Rejoignez-nous

Genève

Une fête d'Halloween bien agitée pour la police genevoise

Publié

,

le

Des policiers genevois ont subi des tirs de feux d'artifice lors de la soirée d'Halloween, samedi (Archives © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, les forces de l'ordre ont été bien occupées pendant la soirée d'Halloween, samedi. Lors d'interventions, les policiers ont fait l'objet de tirs de feux d'artifice. Le poste de police de la Servette a également subi le même sort. Neuf personnes ont été interpellées.

Ces événements sont d'une extrême gravité, a souligné la porte-parole de la police genevoise Joanna Matta. En début de soirée, samedi, c'est aux environs de la gare de Cornavin que des passants ont été ciblés par des feux d'artifice et des lasers. Puis, les incidents se sont enchaînés jusqu'à vers une heure du matin.

Différents départs de feu ont nécessité l'intervention du Service incendie et secours (SIS). Sur place, les pompiers ont souvent dû être appuyés par la police pour faire leur travail, a précisé Mme Matta. Une voiture appartenant à la police municipale a par ailleurs été endommagée.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Diminution de la cybercriminalité à Genève

Publié

le

La commandante de la police genevoise Monica Bonfanti a présenté les statistiques de la criminalité en 2022 au côté du conseiller d'Etat Mauro Poggia. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La cybercriminalité a reculé de 17% à Genève en 2022. La police genevoise a toutefois indiqué lundi qu'il fallait prendre cette baisse avec prudence. En effet, l'an dernier, grâce à l'interpellation d'une trentaine de personnes, le nombre d'affaires de commandes frauduleuses sur internet a chuté de 45%, tordant du même coup les statistiques.

Les autres délits de cybercriminalité sont, quant à eux, restés stables ou ont augmenté, à l'image des petites annonces bidons ou des faux supports techniques. Les cybercriminels sont aussi devenus plus gourmands. Le préjudice des affaires cybercriminelles est passé de 12 millions de francs en 2021 à 34 millions de francs en 2022.

Si Genève se distingue un peu du reste de la Suisse pour la cybercriminalité, le canton du bout du lac colle aux statistiques nationales concernant l'évolution générale de la criminalité enregistrée l'an dernier. Les infractions au Code pénal ont ainsi progressé de 15% par rapport à 2021.

Après avoir baissé de 13% en 2021, les infractions pour violence ont augmenté de 8% l'année dernière. La hausse s'explique notamment par une recrudescence des tentatives d'homicide commises par des mineurs. Les infractions contre l'intégrité sexuelle, de leur côté, ont connu une croissance de 19% d'une année à l'autre.

Hausse des vols de deux roues

En recul pendant la pandémie de Covid-19, les infractions contre le patrimoine ont retrouvé, en 2022, des niveaux proches des années sans virus. La police genevoise a notamment observé une hausse des vols de deux roues, et plus particulièrement des vols de vélos électriques qui ont carrément doublé.

Les infractions liées aux stupéfiants sont, pour leur part, restées stables en 2022. La consommation de crack inquiète les forces de l'ordre. Cette drogue, très addictive, est vendue à Genève par des Sénégalais venus de Paris. Les toxicomanes la fument souvent dans la rue, aussitôt achetée, tellement ils en sont dépendants.

En 2022, la police genevoise a répondu à 194'000 appels et est intervenue à 87'000 reprises. L'an dernier, beaucoup de personnes ont contacté la police pour signaler des vols ou des disparitions. En revanche, les plaintes pour du bruit ont été moins nombreuses, a indiqué la commandante de la police Monica Bonfanti.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Pluie de démissions au FIFDH à Genève

Publié

le

Irène Challand ne sera restée que quelques mois à la tête du Festival du film international sur les droits humains (FIFDH) à Genève (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Festival du film international sur les droits humains (FIFDH) de Genève fait face à une pluie de démissions après la crise qu'il subit depuis quelques mois. La codirectrice et directrice des programmes Irène Challand se retire, a dit lundi le Conseil de fondation.

L'organe de surveillance s'est réuni jeudi dernier pour discuter des tensions qui avaient été relayées dans la presse. Trois de ses membres, Nadia Dresti, Ursula Meier et Stina Werenfels ont présenté leur démission.

Elles estiment que la mission donnée à Mme Challand n'est pas soutenue par l'équipe opérationnelle. Souhaitant ne pas mettre sa santé davantage en péril, la directrice des programmes a également signifié sa démission.

Selon les conflits qui ont été mentionnés dans les médias, elle était au centre des tensions pour des accusations d'"incompétences" et de "volonté de contrôle extrême" qui auraient presque remis en cause l'organisation du festival. Alors que sa codirectrice avait déjà remis son mandat, elle était en arrêt de 50% et se disait victime de harcèlement.

Au moment du renouvellement il y a quelques mois du Conseil de fondation et des dirigeants, le FIFDH avait mis en avant la féminisation du nouveau dispositif. Quelques mois plus tard, il ne reste que deux femmes dans l'organe de surveillance.

Afin de garantir une continuité, le président du FIFDH Yves Daccord reste lui en fonction. Il rend hommage à Mme Challand et regrette profondément les "circonstances" de ces démissions. Il faut une "remise en question du fonctionnement de notre festival et de ses objectifs", selon lui. Une tâche à laquelle le Conseil de fondation va s'atteler dans les prochaines semaines à Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Plus de 60'000 curieux pour un Salon du livre à nouveau à Palexpo

Publié

le

Les curieux ont pu dialoguer avec des centaines de personnes pendant la durée du salon à Genève. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les retrouvailles du Salon du livre avec Palexpo, après trois ans en ville en raison de la pandémie, ont satisfait les organisateurs. Environ 61'000 personnes auront participé aux cinq jours de la rencontre genevoise, ont estimé dimanche ceux-ci.

Toutes les générations seront venues dialoguer avec les autrices et auteur. "Le public a largement répondu à l'appel et nous sommes comblées", se sont réjouies la directrice et la directrice artistique, Natacha Bayard et Nine Simon.

Selon elles, le succès de cette édition en présentiel confirme l'attachement aux discussions en direct. Plus de 600 auteurs et autrices ont participé, dont les deux invités d'honneur.

Réunis pour la première fois, Monica Sabolo et Joann Sfar se sont entretenus avec le public mais aussi avec leurs homologues. Les éditeurs et éditrices sont également contents, font remarquer les organisateurs.

Pendant deux jours, les Assises de l'édition ont rassemblé les professionnels. Ce dispositif ne cesse de montrer son rôle important auprès de tous les acteurs.

Les organisateurs sortent revigorés de ces quelques jours de salon. Ceux-ci ont confirmé que la rencontre est "incontournable" dans cet écosystème, ont-ils également affirmé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Des champions d’orthographe au Salon du livre

Publié

le

Parmi les participants, tous sont de grands lecteurs ... de dictionnaire. En outre, certains passionnés avouent être des professionnels de la traduction ou de la correction de textes. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Salon du livre de Genève est le grand rendez-vous de la littérature, mais aussi de l’écriture. Une centaine de férus d’orthographe participaient samedi à la Grande dictée du salon.

"Même le folliculaire qui l’avait tant de fois éreinté dans des articles d’une rosserie inouïe l’applaudissait avec ostentation". Cette phrase alambiquée est issue de la Grande dictée du Salon du livre de Genève. L’auteur et dicteur de ces mots n’est autre que Francis Klotz, organisateur de l’événement et couronné champion du monde de la discipline en 1988.

Dans une salle de Palexpo samedi matin, à quelques mètres de l’agitation de la foire littéraire, le silence est de mise. Durant cinquante minutes, les stylos-billes crissent sur les fameuses feuilles lignées au rythme de la dictée. Dans l’assemblée, une centaine d’amoureux des lettres venus se mesurer lors d’un exercice orthographique et grammatical de haut vol.

Lecteurs de dictionnaire

Car si la dictée rappelle les bancs d’école, le niveau de difficulté s'adresse, quant à lui, aux initiés. Parmi les participants, tous sont de grands lecteurs ... de dictionnaire. En outre, certains passionnés avouent être des professionnels de la traduction ou de la correction de textes.

"Je m’attends à devoir écrire des mots que je n’ai jamais entendu", confie Carole Cattin, pourtant ex-championne suisse junior et habituée des dictées depuis plus de 10 ans. De son côté, Miliutin Roman, 13 ans, est détendu. "J’ai toujours des bonnes notes à l’école donc je pense que ça ira. Je me suis juste préparé en faisant une dictée au pif avec ma mère", raconte celui qui, comme les autres jeunes, déposera sa plume après la 7e ligne.

Pour les autres, de 19 à 99 ans, ce sera 30 lignes et tout autant de défis orthographiques : "exorbitant", "acariâtre", "boui-boui", "courroucé" ou encore "sens dessus dessous". Le dicteur a bien choisi ses mots. "Francis Klotz est retors. Sur toutes les dictées qu’il a écrites durant sa carrière, il n’y a eu que très peu de zéros fautes", commente Daniel Fattore, candidat du jour et lui-même auteur de dictées en France.

Tchékhov, avec un H

S’il juge le niveau moins difficile que lorsque l’événement faisait office de demi-finale du championnat helvétique, Francis Klotz a toutefois veillé à glisser quelques subtilités. "Le texte que j’ai rédigé raconte l’histoire d’un acteur qui fait ses adieux à la scène. J’y ai volontairement ajouté les noms compliqués de Tchékhov et de Beckett. L’occasion de faire deux jolies fautes...", divulgue-t-il, malicieux.

Et si cela ne suffisait pas à départager les plus doués, le dicteur a imaginé deux phrases subsidiaires, dont la suivante : "L’histrion courroucé abhorrait les vivats et les hurrahs du public éméché". A vos stylos.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poissons

Journée où vous serez tantôt négatif, tantôt positif. Evidemment, votre humeur s'en ressentira et vous ne serez pas à prendre avec des pincettes !

Les Sujets à la Une

X