Rejoignez-nous

Genève

Primes maladie : une initiative pour une gestion cantonale

Publié

,

le

Une initiative veut redonner la main aux cantons en matière d’assurance maladie.

Intitulé «Pour une organisation libre des cantons», le texte présenté ce vendredi veut permettre à ceux qui le souhaitent de créer une caisse de compensation. Celle-ci serait chargée de fixer le montant des primes, de les encaisser, de financer les prestations et de déléguer l’exécution de certaines tâches aux assureurs, dont l’existence n’est pas remise en cause. A l’origine du projet, le conseiller d’Etat vaudois Pierre-Yves Maillard ne s’inquiète pas du coût de la mise en place de cette structure cantonale ou intercantonale :

Pierre-Yves Maillard
Conseiller d’Etat vaudois
Pierre-Yves Maillard Conseiller d’Etat vaudois

Au lendemain de l’annonce d’une hausse moyenne de 4% des primes maladie, cela signifie-t-il que l’initiative permettrait de stopper l’augmentation ? Mauro Poggia, conseiller d’Etat genevois :

Mauro Poggia
Conseiller d’Etat genevois
Mauro Poggia Conseiller d’Etat genevois

Propos recueillis par Jérôme Favre. L’initiative bénéficie du soutien de plusieurs personnalités et d’organisations de médecins, de pharmaciens et de consommateurs – entre autres, pour l’heure essentiellement en Romandie.

Parmi les réactions à cette initiative, celle, positive, de la rédactrice en chef de Bon à Savoir, Zeynep Ersan Berdoz :

Zeynep Ersan Berdoz
Rédactrice en chef, Bon à Savoir
Zeynep Ersan Berdoz Rédactrice en chef, Bon à Savoir

Propos recueillis par Charles Super.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Luc Barthassat démissionne du PDC

Publié

le

Luc Barthassat a connu sa plus grosse désillusion électorale, en 2018, lorsqu'il ne s'est pas fait réélire au gouvernement genevois (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, le Parti démocrate-chrétien (PDC) perd une figure. L’ancien conseiller d’Etat Luc Barthassat, 59 ans, a annoncé sa décision de quitter la formation politique, n’adhérant plus à la ligne empruntée par le parti.

Cette démission a été confirmée lundi par le PDC Genève. Dans un communiqué signé par le président du parti Vincent Maitre, il est indiqué que M. Barthassat a aussi souhaité « marquer sa distance avec la gestion de certaines affaires qui ont récemment ébranlé » les démocrates-chrétiens genevois.

La RTS, qui a révélé l’information, a interrogé M. Barthassat. Ce dernier reproche au PDC Genève de se positionner trop à gauche de l’échiquier politique. « Nous avons essayé de copier les écologistes avant les élections et un peu la gauche », a-t-il déclaré sur les ondes de la radio romande.

« Il n’est pas question de rancoeur ou de jalousie », a encore indiqué l’ancien magistrat. Luc Barthassat avait accédé au gouvernement genevois en 2013. Il a connu une grosse déconvenue, 5 ans plus tard, en ne parvenant pas à se faire réélire.

Avant d’être conseiller d’Etat, M. Barthassat, avait siégé pendant huit ans au Conseil national. Le PDC avait refusé de le faire figurer sur sa liste aux dernières élections fédérales.

Luc Barthassat a indiqué à Keystone-ATS n’avoir pour l’instant pas de plan précis pour le futur. « Je ne pars pas du PDC pour aller ailleurs », a-t-il fait savoir. S’il adhère à un parti, il faudra que ce dernier lui propose un défi à la hauteur. En aucun cas, l’ancien conseiller d’Etat ne voudra faire de la figuration.

M. Barthassat pourrait aussi envisager d’intégrer un groupement composé de petits entrepreneurs déçus par l’offre politique actuelle. Pour le moment, le projet en est au stade des discussions et le mouvement n’a pas encore été lancé. « Nous allons nous revoir bientôt », a fait savoir l’ancien conseiller national.

Continuer la lecture

Genève

Genève adopte la circulation différenciée

Publié

le

Genève sera le premier canton en Suisse à appliquer le principe de la circulation différenciée en cas de pic de pollution de l'air (archives). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Certains véhicules très polluants ne seront plus autorisés à circuler au centre de Genève en cas d’alerte au smog. La mesure a été présentée mercredi par le Conseil d’Etat genevois. Elle entrera en vigueur le 15 janvier. Les contrevenants risquent 500 francs d’amende.

Le canton de Genève innove en Suisse avec ce système de circulation différenciée, a expliqué le président du gouvernement Antonio Hodgers. Le dispositif qui sera mis en place repose sur des macarons de six couleurs différentes. Chaque véhicule devra porter un autocollant qui reflétera ses performances environnementales.

Le vert sera réservé aux véhicules électriques ou fonctionnant à l’hydrogène. A l’autre bout de l’échelle, le gris devra figurer sur le pare-brise des engins les moins écologiques. En cas de pics de pollution de l’air, les porteurs de la pastille grise seront les premiers touchés par l’interdiction de circuler au centre-ville.

Si le smog persiste, les restrictions s’appliqueront aux véhicules situés juste après dans la hiérarchie, et ainsi de suite, en fonction de la durée de l’épisode de pollution de l’air. La mesure ne devrait toutefois pas toucher grand monde. Il n’y a en principe jamais plus de dix journées problématiques par année.

La météo décidera

Tout dépendra des conditions météorologiques, a expliqué M. Hodgers. Les voitures de tourisme relativement récentes devraient pouvoir circuler sans aucune restriction. Le système adopté par Genève est une copie de celui qui existe déjà du côté français. Il sera ainsi possible de contrôler les véhicules frontaliers.

Le macaron, qui coûtera 5 francs, sera disponible dès le mois de décembre. Il devrait pouvoir être acheté dans les stations-service et les communes, a indiqué M. Hodgers. Un courrier sera adressé à tous les propriétaires de véhicules à Genève. Le code d’émissions figurant sur la carte grise déterminera la couleur de l’autocollant.

Avec ce système de circulation alternée, le gouvernement genevois met en oeuvre une loi qui a été votée il y a un an par le Grand Conseil. La législation prévoit aussi d’autres mesures lors de pics de pollution de l’air, comme la gratuité des transports publics ou la réduction de la vitesse sur l’autoroute de contournement.

Un délai transitoire de deux a été accordé aux véhicules professionnels de transport pour se conformer au nouveau règlement. « Nous avons adopté un compromis entre la liberté économique et le droit de respirer un air sain », a expliqué M. Hodgers. Pour les autres véhicules, il n’y aura pas de sanction jusqu’au 31 mars 2020.

Continuer la lecture

Genève

Uber interdit à Genève

Publié

le

L'entreprise californienne a 30 jours pour recourir contre cette décision du département de l'emploi. Ce recours aurait un effet suspensif (archives). (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le canton de Genève interdit à Uber de poursuivre son activité dans les conditions actuelles. L’entreprise californienne a 30 jours pour recourir contre cette décision du département de l’emploi. Ce recours aurait un effet suspensif.

L’Etat de Genève a procédé à une analyse juridique du cas Uber, a expliqué vendredi à Keystone-ATS le conseiller d’Etat genevois Mauro Poggia. Après enquête, l’administration cantonale considère la société comme une entreprise de transports, dont les chauffeurs doivent être traités comme des employés et non comme des partenaires.

Uber doit donc respecter, selon le canton de Genève, la loi cantonale sur les taxis et les voitures de transport avec chauffeur ainsi que le Code des obligations. Uber, de son côté, estime qu’il est un simple diffuseur de course qui passe un contrat de partenariat avec les chauffeurs qui désirent utiliser sa plate-forme.

Uber peut maintenant soit se conformer à la législation, soit recourir devant le tribunal administratif contre l’interdiction d’exercer son activité qui lui a été communiquée. Le recours aurait un effet suspensif, ce qui signifie que l’entreprise pourrait continuer ses activités jusqu’à décision de justice.

Continuer la lecture

Genève

Le Grand Genève a éteint la lumière

Publié

le

L'agglomération genevoise vue depuis le Salève lors de l'opération "La nuit est belle". (©KEYSTONE/MAGALI GIRARDIN)

L’agglomération genevoise a été plongée dans le noir dans la nuit de jeudi à vendredi pour sensibiliser la population aux méfaits de la pollution nocturne. Au total 45 communes genevoises, 25 vaudoises et 79 françaises ont adhéré à cette initiative inédite en Europe.

Place Neuve, 20h30, l’obscurité rend la marche hésitante. Des piétons utilisent leurs téléphones portables pour traverser. La plupart des automobilistes ralentissent. Dans les transports publics, la centrale rappelle aux conducteurs cet événement particulier qui impose une intense concentration.

Si les collectivités publiques ont joué le jeu en renonçant à allumer leurs éclairages publics, il n’en va pas de même pour les commerçants. Dans les rues basses, les vitrines et les enseignes sont allumés pour attirer les clients. La lumière est tellement forte qu’on ne remarque même pas que les lampadaires sont éteints. Les grandes chaînes de restaurants ne sont pas en reste.

Même si l’obscurité n’était pas totale et que les étoiles ont joué à cache-cache avec les nuages, le public n’a pas boudé son plaisir pour admirer le ciel. Des dizaines de personnes sont ainsi venues sur la Plaine de Plainpalais écouter les explications des astronomes de l’Observatoire de la Faculté des sciences de l’UNIGE.

Des stars

Jupiter, Saturne et Arcturus, une géante rouge en fin de vie, étaient les stars de la soirée. Les questions ont fusé, notamment sur les recherches en cours pour trouver de la vie ailleurs dans l’univers. Les plus chanceux ont aussi pu apercevoir la queue de la Grande Ourse. Des observations du ciel étaient organisées depuis une trentaine de sites.

L’initiative « La nuit est belle! » a été lancée par le Grand Genève en partenariat avec le Musée d’histoire naturelle de Genève, la Société d’astronomie de Genève et la Maison du Salève à Présilly (F). Pour Pascal Moeschler, conservateur au Muséum, ce projet permet à chacun de trouver un espace de réflexion sur ce qui constitue un paysage nocturne.

Continuer la lecture

Genève

Genève: compensation des places de parc assouplie

Publié

le

A Genève, jusqu'à 4000 places de stationnement en surface pourront disparaître afin de fluidifier la circulation (photo symbolique). (©KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA)

A Genève, jusqu’à 4000 places de stationnement en surface pourront disparaître afin de fluidifier la circulation. Le Grand Conseil a accepté jeudi d’assouplir le principe de compensation des places supprimées dans l’espace public.

Inscrit dans la loi genevoise d’application de la législation fédérale sur la circulation routière (LaLCR), ce principe exige que toute place de stationnement sur la voirie doit être remplacée, à certaines conditions, par une place dans un parking public. « Cette loi est très restrictive », a relevé le rapporteur de majorité, le PLR Alexandre de Senarclens.

La modification de la LaLCR permettra la mise en application de la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée (LCME). Selon M. de Senarclens, il s’agit d’améliorer l’attractivité des transports publics et d’accompagner l’arrivée du Léman Express le 15 décembre.

En 28 ans

« Datant de 2011, le principe de compensation a bloqué beaucoup de projets, comme la création de voies de bus en site propre et d’aménagements cyclables ou piétonniers », a déploré la Verte Delphine Klopfenstein Broggini. Et d’indiquer que le taux d’occupation des parkings souterrains publics est de 68%. A ses yeux, le taux de vacance de 32% constitue un énorme potentiel.

« Sans cet assouplissement, il faudrait 28 ans pour mettre en oeuvre la LCME », a calculé le socialiste Thomas Wenger. Pour le PDC Jacques Blondin, il ne s’agit pas de « tuer la voiture mais de fluidifier le trafic ». Le député estime toutefois qu’il manque des places de stationnement pour les deux-roues et de livraison. De plus, le contrôle du parking doit être renforcé.

Autre son de cloche au MCG et à UDC, qui estiment que la suppression de places de stationnement ne va rien résoudre. « Ce projet de loi vise à forcer les gens à prendre le Léman Express », a critiqué l’UDC Stéphane Florey. « Le Léman Express n’aura aucun effet sur le trafic pendulaire qui nous pourrit la vie », a renchéri le MCG Patrick Dimier.

« Raison et pragmatisme »

« Dans cette enceinte, les lignes sont en train de bouger. Pendant trop longtemps, on était dans la confrontation idéologique en matière de mobilité », a constaté le conseiller d’Etat Serge Dal Busco, en charge des Infrastructures. Et d’inviter les députés à suivre la voie de « la raison et du pragmatisme », afin de permettre à l’Etat de concrétiser la LCME en quatre à cinq ans.

Jugeant l’assouplissement trop timoré, Ensemble à Gauche a déposé des amendements pour aller plus loin. La formation n’a pas été suivie. Au final, la modification de la LaLCR a été adoptée par 68 oui, 11 abstentions et 18 non (MCG et UDC).

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Vierge

Un peu grognon et susceptible, vous altérez ainsi vos rapports avec des proches pleins de gentillesse envers vous ! Pas cool !

Publicité

Les Sujets à la Une

X