet de ses activités commerciales jusqu'en 2024. Ainsi, le processus d'expertise (due diligence) pour la fusion de la division E-Mobility avec une société d'acquisition à but spécial (Spac) est terminé.

La situation actuelle sur les marchés boursiers a poussé l'entreprise à rechercher d'autres investisseurs stratégiques, à savoir "deux acteurs clés de l'industrie" pour un investissement dans E-Mobilty. La forme définitive d'investissement dans cette division devrait être acquise pour décembre 2022.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Des violents orages se sont abattus sur la Suisse

Publié

le

Des dizaines de milliers d'éclairs ont été enregistrés dans la nuit de jeudi à vendredi (cliché symbolique/Keystone archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Des violents orages se sont abattus sur la Suisse dans la nuit de jeudi à vendredi. Le Jura, l'Oberland bernois, le Tessin et la Suisse orientale ont été particulièrement touchés, mais aucun dégât important n'a été signalé pour le moment.

Un ruisseau est sorti de son lit dans le canton de Schwytz, a indiqué la police cantonale. La route principale entre Pfäffikon (SZ) et Freienbach (SZ) a été fermée.

Des grêlons mesurant jusqu'à 5 cm de diamètre se sont abattus sur Berthoud (BE), a annoncé SRF Meteo. Des chutes de grêle ont également été rapportées dans le canton du Jura et à Bâle-Ville.

Par endroits, il est tombé de grandes quantités d'eau. Vingt-et-un millimètres de pluie ont ainsi été mesurés à Locarno (TI) en dix minutes, selon MeteoNews. Les précipitations étaient accompagnées de vents forts. Les rafales les plus violentes ont été enregistrées au Tessin, avec 129 km/h au mont Cimetta (TI) et 117 km/h à Locarno.

Les orages ont précédé un front froid, qui va continuer à traverser la Suisse vendredi, apportant un net refroidissement dans le pays. De nouveaux orages violents sont attendus, en particulier sur le versant sud des Alpes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Il faut encore une dose de rappel contre le Covid selon Engelberger

Publié

le

Lukas Engelberger dit être prêt à recevoir une quatrième dose de vaccin contre le Covid-19 (archives). (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) Lukas Engelberger préconise une recommandation rapide pour une deuxième dose de rappel contre le Covid-19. Il rappelle que la protection contre le virus diminue avec le temps.

Il est important que la quatrième vaccination puisse être proposée très vite, ajoute le ministre bâlois de la santé dans un entretien diffusé vendredi par la Basler Zeitung. "Nous n'attendons à Bâle-Ville plus que la recommandation de la Confédération pour commencer le plus rapidement possible".

M. Engelberger, 47 ans, prévoit de se faire vacciner une quatrième fois contre le coronavirus. "Dès que cela sera recommandé pour mon groupe d'âge", lâche-t-il.

Il rappelle qu'il ne faut pas prendre le SARS-CoV-2 à la légère malgré une pandémie qui dure depuis plus de deux ans. "Le Covid-19 est une maladie contagieuse qui peut être très dangereuse pour certains patients. Les personnes à risque, en particulier, ne devraient pas se mettre inutilement en danger".

Le nombre de cas de Covid-19 a augmenté de manière significative ces dernières semaines en Suisse. La deuxième dose de rappel n'est jusqu'à présent ni officiellement autorisée par Swissmedic, l'autorité de contrôle des produits thérapeutiques, ni recommandée par la commission fédérale pour les vaccinations pour le grand public. Elle n'est donc pas gratuite. Elle coûte environ 60 francs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Mariage: désormais tous égaux devant le "pétabosson"

Publié

le

Une cinquantaine de couples de même sexe ont lancé une procédure de mariage complète. (Image prétexte - ©KEYSTONE/Gaetan Bally)

Le mariage pour tous est entré en vigueur ce vendredi. Les couples de même sexe peuvent désormais se passer la bague au doigt. Dans le canton de Vaud, les premiers mariages seront célébrés la semaine prochaine.

Les couples de même sexe peuvent désormais se passer la bague au doigt en Suisse. Ce vendredi entre en vigueur le mariage pour tous, plébiscité par la population en septembre dernier. Dans le canton de Vaud, les premiers mariages seront célébrés la semaine prochaine. En tout, ce sont une 50aine de couples qui ont déjà entamé les démarches pour lancer une procédure de mariage complète. Les partenaires déjà enregistrés, eux, peuvent aussi opter pour une autre option. Les explications de Catherine Fussinger, déléguée vaudoise pour les questions LGBTIQ.

Catherine FussingerDéléguée vaudoise pour les questions LGBTIQ


Et Catherine Fussinger, elle aussi, devrait d'ailleurs bientôt convertir son partenariat enregistré.

Catherine FussingerDéléguée vaudoise pour les questions LGBTIQ

Adoption et PMA

Et l'entrée en vigueur de la loi rime aussi avec la possibilité de former officiellement une famille. Les couples de même sexe peuvent recourir à l’adoption extrafamiliale conjointe. Les couples de femmes peuvent aussi se rendre dans une clinique de fertilité pour une procréation médicalement assistée. Une nouveauté qui implique de nouvelles responsabilités pour les cliniques. Catherine Fussinger, déléguée vaudoise pour les questions LGBTIQ.

Catherine FussingerDéléguée vaudoise pour les questions LGBTIQ

Dans les autres cas, le parent de même sexe devra adopter l’enfant de son partenaire.

Toutes les informations concernant les démarches à effectuer pour convertir un partenariat enregistré ou sur le mariage pour tous sont à retrouver sur le site de l'état civil vaudois.

Continuer la lecture

Suisse

Une étape franchie par la Suisse à Bruxelles

Publié

le

L'accord a été signé par la secrétaire d'Etat Livia Leu (à gauche) et la secrétaire générale de la Commission européenne Ilze Juhansone. (© DFAE)

La Confédération a signé l'accord sur la deuxième contribution suisse à la cohésion européenne lors de la visite à Bruxelles de la secrétaire d'Etat Livia Leu. L'enveloppe, avec aussi un volet sur la migration, se monte au total à 1,3 milliard de francs sur dix ans.

La signature de ce mémorandum d'entente "représente une nouvelle étape importante", relève jeudi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Elle montre "une fois de plus que la Suisse est une partenaire fiable", a ajouté Mme Leu, qui a paraphé l'accord avec la secrétaire générale de la Commission européenne Ilze Juhansone.

L'UE a réaffirmé que l'argent versé par la Suisse représentait une contribution de la Confédération pour sa participation au marché intérieur européen.

Le crédit-cadre pour la cohésion de 1,047 milliard de francs doit permettre de réduire les inégalités économiques et sociales dans les treize pays ayant adhéré à l'UE à partir de 2004. Il est accompagné d'un crédit-cadre pour la migration de 190 millions destiné à financer des mesures dans le domaine de la migration. S'y ajoutent 65 millions à titre de charges pour l'administration fédérale, soit un total de 1,302 milliard sur dix ans.

Ce mémorandum d'entente, juridiquement non contraignant, avait été approuvé par le Conseil fédéral en novembre dernier et par l'UE début avril 2022.

Dans le même temps, le Conseil fédéral avait alors décidé d'entamer les négociations avec les pays partenaires sur les accords bilatéraux de mise en ½uvre. Il s'agissait d'adresser un signal positif à l'UE en vue de la poursuite et du développement de la voie bilatérale, dans un contexte tendu par la rupture des négociations sur l'accord-cadre institutionnel entre la Suisse et l'UE.

Horizon dans l'attente

Le mémorandum d'entente signé jeudi forme le cadre pour les discussions en cours avec les pays partenaires au sujet des accords bilatéraux de mise en ½uvre. "Il faudra maintenant faire avancer rapidement les négociations afin de les conclure si possible cette année encore", écrit le DFAE.

Interrogée jeudi sur d'éventuels signaux de l'UE en vue d'une association de la Suisse au programme de recherche Horizon Europe, Mme Leu ne s'est pas avancée. "Il s'agit d'une question difficile, elle est sur la table", a-t-elle dit. Le processus prend un peu de temps et Mme Leu ne "s'attendait pas" à obtenir un feu vert lors de cette visite.

La Confédération estime toutefois avoir pris un engagement clair en signant ce mémorandum d'accord. "Nous sommes maintenant favorables à l'ouverture de pourparlers en vue d'une association" à Horizon Europe, a dit Mme Leu.

Souplesse sur la libre circulation

Avant la signature de l'accord, la secrétaire d'Etat s'était entretenue avec Juraj Nociar, chef de cabinet du vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic, "pour un troisième entretien exploratoire sur l'approche par paquet".

Les discussions ont porté en particulier sur la libre circulation des personnes, a indiqué Mme Leu. Les deux parties, a-t-elle ajouté, sont prêtes à faire preuve de souplesse.

Une nouvelle rencontre avec M. Nociar est prévue après la pause estivale. En attendant, les échanges se feront au niveau des experts. L'objectif des discussions exploratoires est de trouver une base commune pour entamer ensuite des négociations afin de développer les relations entre la Suisse et l'UE, dans un paquet global incluant le volet institutionnel.

Un accord sur l'électricité, une réglementation sur la sécurité alimentaire et un accord d'association sur la recherche, la santé et la formation doivent faire partie des pourparlers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X