Rejoignez-nous

Genève

La Suisse tancée à l'ONU sur la discrimination raciale

Publié

,

le

Les experts indépendants de l'ONU contre la discrimination raciale souhaitent davantage d'efforts en Suisse notamment par la police (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse est tancée par le Comité de l'ONU contre la discrimination raciale. Ces experts sont inquiets de l'augmentation des discours de haine contre des minorités ethniques, les juifs et les musulmans. Ils demandent aux autorités de garantir des investigations.

Dans un rapport publié vendredi à Genève, le comité se dit préoccupé par la poursuite du profilage racial par la police. Les 18 experts indépendants, qui ne s'expriment pas au nom de l'ONU, appellent la Suisse à un plan d'action sur cette question, en menant un dialogue avec les individus plus exposés à cette menace, et d'étendre le cadre législatif contre cette attitude.

Ils répètent notamment leur souhait d'un mécanisme indépendant hors de la police et du ministère public chargé de recevoir et de se prononcer sur des plaintes contre des policiers. Autre problème, ils souhaitent davantage de dispositifs pour empêcher la violence contre les personnes dans les centres fédéraux d'asile.

Notamment le lancement de mécanismes de plainte qui doivent permettre de sanctionner les responsables et de garantir une assistance aux victimes. Ou encore le contrôle de l'Etat sur le personnel de sécurité actif dans ces différents sites.

Demande pour la police

Plus largement, le comité appelle les autorités à davantage d'efforts pour empêcher et lutter contre les discours de haine. "Y compris sur Internet et les médias sociaux" et "de la part de personnalités publiques et de responsables politiques", aussi selon lui.

La discrimination raciale directe et indirecte doit elle être clarifiée dans la législation. Et les infractions à motivation raciste devraient être prises en considération de manière obligatoire par la police. De même, des données devraient être rassemblées sur ces violations ou encore le profil des victimes et des agresseurs pour améliorer les politiques.

En revanche, le comité salue plusieurs révisions législatives menées ces dernières années, notamment le lancement d'une institution nationale sur les droits humains. Pour autant, comme d'autres entités onusiennes avant lui, il estime que celle-ci devrait pouvoir recevoir et se pencher sur des plaintes individuelles.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Pas de ruée à Genève pour la dose de rappel

Publié

le

Adrien Bron, le directeur général de la Santé (DGS), a indiqué que les personnes qui se sont inscrites pour recevoir la troisième dose seront toutes vaccinées d'ici à la fin du mois (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, la vaccination de rappel contre le Covid-19 ne rencontre pas le succès espéré. "Il n'y a pas un engouement énorme pour la troisième dose, a déploré, lors d'un point de presse sanitaire, le directeur de la santé du canton de Genève, Adrien Bron.

Selon lui, certaines personnes ont dû contracter le virus ces dernières semaines et n'ont donc plus l'utilité d'une dose de rappel. M. Bron a aussi avancé une autre explication à ce désintérêt pour "le booster". Peut-être que certains, des jeunes notamment, préfèreraient attraper le virus plutôt que de se faire vacciner.

Ces derniers jours, près de 3000 nouvelles contaminations au Covid-19 ont été enregistrées quotidiennement. "Les nombres de cas restent stratosphériques", a commenté M. Bron. La circulation du virus est extrême. Comme les structures de tests sont saturées, il est par ailleurs difficile de savoir si un plateau a été atteint.

Au niveau des hospitalisations, la situation demeure assez stable, avec 427 personnes soignées pour une infection au Covid-19, dont 14 aux soins intensifs. Pour la médecin cantonale Aglaé Tardin, il est difficile de savoir comment la situation va évoluer.

Elle a rappelé que deux doses ne protègent que faiblement contre une infection à Omicron, le variant du virus le plus répandu.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Collision en chaîne sur le Quai de Cologny: cinq blessés

Publié

le

La police cantonale genevoise est intervenue jeudi en fin de journée pour un grave accident sur le Quai de Cologny (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Un accident impliquant cinq véhicules a fait cinq blessés jeudi à 17h55 sur le quai de Cologny à Genève. Une voiture a percuté une file de véhicules qui était arrêtée à un feu rouge. Le pronostic vital d'un des blessés est engagé.

L'accident a eu lieu à la hauteur du chemin de la Tour Carrée, a indiqué Alexandre Brahier, porte-parole de la police genevoise. Quatre véhicules étaient correctement arrêtés quand un cinquième les a emboutis par l'arrière, provoquant une collision en chaîne. L'enquête devra déterminer pourquoi il n'a pas freiné.

Le pronostic vital du conducteur du cinquième véhicule est engagé. Cette personne a été héliportée aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Le conducteur du premier véhicule qui a été heurté est grièvement blessé. Les trois autres sont également blessés, mais plus légèrement.

Cet important accident a provoqué la fermeture du quai de Cologny jusqu'à Vésenaz, dans les deux sens. La circulation a été déviée. Les perturbations devraient durer tard dans la soirée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Difficulté à récolter des signatures: des référendaires en colère

Publié

le

A Genève, les référendaires contre la réforme du cycle d'orientation ont de la peine à récolter des signatures en raison des restrictions sanitaires en vigueur (image prétexte). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Confrontés à la difficulté à récolter des signatures en temps de pandémie, les référendaires contre la réforme du cycle d'orientation en veulent au Conseil d'Etat genevois. Le délai supplémentaire qu'ils avaient demandé leur a été refusé.

Ces référendaires, soit le PLR, l'UDC et les Vert'libéraux, dénoncent jeudi dans un communiqué commun "le double langage du Conseil d'Etat". D'un côté la situation est considérée comme grave quand il s'agit d'imposer des mesures sanitaires, mais elle ne l'est pas quand il s'agit de permettre la contestation démocratique, constatent ces partis.

Le PLR, l'UDC et les Vert'libéraux ont lancé fin novembre un référendum contre la réforme du cycle d'orientation qu'ils qualifient de "bricolage". Ils avaient initialement jusqu'au 10 janvier pour récolter les 5395 signatures nécessaires. "Nous avons récolté environ 4000 signatures alors qu'il en faudrait environ 6000 compte tenu de la marge d'erreur", a indiqué le président du PLR Betrand Reich.

Télétravail

Fin décembre, le Conseil d'Etat a prolongé le délai jusqu'au 19 janvier en raison des restrictions sanitaires en place. Mais compte tenu du prolongement des restrictions, les référendaires ont sollicité un nouveau délai au 15 février.

Les référendaires estimaient que les mesures allaient empêcher le contact avec la population et entraver notablement la récolte de signatures. Leurs craintes se sont avérées fondées, relèvent les trois partis. Tant le télétravail que les restrictions sanitaires affectent la récolte de signatures. Les trois partis comptent mettre les bouchées doubles pour atteindre l'objectif.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Le Prix Wakker 2022 récompense la commune de Meyrin (GE)

Publié

le

Le nouveau quartier des Vergers à Meyrin (GE) a été conçu avec la participation des futurs habitants en mettant l'accent sur les aspects sociaux, écologiques et économiques. (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le Prix Wakker 2022 est attribué à Meyrin (GE). Patrimoine suisse récompense cette commune pour avoir réussi "à concilier les aspirations des Humains avec les exigences de la nature".

"L'attribution de ce prix récompense les choix et les décisions de l'ensemble des acteurs communaux engagés depuis de nombreuses années dans la valorisation et la préservation de notre patrimoine bâti et naturel", indique le maire de Meyrin Eric Cornuz, cité dans le communiqué de Patrimoine suisse publié jeudi.

Des visions à long terme ont permis à Meyrin de passer, en deux générations, du statut de bourg rural à celui de grande commune animée et agréable à vivre au sein de l’agglomération genevoise, relève Patrimoine suisse. Par son action, elle montre comment une commune peut assumer ses responsabilités à l’égard de sa population et de l’environnement.

Noyau historique

La population de Meyrin a crû de 1200% depuis 1950 et est devenue plurielle: aujourd’hui, quelque 26'000 personnes représentant plus de 140 nationalités vivent à Meyrin, souligne Patrimoine suisse. Par la volonté de favoriser le dialogue avec la population, Meyrin est ainsi parvenue à faire de cette diversité un atout.

Le traitement de la culture du bâti joue un rôle central à cet égard en accordant une grande importance à la cohésion sociale. Le noyau historique de cet ancien village agricole est bien préservé. Les bâtiments qui ont survécu sont entretenus et adaptés aux nouveaux besoins. Nombre d’entre eux ont été affectés à des usages publics, favorisant les rencontres au c½ur de la commune.

Engagement associatif

La Nouvelle Cité, première cité satellite de Suisse construite dans les années 1960 afin de répondre à la pénurie de logements, fait aussi partie de la spécificité meyrinoise. Cet énorme ensemble a été rénové durablement et densifié. La structure urbanistique est préservée et les espaces sont mis en valeur grâce à des mesures de modération du trafic et à des aménagements paysagers.

Plus récemment, la commune a connu un nouvel essor avec la construction de l’écoquartier des Vergers: 1350 logements pour 3000. Lors de la planification, Meyrin a mis l’accent sur une participation de la population. Aujourd’hui, de nombreuses associations offrent des possibilités d’engagement dans la vie de la communauté.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

350 millions pour des transports publics entièrement électrifiés

Publié

le

Le gouvernement genevois compte sur l'électrification totale de la flotte des TPG d'ici à 2030 (photo d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Conseil d'Etat genevois veut des transports publics ne fonctionnant plus qu'à l'électricité d'ici à 2030. Il a annoncé mercredi l'adoption d'un projet de loi permettant un investissement de 350 millions de francs qui doit notamment permettre de remplacer les 235 autobus diesel par des autobus électriques entre 2025 et 2028.

Au total, les besoins en matériel roulant des Transports publics genevois (TPG) à l'horizon 2030 se montent à environ 700 millions de francs. Ces investissements sont financés à parts égales entre les TPG et le canton de Genève. Ils comprennent l'acquisition ou le renouvellement de 56 trams, 19 trolleybus et 285 E-bus.

Par ailleurs, le Conseil d'Etat veut aussi faciliter les déplacements en vélo. Il a adopté un autre projet de loi qui ouvre un crédit de plus de 20 millions de francs destinés à financer des études pour la mise en oeuvre d'axes cyclables forts. Ces axes devront relier différents pôles du canton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poisson

Dialogue très difficile entre vous et Chouchou… Le risque de nouvelles disputes est bien réel. Attendez de meilleurs auspices !

Les Sujets à la Une

X