Rejoignez-nous

Genève

Des passionnés ont réalisé la scène de l'Escalade en Playmobil

Publié

,

le

Une maquette géante en Playmobil réalisée par un père et ses deux fils raconte la Nuit de l'Escalade. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, un père et ses deux fils de 13 et 15 ans passionnés de Playmobil ont créé une reconstitution géante de la nuit de l'Escalade. Il a fallu 900 heures de travail pour réaliser cette maquette de 7 m2 qui est exposée jusqu'à samedi soir.

"Ce projet un peu fou est né l'année dernière", raconte le père. Le Playmorama comprend 13'000 pièces Playmobil différentes. Au total, 512 personnages figurent dans la scène qui raconte la nuit du 11 au 12 décembre 1602. Les Genevois avaient vaillamment repoussé les troupes du duc de Savoie Charles-Emmanuel.

Au fil des ans, le père de famille a accumulé une impressionnante collection de Playmobil classée par thèmes: de l'Egypte, aux pirates, en passant par les Vikings et les plus traditionnels policiers et pompiers. Les figurines et tous les accessoires sont entreposés dans une centaine de caisses dans le sous-sol de sa maison.

"Enfant, j'étais pourtant plutôt Lego que Playmobil", relève ce collectionneur dans l'âme. Il va régulièrement chiner des pièces rares dans des marchés aux puces. Il a aussi repéré dans des magasins liés à des musées des Playmobil costumés comme au 15e, 16e et 17e siècles. De quoi s'inspirer pour recréer les personnages du traditionnel cortège de l'Escalade avec ses arquebusiers, hallebardiers, artilleurs et autres cavaliers.

Violet et orange

Dans la lancée, ses enfants ont insisté pour recréer la scène de la fameuse bataille. Ils ont été au Musée d'art et d'histoire ainsi qu'à la Maison Tavel pour observer les armes et les accessoires utilisés au début du 17e siècle. Un ex-conservateur de la Compagnie 1602 a validé leurs choix d'un point de vue historique.

La famille a toutefois pris quelques largesses, notamment par rapport aux couleurs des habits. A l'époque, il n'y avait notamment ni violet, ni orange, relève le père. Le sens du détail a été poussé jusque dans la forme de la barbe de l'inquiétant bourreau François Tabazan.

La base de la maquette réalisée en bois et en polystyrène a nécessité 3,5 litres de colle. Mis à part les 3'865 pavés de la ville conçus à l'aide de pyrograveurs, toutes les pièces sont issues de la gamme Playmobil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Genève veut lutter contre le bruit routier en réduisant la vitesse

Publié

le

Le canton de Genève veut lutter contre le bruit routier en réduisant la vitesse des véhicules sur plus de 300 axes. Un radar acoustique à visée pédagogique avait été testé à l'avenue Wendt (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le canton de Genève veut lutter contre le bruit routier en réduisant la vitesse des véhicules sur plus de 300 axes. Dans l'hyper-centre, la vitesse sera limitée à 30 km/h et abaissée à 20 km/h la nuit dans les quartiers.

Dans plus de la moitié des cas, la stratégie de modération de la vitesse s'appuie sur les principes qui figurent dans la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée votée en 2016, a expliqué jeudi devant les médias le conseiller d'Etat Serge Dal Busco, en charge du Département des infrastructures. Le 30 km/h sera aussi de mise dans les traversées de localités et dans les quartiers du centre élargi de jour.

Les axes structurants et la ceinture urbaine connaîtront des régimes différenciés: 50 km/h la journée et 30 km/h la nuit, là où les valeurs sonores limites sont dépassées. Les limitations de vitesse actuelles seront maintenues la journée sur les autres axes structurants, mais elles seront abaissées à 50 km/h la nuit s'il faut se conformer aux normes fédérales.

Améliorer la qualité de vie

Cette nouvelle stratégie doit permettre d'améliorer la qualité de vie de 77'000 habitants sur les 120'000 - un quart de la population genevoise - qui sont confrontés à des niveaux sonores dépassant les normes fédérales de jour comme de nuit, en particulier en Ville de Genève. Sur certains axes, comme à l'avenue Pictet-de-Rochemont ou à la rue des Deux-Ponts, le bruit atteint même les limites d'alarme.

Genève est le troisième canton où les habitants sont le plus exposés au bruit routier. Pendant longtemps, il s'est reposé sur des allégements des valeurs limites d'immission. Mais en 2017, suite à un recours de riverains, la justice a imposé un essai de limitation de la vitesse de 50 km/h à 30 km/h au boulevard du Pont-D'Arve, a rappelé Serge Dal Busco. Le bruit a ainsi été diminué par deux.

Outre l'amélioration de la qualité de vie, la modération de la vitesse permet de réduire la gravité des accidents de la route. Les cas de Bruxelles (B) et de Grenoble (F) montrent qu'elle n'entrave pas la fluidité du trafic ni des transports publics. En outre, la mesure ne s'applique pas aux véhicules d'urgence.

"Large adhésion"

La nouvelle stratégie cantonale s'appuie sur une large consultation menée au printemps 2021 auprès des communes, des partis politiques, des organisations faîtières, des associations, des institutions et des services d'urgence. "La large adhésion aux propositions nous permet d'être optimistes dans l'atteinte des objectifs", a relevé Serge Dal Busco, qui qualifie la stratégie de "raisonnable".

L'ensemble des axes routiers concernés feront l'objet d'une enquête publique au printemps. En l'absence de recours, la stratégie pourra être déployée dans l'hyper-centre et sur les axes routiers où les valeurs d'alarme sont dépassées d'ici à la fin de l'année. Elle sera mise en place en 2023 sur les autres axes routiers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Lausanne doit se trouver une identité

Publié

le

Joël Genazzi très critique envers son jeu contre Genève (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Face à Genève, Lausanne a obtenu un point chanceux (défaite 4-3 ap). Dominés et très empruntés pour poser leur jeu, les Vaudois ont donné le sentiment d'y aller au feeling, sans plan d'attaque.

"Honnêtement, je ne sais pas comment on a pu prendre un point, on n'était pas terrible et Genève a bien joué." Ces mots de Joël Genazzi ont le mérite d'être forts, mais ils résument bien ce qui a transpiré de la performance des Lions mardi soir aux Vernets. Une impression de jeu sans véritable schéma identifiable, comme un livre sans fil rouge.

"De mon point de vue de défenseur, je n'ai jamais vraiment eu le sentiment qu'on pouvait gagner ce match, mais tout d'un coup c'était 2-2 puis 3-3, raconte le numéro 79 lausannois. Alors c'était plutôt positif. Notre jeu en 2022 est assez simple. Mais je pense que ce qui n'a pas fonctionné, c'est la connexion entre les attaquants et les défenseurs. On n'a pas bénéficié du support dont on avait besoin. Si tu n'as pas le travail avant de récupérer le puck, c'est difficile parce que tu n'as pas d'options pour faire une passe. Ou alors une seule, et Genève va pouvoir lire ça."

Merci à Glauser

Le Lausannois ajoute encore une composante essentielle à son analyse: "En jouant de la sorte, tu te fatigues davantage en zone de défense. Et lorsque tu récupères le puck, tu vas chercher avant tout à le sortir pour pouvoir changer et non pas pour tenter de créer quelque chose dans la zone adverse."

Quand on lui rappelle que Lausanne possède plusieurs hommes capables de monter le puck depuis les bases arrière, Joël Genazzi coupe rapidement: "Vous pouvez avoir Tömmernes et Josi. Sans support, impossible d'aller seul contre cinq gars. On doit avoir un meilleur contrôle de l'espace, histoire de réagir si l'adversaire dumpe le puck en fond de zone par exemple."

Toujours très critique envers sa propre performance, le partenaire d'Andrea Glauser sur la glace n'a pas apprécié son effort du soir: "Franchement, je ne me sens pas bien après ce match. En zone d'attaque j'étais bien, j'ai fait des jeux, j'ai tiré et délivré des passes. Mais en défense, heureusement que Glauser m'a aidé, parce que c'était pas ça."

Pas de JO pour Joël

Alors que Christoph Bertschy a reçu le fameux coup de fil de Patrick Fischer lui annonçant qu'il était sélectionné pour les JO, le portable de Joël Genazzi est resté muet. Mais le défenseur des Lions ne s'en offusque pas: "Fischi avait eu la correction de m'appeler avant Riga l'an dernier pour me dire qu'il ne me prendrait pas, alors qu'il n'y avait pas eu de compétition pendant deux ans. Là, je savais qu'avec mon début de saison je n'allais pas être appelé."

Et Genazzi de conclure: "Je me suis fait avoir il y a quatre ans parce que les plus âgés avaient été convoqués. Je pense donc que c'est mieux de faire confiance aux jeunes et de ne pas recommettre la même faute. Mais depuis que je le sais, je n'ai plus la pression et ça va mieux, je ne sais pas comment l'expliquer. A mon âge, quand il y a la pause de l'équipe nationale, tu peux planifier un truc en famille ou avec ta copine. J'étais souvent sur le ballant à ne pas savoir si j'y allais ou pas jusqu'au dernier moment. De ne plus avoir ça, ça m'aide à être plus tranquille."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Genève se paie le leader

Publié

le

Joël Vermin est en feu en ce moment (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Et une dixième victoire en onze matches pour Genève-Servette. Aux Vernets, les Aigles ont épinglé Fribourg, leader de National League, sur le score de 4-1.

En basket, on dirait que Genève a la main chaude. Faudrait-il donc parler de canne ou de patin chaud? Ce qui est sûr, c'est que Jan Cadieux a réussi à redonner une âme au club lémanique. Les Grenat se présentent chaque soir avec la ferme intention de gagner et cela se ressent.

Face à une équipe sortie de quarantaine il y a peu, Genève a pourtant eu de la peine à se mettre dans le bon sens. Dominés lors du tiers initial, les Genevois ont encaissé l'ouverture du score à la 24e via l'inévitable Julien Sprunger. Le capitaine des Dragons, auteur de son 11e but cette saison, a profité d'une mauvaise maîtrise du puck du portier Dominic Nyffeler.

Mais le GSHC a répondu à la 30e sur un power-play conclu par Marc-Antoine Pouliot. Et les Genevois ont piégé les Fribourgeois en début de troisième tiers par Joël Vermin qui a habilement dévié un lancer de Vatanen. Le futur Bernois, sélectionné pour les JO par Patrick Fischer, a inscrit le 2-1 et le 4-1 dans la cage vide. L'ancien joueur du LHC en est à sept buts sur ses quatre derniers matches.

Entre ces deux réussites de Vermin, c'est Winnik qui a donné ce petit matelas d'avance aux Aigles à la 53e.

Genève conforte sa septième place au classement et revient sur le 6e, Davos.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Geneva Lux met la rade à l'honneur

Publié

le

Le projet "Emergence" by Odonata, présenté en avant-première mercredi, deux jours avant l'ouverture du Geneva Lux Festival. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Dès vendredi et jusqu'au 6 février, le festival Geneva Lux revient avec 23 oeuvres lumineuses au centre-ville de Genève, dont une douzaine de nouvelles installations. Cette année, l'accent est mis sur le pourtour de rade.

Organisé par la Ville de Genève, Geneva Lux a pour ambition de faire briller la ville au coeur de l'hiver. Dès la tombée de la nuit, des spirales de lumière proposeront des hallucinations sans psychotropes aux Bains des Pâquis. Sur l'autre rive, un être d'eau et de lumière dansera sur le lac, entre les Pierres du Niton et le Jet d'eau.

A la rotonde du Mont-Blanc, une installation éphémère en glace sera éclairée de l'intérieur et évoluera en fonction de la météo. Egalement tributaires de la météo, des mouettes devraient prendre leur envol au large du pont du Mont-Blanc vendredi et samedi, entre 18h00 et 22h00.

Le site Internet de la manifestation propose plusieurs parcours thématiques, mais le public est invité à se laisser emporter par sa curiosité au-delà de la rade, jusqu'à Plainpalais. Plusieurs visites guidées payantes sont aussi organisées.

https://evenements.geneve.ch/genevalux-oeuvres/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

La Ville de Genève veut 14 millions pour un nouveau centre sportif

Publié

le

Le Conseil administratif de la Ville de Genève veut 14 millions de francs pour un nouveau centre sportif destiné au tennis de table et au judo au Bois-des-Frères (illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le Conseil administratif de la Ville de Genève veut 14 millions de francs pour construire un centre sportif destiné au tennis de table et au judo. Les crédits demandés au Conseil municipal financeront aussi les aménagements extérieurs et l'équipement des locaux.

Les parcelles sur lesquelles ce nouveau centre est prévu sont situées sur la commune de Vernier, a indiqué mercredi l'exécutif de la Ville de Genève. Occupées par les installations du centre sportif du Bois-des-Frères et par deux petits immeubles, elles ont fait l'objet d'une modification de zones et d'un plan localisé de quartier.

Le projet lauréat en 2015 du concours d'architecture organisé par la Ville de Genève va compléter ces installations sportives. Le nouvel équipement permettra d'organiser tous les entraînements du centre régional de tennis de table et de judo sur un seul site qui pourra aussi y accueillir des stages, des tournois et des compétitions nationales et internationales.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Echanges très instructifs entre vous deux. Des éléments manquants de votre puzzle amoureux trouvent enfin leur bonne place.

Les Sujets à la Une

X