Rejoignez-nous

Genève

Baume-Schneider: "l'OMS n'érodera pas la souveraineté des Etats"

Publié

,

le

La conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider estime qu'il ne faut pas "des décennies" avant de conclure un accord contre les pandémies mais qu'il ne faut pas non plus se précipiter pour un arrangement. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La désinformation autour de l'OMS impose aux politiques d'expliquer son rôle, dit Elisabeth Baume-Schneider. A deux semaines de la votation sur l'initiative pour l'intégrité physique, elle exclut toute possibilité pour l'OMS "d'éroder la souveraineté" des Etats.

"Nous devons prendre nos responsabilités pour expliquer le rôle des institutions" de gouvernance de la santé, a affirmé lundi à Keystone-ATS la conseillère fédérale, en marge de l'Assemblée mondiale de la santé à Genève. Depuis le début des négociations pour un accord contre les pandémies il y a deux ans, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a cessé de battre en brèche les allégations qui l'accusent de vouloir se substituer aux Etats.

Une contre-offensive répétée lundi encore devant les membres par le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus qui s'en est à nouveau pris à cette "désinformation". Une campagne de dénigrement aussi observée en Suisse sur les réseaux sociaux.

"Certaines affirmations sont erronées et la pandémie n'a pas contribué à apaiser certaines parties de la population", explique la cheffe du Département fédéral de l'intérieur (DFI). Il faut rassurer ces personnes et même certains parlementaires, ajoute-t-elle.

Les initiants du texte "Pour la liberté et l'intégrité physique" souhaitent que chaque individu puisse décider librement ce qui est injecté dans son corps, même en cas d'urgence sanitaire. "La Constitution est claire" et elle est "sans équivoque pour la protection de l'intégrité physique et psychique" des Suissesses et des Suisses, insiste la conseillère fédérale.

"Précipitation" à éviter

Pour le moment, les 194 membres de l'OMS n'ont pas trouvé de consensus dans les deux ans prévus pour un accord contre les pandémies. Des divergences entre pays du Nord et du Sud subsistent sur des questions de propriété intellectuelle, d'accès équitable aux vaccins ou de partage des indications sur les pathogènes.

La Suisse est notamment épinglée par les ONG et certains pays pour sa protection de ses entreprises pharmaceutiques. "Il faut laisser les personnes qui négocient faire leur travail", se contente de dire, prudente, la conseillère fédérale, qui admet que, "dans une négociation, chacun doit faire un pas", notamment pour établir la "confiance" indispensable à un consensus.

Comme d'autres, Mme Baume-Schneider estime que le délai de deux ans était "ambitieux". La Suisse veut un accord, "mais il ne faut pas se précipiter", dit-elle, appelant à réfléchir à une approche politique et technique adaptée au défi. Pour autant, "cela ne doit pas durer des décennies", dit la conseillère fédérale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

La Suisse rejette à l'ONU à Genève être un "Etat proxénète"

Publié

le

L'ambassadeur suisse à l'ONU à Genève Jürg Lauber a estimé que les termes utilisés par la rapporteuse spéciale de l'ONU n'étaient pas "appropriés" (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Suisse réfute être un "Etat proxénète", comme l'affirme une rapporteuse spéciale de l'ONU. Lundi devant le Conseil des droits de l'homme à Genève, l'ambassadeur de Suisse Jürg Lauber a estimé que ce terme n'était "pas approprié".

Dans son rapport présenté vendredi dernier devant l'entité onusienne, la rapporteuse spéciale sur les violences contre les femmes Reem Alsalem cible notamment la Suisse. Elle estime que dans plusieurs pays dont celui-ci, "l'Etat légalise, organise et réglemente l'activité et tire profit de la prostitution d'autrui ainsi que tous les établissements sexuels commerciaux".

Le texte souligne que "la dépénalisation du commerce sexuel a empêché d'identifier et de poursuivre les trafiquants aussi activement qu'il l'aurait fallu" dans le pays.

Les discussions sur une question qui divise "doivent être menées sans jugement moral", a affirmé lundi M. Lauber. Il a rappelé que la lutte contre les violences de genre était un chantier très important pour la Suisse.

Et il a affirmé que la légalisation de la prostitution avait permis de protéger les travailleuses et travailleurs du sexe. Une interdiction peut déplacer les conséquences "dans la clandestinité", estime-t-il également.

Enregistrer les clients comme délinquants

Mme Alsalem, qui ne s'exprime pas au nom de l'ONU, demande de mettre un terme à l'achat d'actes sexuels dans le monde. Elle souhaite également que les consommateurs soient mentionnés dans un registre comme délinquants.

La rapporteuse appelle à un cadre légal en cinq composantes. De la protection des victimes à la décriminalisation des prostituées en passant par la criminalisation de l'achat d'actes sexuels et du proxénétisme et une campagne d'explications auprès des consommateurs.

Dans son rapport, Mme Alsalem souhaite également des obstacles pour la demande d'achat d'actes sexuels. Les personnes qui y recourent devraient être ajoutées dans un registre des délinquants sexuels, selon elle. La rapporteuse demande des dispositifs de droit international pour mettre un terme à la pornographie. Les crimes contre les prostituées devraient être considérés comme des féminicides, insiste-t-elle également.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Parmelin assez "optimiste" avec Pékin et prudent sur le Mercosur

Publié

le

Le conseiller fédéral Guy Parmelin veut avancer "pas à pas" dans les discussions avec le Mercosur. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Le conseiller fédéral Guy Parmelin sera la semaine prochaine en Chine pour discuter d'une révision de l'accord de libre-échange avec Pékin. Il se dit "relativement optimiste" et reste prudent sur les négociations avec le bloc latino-américain du Mercosur.

"Difficile à dire" quand un nouvel arrangement avec Pékin pourra être fait, mais "du côté de la Chine, on voit des intérêts" à réviser l'accord en vigueur depuis une dizaine d'années, a affirmé lundi dans un entretien à Keystone-ATS le chef du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR). La situation intérieure de ce pays, notamment les difficultés sur le marché de l'immobilier, le pousse à dialoguer.

Il aura fallu environ six ans pour identifier les points sur lesquels la discussion pouvait porter, explique le conseiller fédéral. Or, depuis la signature de l'accord entre l'Association européenne de libre-échange (AELE) et l'Inde il y a quelques mois, l'appétit chinois s'est aussi accéléré. "Nous sommes tombés d'accord" sur cette première phase, ajoute M. Parmelin, qui a présidé lundi une ministérielle de l'association.

Il se rend en Chine pour lancer la seconde étape, l'évaluation de la marge de manoeuvre des parties sur ces questions qui seront discutées. La négociation en elle-même est prévue pour une troisième phase.

Dialogue assez difficile avec le Mercosur

M. Parmelin n'a pas prévu en revanche de faire le suivi avec les Chinois de la conférence pour la paix en Ukraine du Bürgenstock (NW). Pékin n'avait pas participé parce que son allié russe n'avait pas été convié.

Autre grande négociation pour l'AELE, celle avec le Mercosur a été relancée fin avril après cinq ans de pause en raison de la pandémie et de la situation politique dans le bloc sud-américain. Selon des sources convergentes, le dialogue n'est pas bon.

L'ancien président argentin Alberto Fernandez faisait traîner pendant des mois tout dialogue et, alors que ce pays est désormais plus favorable, l'actuel président brésilien Luiz Inazio Lula da Silva a de nouvelles exigences. "Entre eux, il faut qu'ils soient d'accord", fait remarquer M. Parmelin.

Dialogue plus difficile avec Lula

"Il y a une fenêtre d'opportunité", relève-t-il toutefois. Il y a quelques mois, il n'excluait pas la possibilité d'un accord cette année encore, mais il se veut encore plus prudent désormais. "Il y a des questions sur la propriété intellectuelle avec lesquelles le Brésil est revenu à la table des négociations, alors qu'elles avaient été réglées en 2019", selon lui.

D'autres problèmes comme les marchés publics sont aussi en discussion. Et comme les négociations entre le Mercosur et l'UE restent bloquées en raison de quelques pays européens, l'urgence pour la Suisse est moindre. "Je préfère que nous avancions pas à pas", insiste le conseiller fédéral.

D'autant plus que des questions comme la déforestation et les importations agricoles seront âprement discutées en Suisse, admet M. Parmelin. Même si sur le second point, des contingents sont prévus pour ne pas fragiliser l'agriculture suisse. Aucune date n'est encore décidée pour une prochaine négociation, selon des sources convergentes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Les pays de l'AELE signent un accord révisé avec le Chili

Publié

le

Le ministre chilien des Affaires étrangères Alberto van Klaveren et le conseiller fédéral Guy Parmelin ont notamment signé l'accord entre le pays latino-américain et l'Association européenne de libre-échange (AELE). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Les quatre pays de l'AELE, dont la Suisse, ont signé un accord révisé de libre-échange avec le Chili. Lundi à Genève, le conseiller fédéral Guy Parmelin s'est dit "confiant" sur l'amélioration des "possibilités d'affaires" et "de l'accès au marché".

L'arrangement a été validé lors de la ministérielle de l'Association européenne de libre-échange (AELE) qui rassemble, outre la Suisse qui la préside actuellement, le Liechtenstein, l'Islande et la Norvège.

Les négociations avaient été finalisées en janvier dernier après cinq ans. Par rapport au premier accord d'il y a 20 ans, des composantes sur le développement durable, sur les dispositifs financiers, sur les PME ou encore sur le commerce électronique ont été ajoutées.

Désormais, 99,99% des exportations suisses vers le Chili seront exemptées de droits de douane. L'application de tous les droits de propriété intellectuelle est également prévue. Le commerce de marchandises entre l'AELE et le Chili s'approchait au total en 2023 du milliard de francs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

AtleticaGenève: Le relais 4x100 m masculin rate le coche

Publié

le

Le quatuor suisse a manqué son affaire samedi à Genève (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le relais 4x100 m masculin helvétique a manqué le coche samedi lors du meeting AtleticaGenève.

En quête d'un chrono inférieur à 38''30 pour espérer se qualifier pour les Jeux de Paris, le quatuor Bradley Lestrade/Timothé Mumenthaler/Felix Svensson/William Reais n'a pu faire mieux que 38''96. Un temps synonyme de 2e place derrière les Pays-Bas (38''75).

Dans des conditions bien difficiles en raison de la pluie, le quartette n'est donc pas parvenu à placer la Suisse dans le top 16 du classement mondial de la spécialité, décisif pour l'attribution des deux derniers tickets pour les JO. Il aurait pour cela dû battre le record national, fixé à 38''36.

La période de qualification pour les Jeux prendra fin le 30 juin. Mais d'ici là, la Suisse (18e de ce classement spécifique grâce à un chrono de 38''53 réussi en 2023) n'aura plus guère l'opportunité de ravir aux Pays-Bas (38''30) le 16e et dernier ticket disponible pour le grand rendez-vous de la saison.

Rentrée convaincante pour Werro

Audrey Werro a pour sa part signé une rentrée estivale convaincante en toute fin de programme de ce meeting. La Fribourgeoise de 20 ans, blessée à une cuisse durant sa préparation et contrainte de renoncer aux Européens de Rome, s'est imposée sur 800 m en passant sous les deux minutes (1'59''99). Elle a devancé de 10 centièmes sa rivale valaisanne Lore Hoffmann, 2e.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Des turbulences agitent votre groupe de travail et des explosions nerveuses ne sont pas loin ; appelez chacun à faire preuve d’un peu d’intelligence de cœur !

Les Sujets à la Une

X