Rejoignez-nous

Genève

Mise en service d'un véhicule autonome à Meyrin

Publié

,

le

Le minibus, programmé pour effectuer un certain parcours, est capable de déterminer sa position au centimètre près. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Pour les Transports publics genevois (TPG), la ligne XA, inaugurée lundi, est symbole d'innovation. Le parcours de 2,1 kilomètres à travers le village de Meyrin (GE) est desservi par un véhicule autonome entièrement électrique.

Ce minibus aux contours arrondis offre 11 places assises et peut rouler à une vitesse maximale de 45 km/h. Il dispose d'une autonomie de 8 heures. "Nous sommes à l'aube d'une révolution fondamentale de la mobilité", a commenté le directeur d'exploitation des TPG, Marc Châtelain, en présentant la machine.

Pour l'instant, le bus autonome n'est pas véritablement autonome. A son bord se trouve encore un opérateur qui peut intervenir en cas de problème. "Mais c'est en faisant des expérimentations comme celle-ci que, petit à petit, nous arriverons à des véhicules sans personnel", a assuré M.Châtelain, même si cette étape demeure lointaine.

Interdit par la loi

La législation actuelle en Europe interdit en fait d'exploiter des voitures totalement autonomes. Il faudrait donc dans un premier temps changer la loi. Par ailleurs, le développement de tels engins n'est pas encore au point. Google, par exemple, investit beaucoup dans le domaine, mais n'est toujours pas arrivé à ses fins.

Avec ces véhicules d'un nouveau genre, les TPG ambitionnent de desservir des villages et des petites rues, où les grands bus d'une capacité de 80 places sont entravés à cause de leurs dimensions. L'idée est de pouvoir couvrir tout le monde, a expliqué Jeroen Beukers, expert en véhicules autonomes aux TPG.

La navette mise en service à Meyrin, conçue par le fabricant français Navya, est capable de définir sa position au centimètre près. Elle est programmée pour effectuer une boucle dans le village et ses nombreux radars lui permettent de s'arrêter lorsqu'un obstacle se trouve sur son chemin.

Emplois préservés

Ces véhicules autonomes ne devraient pas conduire à des suppressions d'emplois. Le chauffeur qui conduit aujourd'hui un bus de 80 places s'occupera à l'avenir de gérer quatre navettes autonomes, a souligné M. Beukers. Le spécialiste a ajouté que l'expérience des TPG suscitait un grand intérêt de la Confédération.

La régie genevoise est aussi partie prenante d'un projet européen intitulé "Avenue", qui a pour but d'analyser la façon dont se comportent des véhicules de transports publics autonomes dans la circulation. Outre Genève, Lyon, Copenhague et le Luxembourg ont été choisis pour effectuer les tests.

 

(ATS - KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Neuf rues de la Ville de Genève renommées d'après des femmes

Publié

le

L'ancienne résistante et déportée française Noëlla Rouget, décédée en 2020 à l'âge de 100 ans, donnera son nom à la portion de la rue Jean-Senebier devant le Monument aux morts (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Neuf rues et places de la Ville de Genève vont être renommées d'après des femmes qui ont marqué l'histoire locale. La portion de la rue Jean-Senebier devant le monument aux morts deviendra la place Noëlla-Rouget, d'après la résistante d'origine française décédée en 2020, à 100 ans.

Le Conseil d'Etat a suivi les recommandations de la commission cantonale de nomenclature pour valider les propositions faites par la Ville de Genève, a-t-il annoncé mercredi à l'issue de sa séance hebdomadaire. Il se dit particulièrement attentif à ce que ces changements soient acceptés et exclut désormais les rues pour lesquelles les habitants ont manifesté des oppositions.

La Ville de Genève avait déposé un dossier comportant 16 changements de dénominations, a-t-elle rappelé mercredi. Le gouvernement en a refusé sept, dont celui de rebaptiser la place des Alpes au nom de l'écrivaine et prostituée Grisélidis Réal (1929-2005). Une nouvelle proposition sera faite prochainement la concernant, a fait savoir le département municipal des finances, de l'environnement et du logement.

Cent plaques de rues

Parmi les rues renommées figure la rue de Beaulieu qui devient le chemin Rosette-Wolczak (1928-1943) d'après cette adolescente juive réfugiée à Genève, puis refoulée et morte à Auschwitz. La place Charles-Sturm, où se trouve le Pavillon de la danse, prend le nom de la danseuse Beatriz Consuelo (1932-2013), tandis que le parc dit Harry-Marc s'appellera parc du 14-Juin, date de l'inscription du principe d'égalité dans la Constitution en 1981.

Deux premières volées de dénominations féminines ont eu lieu en 2020 et en 2022, a rappelé le Conseil d'Etat. Ces modifications s'inscrivent dans la continuité du projet "100 Elles*" lancé en 2019 et qui vise à apposer cent plaques de rues portant des noms de femmes marquantes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Genève deviendra une ville refuge pour écrivains et artistes

Publié

le

La Ville de Genève va adhérer au Réseau international des villes refuges ICORN. Elle accueillera ainsi un écrivain persécuté dans son pays à la Maison Rousseau et littérature (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Ville de Genève va adhérer au Réseau international des villes refuges ICORN. Elle rejoindra ainsi la septantaine de villes dans le monde qui s'engagent à offrir un refuge aux écrivains et artistes persécutés dans leur pays.

En tant que membre de l'International Cities of Refuge Network (ICORN), la Ville de Genève accueillera et logera un écrivain menacé à la Maison Rousseau et littérature (MRL) de 2024 à 2026, a-t-elle annoncé mercredi. Cette résidence temporaire de deux ans doit lui permettre de poursuivre son travail en sécurité.

L'objectif est que l'écrivain participe aussi aux activités de la MRL et échange avec la scène littéraire locale et nationale. Le choix de la personne sera fait au premier semestre 2024, a précisé Yannick Richter, porte-parole du Conseil administratif.

Parmi les villes membres de l'ICORN figurent Amsterdam, Barcelone, Berlin, Copehague, Detroit, Helsinki, Paris et Mexico. En Suisse, la Ville de Berne participe à ce réseau depuis 2019.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Exonération de l'impôt maintenue pour les véhicules électriques

Publié

le

A Genève, le gouvernement veut continuer à encourager l'achat de voitures électriques et non à moteur thermique en les exonérant de l'impôt sur les véhicules (image d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Dans le canton de Genève, les propriétaires de voitures électriques continueront de bénéficier, en 2024, d'une exonération d'impôt sur leur véhicule à condition que celui-ci ne soit pas trop lourd. La limite de poids est fixée à maximum 2300 kg, contre 2500 kg actuellement.

Le Conseil d'Etat genevois a annoncé ce petit changement mercredi, à l'issue de sa séance hebdomadaire. Le gouvernement a décidé de maintenir l'exonération de l'impôt sur les véhicules électriques et à hydrogène "compte tenu de l'urgence climatique et des engagements pris en vue de diminuer drastiquement les émissions de CO2".

L'exécutif a toutefois légèrement abaissé la limite de poids afin de décourager l'achat de voitures électriques trop massives, comme des gros 4x4 ou des SUV. Dans un communiqué, le Conseil d'Etat se réjouit que la mise en vente sur le marché de modèles de voitures qui pèsent moins de 2300 kg soit "en constante augmentation".

Entre le 1er janvier et le 30 septembre de cette année, 522 nouvelles voitures électriques ont bénéficié de cette exonération fiscale, contre 823 du 1er janvier au 30 septembre 2022. L'exonération a aussi profité à 122 motos électriques (contre 157) et 92 voitures de livraison électriques (contre 43).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Genève veut davantage intégrer les élèves à besoins

Publié

le

Anne Hiltpold, la nouvelle conseillère d'Etat en charge de l'Instruction publique genevoise, veut que les élèves avec des troubles des apprentissages ou du comportement soient davantage intégrés dans l'enseignement régulier (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Genève veut davantage intégrer les élèves avec des troubles des apprentissages ou du comportement dans l'enseignement régulier. Pour la nouvelle magistrate en charge de l'Instruction publique, Anne Hiltpold, l'enjeu se situe à l'entrée en scolarité.

Depuis plusieurs années, le canton connaît une hausse du nombre d'élèves à besoins spécifiques. Ceux-ci n'ont pas été tous scolarisés à la dernière rentrée par manque de places. "Il est exclu que la rentrée 2024 soit aussi compliquée", a déclaré mardi devant les médias la conseillère d'Etat en charge du Département de l'instruction publique, de la formation et de la jeunesse (DIP).

D'où l'élaboration d'un plan d'action qui va se déployer progressivement durant les trois prochaines années scolaires. Il mise en premier lieu sur l'entrée à l'école régulière d'un maximum d'enfants, compte tenu de l'importante marge de progression dans le développement des élèves entre 4 et 6 ans. Leur prise en charge sera améliorée grâce à la présence d'un adulte en plus de l'enseignant.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Ne vous laissez pas emporter par un fol enthousiasme même si de bonnes surprises arrivent ! Gardez la tête froide et tout ira bien !

Les Sujets à la Une

X