Rejoignez-nous

Genève

Réduction de l'horaire du Léman Express à cause d'absences maladie

Publié

,

le

Les trains Léman Express ne circuleront plus qu'à une cadence d'un train chaque demi-heure ce week-end, contre une cadence au quart d'heure habituellement à cause des absences maladie aux CFF (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La pandémie de Covid-19 perturbe le fonctionnement des CFF. Les absences pour cause de maladie sont en augmentation au sein de l'entreprise. Pour éviter des suppressions de train à la dernière minute en raison d'un manque de personnel, les horaires du Léman Express ont été adaptés. Samedi, dimanche et lundi, les RER ne circuleront plus que toutes les demi-heures entre Coppet (VD) et Annemasse (F) au lieu de chaque quart d'heure.

La situation est de plus en plus tendue, soulignent jeudi les CFF dans un communiqué. "Dans certaines unités, il n'y a plus de réserves de personnel". Mercredi matin, cinq trains du Léman Express, sur les 240 trains qui circulent chaque jour sur le réseau, ont dû être supprimés à Genève pour cause d'absences maladie.

Si les trains Léman Express voient leurs horaires modifiés à cause d'absences causées principalement par des infections au Covid ou des quarantaines, les Regioexpress, eux, circulent pour l'instant normalement, avec deux trains par heure entre Coppet et Annemasse. Les CFF n'excluent pas d'autres mesures ces jours prochains.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Les curieux auront des indiscrétions sur le Musée de la Réforme

Publié

le

Le directeur du Musée international de la Réforme (MIR) dira aux participants si les clichés du protestantisme feront partie du dispositif quand il rouvrira après plus d'un an de rénovations à Genève (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le Musée international de la Réforme (MIR) à Genève doit rouvrir ses portes dans quelques mois après plus d'un an de rénovations. Son directeur Gabriel de Montmollin dévoilera début octobre des indiscrétions lors d'une conférence publique.

Dans cette réunion à l'Institut national genevois (INGE), il promet de dire si les clichés protestants seront conservés dans le nouveau musée, selon les organisateurs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Les pro et anti-avortement se mobilisent en Suisse

Publié

le

Des catholiques ont prié au centre-ville de Genève contre l'avortement en Suisse. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les soutiens et les opposants au droit à l'avortement s'activent en Suisse après la récente décision aux Etats-Unis. Après un rassemblement pro-choix vendredi soir à Berne, des dizaines de catholiques ont dénoncé samedi à Genève "la pensée unique" politique.

Réunis à l'appel de "oui à l'enfant", les participants se sont retrouvés au centre-ville. "Interruption d'une vie gênante" ou "l'avortement est un crime", affirmaient certaines pancartes.

Les organisateurs déplorent le large soutien en Suisse pour le droit à l'avortement. "Depuis l'extrême gauche jusqu'aux rangs de quelques élus UDC", selon eux.

Ils saluent l'ancien président américain Donald Trump qui avait affiché son opposition. Celui-ci a surtout nommé des juges conservateurs à la Cour suprême, initiative qui a abouti à la décision de révoquer le droit à l'avortement.

"Ce qui se passe aux Etats-Unis peut se passer en Europe, en Suisse", a dit l'un des trois prêtres présents qui a animé une prière pendant des dizaines de minutes. En revanche, parmi les badauds, certains étaient surpris, d'autres en colère face aux manifestants. "Honte à vous", a glissé une personne, ajoutant que "c'est dégueulasse".

Pro-avortement plus nombreux

Le camp des opposants semble moins attirer que celui des défenseurs de l'avortement. Vendredi soir à Berne, près de 500 personnes, selon les jeunes socialistes (JS), ont manifesté sur la Place fédérale contre les attaques visant ce droit. Ce rassemblement était notamment organisé par les JS, le collectif Grève féministe et les Femmes socialistes.

Les JS s'opposent de toutes leurs forces à toutes les initiatives populaires annoncées ou lancées, expliquent-ils samedi dans un communiqué. Les avancées obtenues par la lutte doivent être préservées.

En même temps, la Suisse doit aller de l'avant. Le tabou entourant les interruptions de grossesse doit être levé et le sujet doit être abordé dès l'école. Enfin, les centres de consultation reconnus par la Confédération doivent davantage être soutenus financièrement.

Charte établie récemment

Le débat actuel porte notamment autour du Code pénal. Les manifestants à Genève estiment que "la situation de détresse" permet des avortements au-delà de 12 semaines, 5% du total des interruptions volontaires de grossesse selon eux.

Il y a quelques semaines, Santé sexuelle Suisse (SSCH) avait, elle, lancé une Charte pour que "l'avortement soit avant tout considéré comme une question de santé et non plus comme une affaire pénale". Une initiative parlementaire pour la suppression de celui-ci dans le Code pénal doit encore être discutée.

Mardi, plusieurs centaines de personnes avaient déjà appelé à Genève à défendre le droit à l'avortement après la décision de la Cour suprême américaine de le démanteler. Des pancartes comme "Vous n'arrêterez pas l'avortement, mais l'avortement sécurisé" ou "Interdire l'avortement est un meurtre" avaient pu être observées. Plusieurs rassemblements avaient eu lieu en Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Un premier couple de femmes passe devant la maire de Genève

Publié

le

Laure et Aline ont célébré leur mariage le 1er juillet, date de l'entrée en vigueur du mariage pour tous au niveau suisse, au Palais Eynard à Genève. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Aline et Laure sont passées vendredi matin devant la maire de la Ville de Genève au Palais Eynard. Le mariage pour tous est entré en vigueur en Suisse ce 1er juillet, permettant à ce couple de femmes de convertir son partenariat enregistré en un mariage.

"Je crois qu'on peut le dire, vous êtes officiellement mariées", a déclaré la maire Marie Barbey-Chappuis à l'issue de la cérémonie qui s'est déroulée en présence d'une trentaine d'invités. Aline, 46 ans, et Laure, 45 ans, sont en couple depuis 21 ans. Elles sont mamans d'un petit garçon de 4 ans. Elles ont déjà conclu un partenariat enregistré au niveau cantonal en 2003 puis au niveau fédéral en 2014.

Sur demande de Dialogai, qui souhaitait marquer le succès de l'engagement militant de manière indélébile, elles ont accepté de "donner une visibilité" à leur union. "C'est symbolique et c'est une normalisation des couples de même sexe", ont-elles déclaré à Keystone-ATS avant la cérémonie.

Aline et Laure avaient déjà entrepris les démarches pour "sécuriser leur famille" en concluant un partenariat enregistré. Mais avec le mariage pour tous, elles peuvent désormais bénéficier de la rente de veuve en cas de besoin, relèvent-elles. Les deux femmes se souviennent avec émotion du dimanche 26 septembre 2021 quand les Suisses ont largement accepté le mariage pour tous après des années d'attente.

Date symbolique

Xavier, 54 ans, et Daniel, 51 ans, ont aussi choisi la date symbolique du 1er juillet pour célébrer leur mariage au Palais Eynard. Les deux hommes, ensemble depuis quinze ans, se sont dit oui et ont échangé leurs alliances en début d'après-midi devant leurs invités.

En Ville de Genève, l'entrée en vigueur du mariage pour tous a a été précédée de formations spécifiques pour le personnel de l'état civil sur les diversités d'orientations sexuelles. La Municipalité revendique une longue tradition d'engagement pour les droits des personnes LGBTIQ+.

Au total, 21 demandes de mariage de couples de même sexe ont été faites ainsi que sept demandes de conversion de partenariat enregistré en mariage. Dans 18 cas, les couples ont déjà fait un partenariat, mais n'ont pas encore décidé s'ils optaient pour une conversion ou s'ils souhaitent recommencer une procédure préparatoire de mariage.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Meyrin (GE) inaugure sa gare modernisée

Publié

le

Quelque 140 trains passent quotidiennement par la gare de Meryin, dont les rames des lignes L5 et L6 du Léman Express (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La gare modernisée de Meyrin (GE) a été inaugurée vendredi. Ses quais ont été rallongés pour accueillir des convois plus longs et ils permettent l'accès de plain-pied aux trains. De nouvelles voies de garage ont également été mises en service dans la perspective des futurs travaux d'extension de la gare Genève-Cornavin.

Les CFF rappellent vendredi que toute la ligne ferroviaire Genève - La Plaine est actuellement modernisée. Avant la gare de Meyrin, ce sont les gares de Zimeysa, de Satigny, de Russin et de La Plaine, qui ont été adaptées et transformées entre 2019 et 2020. Le chantier de la gare de Vernier doit débuter d'ici à 2024.

Au total, le budget des travaux dans les six gares se monte à 67 millions de francs, précisent les CFF. Les travaux de la gare de Meyrin, qui ont commencé en février 2019, ont coûté à eux seuls 20 millions de francs. Outre les quais, des abris et des marquises ont été construits, ainsi qu'un passage inférieur pour les vélos.

Toujours à Meyrin, quatre nouvelles voies de garage ont aussi été inaugurées mercredi. Elles seront utilisées pour le nettoyage des véhicules. Ces infrastructures ont été mises en service en préalable aux futurs travaux d'extension de la gare de Genève-Cornavin. Un chantier qui se monte à 1,8 milliard et qui doit se terminer en 2035.

La ligne Genève - La Plaine voit défiler chaque jour environ 140 trains, des TGV, des TER, des rames du Léman Express et des trains de marchandises. Près de 6000 voyageurs empruntent quotidiennement les rames Léman Express des lignes L5 et L6 entre La Plaine et Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Genève: la 2e dose de rappel est possible mais pas recommandée

Publié

le

La deuxième dose de rappel contre le Covid-19 est disponible à Genève pour la somme de 60 francs (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A la veille des vacances, les autorités sanitaires genevoises rappellent qu'une deuxième dose de rappel contre le Covid-19 est possible pour les personnes qui le souhaitent, par exemple pour des raisons de voyage. Cette injection, qui n'est pour l'instant pas recommandée à la population générale, coûte 60 francs.

En revanche, ce deuxième rappel est recommandé pour les personnes avec une immunodéficience sévère et est gratuit pour ces personnes, indique vendredi le département de la santé (DSPS) dans un communiqué. La deuxième dose de rappel n'est pas recommandée pour les personnes vulnérables, soit les personnes âgées.

Le DSPS relève que tous les indicateurs montrent une augmentation non négligeable des nouvelles infections de Covid-19 depuis une quinzaine de jours. Avec la levée de la plupart des obligations, chaque personne joue un rôle primordial dans l'application des bons réflexes, souligne le département. A noter qu'en cas de symptômes le test est possible et gratuit pour tout le monde.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X