Rejoignez-nous

Suisse

Les enseignants satisfaits par une rentrée particulière

Publié

,

le

Photo prétexte (KEYSTONE/Laurent Gillieron)
Une semaine après le retour dans les écoles, les enseignants sont satisfaits et globalement rassurés. Avec les mesures de protection à respecter et la question du nettoyage des salles et du matériel, il n'est toutefois pas possible de reprendre l'école comme avant le 13 mars.

"La reprise s'est relativement bien passée, certes dans une ambiance un peu particulière", explique à Keystone-ATS Samuel Rohrbach, président du Syndicat des enseignants romands (SER). Malgré une part de crainte, élèves et enseignants ont eu "un grand plaisir à se retrouver".

Les différentes règles à observer, en particulier la distanciation entre enfants et adultes, changent la manière d'enseigner. Mais, après quelques jours d'ajustement, tout semble bien se mettre en place, ajoute-t-il. Le travail en demi-classe est positif, aussi bien pour l'aspect sanitaire que pédagogique.

Retisser du lien

Les enseignants semblent rassurés par cette rentrée, abonde Gregory Durand, président de la Société pédagogique vaudoise (SPV). L'important était de pouvoir recommencer de manière progressive et sécurisée, avec des demi-classes pour pouvoir accueillir les enfants sereinement et leur apprendre les gestes barrière.

Une certaine routine s'est désormais installée: il y a ainsi "un vrai rituel du lavage des mains" quand les enfants arrivent en classe, illustre-t-il. Cela prend du temps, mais c'est aussi l'occasion d'échanger et de discuter de divers sujets avec les élèves, ce qui est aussi formateur, renchérit M. Rohrbach.

Outre l'apprentissage des gestes barrière, l'un des objectifs de cette "rentrée" était de "retisser du lien" avec les élèves après huit semaines d'absence et d'enseignement à distance, note Gregory Durand. Il s'agit de les écouter et de voir comment ils ont vécu cette période. L'enseignement "pur" comme avant le 13 mars reprendra plus tard.

Points d'interrogation

Un avis partagé, outre-Sarine, par Dagmar Rösler, présidente du syndicat d'enseignants alémaniques LCH. Dans certaines écoles, l'éducation physique ne peut se faire que de manière limitée; d'autres ont dû supprimer les cours de natation. "On a dû renoncer à beaucoup de choses qui rendent l'école vivante, passionnante et variée", résume-t-elle.

Selon elle, il subsiste un certain nombre de "points d'interrogation concernant la distance sociale", en particulier dans les cantons alémaniques qui ont repris avec des classes entières.

La SPV va lancer un sondage auprès de ses membres pour faire le point sur cette "rentrée" et faire "remonter" les questions en suspens au Département de la formation, de la jeunesse et de la culture.

Nettoyage

Mais son président pointe déjà du doigt deux difficultés: le respect de la distance sociale et la question de la désinfection des locaux et du matériel.

C'est notamment compliqué pour les plus petits (1-2 Harmos) qui ont l'habitude d'une part d'avoir un contact assez proche avec les enseignantes et d'autre part de toucher les objets. Il faut trouver un moyen qu'ils jouent de manière individuelle ou, du moins, qu'ils y ait le moins d'échange de matériel possible.

Mais le problème se pose aussi au secondaire, un âge où les élèves changent régulièrement de salle de classe. Il y a beaucoup de "brassage" quand 40 à 60 élèves se croisent dans des couloirs étroits. En outre, les classes doivent nettoyer et désinfecter leurs tables et leurs chaises à chaque intercours, ce qui prend beaucoup de temps, souligne M. Durand.

Au niveau politique, on salue "le très grand engagement" des écoles. "Les enseignants mettent tout en oeuvre pour rendre possible un retour à une vie scolaire aussi normale que possible", se réjouit la présidente de la Conférence des directeurs de l'instruction publique (CDIP), Silvia Steiner. "En ce sens, le premier pas vers une nouvelle normalité a été réussi".

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Le Conseil d'Etat tessinois craint une réouverture trop rapide

Publié

le

(KEYSTONE/Ti-Press/Pablo Gianinazzi)
Le Conseil d'Etat tessinois a critiqué jeudi les mesures prises par le Conseil fédéral qui va selon lui trop vite. Les rassemblements autorisés jusqu'à 30 personnes vont rendre le traçage des contacts bien plus difficile, a déclaré le directeur de la santé publique Raffaele de Rosa.

Le gouvernement a accéléré le rythme du déconfinement, mais toutes ses décisions ne sont pas "linéaires", a déclaré le président du Conseil d'Etat Norman Gobbi lors d'une conférence de presse jeudi. M. Gobbi s'est toutefois montré satisfait des derniers chiffres sur la pandémie au Tessin.

"Il y a enfin un rayon de soleil dans le ciel." Depuis plusieurs jours, il n'y a pratiquement plus eu de nouveaux cas d'infection ou de décès. Les autorités doivent désormais agir de manière responsable pour le bien-être de la population. Au Tessin, l'état d'urgence devrait donc rester en vigueur jusqu'au 30 juin.

"La voie de la prudence"

Le chef du département de la santé Raffaele De Rosa aurait "préféré que Berne choisisse la voie de la prudence." En particulier, l'augmentation de cinq à trente personnes du nombre de personnes autorisées dans un rassemblement qui est, selon lui, un grand bond en avant. Le traçage des contacts sera ainsi rendu plus difficile.

Le médecin cantonal Giorgio Merlani, qui a souvent exprimé de fortes inquiétudes, s'est prononcé jeudi en faveur de la détente à venir. Deux semaines et demie après le début du déconfinement, la situation est toujours stable. "Nous devons maintenant tous revenir à la normalité", a dit M. Merlani, en soulignant l'importance de le faire intelligemment.

M. Merlani a également présenté les derniers chiffres au Tessin. Il y a encore deux personnes en soins intensifs, 40 autres sont répartis dans d'autres services de l'hôpital, ou en rééducation. La semaine dernière, 290 personnes ont été testées, et seulement un pour cent d'entre elles étaient positives. "Le virus est là, mais il circule à peine en ce moment", a souligné le médecin cantonal.

Continuer la lecture

Suisse

L'app SwissCovid testée par le grand public

Publié

le

(KEYSTONE/Laurent Gillieron).
L'application SwissCovid, qui devra retracer les chaînes de transmission du coronavirus, est soumise au test du grand public dès jeudi, annonce l'Office fédéral de la santé publique. Les hackers et les personnes intéressées peuvent mettre le système à l'épreuve.

L'instrument doit garantir un niveau élevé de sécurité. Le code source est donc mis à la disposition du public.

Le Centre national pour la cybersécurité réceptionnera les résultats des tests. Il examinera leur contenu, fixera les priorités en fonction du degré de gravité des problèmes détectés et procédera aux adaptations nécessaires. Les résultats seront actualisés tous les jours et disponibles sur la page Internet du centre national.

Actuellement, le système suisse de traçage de proximité est testé dans le cadre d'une phase pilote par une sélection de groupes. Si le Parlement donne son accord à la base légale, l'application pourra être lancée dans la foulée.

Continuer la lecture

Suisse

Exploitation presque normale des transports publics dès le 6 juin

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Les transports publics suisses rétabliront en grande partie l’exploitation normale les 6 et 8 juin. Les lignes de trafic purement touristiques, fermées pour l'instant, pourront notamment reprendre, annoncent jeudi les CFF et CarPostal dans un communiqué commun.

Les chemins de fer de montagne et les bateaux pourront ainsi reprendre leur activité après un arrêt de plusieurs mois. La restauration ferroviaire, les réservations de groupes ou encore le transport de bagages seront également de nouveau disponibles.

Les transports publics suisses progressent un peu plus vers un retour complet à la normale. Quelques réductions de l’horaire subsisteront toutefois sur des courses supplémentaires aux heures de grande affluence et sur les relations de nuit, précise le communiqué.

L’assouplissement des mesures était prévu initialement pour le 8 juin. Toutes les entreprises de transports publics ne seront ainsi pas en mesure d'élargir leur offre dès le 6 juin comme l'a décidé le Conseil fédéral mercredi. Des adaptations auront lieu le 8 juin. Les voyageurs sont invités à consulter les informations des différentes entreprises de transports avant de voyager.

Responsabilité individuelle

Le BLS amorce aussi son retour à la normale dès le 6 juin, annonce-t-il dans un communiqué jeudi. Ses lignes dédiées au trafic touristique pourront notamment reprendre, mais l'offre sera réduite au début.

Sur l'InterRegio entre Berne et Bienne, les dernières liaisons nocturnes du vendredi et du samedi soir circuleront à nouveau selon l'horaire à partir du 12 juin. Entre Brigue et Domodossola, le RegioExpress ne fonctionnera jusqu'au 13 juin qu'avec l'offre minimale pour les pendulaires le matin et le soir. À partir du 14 juin, des trains circuleront à nouveau pendant la journée à une cadence réduite.

Le plan de protection pour les transports publics en appelle à la responsabilité individuelle et à la solidarité des voyageurs, soulignent les CFF. Il est notamment recommandé aux usagers de porter un masque de protection dans les transports publics lorsque la distance des deux mètres ne peut pas être respectée.

Continuer la lecture

Suisse

Vingt cas supplémentaires de Covid-19 en 24 heures

Publié

le

(KEYSTONE/REUTERS POOL/Denis Balibouse)
La Suisse a enregistré vingt cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, a annoncé jeudi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Le pays compte désormais 30'796 cas confirmés en laboratoire.

Parmi les 385'822 tests effectués, 10% étaient positifs. L’incidence se monte à 359 cas pour 100'000 habitants.

Au total, 1655 personnes sont décédées en lien avec un Covid-19 confirmé en laboratoire, selon les déclarations reçues jusqu’à jeudi matin. La veille l'OFSP en recensait 1649. Cela correspond à 19 décès par 100'000 habitants. Sur les 1572 personnes décédées pour lesquelles les données sont complètes, 97% souffraient d’au moins une maladie préexistante.

Parmi les personnes décédées, 58% étaient des hommes et 42% des femmes. Leur âge allait de 31 à 108 ans, avec un âge médian de 84 ans. A ce jour, 3935 hospitalisations en lien avec un Covid-19 confirmé en laboratoire ont été déclarées.

Tous les cantons sont concernés par la pandémie. Ceux de Genève, du Tessin, de Vaud, de Bâle-Ville et du Valais restent les plus touchés.

Continuer la lecture

Suisse

L'incertitude demeure pour les employés d'Easyjet en Suisse

Publié

le

14 appareils frappés du logo orange et blanc sont stationnés à Genève. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)
Les conséquences de la restructuration annoncée jeudi par Easyjet demeurent encore incertaines pour les opérations helvétiques. La compagnie aérienne britannique veut consulter le personnel en Suisse avant de prendre une décision. A l'échelle du groupe, un tiers de l'effectif - soit environ 4500 postes - est menacé.

"Nous lancerons un processus de consultation des employés dans les prochains jours. Nous ne pouvons pas préjuger de ce qui en ressortira", indique jeudi à AWP un porte-parole d'Easyjet en Suisse. La compagnie emploie quelque 1000 employés dans le pays, sur un effectif global de 15'000 personnes.

L'impact pour l'aéroport de Genève, principal site d'Easyjet en Suisse, reste pour l'heure inconnu. Fin 2019, la compagnie représentait une part de marché de 44,8% à Cointrin pour 585 employés. Avant l'éclatement de la pandémie, 80 destinations étaient desservies au départ de Genève sur un total de 157 depuis la Suisse.

La position est également dominante à l'aéroport de Bâle-Mulhouse, où Easyjet pèse pour près de 60% du trafic aérien. L'activité à Zurich est moindre par rapport aux pôles rhénan et genevois.

En termes de flotte, 14 appareils frappés du logo orange et blanc sont stationnés à Genève, contre 12 sur le tarmac d'Euroairport, selon des indications fournies en 2019.

Licenciements inévitables, selon le SSP

Côté syndical, on déplore une "annonce brutale" faite avant toute consultation avec le personnel, preuve d'une certaine "désinvolture" d'Easyjet. "Je vois les réactions des employés d'Easyjet avec qui je suis en contact sur les réseaux sociaux, le gens sont sous le choc", affirme Jamshid Pouranpir, secrétaire syndical auprès du Syndicat des services publics (SSP) à Genève.

Partenaire social du transporteur en vertu d'une convention collective de travail, le SSP exige dans les plus brefs délais la tenue de négociations devant aboutir à un plan social pour les employés concernés. "Il y aura des licenciements", souligne M. Pouranpir, qui concède cependant comprendre la "situation difficile" des compagnies aériennes.

Le groupe Easyjet a annoncé dans la matinée la suppression de 4500 postes, soit près d'un tiers de ses effectifs. Elle a pris cette mesure afin de faire face au choc de la pandémie de coronavirus. La compagnie à bas coûts, dont l'activité est à l'arrêt depuis des semaines, entend préserver ses finances et s'adapter à un trafic aérien plus faible sur une longue période.

En Suisse, la compagnie n'a pas obtenu d'aide publique pour surmonter les difficultés liées à la pandémie de Covid-19. Fin avril, Easyjet Suisse a néanmoins exhorté la Confédération à stimuler la demande pour le transport aérien, notamment par une annulation temporaire des taxes pour le secteur ou une baisse des redevances aéroportuaires.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Gémeaux

Vos idées rebelles vous créent de nombreux souci avec vos chefs... Cette attitude n’est vraiment pas constructive !

Publicité

Les Sujets à la Une

X