Rejoignez-nous

Suisse

Le Suisse Marco Sieber astronaute de carrière à l'ESA

Publié

,

le

La Suisse a un nouvel astronaute en la personne du Bernois Marco Sieber. (© ESA - P. Sebirot)

Le Bernois Marco Sieber figure dans la nouvelle promotion très attendue des astronautes de l'agence spatiale européenne (ESA), annoncée mercredi. La sélection des astronautes de carrière compte trois hommes et deux femmes.

Marco Sieber, 33 ans, a effectué son gymnase à Berthoud (BE), avant d'obtenir un doctorat en médecine de l'Université de Berne, consacré à la chirurgie robotisée. Il travaille actuellement comme urologue à l'Hôpital de Bienne, a indiqué mercredi l'ESA, réunie à Paris.

Parachutiste dans l'armée, il possède une licence de pilote privé. Il a également travaillé comme médecin urgentiste sur hélicoptère et comme anesthésiste à Berne et Interlaken (BE). Il a aussi été médecin-chef auprès de la Swisscoy au Kosovo. Outre le suisse allemand et l'allemand, il maîtrise l'anglais et le français.

Le Bernois succède ainsi au pilote militaire et astrophysicien Claude Nicollier, seul Suisse à s'être rendu dans l'espace, où il a passé plus de mille heures. Le Vaudois a effectué quatre vols avec la navette spatiale de la NASA et notamment réparé le télescope spatial "Hubble".

Pas avant 2026

Cette nouvelle promotion, choisie parmi 22'500 candidats, succède à celle de 2009 qui avait suscité un véritable engouement pour l'aventure spatiale chez les jeunes Européens. Elle comprend également Sophie Adenot (France), Pablo Alvarez Fernandez (Espagne), Rosemary Cougan (GB) et Raphaël Liégeois (Belgique).

Tous viennent rejoindre les sept astronautes européens en service, issus de la promotion 2009, qui comptait une femme. La nationalité des astronautes tient compte des équilibres entre pays et de leur contribution financière au budget de l'ESA.

Leur entraînement doit commencer au printemps. La première mission en orbite pour le premier d'entre eux n'est pas prévue avant 2026. L'ESA a également sélectionné onze astronautes "de réserve". Aucun Suisse n'y figure.

Handicap physique

Lors de la présentation de cette nouvelle génération, l'astronaute français Thomas Pesquet leur a conseillé de "bien s'accrocher". Et "pendant ce temps, nous continuons notre travail, personne aujourd'hui ne part à la retraite. Pour les missions Artémis vers la Lune, on va envoyer (...) plutôt des gens de ma génération, d'ici à 2030, pendant que cette nouvelle promotion apprend le métier, fait ses armes et une mission sur l'ISS", la station spatiale internationale, a-t-il dit.

L'ESA a également sélectionné le Britannique John McFall, porteur d'un handicap physique, pour étudier l'apport des personnes en situation de handicap à l'aventure spatiale.

Les 22 Etats membres ont également validé, au terme d'âpres négociations, un budget de 16,9 milliards d'euros pour les trois prochaines années, en hausse de 17% par rapport aux 14,5 milliards d'euros accordés lors de la conférence ministérielle en 2019. C'est toutefois moins que les 18,5 milliards de dollars demandés par le directeur général de l'agence, Josef Aschbacher.

Les discussions sur les contributions de chaque Etat se sont poursuivies jusqu'au tout dernier moment et ont nécessité plus de six tours de table. C'est un "grand succès", a salué le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire, assurant que le budget allait "au-delà des attentes". Le budget européen reste toutefois loin des 24 milliards de dollars dont dispose la Nasa américaine pour la seule année 2022.

Programmes en hausse

Tous les programmes de l'agence sont en hausse: les programmes d'observation de la Terre, qui permettent de mesurer et surveiller le changement climatique, notamment via le programme Copernicus, bénéficient d'une enveloppe de près de 2,7 milliards d'euros (+6%), l'exploration robotique et humaine de 2,7 milliards d'euros (+36%), les activités de télécommunications de 1,9 milliard (+19%).

La mission Exomars, dont l'avenir était assombri par la rupture de la coopération avec la Russie, verra finalement le jour avec une aide américaine, a assuré Josef Aschbacher. Le rover de l'ESA, dont le lancement était prévu cet automne, devait initialement se poser sur la planète Mars avec un atterrisseur russe.

Le sujet des lanceurs spatiaux, sources de tensions ces dernières années entre la France (cheffe de file d'Ariane 6), l'Allemagne (favorable à une concurrence des micro et minilanceurs) et l'Italie (et sa fusée Vega-C), a bénéficié de 2,8 milliards d'euros, soit une hausse de plus d'un tiers par rapport à 2019.

L'autonomie de l'accès de l'Europe à l'espace est actuellement fragilisé par le retard de trois ans du lanceur lourd Ariane 6 - le premier vol est dorénavant prévu fin 2023 - et la fin de l'utilisation de la fusée moyenne russe Soyouz depuis l'invasion de l'Ukraine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Suisse

ABB paye 327 millions au total pour corruption en Afrique du Sud

Publié

le

Deux filiales du groupe ABB, en Suisse et en Afrique du Sud, ont plaidé coupable d'avoir enfreint la loi américaine sur les pratiques de corruption à l'étranger (archives). (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

ABB a accepté vendredi de payer au total 327 millions de dollars aux Etats-Unis, à l'Afrique du Sud, à la Suisse et à l'Allemagne pour solder des poursuites de corruption. L'affaire concerne la centrale à charbon de Kusile, en Afrique du Sud.

Sa construction, débutée en 2008 et entachée de soupçons de corruption massive, a pris des années de retard et a provoqué une crise énergétique majeure en Afrique du Sud. Le pays fait face à des coupures d'électricité quotidiennes et les difficultés d'approvisionnement énergétique devraient perdurer plusieurs années.

Le groupe d'électrotechnique helvético-suédois est accusé d'avoir versé des pots-de-vin à un haut responsable de la compagnie publique d'électricité Eskom, qui gère cette centrale, pour obtenir des informations confidentielles, puis pour décrocher, en 2015, des contrats sur des systèmes de contrôle et d'instrumentation.

L'ancien patron d'Eskom a été arrêté à la fin octobre dans le cadre de cette affaire, aux côtés d'autres personnes, pour corruption, blanchiment d'argent et fraude.

Quatre millions versés en Suisse

Selon un communiqué du ministère américain de la justice, qui ne précise pas le montant payé aux Etats-Unis, la somme totale des amendes pénales s'élève à 315 millions de dollars.

Un porte-parole du ministère a précisé par la suite qu'elle n'incluait pas 12 millions d'une amende au civil infligée par le gendarme américain des marchés financiers (SEC), sans donner de détails supplémentaires sur la répartition des sanctions.

Deux filiales du groupe, en Suisse et en Afrique du Sud, ont aussi plaidé coupable d'avoir enfreint la loi américaine sur les pratiques de corruption à l'étranger (FCPA), a précisé le ministère.

ABB s'était déjà acquitté d'une indemnisation de 104 millions de dollars à l'Afrique du Sud en 2020 et a conclu jeudi un accord supplémentaire avec les autorités sud-africaines prévoyant le versement au titre de "réparation punitive" de 2,5 milliards de rands (133 millions de francs).

Les autorités suisses avaient de leur côté annoncé plus tôt dans la journée vendredi avoir conclu un accord avec ABB prévoyant le versement d'une amende de 4 millions de francs suisses (4,3 millions de dollars). L'Allemagne a aussi engagé des poursuites et des discussions sont en cours.

Coopération d'ABB

Le ministère américain souligne dans son communiqué avoir pris en compte dans sa décision le fait qu'ABB avait coopéré avec son enquête et mis en place des systèmes de contrôle plus importants. Il relève également le fait qu'ABB a déjà été condamné par deux fois aux Etats-Unis, en 2004 et 2010, pour des affaires de corruption.

L'entreprise a pris cette affaire "très au sérieux", a affirmé son directeur général, Björn Rosengren, cité dans un communiqué séparé. Depuis que l'affaire a été portée à sa connaissance, "ABB a coopéré pleinement avec toutes les autorités et a consacré beaucoup de temps et d'efforts - y compris en lançant un nouveau code de conduite, en formant des employés et en mettant en place un système de contrôle amélioré - pour éviter qu'une situation similaire ne se reproduise", a-t-il ajouté.

Les règlements de 327 millions de dollars ont déjà été comptabilisés dans les résultats financiers du troisième trimestre 2022, a précisé ABB dans son communiqué. Ils comprennent l'exposition prévue à l'affaire allemande.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Suisse

Pro Suisse veut la neutralité absolue sans bilatérales ni sanctions

Publié

le

Christoph Blocher a accusé le Conseil fédéral de ne pas avoir renoncé au rattachement institutionnel à l'Union européenne (archives). (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

Trente ans après le "non" à l'EEE, l'association Pro Suisse a adopté une résolution exigeant la "neutralité perpétuelle" du pays. Ce texte ne veut pas de reprise automatique du droit européen ou de sanctions économiques ni de nouveaux accords bilatéraux avec l'UE.

Réunis vendredi soir dans la salle de l'Albisgüetli, à Zurich, les membres de Pro Suisse ont approuvé la résolution "Assurer l'indépendance et la neutralité de la Suisse". Outre le refus de toute intégration européenne de la Suisse, le papier en huit points ne veut "pas de juges étrangers" ni que la neutralité "soit compromise par l'adoption de sanctions économiques, la participation à des livraisons d'armes et à des exercices préparatoires de l'OTAN à la guerre".

Nouveau combat pour l'indépendance

La résolution exige aussi "un retour à la neutralité perpétuelle, armée et globale à travers l'initiative sur la neutralité" ainsi qu'une protection "par une armée de défense robuste et par un approvisionnement fiable en biens de première nécessité". Elle rejette aussi les "diktats de l'OMS" contre les pandémies.

En vue de la récolte de signatures pour l'initiative lancée par Pro Suisse, la figure de proue de l'association, l'ancien conseiller fédéral UDC Christoph Blocher a appelé ses troupes à se battre comme en 1992.

"Nous nous retrouvons une fois de plus - comme il y a 30 ans - au début d'un combat pour l'indépendance, la liberté, la sécurité, la démocratie directe, le fédéralisme et la neutralité permanente", a-t-il déclaré, selon la version écrite de son discours.

Accusations d'abandon de la neutralité

Le tribun zurichois a accusé le Conseil fédéral de ne pas avoir renoncé au rattachement institutionnel à l'Union européenne après avoir pourtant refusé le projet d'accord-cadre avec Bruxelles en 2021. Et de citer une prise de position du gouvernement de juin 2022 en faveur d'un "partenariat basé sur les valeurs communes et la solidarité avec l'UE".

Selon Christoph Blocher, cette perspective signifie "la reprise de sanctions décrétées par l'UE contre des Etats en guerre, donc l'abandon de la neutralité suisse".

Trente ans d'"errance politique"

De manière générale, le milliardaire a, une nouvelle fois, enchaîné les attaques contre les autorités fédérales, accusées de ne pas avoir accepté la volonté populaire du 6 décembre 1992 et de ne pas avoir mis en oeuvre pleinement l'initiative de l'UDC sur l'immigration, approuvée par les citoyens en 2014.

Il a aussi critiqué les accords bilatéraux en vigueur depuis vingt ans, libre circulation des personnes et Schengen/Dublin (asile) en tête.

Il a aussi reproché au gouvernement de faire fi d'une motion approuvée par les Chambres en 2013, indiquant que la Suisse "ne s'engagera pas à reprendre automatiquement le droit européen, que ce soit dans le cadre des accords bilatéraux en vigueur ou de futurs accords".

Il s'en est aussi pris au Conseil fédéral du début des années 1990, Selon Christoph Blocher, le gouvernement avait approuvé l'adhésion à l'EEE pour "ne pas heurter l'UE", alors même que quatre conseillers fédéraux sur sept s'étaient montrés réticents quelques mois plus tôt.

Le Zurichois a aussi fait l'éloge de la campagne du "non" à l'EEE "face aux élites favorables à l'adhésion", lancée par l'UDC zurichoise dans la salle de l'Albisgüetli, justement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Une installation solaire-test montée à Grengiols (VS)

Publié

le

Les six modules photovoltaïques ont été installés à 2500 mètres d'altitude dans la commune de Grengiols dans le Haut-Valais. (© FMV)

Une installation solaire-test a été installée fin novembre à 2500 mètres d'altitude, dans le parc naturel de la vallée de Binn, sur la commune de Grengiols (VS). Le but des porteurs du projet est de récolter des données en vue d'une grande installation photovoltaïque.

L'installation restera en place jusqu'à l'hiver 2023/2024, précisent vendredi les trois partenaires du projet, la société FMV, la commune de Grengiols et Energie Brig-Aletsch-Goms (EnBAG), dans un communiqué commun. Elle se compose de six modules photovoltaïques avec différents angles d'inclinaison.

Le rendement solaire électrique sera mesuré "par tous les temps et tout au long de l'année". Des caméras observeront l'influence du vent, de la neige et de la glace et une station météo intégrée fournira des données sur la force du vent, la température et l'ensoleillement notamment, détaillent les partenaires.

40 mètres carrés

L'installation a une emprise sur le sol de moins de 40 mètres carrés, a précisé à Keystone-ATS Raoul Albrecht, chef du projet Grengiols-Solar chez FMV. Comme l'avait indiqué le chef du département de la mobilité, du territoire et de l'environnement Franz Ruppen en novembre devant le Grand Conseil, elle n'occupe pas "une zone de protection de l'eau, de la nature et du paysage".

L'installation n'est pas raccordée au réseau électrique. Elle servira à récolter les données de base nécessaires pour la planification d'une grande installation photovoltaïque dont les résultats de l'étude de faisabilité tomberont en janvier prochain, précisent les partenaires du projet.

Offensive nationale

Lors de la session du Grand Conseil de novembre, le groupe socialiste-gauche citoyenne (PS/GC) s'est interrogé sur la compatibilité du projet de parc solaire avec le label parc naturel régional. Franz Ruppen avait notamment relevé que les porteurs du projet devront "déposer un projet réalisable pour être autorisé".

L'offensive solaire nationale et les mesures urgentes qui en découlent se limitent à la fin 2025 et échauffent les esprits en Valais. Franz Ruppen a indiqué qu'une session spéciale énergie aurait probablement lieu début 2023 au Grand Conseil valaisan.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Un Observatoire du numérique créé à Genève pour les entreprises

Publié

le

Un Observatoire du numérique a été créé à Genève pour soutenir les entreprises (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Un Observatoire du numérique a été lancé à Genève pour accompagner les entreprises sur le chemin de la numérisation. Ce nouvel outil d'auto-évaluation en ligne permet aux sociétés d'identifier leur degré de maturité en termes de numérisation et de responsabilité numérique.

Les entreprises peuvent comparer de manière totalement anonyme leurs résultats par rapport aux autres acteurs du marché, par secteur ou par typologie d'entreprise, indique vendredi le Département de l'économie et de l'emploi (DEE) dans un communiqué. Cet Observatoire a été présenté à l'occasion du Forum économie numérique qui a rassemblé plus d'une centaine d'entrepreneurs.

Cet outil d'auto-évaluation a été développé dans le cadre du programme de sensibilisation des entreprises à la responsabilité numérique. Le DEE propose aussi une formation dans ce domaine en partenariat avec les principales associations professionnelles et économiques du canton, dont un cours en ligne et de la formation continue.

L'Observatoire du numérique a été créé grâce à la participation et aux retours de plus de 1200 entreprises et développé en partenariat avec l'UNIGE, la HEG et l'entreprise suisse Ethix Lab. Il fournit également des ressources d'aide à la transition numérique et à la gestion du changement.

"La numérisation des entreprises ouvre la porte à de nombreuses opportunités, mais elle s'accompagne également de nouveaux risques et de nouvelles responsabilités juridiques et éthiques", a relevé la cheffe du DEE, Fabienne Fischer, citée dans le communiqué. Ce genre d'initiative vise notamment à éviter l'apparition de fossés numériques entre les acteurs économiques.

https://digital-responsibility.info/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Bons Plans LFM

Le Téléthon 2022 débute aujourd'hui

Publié

le

Téléthon
Le téléthon a lieu les 2 et 3 décembre 2022 / @telethon.ch

L'opération en faveur des personnes atteintes de maladies génétiques orphelines a lieu cette fin de semaine.

Des milliers de bénévoles, corps de sapeurs-pompiers, protection civile, Lions Clubs, associations diverses et clubs sportifs se mobilisent dans toute la Suisse en faveur du Téléthon les 2 et 3 décembre.

Le Téléthon suisse a été, pour rappel, organisé pour la première fois en 1988, à l’initiative de l’Association de la Suisse Romande et Italienne contre les Myopathies (aujourd’hui ASRIMM) et de la Fondation Suisse de Recherche sur les Maladies Musculaires (FSRMM) pour venir en aide aux malades atteints de maladies génétiques que l’on qualifie d’orphelines.

Cette année sera la dernière édition durant laquelle sera vendue la traditionnelle peluche de l'événement. Le Téléthon a décidé de cesser la vente de cette dernière, produite en Chine, et impossible à réaliser à des coûts de production similaire en Europe.

La mascotte de cette édition, Jules le Renard, n’aura donc pas de successeur. Néanmoins il devrait perdurer, l'organisation souhaitant continuer à lui donner vie via un livre pour enfants disponible lors de l'édition 2024.

LFM s'associe à la démarche du Téléthon, une nouvelle fois, cette année, vous invitant à exprimer votre solidarité contre les maladies génétiques rares.

La totalité du bénéfice récolté par le Téléthon reste en Suisse. 50% vont à la recherche et 50% servent à l’aide sociale.

Pour faire un don :

telethon.ch

Par sms en envoyant le mot TELETHON suivi du montant votre choix au 339

Par téléphone au 0800 850 860

Merci pour votre générosité !

Une 35ème édition du Téléthon évoquée dans le 6-9 sur LFM avec Cristelle Burlot, chargée de communication et Aaron Bourgeois, ambassadeur 2022 de la manifestation :

35e Téléthon avec Aaron Bourgeois et Cristelle Burlot

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X