Rejoignez-nous

Économie

Les sociétés suisses ont préféré l'étranger pour entrer en Bourse

Publié

,

le

Les dirigeants du fabricant de chaussures suisse On devant la bourse de New York à l'occasion de l'entrée en Bourse de la société le 15 septembre 2021. (archives) (© KEYSTONE/AP/RICHARD DREW)

Sur les treize entreprises suisses ayant franchi le pas de l'introduction en Bourse (IPO) en 2021, seules quatre ont opté pour une cotation à Zurich et une à Berne. L'année dernière, deux des trois nouveaux arrivés avaient jeté leur dévolu sur leur pays d'origine.

"Le monde économique et financier suisse peut se targuer d'une année fructueuse en matière d'IPO", explique Tobias Meyer d'EY Suisse, cité dans le dernier baromètre IPO du cabinet de conseil publié mardi.

Le volume d'émission généré par les treize entrées en Bourse d'entreprises suisses en 2021 équivaut à 3,7 milliards de francs, dix fois plus que l'année précédente. Sur les huit IPO réalisées à l'étranger, cinq l'ont été sur la plateforme technologique américaine Nasdaq.

Les cinq sociétés ayant opté pour une IPO en Suisse sont PolyPeptide (848 millions de francs), Montana Aerospace (506 millions), Medmix (ex-division de Sulzer, 315 millions), Skan Group (anciennement BV-Holding, 270 millions) et Kursaal Berne (15 millions). S'y ajoute VT5, la première société d'acquisition à vocation spécifique (Spac) qui vient d'annoncer avoir levé 198 millions de francs sur SIX.

Le fabricant de chaussures On en tête

"Il est certainement frappant de constater que certaines entreprises suisses du secteur des sciences de la vie se sont fait coter cette année à l'étranger, où le capital-risque est parfois plus disponible qu'en Suisse", observe M. Meyer. Ainsi, Sophia Genetics a généré 243 millions de dollars, VectivBio 147 millions, Molecular Partners 64 millions et NLS Pharmaceutics 23 millions.

Les plus gros volumes en revanche sont ceux du fabricant de chaussures On (858 millions de dollars) et de l'agrégateur de données sportives Sportradar (513 millions). "Au total, en 2021, la Suisse sera le cinquième pays où les entreprises nationales feront le plus d'IPO sur une place boursière étrangère", derrière la Chine, Israël, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.

Année de tous les records

A l'échelle du globe, 2388 nouvelles entrées en Bourse ont été recensées depuis le début de l'année, en hausse de près de deux tiers (+64%) par rapport à 2020, pour un volume d'émission totalisant 453 milliards de dollars (+67%), signale EY. La dynamique semble cependant s'essouffler à l'approche de la fin de l'année, seules 621 entreprises ayant franchi le pas au dernier trimestre, en progression de seulement 16% en rythme annuel.

Sur l'ensemble de l'année, la Chine - y compris Hong Kong - a une nouvelle fois enregistré le plus grand nombre d'opérations (593, +11%), alors qu'avec une activité plus que doublée à 485, l'Europe rafle la deuxième position aux Etats-Unis (416, +86%). En termes de volumes, le pays de l'oncle Sam s'est offert la première place avec 155,7 milliards de dollars, devant l'Empire du milieu (122,8 milliards) et l'Europe (81,1 milliards).

2022 s'annonce un bon cru

Dans son étude, EY relève que les entreprises du secteur technologique sont celles qui ont le plus suscité l'appétit des investisseurs, avec 611 IPO pour un total de 147 milliards de dollars. Le boom technologique a été dopé par la crise sanitaire: "la transformation digitale de l'économie a reçu un énorme coup de pouce grâce à cette pandémie", souligne Tobias Meyer.

Selon l'expert IPO d'EY Suisse, 2022 devrait être un nouveau bon millésime pour les nouvelles cotations, à la faveur notamment de la faiblesse persistante des taux et du niveau élevé de liquidités sur le marché, ainsi que de l'engouement des détenteurs de capitaux pour les scissions de groupes ou les fusions avec des Spacs.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Un ancien ministre en tête du premier tour de la présidentielle

Publié

le

L'ancien chef de la diplomatie de Chypre, Nikos Christodoulides, est arrivé en tête du premier tour de la présidentielle. (© KEYSTONE/AP/Petros Karadjias)

L'ancien chef de la diplomatie de Chypre, Nikos Christodoulides, soutenu par les partis centristes, est arrivé en tête dimanche du premier tour de l'élection présidentielle sur l'île européenne divisée. Il a devancé un autre diplomate appuyé par le parti communiste.

Avec 32,04% des suffrages, Nikos Christodoulides affrontera au second tour le 12 février Andreas Mavroyiannis, qui a remporté 29,58% des votes, selon les chiffres officiels.

Averof Neofytou, 61 ans, sort de la course. Avec 26,11% des voix, il subit un échec inédit pour un leader d'un parti au pouvoir, le parti conservateur Disy. En quatrième position, le parti d'extrême droite Elam a obtenu 6% des votes.

"Aujourd'hui, Chypre a parlé. (Le pays) a parlé clairement", a déclaré M. Christodoulides dimanche soir. "Je reste fidèle à ma volonté d'un gouvernement à l'horizon élargi. Nous n'écartons personne." M. Mavroyiannis avait pour sa part déjà dit refuser toute coalition avec l'extrême droite.

Les quelque 561'000 électeurs chypriotes-grecs avaient le choix entre 14 candidats pour succéder au président de droite Nicos Anastasiades, âgé de 76 ans.

Préoccupés par les scandales de corruption et l'inflation galopante sur leur île divisée depuis près d'un demi-siècle, au moins 72,03% des électeurs chypriotes ont voté, soit légèrement plus que lors du scrutin précédent de 2018.

Appel à "l'unité"

Favori du scrutin, Nikos Christodoulides, 49 ans, ministre des Affaires étrangères entre 2018 et 2022, a appelé dimanche "à l'unité", la seule manière de "vraiment répondre aux attentes du peuple chypriote". Epaulé par les partis centristes, il se présente malgré tout comme un candidat "indépendant".

Andreas Mavroyiannis, 66 ans, soutenu par le parti communiste Akel, est également un diplomate, ancien chef négociateur dans les pourparlers sur la réunification (2013-2022).

Membre de l'Union européenne depuis 2004, Chypre est divisée depuis l'invasion par la Turquie en 1974 du tiers nord de l'île, en réponse à un coup d'Etat de nationalistes chypriotes-grecs qui souhaitaient rattacher le pays à la Grèce. Les pourparlers sur la réunification sont au point mort depuis 2017.

La République de Chypre n'exerce son autorité que sur la partie sud de l'île, séparée par la Ligne verte, une zone démilitarisée contrôlée par l'ONU, de la République turque de Chypre-Nord (RTCN), autoproclamée et reconnue seulement par Ankara, où vivent les Chypriotes-turcs.

Pour Hubert Faustmann, professeur de politique et d'histoire à l'Université de Nicosie, cet "étrange" scrutin mettait en compétition "trois favoris (...) liés à l'actuel président".

Corruption et migrants

Premier défi pour le nouveau dirigeant: l'inflation, qui a atteint 10,9% en 2022. Malgré un ralentissement en janvier, à 7,1%, la hausse des prix, notamment de l'énergie et de la nourriture, reste en tête des préoccupations et le pays a connu fin janvier une grève générale.

La lutte contre la corruption a dominé aussi le débat électoral, notamment après le scandale des "passeports en or". Ce programme d'octroi de passeports contre des investissements sur l'île a dû être annulé en raison d'allégations de corruption, entachant l'image du gouvernement de M. Anastasiades.

"La corruption est au coeur du débat, comme l'économie et la vie quotidienne. Le problème de Chypre (la division, ndlr) est un sujet secondaire", estime Giorgos Kentas, professeur associé de relations internationales à l'Université de Nicosie.

Autre sujet sensible sur cette île de l'est de la Méditerranée, proche des côtes du Moyen-Orient et de la Turquie: l'afflux de migrants, pour lequel les candidats ont promis d'agir. Les autorités affirment que 6% des 915'000 personnes vivant dans le sud de l'île sont des demandeurs d'asile.

Pourparlers à l'arrêt

Selon des chiffres de l'UE, Chypre détient le deuxième taux le plus élevé de primo-demandeurs d'asile par rapport à sa population dans l'Union européenne, derrière l'Autriche.

Le gouvernement reproche à la Turquie d'orchestrer une bonne partie de l'arrivée des réfugiés originaires de Syrie et de migrants d'Afrique subsaharienne via la Ligne verte.

Le futur chef d'Etat sera justement appelé à relancer les pourparlers de paix, au point mort depuis 2017, pour mettre fin à la division de l'île.

Sur ce dossier, M. Christodoulides est considéré comme un "faucon" et souhaite que l'UE isole la Turquie. M. Neofytou est vu comme un pragmatique, tandis que M. Mavroyiannis a assoupli sa position pour être en accord avec la ligne du parti Akel.

Le processus diplomatique parrainé par l'ONU achoppe sur de nombreux points, comme la présence de 40'000 soldats turcs en RTCN.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Majorité d'Helvètes pour réexporter du matériel de guerre suisse

Publié

le

L'Espagne et l'Allemagne notamment attendent l'autorisation de Berne pour livrer à l'Ukraine du matériel militaire helvétique. (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Une légère majorité de Suisses est pour un assouplissement des règles sur la réexportation de matériel de guerre suisse. Selon un sondage, 55% des personnes interrogées jugent que des pays tiers devraient pouvoir livrer à l'Ukraine des armes de fabrication suisse.

Le sondage a été réalisé par l'institut Sotomo pour le compte de la "NZZ am Sonntag". Keystone-ATS a pu en consulter les résultats.

Une nouvelle réglementation trouve une majorité auprès des partisans de tous les grands partis, à l'exception de l'UDC. C'est auprès de la base des Vert'libéraux que la proportion de oui est la plus élevée, avec 76% qui veulent certainement ou plutôt autoriser la transmission d'armes pour soutenir la guerre de défense ukrainienne.

Une nette majorité de 70% se dégage également parmi les partisans du PLR, du Centre et du PS. Au sein de la base des Verts, le soutien n'est que légèrement inférieur avec 69%, bien que le parti souhaite s'en tenir au droit en vigueur.

Avec une part de non de 74 pour cent, les partisans de l'UDC sont en revanche clairement opposés aux livraisons d'armes.

Neutralité

Actuellement, la réexportation d'armements suisses n'est possible qu'avec l'autorisation du Conseil fédéral. L'année dernière, le gouvernement avait rejeté de telles demandes en se référant au droit de la neutralité. L'Allemagne voulait notamment livrer à l'Ukraine des munitions pour le char antiaérien Guepard.

Le sondage ne donne aucune indication sur la manière exacte dont un assouplissement devrait être mis en ½uvre. Plusieurs propositions sont actuellement en discussion au Parlement.

La Commission de la politique de sécurité du Conseil national souhaite une dérogation pour l'Ukraine. Son homologue du Conseil des Etats veut en revanche limiter à cinq ans la durée de validité des déclarations de non-réexportation pour certains pays qui achètent du matériel de guerre suisse. Cette mesure s'appliquerait par exemple à l'Allemagne, à la France, à l'Italie ou aux Etats-Unis.

Le sondage représentatif de Sotomo a été réalisé en ligne entre le 24 et le 26 janvier, a précisé Sotomo à l'agence de presse Keystone-ATS. Les données de 1558 personnes ayant le droit de vote en Suisse alémanique et en Suisse romande ont été utilisées. L'erreur d'échantillonnage est d'environ 3,5 points de pourcentage.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Majorité d'Helvètes pour réexporter du matériel de guerre suisse

Publié

le

L'Espagne et l'Allemagne notamment attendent l'autorisation de Berne pour livrer à l'Ukraine du matériel militaire helvétique. (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Une légère majorité de Suisses est pour un assouplissement des règles sur la réexportation de matériel de guerre suisse. Selon un sondage, 55% des personnes interrogées jugent que des pays tiers devraient pouvoir livrer à l'Ukraine des armes de fabrication suisse.

Le sondage a été réalisé par l'institut Sotomo pour le compte de la "NZZ am Sonntag". Keystone-ATS a pu en consulter les résultats.

Une nouvelle réglementation trouve une majorité auprès des partisans de tous les grands partis, à l'exception de l'UDC. C'est auprès de la base des Vert'libéraux que la proportion de oui est la plus élevée, avec 76% qui veulent certainement ou plutôt autoriser la transmission d'armes pour soutenir la guerre de défense ukrainienne.

Une nette majorité de 70% se dégage également parmi les partisans du PLR, du Centre et du PS. Au sein de la base des Verts, le soutien n'est que légèrement inférieur avec 69%, bien que le parti souhaite s'en tenir au droit en vigueur.

Avec une part de non de 74 pour cent, les partisans de l'UDC sont en revanche clairement opposés aux livraisons d'armes.

Neutralité

Actuellement, la réexportation d'armements suisses n'est possible qu'avec l'autorisation du Conseil fédéral. L'année dernière, le gouvernement avait rejeté de telles demandes en se référant au droit de la neutralité. L'Allemagne voulait notamment livrer à l'Ukraine des munitions pour le char antiaérien Guepard.

Le sondage ne donne aucune indication sur la manière exacte dont un assouplissement devrait être mis en ½uvre. Plusieurs propositions sont actuellement en discussion au Parlement.

La Commission de la politique de sécurité du Conseil national souhaite une dérogation pour l'Ukraine. Son homologue du Conseil des Etats veut en revanche limiter à cinq ans la durée de validité des déclarations de non-réexportation pour certains pays qui achètent du matériel de guerre suisse. Cette mesure s'appliquerait par exemple à l'Allemagne, à la France, à l'Italie ou aux Etats-Unis.

Le sondage représentatif de Sotomo a été réalisé en ligne entre le 24 et le 26 janvier, a précisé Sotomo à l'agence de presse Keystone-ATS. Les données de 1558 personnes ayant le droit de vote en Suisse alémanique et en Suisse romande ont été utilisées. L'erreur d'échantillonnage est d'environ 3,5 points de pourcentage.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

La fusion entre Dufry et Autogrill finalisée

Publié

le

Dufry et Autogrill forment un nouveau géant du service aux voyageurs. (© KEYSTONE/PATRICK STRAUB)

La fusion entre l'opérateur bâlois de boutiques hors taxes Dufry et le spécialiste italien de la restauration Autogrill a été finalisée vendredi pour créer un géant des services aux voyageurs, a annoncé Dufry dans un communiqué.

Le nouveau Dufry -dont la holding Edizione contrôlée par la famille Benetton devient le principal actionnaire avec 27,5% - va servir "2,3 milliards de passagers dans plus de 75 pays" et pèsera "environ 14 milliards de francs sur la base des chiffres de 2019", avant la pandémie de Covid 19, souligne le communiqué.

La finalisation de l'opération était attendue. Tous les feux verts nécessaires des autorités de concurrence avaient été obtenus, sans conditions.

L'entreprise combinée sera dirigée par le patron de Dufry, Xavier Rossinyol. Elle réalisera un chiffre d'affaires de 13,6 milliards de francs avec 5500 points de vente, en particulier dans 350 aéroports. Elle emploiera près de 60'000 collaborateurs.

Conformément à la législation italienne, Dufry doit maintenant lancer une offre d'échange publique pour les actions d'Autogrill encore en circulation.

Le groupe bâlois estime que "la transaction, y compris l'offre d'échange obligatoire, sera achevée d'ici la fin du 2e trimestre 2023.

"Dufry commencera à consolider entièrement Autogrill à partir du 1er février 2023 et le processus d'intégration est sur le point d'être lancé", précise le communiqué.

L'intégration comprendra également la définition d'une identité d'entreprise et d'un nom de société pour le groupe combiné, "représentant le portefeuille amélioré, les offres complémentaires et l'expertise précieuse des deux sociétés", précise encore Dufry.

Juan Carlos Torres reste président du conseil d'administration.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

USA: bond inattendu des créations d'emplois en janvier, +517'000

Publié

le

Les chiffres ont déjoué les pronostics des analystes, qui anticipaient un ralentissement, à 187'000. (Archives) (© KEYSTONE/AP/MARY ALTAFFER)

Les créations d'emplois aux Etats-Unis ont bondi en janvier, doublant même par rapport à décembre, alors qu'un ralentissement était attendu, tandis que le taux de chômage a continué à reculer, tombant désormais à 3,4%, a annoncé vendredi le département du Travail.

Ce sont ainsi 517'000 emplois qui ont été créés au cours du premier mois de 2023, contre 260'000 en décembre, selon des données révisées en hausse et également publiées vendredi. Cela a déjoué les pronostics des analystes, qui anticipaient un ralentissement, à 187'000, selon le consensus de Briefing.com. Le taux de chômage était attendu en légère hausse, à 3,6%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X