Rejoignez-nous

Suisse

Les Suisses reprennent leurs habitudes de propreté

Publié

,

le

Elimination des déchets: les Suisses sont plus disciplinés que pendant le confinement. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les déchets sauvages (littering) diminuent à nouveau en Suisse, après avoir augmenté durant les "années Covid" 2020 et 2021. La pression sur les espaces publics s'allège, note la Communauté d'intérêts pour un monde propre (IGSU).

Au terme de son sondage annuel mené auprès de quelque 2000 personnes, l'IGSU remarque que "la tendance à l'amélioration constatée avant la pandémie (et stoppée durant celle-ci, ndlr) se confirme en 2022", selon un communiqué publié mardi.

En 2020 et 2021, observant une augmentation sensible du littering pendant les semi-confinements, de nombreuses villes et communes suisses ont tiré la sonnette d'alarme. Elles ont réagi à cette recrudescence par différentes mesures concrètes ou de sensibilisation dont on voit les effets aujourd'hui, relève la communauté d'intérêts.

En terme de perception chiffrée, la "détente" n'est pas encore très spectaculaire. Aujourd'hui, 7,6% des personnes interrogées estiment que le littering (sur les lieux où elles ont été sondées) est "plutôt élevé" ou "élevé". Il y a un an, ce taux s'élevait à 8,6%. Environ 80% trouvent que le littering est "plutôt faible" à "faible", contre 79,3% en 2021.

En 2015, 25% des sondés jugeaient que le littering était "plutôt élevé" ou "élevé" en Suisse. Cette année, ce pourcentage se monte à19%. Seules 28% se disent aujourd'hui "plutôt très gênées" ou "très gênées" par le littering, contre 75% il y a sept ans et environ 50% en 2021.

Problème secondaire

L'amélioration s'explique certes par un changement concret sur le terrain, mais aussi par un autre facteur, estime Ralph Hansmann, professeur de sciences de la durabilité à l'EPFZ et directeur scientifique du sondage de l'IGSU: "Par rapport aux questions comme le coronavirus, la guerre, la crise énergétique ou l'inflation, il semble que la problématique du littering soit perçue comme moins grave", observe-t-il, cité dans le communiqué.

Parmi les mesures prises, l'IGSU cite Zurich qui a consenti des efforts pour la pose de poubelles bien visibles et en quantité suffisante et a fait la promotion de la vaisselle réutilisable, tout comme Berne où cette dernière est obligatoire dans les manifestations.

Lugano a augmenté le nombre de stations de recyclage dans les espaces publics, notamment sur les lieux les plus fréquentés comme les rives du lac et les places publiques.

La Ville de Neuchâtel a installé des containers de grande capacité aux abords des parcs ainsi que des cendriers à emporter près de ceux-ci, fixé des cendriers à tous les arrêts de bus ou de tram et mis en place des panneaux de sensibilisation. "De très bons résultats ont été obtenus, mais il ne faut pas relâcher l'effort", relève Laurent Verguet, responsable de la voirie municipale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Vaud: subventions en hausse pour la rénovation des bâtiments

Publié

le

Vaud renforce son soutien à la rénovation énergétique des bâtiments, comme ici à Lausanne (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Une enveloppe de 58 millions de francs est mise à disposition cette année des propriétaires vaudois. Elle doit leur permettre de solliciter des subventions afin d'améliorer l'efficacité énergétique de leur bâtiment.

Ce montant est financé par la Confédération, à hauteur de 32,5 millions issus de la taxe fédérale sur le CO2. Après 15 millions l'an dernier, l'Etat de Vaud contribue désormais pour 25,5 millions, un montant qui provient de la taxe cantonale sur l'électricité.

"Depuis leur mise en place en 2010, les mesures d'aide à l'assainissement énergétique des bâtiments rencontrent un vif succès", affirme jeudi l'Etat de Vaud dans un communiqué. L'an dernier, l'enveloppe de 50 millions a été épuisée dès l'automne et permis de soutenir quelque 2500 projets de rénovation.

Différentes aides

Plusieurs types d'aides sont envisageables. Par exemple, une subvention - jusqu'à hauteur de 1500 francs - peut permettre la réalisation d'un audit énergétique. Celui-ci vise à donner aux propriétaires diverses recommandations chiffrées pour des travaux d'isolation ou d'installations techniques.

Une autre subvention peut être octroyée pour le recours à un assistant au maître d'ouvrage (AMO) dans le cadre de rénovations importantes. Accrédités par l'Etat de Vaud, ces AMO "peuvent aider les propriétaires à mieux définir leur projet de rénovation, choisir et coordonner les intervenants, planifier les travaux et remplir les démarches administratives liées aux mesures énergétiques", poursuit le communiqué.

La subvention permet de couvrir leurs honoraires jusqu'à hauteur de 6000 francs pour les projets d'habitations collectives et 3000 francs pour les habitations individuelles.

Impact sur l'économie

Les fonds sont alloués dans le cadre du Programme Bâtiment 2023. En plus d'apporter une aide aux propriétaires, ils ont un impact bénéfique sur l'économie vaudoise. Selon les estimations, pour chaque franc versé par l'Etat, les propriétaires vont investir cinq à six autres francs. Les 58 millions prévus pour 2023 pourraient ainsi générer plus de 300 millions de retombées dans les secteurs de la construction, des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique.

"Représentant près de 45% de la consommation énergétique totale du pays, le bâtiment est sans conteste un domaine dans lequel d'importantes économies peuvent être réalisées", poursuit le communiqué. Et de rappeler que ce secteur est d'autant plus stratégique qu'il pèse pour environ un tiers des émissions de CO2 du pays.

L'Etat de Vaud précise encore que toutes les informations sur le Programme Bâtiments sont disponibles une page internet dédiée, www.vd.ch/subventions-energie-batiments.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Une personne sur trois victime de discrimination ou de violence

Publié

le

L'étude sur le vivre ensemble en Suisse est réalisée tous les deux ans par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Sur la photo, des participants à une manifestation contre le racisme à Bâle en juillet 2020. (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

En Suisse, une personne sur trois affirme avoir été victime de discrimination ou de violence. Un taux qui grimpe à 40% pour les personnes issues de la migration et à 50% dans la classe d'âge des 15 à 24 ans, révèle la dernière enquête sur le vivre ensemble.

Cette étude est réalisée tous les deux ans par l'Office fédéral de la statistique (OFS), sur mandat du Service de lutte contre le racisme et du Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM). Elle fournit des renseignements sur les changements sociétaux dans les domaines du racisme, de la xénophobie et de la discrimination, indique jeudi le Département fédéral de l'intérieur (DFI) dans un communiqué.

Les résultats 2022 indiquent également que 60% de la population résidente en Suisse considère le racisme comme une problématique saillante. En outre, par rapport aux années précédentes, la part de personnes considérant les mesures de lutte contre le racisme comme insuffisantes tend à augmenter.

Stabilisation à un niveau élevé

Les motifs des discriminations et des violences sont dans la majorité des cas de nature éthno-raciale. Ainsi, les victimes évoquent principalement la nationalité (50%), la couleur de peau, les signes corporels (19%), la religion (17%) ou encore l'origine ethnique (15%).

De manière générale, les chiffres relatifs au racisme et à la xénophobie sont stables, bien qu'élevés, relève l'enquête. Les attitudes négatives envers les groupes et les minorités seraient quant à elles en légère diminution.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Nouvelle offre à la place de la Carte journalière Commune dès 2024

Publié

le

La carte journalière Commune actuelle sera remplacée par une nouvelle offre dès l'année prochaine (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La carte journalière Commune papier actuelle disparaîtra à la fin de l'année et sera remplacée dès l'année prochaine par une "carte journalière dégriffée Commune". Celle-ci sera disponible pour la 1e et la 2e classe, avec ou sans abonnement demi-tarif.

Vendue uniquement aux guichets des communes, la nouvelle carte sera émise comme billet mobile ou papier, annoncent jeudi l'Alliance SwissPass, l'Association des communes suisses et l'Union des villes suisses dans un communiqué.

La nouvelle offre s'inspire de la carte journalière dégriffée, déjà connue dans les transports publics, c'est-à-dire que plus la carte sera achetée tôt, plus le prix sera intéressant. La clientèle "non numérique" aura ainsi aussi accès aux billets dégriffés.

Le contingentement par commune et la restriction de la vente aux habitants de la commune en question n'existeront plus. Un seul contingent vaudra par jour pour toute la Suisse. Un nombre illimité de cartes pourra être acheté par personne mais chacune sera nominative.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Fribourg: près de 18 millions pour rénover le Domaine des Faverges

Publié

le

Grâce au feu vert donné par les députés, l'Etat de Fribourg pourra investir dans la restauration et la transformation du Domaine des Faverges, à St-Saphorin (VD) (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les députés fribourgeois ont voté jeudi un décret octroyant un crédit de 17,6 millions de francs pour la restauration et la transformation du Domaine des Faverges. Juché au-dessus du village de Saint-Saphorin (VD), ce dernier appartient à l'Etat de Fribourg.

Le décret a passé la rampe par 99 voix sans opposition et 1 abstention. La particularité, un domaine hors de territoire cantonal, n'est pas forcément connue du public, hormis du cercle des amateurs de vins. "C'est un fleuron du patrimoine fribourgeois", a insisté le président du Conseil d'Etat Didier Castella.

"Un des plus beaux balcons avec vue sur un des plus beaux paysages de Suisse", a précisé le ministre de l'agriculture. La députée PS Chantal Müller, présidente de la commission ad hoc, n'a pas manqué de déplorer, en lien avec le sujet, le renvoi de la loi sur le climat voté mardi par la droite. L'inauguration est prévue en 2026.

Le coût total approche des 20 millions de francs. Le montant du crédit d'engagement intègre un montant payé à fin 2022 et une ponction de 1,5 million prise sur le fonds des vignes. S'étendant sur 15,4 hectares, le domaine a été créé en 1138 par le fondateur de l’Abbaye d’Hauterive, le Seigneur Guillaume de Glâne.

Nouvelle stratégie

Le projet comprend la restauration de la Grande Maison et de la Maison du Vigneron ainsi que la transformation du bâtiment "Bouteiller". Le Domaine des Faverges est non seulement un domaine viticole, mais il est également, avec la Grande Maison, un lieu emblématique et officiel pour les réceptions du Conseil d'Etat.

La Grande Maison a été reconstruite en 1760. Sa dernière rénovation importante remonte à 1952. "Depuis, des travaux d'entretien très modestes ont été entrepris, mais le bâtiment ne répond plus aux standards", précise le message de l'exécutif cantonal. "Par ailleurs, les besoins viti-vinicoles ont aussi évolué."

La cave initialement conçue pour vinifier trois types de vin, soit deux blancs et un rouge, ne répond plus à la stratégie de vente. Afin de répondre à l'évolution du marché, les cépages cultivés sont plus variés et la vinification demande de plus petits volumes de cuves ou barriques, constate le gouvernement fribourgeois.

Davantage de travaux

Un premier projet avait déjà été présenté il y a cinq ans, avec alors l'articulation d'un montant de 4,2 millions de francs. Depuis, toutefois, l'ampleur des travaux à entreprendre a évolué. Le 19 janvier 2019, le Conseil d'Etat a décidé d'élargir le périmètre du projet et d'y intégrer l'assainissement de la Maison du vigneron.

La décision fait suite au départ à la retraite du vigneron qui y habitait jusqu'à la fin 2020. L'exécutif a pris acte par ailleurs que sur la base des premières offres d'entreprises pour le projet validé en décembre 2017, le crédit initial se révélait nettement insuffisant. Le début des travaux est agendé pour l'été prochain.

La Maison du vigneron deviendra le lieu de vente, tandis que le Bouteiller rassemblera les activités liées à la production du vin. "On ne peut pas laisser à l'abandon un tel domaine", a indiqué le député PS Pierre Mauron, en ajoutant le vin "qu'on y produit se devait d'être meilleur que celui du voisin vaudois".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

Ce que vous attendez prend du retard ? Profitez à fond de cette période de préparation, elle sera très instructive finalement !

Les Sujets à la Une

X