Rejoignez-nous

Suisse

Conférence de presse du Conseil fédéral: le suivi en direct

Publié

,

le

Alain Berset, Guy Parmelin et Ueli Maurer sont attendus à 15h15 devant le presse. (©KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Le Conseil fédéral a tenu une conférence de presse à 15h15 ce vendredi 20 mars 2020. Les ministres de l'Economie, Guy Parmelin, de l'Intérieur, Alain Berset, et des Finances, Ueli Maurer, étaient présent.

16h02 - Projections difficiles

"On ne peut que très difficilement mesurer l'ensemble des dommages que va causer la pandémie, dit Guy Parmelin. Cela dépend de son évolution et de sa durée."

15h45 - Les moyens d'investir

"Le gouvernement peut se permettre d’investir 42 milliards pour l’économie", dit le ministre des Finances Ueli Maurer. Le cautionnement permet à la banque d'accorder des crédits aux entreprises tandis que la Confédération cautionne. L'ordonnance entrera en vigueur mercredi. Les prêts se feront rapidement dit Ueli Maurer.

>>Les détails à lire ici: La Confédération a les moyens de libérer 42 milliards

15h40 - La question des loyers à l'étude

Le Conseil fédéral étudie actuellement des solutions pour ce qui concerne la question des loyers des entreprises. Le ministre de l'Economie Guy Parmelin appelle toutes les parties à travailler dans un esprit d’entraide.

"Notre économie fonctionne à environ 80% de sa capacité", dit Guy Parmelin.

15h35 - Extension du droit à l'indemnité en cas de réduction de travail

Le droit à l’indemnité en cas de réduction de travail sera étendu. Le chômage partiel pourra désormais être octroyé aux temporaires. La perte de travail sera également comptabilisée pour les personnes qui sont en apprentissage. Le délai de carence pour pouvoir bénéficier du chômage partiel est supprimé.

Les parents qui doivent interrompre leur activité professionnelle pour s’occuper de leurs enfants peuvent prétendre à une indemnisation. Il en va de même en cas d’interruption de l’activité professionnelle en raison d’une mise en quarantaine ordonnée par un médecin.

>> Les détails à lire ici: La Confédération libère 32 milliards de plus pour l'économie

15h30 - "L'aide va arriver" dit Guy Parmelin

Le Conseil fédéral a libéré 32 milliards de plus pour soutenir les entreprises auxquels s'ajoutent 10 milliards déjà mis à disposition de l'économie. Avec ce fonds de 42 milliards, le Conseil fédéral veut éviter un maximum de "cas insurmontables" et permettre aux entreprises de payer les salaires.

Le nouveau paquet prévoit 20 milliards pour que les entreprises qui rencontrent des problèmes de liquidités obtiennent des crédits bancaires transitoires. Le Conseil fédéral va demander aux Chambres fédérales un crédit d’engagement urgent.

Les entreprises frappées par la crise auront la possibilité de différer provisoirement et sans intérêt le versement des contributions aux assurances sociales (AVS, AI, APG, AC). Ces mesures s’appliquent également aux indépendants dont le chiffre d’affaires a chuté.

>> Les détails à lire ici: La Confédération libère 32 milliards de plus pour l'économie

15h23 - Contrôle des entreprises

Les domaines de la construction et de l'industrie sont tenus de respecter les recommandations en matière d'hygiène et d'éloignement social. Les employeurs doivent limiter le nombre de personnes sur les chantiers. Les entreprises qui ne peuvent pas mettre en oeuvre les règles d'hygiène devront fermer.

>> Les détails à lire ici: Amendes pour les groupes de plus de cinq personnes

15h17 - "L'heure est grave" dit Alain Berset

« L’heure est grave, dit le ministre suisse de la Santé Alain Berset. Freiner la propagation du virus ne sera possible qu’avec l’adhésion de l’ensemble de la population. »

>> Les détails à lire ici: COVID-19: Alain Berset en appelle à la responsabilité de chacun

15h15 - 32 milliards pour l'économie

Le Conseil fédéral a libéré vendredi 32 milliards de plus pour soutenir les entreprises. Cette enveloppe s'ajoute aux 10 milliards déjà mis à disposition de l'économie.

>> Les détails à lire ici: La Confédération libère 32 milliards de plus pour l'économie

15h15 - Amendes pour les groupes de plus de cinq personnes

Les Suisses échappent au confinement général. Le Conseil fédéral a toutefois décidé de durcir les mesures: les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits. Les polices cantonales peuvent infliger des amendes d’ordre fixées à 100 francs par personne concernée. "Il temps de prendre la mesure de l’ampleur de la situation", a déclaré le ministre de la Santé Alain Berset.

>> Les détails à lire ici: Amendes pour les groupes de plus de cinq personnes

09h30 - Parmelin négocie avec l'UE la livraison de matériel de protection

Guy Parmelin a déjà annoncé ce matin une percée dans la livraison de matériel de protection pour la Suisse. Après plusieurs contacts avec le commissaire européen au commerce, Bruxelles a donné pour instruction aux pays membres de ne plus bloquer les exportations de matériel de protection vers la Suisse et les autres pays de l’Association européenne de libre-échange. La présidente de la Commission européenne avait déclaré dimanche que l'UE allait bloquer l'exportation de ce matériel.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Plusieurs appels à aider les médias

Publié

le

Image d'illustration (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Dans la période de crise actuelle, les médias sont essentiels pour informer les citoyens. Mais, leur situation est "désastreuse", estiment jeudi plusieurs organisations de défense des médias, qui demandent des mesures.

Le contraire serait désolant et paradoxal, estime Reporters sans frontières Suisse (RSF), alors que le Conseil fédéral a engagé plus de 40 milliards de francs pour soutenir l'économie. La crise du coronavirus a entraîné ces dernières semaines l’effondrement des recettes publicitaires qui constituaient la principale source de revenus de la plupart des médias.

"L'une des pires crises"

La pandémie de coronavirus précipite les médias suisses dans l'une des pires crises de leur histoire, confirment les syndicats Impressum et Syndicom, ainsi que plusieurs autres organisations, dans un communiqué commun. Ils exigent la création d'un fonds d'aide urgente aux médias.

Concrètement, les autorités doivent augmenter l'aide à la distribution des journaux, assurer la sauvegarde des imprimeries, des titres et des stations d'importance systémique pour leur région, des agences de presse et des plateformes en ligne. Cette aide se ferait par le biais d'un fonds de soutien et d'une bourse, dédiés à l'enquête et au reportage.

Pour l'après-crise, il s'agira également de repenser l'aide publique aux médias, poursuit le communiqué. Il faudra par exemple consacrer le surplus de la redevance audiovisuelle, complété par la Confédération et les cantons, à un tel fonds d'aide à la presse privée et aux indépendants.

Par ailleurs, Syndicom a adressé une demande urgente à TX Group en prévision de l’assemblée générale des actionnaires de vendredi. L'éditeur est invité à utiliser les dividendes prévus pour l'exercice 2019 et les rémunérations liés aux bénéfices afin de surmonter la crise du coronavirus.

Information libre

Reporters sans frontières rappelle que les médias sont le seul contre-pouvoir. Ils doivent rendre compte de la crise au plus près de la réalité. L'organisation demande aux autorités helvétiques de tous les niveaux de ne pas entraver ce travail.

RSF a à plusieurs reprises critiqué les mesures prises par certains pays pour entraver l'accès à l'information. Sans le contrôle et la censure imposés par les autorités, les médias chinois auraient ainsi informé le public bien plus tôt de la gravité de l’épidémie, épargnant des milliers de vies et évitant peut-être la pandémie.

En Egypte, le gouvernement a renforcé la censure exercée par les pouvoirs publics. Plusieurs sites d’information ont été fermés pour six mois, accusés de diffuser de fausses nouvelles sur l’épidémie. Une information libre est aujourd’hui plus nécessaire que jamais, avertit Reporters sans frontières.

Continuer la lecture

Suisse

Les entreprises pourraient avoir plus de temps avant la faillite

Publié

le

Image d'illustration (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Les entreprises en difficulté pourraient avoir plus de temps avant d'être déclarés en faillite. L'Office fédéral de la justice a mis en consultation jusqu'à vendredi un projet qui leur permettrait un répit de six mois.

Le Conseil fédéral a mis les tribunaux en vacances du 21 mars au 19 avril. Les tribunaux, les autorités, les procureurs, les avocats et les parties ont ainsi profité de cette pause pour s'adapter à la situation du coronavirus. Les juges travaillent à la maison, les auditions peuvent être faites par vidéoconférence.

Les fonctions essentielles de la justice sont garanties, s'est réjouie jeudi devant la presse Susanne Kuster, vice-directrice de l'Office fédéral de la justice. Mais il reste plusieurs problèmes pratiques et juridiques à régler. Le projet d'assouplissement des conditions de mise en faillite doit donner plus de temps aux créanciers, aux débiteurs et à la justice.

Sursis Covid-19

Le projet prévoit d'instaurer un nouveau sursis Covid-19. Comme pour la suspension des poursuites, la procédure et les conditions sont délibérément simples afin que le plus grand nombre possible d’entreprises puisse en bénéficier. La seule condition est que le débiteur n’ait pas déjà été surendetté fin 2019.

Ce sursis provisoire pourra durer trois mois au plus, prolongeable une fois d'autant. Les sociétés ouvertes au public et les grandes entreprises n'y auront pas accès. Elles devront utiliser le sursis concordataire soumis à un contrôle plus strict. Si le débiteur donne de fausses indications au juge, celui-ci pourra en tout temps révoquer le sursis d’office.

Carence avant la faillite

La faillite est prononcée d’office avant l’expiration du sursis si c'est indispensable pour préserver le patrimoine. Mais jusqu’au 30 mai, cette règle ne s’appliquera pas si le débiteur n’était pas surendetté à la fin 2019. Ce délai de carence doit lui permettre de s'adapter à la nouvelle situation si ses difficultés sont probablement dues à la crise du Covid-19.

La charge des tribunaux du concordat ne devrait pas être alourdie avec le projet. Le juge n'aura plus besoin d'examiner la capacité d’assainissement du débiteur pour introduire la procédure concordataire.

Si le débiteur veut conclure un contrat concordataire, ou bien s’il veut bénéficier des effets plus importants que déploie le sursis concordataire, il pourra transformer le sursis Covid-19 en un sursis concordataire.

Continuer la lecture

Suisse

Zurich: patients stationnaires testés dans tout le canton

Publié

le

Image Prétexte (KEYSTONE/Peter Klaunzer)
Le canton de Zurich étend à l'ensemble des hôpitaux l'obligation de tester systématiquement au coronavirus tous les patients stationaires, peu importent les raisons de leur séjour. Il s'agit d'une première en Suisse à une telle échelle.

Le test systématique au coronavirus des patients admis en soins stationnaires, avait été annoncé mardi par l'Hôpital universitaire de Zurich (USZ). Jeudi, le département zruichois de la santé a indiqué que cette mesure serait étendue à tous les établissements sanitaires du canton.

Comme à l'USZ, cette mesure concerne aussi les patients ne présentant aucun symptôme du coronavirus. L'objectif est de protéger au maximum les patients et le personnel ainsi que d'améliorer les connaissances sur l'évolution du virus. La hausse actuelle des capacités de tests permet de passer à la vitesse supérieure en la matière.

Salué par la Confédération

Daniel Koch, le délégué de l'Office fédéral de la santé publique pour le coronavirus, a salué le lancement de ce "projet-pilote". La Confédération va en suivre attentivement la suite, a-t-il commenté à Berne face aux journalistes du Palais fédéral.

La Conférence des directeurs cantonaux de la santé s'est exprimée dans le même sens. Elle appelle les cantons à unifier leur pratique en la matière sur la base des critères de la Confédération. Ces critères sont en cours d'élaboration, a précisé Daniel Koch.

Asile: centre médicalisé à Zurich

Autre mesure annoncée jeudi à Zurich, le canton va installer dans un ancien EMS un centre provisoire médicalisé pour les requérants d'asile testés positifs. L'ex-home pour personnes âgées d'Erlenhof, à Zurich, va être transformé en hôpital d'urgence.

Continuer la lecture

Suisse

Energies renouvelables: une alliance veut un financement efficace

Publié

le

Image d'illustration (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)
Une vaste alliance du secteur énergétique suisse demande au Conseil fédéral un modèle de financement des énergies renouvelables efficace et axé sur le marché. Elle veut ainsi mettre un terme au blocage actuel des investissements nationaux et garantir la sécurité de l'approvisionnement.

L'alliance, qui réunit les grands énergéticiens, les régies municipales et diverses associations professionnelles du secteur, exige notamment un axe de développement contraignant pour les énergies renouvelables, indique-t-elle jeudi dans un communiqué.

A l'heure actuelle, les incitations à investir dans le maintien et l'expansion des énergies renouvelables nationales sont insuffisantes, relève-t-elle. La construction de centrales à énergie renouvelable doit donc être accélérée de toute urgence.

Stratégie à ancrer dans la loi

La stratégie d’expansion nécessaire à la décarbonation et au remplacement de l'énergie nucléaire doit être ancrée de manière contraignante dans la Loi sur l’énergie, estime l'alliance. Parallèlement au développement des petites installations, elle doit passer par des appels d'offres pour des primes de marché flottantes pour les grandes installations.

Les offres les plus favorables résultant des appels d'offres auront droit à une garantie de rétribution au prix de l'offre durant 20 à 25 ans. Le volume des appels d’offres mis au concours plusieurs fois par an pour les grandes installations doit être ajusté chaque année jusqu’à atteindre l’objectif de développement prévu à l’horizon 2050.

Enfin, le financement des petites installations par des contributions d'investissement doit être poursuivi, conclut l'alliance du secteur énergétique. Parallèlement à la préservation de l'existant et à la modernisation du secteur de l’hydroélectricité suisse, le photovoltaïque, l’éolien et la biomasse doivent contribuer à la production d’électricité.

Continuer la lecture

Suisse

Appel à rester à la maison pendant les vacances de Pâques

Publié

le

Image d'illustration (KEYSTONE/Laurent Gillieron)
Le respect des règles face à la pandémie de coronavirus est d'une importance vitale, "même quand il fait grand beau". Le président de la conférence des commandants des polices cantonales a exhorté jeudi les Suisses à rester chez eux pendant les vacances de Pâques.

Il faut éviter tout voyage inutile, a déclaré Stephan Blättler devant la presse à Berne. Ce n'est notamment pas le moment de vouloir profiter du Tessin et de ses charmes, a-t-il ajouté, transmettant un appel de son collègue tessinois.

Cela vaut aussi pour les autres destinations de vacances, comme le Valais, les Grisons ou l'Oberland bernois. Il faut éviter de surcharger les infrastructures, notamment hospitalières, qui touchent déjà à leurs limites, a-t-il expliqué, insistant sur le sens de la responsabilité de la population.

Pour la même raison, le responsable policier a demandé aux motards de laisser leurs engins au garage. En cas d'accident, ils occuperaient des lits dans les hôpitaux.

La police renforcera sa présence dans l'espace public, notamment en vue des vacances. Des contrôles auront lieu au Gothard ou au San Bernardino, mais la police ne pourra pas interdire aux gens de se rendre au Tessin.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Envie de modifier vos activités ? Ce jeudi est super positif pour tous contacts et entretiens. Entrez dans la cour des grands !

Publicité

Les Sujets à la Une

X